Aller à…
RSS Feed

6 décembre 2021

Nouveau gouvernement anglais : non à l’Europe, oui à Israël


P.A.S.


Yahia Gouasmi


Theresa May, une amie d’Israël, a fait son entrée ce mercredi 13 juillet au 10 Downing street

Jeudi 21 juillet 2016

Moins de trois semaines après le vote des Britanniques pour sortir de l’Union européenne, Theresa May a été investie Premier ministre par la reine Elizabeth II mercredi 13 juillet dernier.

L’ancienne secrétaire d’état à l’intérieur devra diriger le nouveau gouvernement qui aura la charge délicate de mettre en œuvre le Brexit.

Elle avait pourtant choisi le camp du maintien dans l’UE, fidèle à son Premier ministre David Cameron, mais elle a fait le service minimum pendant la campagne du référendum qui a décidé la sortie de l’UE, ce qui la rend « compatible » avec les partisans du Brexit au sein de son parti.

Elle a d’ailleurs souhaité lever les doutes de ces derniers lors de son discours en déclarant qu’ «il n’y aura aucune tentative pour rester dans l’UE», et en soulignant que «Brexit veut dire Brexit, et nous allons en faire un succès».

Mais un succès pour qui ?

Nul doute que celle que l’on voit comme la nouvelle Thatcher n’ira certainement pas à l’encontre des intérêts de la City et de l’oligarchie financière, elle qui a commencé sa carrière à la banque d’Angleterre avant d’être consultante financière.

Ce qui est aussi certain, c’est qu’avec Theresa May au 10 Downing Street, l’entité sioniste peut avoir le sourire.

En effet, le régime criminel de Tel Aviv se réjouit officiellement de la nomination de celle qui était la favorite du lobby sioniste de Grande-Bretagne.

Cette dernière, membre de l’association des « amis conservateurs d’Israël », ne tarit pas d’éloges à l’égard de l’entité infanticide ou de « ses soldats qui ont payé « le prix ultime » pour défendre Israël en temps de guerre et contre le terrorisme ».

C’est en effet en ces termes qu’elle parle des criminels de guerre tueurs d’enfants de cette armée d’occupation.

Son allégeance auprès du régime colonial promet donc une politique alignée, pour ne pas dire soumise, sur les intérêts sionistes. La presse israélienne ne s’y est d’ailleurs pas trompée, en saluant unanimement l’arrivée au pouvoir de cette inconditionnelle « amie d’Israël » qui poursuivra sans aucun doute la « politique amicale » de son prédécesseur.

Pour enfoncer le clou de la soumission, Theresa May a nommé comme chef de la diplomatie l’ex-maire de Londres Boris Johnson, qui a dirigé la campagne Pro-Brexit et qui est lui aussi un ami déclaré et enthousiaste d’Israël et s’est forgé une réputation d’homme politique résolument pro-israélien – si bien qu’il a même réussi à prendre ses distances avec ses déclarations passées en faveur des Palestiniens.

On se souvient de sa visite en entité sioniste lors de laquelle il avait exprimé son admiration pour le pays, mais aussi de son hostilité au mouvement de boycott des produits en provenance de l’entité coloniale (tout comme d’ailleurs le nouveau maire « musulman » de Londres, Sadiq Khan…).

Ainsi, avec celle à propos de qui le journaliste et auteur Toby Young déclarait en 2014 : « Theresa May défend Israël comme un commandant de tank israélien », l’entité criminelle peut dormir tranquille. Ses intérêts seront bien gardés.

Si de plus, la non moins soumise Hillary Clinton venait à être élue à la tête de la présidence américaine en novembre prochain, deux des plus puissants pays de la planète seraient alors totalement dévoués aux intérêts sionistes. Ce qui n’augurerait rien de bon pour le monde.

Avec la chancelière allemande Angela Merkel, elle aussi dévouée à l’entité sioniste, nous aurions alors un trio de dames qui n’auraient rien de drôles…

Le Parti Anti Sioniste condamne l’arrivée d’une pro-sioniste convaincue à la tête du gouvernement britannique et se désole de constater une nouvelle fois que l’une des conditions d’accession au pouvoir dans la plupart des pays occidentaux, est de prêter allégeance à l’entité sioniste criminelle.

Preuve en est de son influence au sein des élites dirigeantes.

Compte tenu de l’état d’esprit destructeur de cette entité coloniale, cet état de fait est très dangereux pour le monde, il serait temps de s’en rendre compte avant qu’il ne soit trop tard.

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

Le sommaire du P.A.S.
Le dossier Monde
Les dernières mises à jour

Source: Parti Anti Sioniste
http://www.partiantisioniste.com/…
Partager

Plus d’histoires dePalestine