Aller à…
RSS Feed

30 novembre 2020

Daesh prépare des attaques chimiques sur le sol européen


P.A.S.

Daesh prépare des attaques chimiques
sur le sol européen

Yahia Gouasmi


Photo: D.R.

Mardi 23 février 2016

Il semblerait que parmi l’arsenal dont disposerait l’organisation terroriste Daesh (et ses affiliés), figurent aussi des armes chimiques.

Cette information, qui circulait depuis déjà un moment dans les milieux informés, a été officiellement confirmée par le Directeur du renseignement national américain, James Clapper, qui a déclaré devant le Sénat : « Nous estimons que les forces non gouvernementales dans la région utilisent des armes chimiques au cours des hostilités ».

D’après John Brennan, Directeur de la CIA, Daesh s’est déjà servi de gaz moutarde sur les champs de bataille syrien et irakien, et disposerait d’une branche totalement dédiée à la fabrication d’armes chimiques, avec l’aide de nombreux experts en la matière.

Ainsi, après avoir attribué au pouvoir syrien l’attaque chimique perpétrée en août 2013 contre la Ghouta orientale à l’est de Damas, tuant plus de 1000 personnes, il apparait que les véritables responsables soient les terroristes de l’EI.

On se souvient que cet évènement tragique avait soulevé un immense tollé international et devait servir de prétexte pour une intervention militaire occidentale en Syrie, or, les conclusions finales d’un rapport réalisé par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OPCW) démontrent l’innocence du régime dans cette affaire.

Cette instance internationale qui regroupe la quasi-totalité des Etats du monde s’est penchée sur ce dossier ces deux dernières années et ses conclusions, en plus d’innocenter le pouvoir syrien, apporte un nouvel éclairage qui se révèle édifiant :

Une importante partie du stock d’armes chimiques que le colonel Kadhafi avait jadis fabriquées aurait été, après sa mort, vendue à des « groupes anti-Assad », transportée en bateau vers des ports turcs puis acheminée par la route jusqu’aux fiefs des rebelles terroristes de Syrie.

L’enquête laisse apparaitre que la composition du sarin libyen est la même que celle du sarin jeté sur la Ghouta. Evidemment, nulle trace des conclusions de ce rapport d’experts dans les medias occidentaux, qui pourtant avaient fait leurs choux gras du massacre chimique lorsqu’ il s’agissait de l’attribuer aux troupes loyalistes syriennes.

Par ailleurs, les autorités marocaines viennent d’annoncer avoir démantelé une « cellule terroriste » de dix membres, dont un Français, liés au groupe Daesh (EI) et qui s’apprêtaient à commettre des attentats dans le royaume. En plus des armes, des substances biologiques et chimiques ont été retrouvées chez les terroristes.

Ainsi, sachant que les milieux du renseignement estiment à plusieurs milliers le nombre d’éléments de Daesh présents sur le sol européen, il est fort probable qu’un attentat de type chimique puisse frapper prochainement notre continent.

D’ailleurs, nos politiciens ont déjà commencé à préparer l’opinion à cette éventualité, comme le démontrent les propos de notre Premier ministre Valls, qui affirmait au mois de novembre dernier qu’« il y avait un risque d’attentat à l’arme chimique ou bactériologique » dans notre pays.

Le Parti Anti Sioniste demande une nouvelle fois aux décideurs politiques occidentaux de cesser leur soutien, apparent ou occulte, à tous les groupes terroristes sévissant au Moyen-Orient.

Il est impératif d’arrêter d’armer et de financer ces organisations criminelles qui n’auront aucuns scrupules à exécuter des crimes de masses à l’arme chimique dans nos pays.

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,