Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2022

Les grosses orchades, les amples thalamèges..


07/01/2017

L’EUROPE À LA RECHERCHE DE SON ÂME

1. Europe 1.jpg

 

2. titre_manuel xx.GIF

 

3. Manuel de Diéguez xxx.JPG

L’Europe à la recherche de son âme

 

1 – Le coût des victoires
2 – Le réapprentissage de la souveraineté
3 – La démocratie et le principe de l’égalité devant la loi

 

1 – Le coût des victoires

La fable s’attache comme le lierre à l’arbre de la souveraineté des peuples. Il nous faudra donc une maïeutique du bon sens, et pour cela, nous nous exercerons à un calcul précis du prix que les démocraties décérébrées et leur culte de la platitude paient pour accoucher de l’immoralité de leur politique. Si les États issus des principes universels de 1789 apprenaient en toute lucidité à prévoir le coût éthique des désastres réels et surréels qui succèderont inévitablement à ceux auxquels il fallait bien mettre précipitamment un terme, ils sauraient également en circonscrire les suites désastreuses et en limiter le coût.

Exemple : quel fut le montant de la facture qu’il a fallu payer pour remporter la victoire, pourtant nécessaire, sur Hitler ?

Primo, il était impossible de ne pas collaborer avec l’auteur du Goulag, lui-même attaqué par les troupes nazies; secundo, le tyran de l’Est, puis les émules de son école du salut, on les a eus sur le dos pendant quarante quatre ans, de 1945 à 1989; tertio, l’empire, biphasé lui aussi, de la démocratie américaine, en a profité pour se porter au rang de la première puissance schizoïde de tous les temps; quarto, l’Europe démilitarisée par ce dieu-là, a perdu son rang de continent-pilote; quinto, le rêve économique des apôtres du prolétariat mondial a bloqué un siècle durant les sciences humaines et l’anthropologie critique pourtant si clairement inscrites dans la postérité réaliste et logique de Darwin et de Freud; sexto, l’effondrement du séraphisme armé de Karl Marx a conduit à l’hypertrophie d’un capitalisme monoculaire, comme si le cerveau simiohumain oscillait sans cesse de l’aveuglement au cynisme.

Si nous réfléchissions à ces apories que notre souveraineté retrouvée devra résoudre, nous prendrions une grande avance sur l’étiage cérébral de notre temps.

Second exemple : quel a été le coût de la victoire sur le premier empire, de « Dieu » et de son bras droit du moment – la Sainte Alliance des rois européens de droit divin de l’époque? Trois rois – Louis XVIII, Charles X et Louis-Philippe – puis un empereur à barbichette – Napoléon III – ont obscurci l’horizon mondial de la réflexion sur les arcanes anthropologiques de la grande Révolution de 1789.

Si, dès 1789, nos radiographes s’étaient attachés à la pesée des théologies bicéphales, puis à décoder l’enracinement viscéral du sacré simiohumain dans la politique mythologique des démocraties modernes, ils auraient prévu l’échec actuel d’une Union européenne toute verbale et qui s’est égarée dans un angélisme de la candeur. Qui peut croire que les urnes seraient les couveuses naturelles des grands chefs d’État ? Considérons les niais que notre suffrage universel met depuis deux siècles au timon des affaires du monde!

Troisième exemple : En Libye, la sodomisation publique du Colonel Kadhafi à l’aide d’un bâton, au Caire le spectacle d’un octogénaire sur une civière – le Colonel Hosni Moubarak – devant un tribunal du peuple triomphant, au Pakistan, le meurtre en direct de Ben Laden à la télévision américaine et sous les yeux ravis du Président des États-Unis et des principaux membres de son gouvernement tombés en extase, tout cela ressortit au calcul du prix de l’entretien après vente des victoires théopolitiques.

Lire la suite…

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024…

4. chouette d'Athéna.GIF

 

Et quelques niouzes pendant qu’on y est…

 

Tout ce que Manuel Valls n’a pas eu le temps de dire en 2h20 à la télé

Théophrase R. – Le Grand Soir 6 janvier 2016

5. VALLS PS.jpg

 

Les réseaux sociaux ironisent sur la phrase du candidat Manuel Valls révélant dans « L’émission politique » du jeudi 5 janvier 2017, les malheurs du Premier ministre Manuel Valls : « On m’a imposé le 49.3 ».

L’émission a été assez longue pour qu’il nous apprenne que, lui président, la grande France va bien punir la petite Russie qui fait rien qu’à donner la fessée (alors que c’est interdit) à l’OTAN qui la chatouille (pas méchamment). Mais elle a été trop courte pour qu’il nous apprenne qu’on lui a imposé aussi ses propos sur la nécessaire suppression de l’Impôt sur la Fortune, sur le « déverrouillage » des 35 heures, sur la ringardise du mot socialiste dans le nom d’un parti, sur le recul de l’âge de la retraite, sur la fiscalisation des heures supplémentaires, sur la déchéance de nationalité, sur les « positions irréconciliables à gauche », sur les Roms qui « ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie », sur sa proposition de « sortir de la logique de la dépense publique ».

Maintenant qu’il est libre, il veut supprimer l’article 49-3, faire payer les riches, alléger la peine des pauvres, augmenter les salaires, embaucher des infirmières et des enseignants, amnistier les syndicalistes, aimer les migrants, réhabiliter Jaurès et, s’il est élu, une qui va payer cher, c’est la Myriam El Khomri qui l’a obligé à faire tabasser les jeunes dans la rue et à en éborgner quelques-uns.

Ah ! c’est un crève-cœur de constater que ce brave homme est soupçonné par les téléspectateurs d’être franc comme un âne qui recule (29% de convaincus par sa prestation télévisée) alors qu’il n’a même pas eu le temps de rappeler à Pujadas sa phrase digne d’un Président français : « Par ma femme je suis lié de manière éternelle à la communauté juive et à Israël, quand même… », ni celle où, se promenant sur un marché d’Evry, il recommandait à un de ses adjoints d’ajouter dans la ville : « quelques blancs, quelques white, quelques blancos » (voir ICI à 0,35 secondes).

Théophraste R. (Démonteur de girouettes et auteur d’un essai sur les arracheurs de dents).

__________________

  1. Dans l’émission, Valls a déclaré « il faut aller vers une disparition des départements ». Son gouvernement a déjà rasé les régions historiques pour créer dans l’Hexagone 12 grands blocs sans âme et sans Histoire : des pièces d’un puzzle à démanteler et dont nos héritiers apprendront à l’école qu’il s’appelait la France.

 

Source : https://www.legrandsoir.info/tout-ce-que-manuel-valls-n-a…

 

4. chouette d'Athéna.GIF

« Le dernier héros »

 l’ex-président d’Uruguay Mujica vu par Kusturica

Par MAURICIO RABUFFETTI — 06 janvier 2017

 

6. kusturica-mujica.jpg

L’ex-président Mujica filmé par le réalisateur Emir Kusturica à Montevideo, le 5 mars 2015.

 

Il lui porte la même admiration qu’à ses idoles de jeunesse : le cinéaste serbe Emir Kusturica vient de terminer le tournage en Uruguay de son documentaire Le dernier héros, consacré à l’ancien dirigeant José Mujica, surnommé le « président le plus pauvre du monde ».

« J’ai développé une vision particulière du monde, liée aux personnes que j’admirais depuis ma jeunesse, du (guérillero Ernesto) Che Guevara à (l’ex-président cubain Fidel) Castro », confie-t-il à l’AFP à l’occasion du tournage des dernières scènes à Montevideo.

« Comme je n’ai rien pu faire avec eux deux (…), quand j’ai entendu parler d’un homme qui était président tout en continuant à conduire son tracteur et réparer sa maison, je me suis dit « C’est lui mon homme ». Et je ne me suis pas trompé », assure le réalisateur de 62 ans, lauréat de deux Palmes d’or au Festival de Cannes (France), en 1985 et en 1995.

Cet homme, c’est José Mujica, 81 ans, dit « Pépé », qui s’est fait connaître dans le monde entier pour son style informel, son franc-parler et sa façon de gouverner l’Uruguay entre 2010 et 2015.

Lire la suite…

Source : lapresse.ca

Via : http://arretsurinfo.ch/le-dernier-heros-lex-president-duruguay-mujica-vu-par-kusturica/

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Une « ONG humanitaire » prive d’eau 5,6 millions de civils

Réseau Voltaire | 6 janvier 2017

7.  Docu ONG Réseau Voltaire.jpg

 

Les jihadistes qui ont pollué, depuis le 24 décembre 2016, les sources du Barada —la rivière qui alimente en eau les plus de 7 millions d’habitants de Damas et de sa région— et fait exploser les canalisations ont publié une déclaration fixant leurs conditions.

Actuellement 5,6 millions de civils sont totalement privés d’eau courante depuis deux semaines. Les autorités sont parvenues à distribuer à la population, une à deux fois en quinze jours, de l’eau non-potable par des camions citernes, à raison de 50 litres par famille. Outre les bidons qu’ils ont pu remplir pour leur toilette et leur vaisselle, les habitants doivent acheter de l’eau minérale pour leur consommation d’eau potable.

Selon la « Déclaration de Barada », les jihadistes ne laisseront les ingénieurs nettoyer et réparer les sources du Barada que si l’Armée arabe syrienne et le Hezbollah cessent le combat (c’est-à-dire si la République arabe syrienne capitule).

Dans une lettre adressée au Conseil de sécurité, la Syrie a dénoncé la planification de cette opération par les puissances qui soutiennent et arment les jihadistes.

Parmi les sept groupes jihadistes signataires du Document figurent les « Casques blancs », dits « Défense civile syrienne ». Cette « ONG humanitaire » (sic) a été créée et est dirigée par un officier du MI6 élevé par la reine Elizabeth, en 2016, au titre d’officier de l’Empire britannique, James Le Mesurier. Cette organisation abreuve les médias d’images choquantes censées prouver « les crimes du régime » et dont il a été souvent démontré qu’elles sont de pures mises en scène de propagande.

La participation de cette « ONG humanitaire » à des combats a été attestée. Le ministère russe de la Défense l’a décrite comme « proche d’Al-Qaïda ».

Les Casques blancs sont financés par l’Allemagne, le Danemark, les États-Unis, la France, le Japon, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Le 19 octobre 2016, le président de la république française, François Hollande, son ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, et la présidente de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, Élisabeth Guigou ont reçu à l’Élysée une délégation des Casques blancs incluant le président du Comité « civil » d’Alep (sic) auto-proclamé « maire d’Alep » (re-sic), Hagi Hasan Brita.

La France avait présenté, en vain, la candidature des Casques blancs au Prix Nobel de la paix.

En droit international, le fait de priver d’eau des civils est considéré comme un crime de guerre.

 

8. Docu 2 ONG Réseau Voltaire.jpg

 

Source : http://www.voltairenet.org/article194852.html

 

4. chouette d'Athéna.GIF

 

Interruption de pause du 7 janvier 2016

Partager

Plus d’histoires deCulture