Aller à…
RSS Feed

16 mai 2021

Des armes à sous-munitions pour l’Arabie saoudite


0infographie-sousmunitions2Alors que la presse hexagonale s’offusque de la possible utilisation d’armes à sous-munitions par l’armée russe en Syrie, nulle trace dans nos médias, du fait que le Congrès américain vient de voter en faveur de l’exportation de ces mêmes bombes interdites, vers l’Arabie saoudite.

Quel cynisme quand on sait qu’un mois plus tôt, et d’après le magazine spécialisé « Foreign Policy », les États-Unis avaient pris la décision de suspendre la livraison à la dictature wahhabite, d’armes à sous-munitions, que la coalition militaire pilotée par Riyad utilise dans sa guerre contre le peuple du Yémen.

En effet, il est maintenant avéré que cette sinistre « coalition arabo-sioniste » utilise ces armes interdites internationalement depuis un traité de 2008, dont les États-Unis ne sont pas signataires.

Interrogé par l’AFP, un responsable de l’Administration américaine a répondu que Washington savait que:

«la coalition conduite par les Saoudiens avait recours à des armes à sous-munitions dans le conflit armé au Yémen», en particulier dans des zones où résident des civils.

Ainsi, sous la pression d’élus du Congrès et d’organisations de défense des droits de l’homme, la Maison-Blanche avait pris pour la première fois une mesure concrète sur ce dossier en gelant la livraison de telles bombes à son allié saoudien.

Mais au lendemain de la rencontre du vice prince héritier et ministre saoudien de la Défense avec les législateurs américains, il y a près d’une semaine, une courte majorité de députés a voté en faveur de l’exportation de ces armes vers la dictature saoudieno-sioniste. On imagine que les pétrodollars ont dû pleuvoir lors de cette visite…

On rappelle que les bombes, ou obus, à sous-munitions explosent avant de toucher le sol et répandent de nombreuses petites bombes qui peuvent être assimilées à des mines qui éclatent lorsque l’on marche dessus ou qu’on les touche. Nombre de ces engins ont une durée de vie très importante et restent pleinement opérationnels après les conflits, continuant alors à tuer non pas des soldats, mais des civils.

Selon Handicap international, parmi 13 306 victimes d’armes à sous-munitions recensées par ses soins, 98 % sont des civils, dont 27 % des enfants.

On comprend ainsi pourquoi ces armes sont interdites par le droit international au vu des dommages qu’elles entraînent pour les civils. En effet, le 3 décembre 2008, 96 pays signent le Traité d’interdiction des BASM à Oslo, qui interdit définitivement l’utilisation, la fabrication, le commerce et le stockage des bombes à sous-munitions.

Parmi les pays qui ont utilisées ces armes barbares au mépris de toute éthique militaire, et qui d’ailleurs font partie des 7 pays n’ayant pas signé le traité d’interdiction : les États-Unis (en Irak et en Afghanistan), l’entité sioniste (durant ses diverses agressions contre les populations palestiniennes et libanaises), et l’Arabie saoudite (au Yémen).

On rappelle que selon l’ONU, le conflit au Yémen a fait, après une année, près de 6300 morts, dont plus de la moitié sont des civils.

Par ailleurs, on apprend d’après un rapport publié par PAX, une organisation néerlandaise de défense des droits de l’homme, que plus de 155 institutions financières ont investi des milliards d’euros dans des entreprises fabricant des bombes à sous-munitions, interdites par le droit international. Parmi elles, vingt sont établies dans des pays qui ont ratifié le Traité d’interdiction de ces armes.

Quelle hypocrisie et quel cynisme de la part des pays occidentaux et de leurs entreprises, qui s’érigent en défenseurs de la civilisation humaine et des droits de l’homme, mais qui dans le même temps produisent, utilisent et vendent ces armes diaboliques.

Le Parti Anti Sioniste condamne vigoureusement la décision américaine d’autoriser l’exportation d’armes à sous-munitions à l’Arabie saoudite qui les utilisera ensuite contre les civils yéménites.

Mais plus encore, le Parti Anti Sioniste se scandalise de la production, de la vente, de l’utilisation et de l’existence même de ces armes inhumaines, contraires à toute éthique.

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

 

 

 

 

© http://www.partiantisioniste.com/?p=12758
Partager

Plus d’histoires deYEMEN