Aller à…
RSS Feed

3 août 2021

Syrie: un conflit bloqué…


chaos

La capacité des groupes terroristes en Syrie à faire insérer des kamikazes au coeur des régions les plus loyales au gouvernement central (ce que les analystes pro-atlantistes nomment le « pays Alaouite ») relève plus de la guerre psychologique que d’une quelconque avancée tactique.

Après Tartous où des attentats kamikazes ont causé la mort de près de 150 personnes, un autre kamikaze à réussi à se faire exploser dans une mosquée de Lattaquié.

Ces coups d’éclats médiatiques préjudiciables au moral des forces gouvernementales syriennes, ne doivent pas masquer un fait bien connu: le recours à des actes terroristes urbains par des armées mercenaires est plus un signe de désarroi et d’impuissance que la marque d’une quelconque supériorité.

Or ce qui caractérise le plus ce conflit est l’incapacité de l’ensemble des belligérants à achever une victoire décisive. D’où l’impossibilité d’une solution purement militaire telle que préconisée par les jusque-boutistes de tous bords.

Les forces armées syriennes et les forces auxiliaires tiennent fermement Damas, Homs, le littoral méditerranéen et une partie d’Alep mais ne parviennent ni à se débarrasser de milliers de groupes armés ni à récupérer ce que certains ont dénommée la « Syrie inutile » et les zones rurales et désertiques.

De l’autre côté, ni Ennosra ni Daech et encore moins les innombrables armées baptisées de noms issus d’un mauvais film islamique de série Z n’arrivent à achever une avancée décisive sur le terrain et ce malgré le soutien hystérique-le mot est faible, d’Ankara, de Ryad et de Tel-Aviv.
Cette incapacité à régler le conflit par des moyens militaires est devenue une évidence que les stratèges russes et US reconnaissent. Mais les « civils » prébendés par certains lobbies extrémistes à Washington persistent malgré tout à refuser cette réalité. « Attrition » est le maître mot. L’usure. En d’autres termes, ils cherchent à faire perdurer le conflit pour user les capacités de l’armée syrienne et de s’assurer par la même occasion la faillite de l’Etat-nation qu’elles défendent. Un vieil objectif prioritaire et constant de Tel-Aviv et de Ryad. C’est en cela que cette guerre s’inscrit dans le cadre d’un conflit plus ancien et plus général datant de plusieurs décennies. Une véritable guerre de Cent ans.
Concernant ces publicités
Évaluez ceci :

0

chaosSur le même thème
Afrique: des fillettes kamikazes…

Des attentats kamikazes d’un genre nouveau ont lieu depuis des mois en Afrique occidentale. Des jeunes femmes et des fillettes âgées à peine d’une dizaine d’années sont utilisées par des organisations terroristes comme des bombes humaines afin de perpétrer des attentats spectaculaires à l’explosif dans les lieux publics et des…

Dans « Afrique »
Libye: les autorités libyennes déclarent la guerre au » terrorisme »

Les autorités libyennes ont annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi qu’elles mèneraient la guerre à ce qu’elle identifient comme du terrorisme, accusant pour la première fois publiquement des groupes terroristes d’être derrière des dizaines d’attaques et d’assassinats contre les services de sécurité et les Occidentaux en Cyrénaïque. Les…

Dans « Actualités »
Art de la confusion: Ryad tente de créer une version chiite de « Jobhet Ennosra »

Exclusif: Ce post comporte une information brute de première main, inédite et non encore passée dans le domaine public. Changement de paradigme dans la stratégie sous-traitante de Ryad. Après avoir financé et soutenu des myriades de groupuscules d’obédience sunnite, les renseignements saoudien sous la houlette du prince Bandar Ben Sultan…

Dans « actualité stratégique »

Partager

Plus d’histoires deSyrie