Aller à…
RSS Feed

18 novembre 2019

Fin du détournement de l’avion libyen et de la prise d’otages à Malte


media Véhicules militaires stationnés à proximité de l’A320 détourné à Malte, le 23 décembre 2016. REUTERS/Darrin Zamit-Lupi

Un Airbus A320 de la compagnie libyenne Afriqiyah Airways, qui assurait un vol intérieur, avait été détourné vers Malte ce vendredi 23 décembre, avec 118 personnes à bord. Parmi les passagers, deux hommes, potentiellement munis d’une grenade et de deux pistolets, auraient menacé de faire sauter l’avion. Le Premier ministre maltais a annoncé la fin de la prise d’otages sur Twitter.

People disembark from a hijacked Libyan Afriqiyah Airways Airbus A320 on the runway at Malta Airport, December 23, 2016. Reuters/路透社

C’est sur Twitter que le Premier ministre maltais a annoncé la fin de la prise d’otages dans l’avion stationné sur l’aéroport de La Valette à Malte.

Le Premier ministre maltais avait évoqué dans un premier temps, aux alentours de 13 h TU, 25 personnes relâchées. Dans un deuxième tweet, Joseph Muscat a évoqué un autre groupe de 25 personnes évacuées à leur tour, puis un troisième de 44 passagers.

Selon un quotidien libyen Ennahar (voir le tweet ci-dessous), les deux assaillants, qui se sont rendus aux autorités, ont demandé l’asile politique à Malte. Le chef de la diplomatie du gouvernement libyen d’union nationale a confirmé cette information à RFI. Taher Syala précise qu’un avion est affrété pour rapatrier en Libye les passagers libérés.

L’appareil est un Airbus A320 de la compagnie libyenne Afriqiyah Airways, assurant deux rotations hebdomadaires entre la ville de Sebha, dans le sud de la Libye et la capitale Tripoli. Il décolle habituellement à 10h10 et arrive à 11h20.

Mais ce vendredi matin, l’avion a continué sa route vers le Nord, en direction de l’île de Malte, qui se trouve entre les côtes libyennes et la Sicile. Il s’est posé sur l’aéroport international de La Valette. Il était stationné au parking numéro 5, moteurs en route.

Le Premier ministre maltais Joseph Muscat a annoncé sur Twitter à 11h36 qu’il s’agissait d’un possible acte de piraterie. Il a immédiatement assuré qu’il avait mis les services de sécurité de son pays, membre de l’Union européenne, en alerte. Tripoli a par la suite confirmé le détournement.

Deux hommes, potentiellement munis d’une grenade, se trouvaient à bord, menaçant de faire sauter l’avion. Le quotidien Times of Malta a alors affirmé qu’ils s’agiraient de partisans de l’ancien président Kadhafi.

A sa descente d’avion, au moment de se rendre, un des deux pirates a agité un drapeau vert, symbole de l’ancien régime lybien. Ils disent appartenir à un parti, inconnu jusqu’à maintenant : le « nouveau Fateh ». Le Fateh désigne précisément le premier jour de septembre 1969, jour où Mouammar Kadhafi a conquis le pouvoir en renversant le roi Mohammed Idriss el-Sanoussi.

En Libye, en proie au chaos depuis 2011, les nostalgiques du temps passé sont très nombreux. Mais Saïf al-Islam Kadhafi, fils de l’ancien guide, résidant à Zintane dans l’ouest du pays, nie toute relation avec les pirates. Il dénonce leurs méthodes. A priori, les pirates ont agi en loups solitaires.

Le pilote de l’avion a déclaré à la chaîne de télévision libyenne «Libya» que les pirates étaient très jeunes et n’appartenaient à aucune organisation extrémiste.

Les vols à Malte annulés

Tous les vols au départ de Malte ont ensuite été annulés. Les vols à destination de l’Etat insulaire ont été détournés vers Catane, en Sicile. Selon les informations de la presse maltaise, 118 personnes se trouvaient à bord de l’Airbus actuellement au sol.

Outre les sept membres de l’équipage, « il a été établi que le vol #Afriqiyah avait 111 passagers à bord. 82 hommes, 28 femme, 1 enfant », selon le compte officiel Twitter du Premier ministre Muscat.

Plus d’histoires deLibye

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,