Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2022

Les grosses orchades, les amples thalamèges..


19/01/2017

NAISSANCE, CROISSANCE ET AGONIE DE L’EUROPE AMÉRICAINE

1. Europe 5.jpg

 

2. titre_manuel xx.GIF

3. Manuel de Diéguez xxx.JPG

Naissance, croissance et agonie de l’Europe américaine

1 – Naissance de l’Europe américaine
2 – Première étape de la vassalisation: de 1945 à 1949
3 – Seconde étape de la mise en tutelle de l’Europe : 1949-1989
4 – Les archives de l’Europe américaine
5 – De la chute du mur de Berlin à nos jours
6 – Une science des déclins

 

1 – Naissance de l’Europe américaine

La vassalité sépulcrale de l’Europe aura duré près de trois quarts de siècle – cette épreuve se sera étendue sur le même empire du temps que celui entre la mort de Louis XVIII en 1824 et l’inauguration de la première ligne du métro de Paris en 1900.

Dès le lendemain de la Libération, le chef du gouvernement, qu’on appelait le Président du Conseil sous la IIIe République, se trouvait à nouveau entre les mains de Léon Blum, l’homme des grèves de 1936, de la semaine de quarante heures et du pourfendeur du mariage. Aux côtés du ministre américain de l’époque, M. James Byrnes, il avait tenté, avec la signature des « Accords Blum-Byrnes » de 1946, de placer le cinéma français sous le contrôle étroit de Hollywood – un quota écrasant de films américains allait occuper obligatoirement les écrans français, face à une cinématographie nationale réduite à la portion congrue.

Il faudra attendre de longues années pour que la IVe République se décide à courir au secours du cinquième art. Une loi subventionnera les films français par le détour de prêts sur recettes – mais le cinéma allemand ne retrouvera sa respiration que beaucoup plus tard dans une Allemagne condamnée à demeurer divisée jusqu’à la chute du mur de Berlin en 1989.

Les historiens diviseront le siècle tombal de l’Europe en trois périodes. La première s’est étendue de 1945 à 1949, à l’heure des premiers pas de la guerre froide. La seconde, de l’expansion du marxisme d’État jusqu’à l’effondrement du messianisme prolétarien, qui avait créé une nouvelle ecclésiocratie du salut et de la rédemption, fondé sur la nouvelle bible de l’humanité, Le Capital, du prophète Karl Marx. La troisième période a inauguré son règne depuis la réunification de l’Allemagne, au cours de laquelle l’Amérique est parvenue à graver dans les constitutions dites démocratiques de toute l’Europe, le principe de l’occupation perpétuelle du continent de Copernic et de Christophe Colomb, par cinq cents bases militaires, de Ramstein à Sigonella et de la Belgique à la Pologne et à la Roumanie.

Lire la suite…

Source : http://aline.dedieguez.pagesperso-orange.fr/tstmagic/1024…

 

4. chouette d'Athéna.GIF

 

Et quelques nouvelles pas toutes du jour mais toutes intéressantes…

 

5. logo entrefilets.png

 

2017, le grand basculement ?

entrefilets.com – 6 janvier 2017

6. basculement.jpg

 

L’effondrement de l’Empire atlantiste et de sa contre-civilisation tourne au tragi-comique. Le spectacle est tellement désolant que l’on se surprend même à éprouver une certaine gêne devant la petitesse des acteurs pris au piège de cet épilogue pourtant historique.

La gêne par exemple de voir le minuscule Obama se ridiculiser encore davantage en donnant des coups de pieds rageurs dans son château de sable ; de voir aussi la volaille merdiatique occidentale s’obstiner à piailler en perdant ses dernières plumes de crédibilité ; de voir encore la panique des prétendants au trône hexagonal devant leur propre vacuité ; de voir enfin la sublime élite européenne se persuader qu’elle a encore un rôle à jouer. La gêne en somme de voir toute la caste dirigeante de l’hyper-Titanic atlantiste s’avilir jusqu’au grotesque pour arracher encore au temps qui les vomit quelques lambeaux de vie. 2017 descend pourtant sur leur nuque comme un impeccable couperet. L’année du grand basculement ?

L’Empire en voie d’extinction

On voyait bien la bête pourrir sur pied depuis quelques années mais le millésime 2016 aura été admirablement dévastateur pour l’Empire atlantiste. C’est l’année où tous les derniers joints de l’édifice ont pour ainsi dire pété en même temps.

Le Brexit ; l’éviction du gang Clinton par le déplorable Trump ; la montée irrésistible en Europe des partis souverainistes ; la perte totale de crédibilité de la machine à enfumer merdiatique après la chute d’Alep, bref, autant de déculottées qui ont poussé toute la pègre ultralibérale de l’Empire dans les cordes.

Matrice et capitainerie du Système, les États-Unis en ont pris pour leur grade, nécessairement. De l’Ukraine à la Syrie en passant par la Libye ou par l’Irak, toutes leurs opérations de regime change ont foiré lamentablement.

Sans nous appesantir sur le désormais « failed state » ukrainien, la perte d’Alep en décembre dernier représente sans conteste le coup de grâce, l’humiliation ultime d’une machine à dévorer le monde qui va devoir s’habituer à bouffer désormais la compote à la paille.

Lire la suite…

Source : http://www.entrefilets.com/2017%20le%20grand%20basculemen…

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Cela va sans dire… et mieux encore en le disant :

 

« Mensonge, fausse bannière et vidéos », une politique américaine.

Bruno Guigue – Arrêt sur Info12 janvier 2017

 

8. usa bombardements.jpg

Pour justifier l’ingérence dans les affaires des autres, Washington manifeste à la fois un véritable génie de l’affabulation et un manque évident d’imagination. Les dirigeants US n’oublient jamais d’inventer une histoire à dormir debout, mais elle a toujours un air de déjà-vu. Le plus étonnant n’est pas que Washington fasse preuve d’une telle répétition dans son répertoire, c’est plutôt qu’on semble le découvrir à chaque fois. En attendant, les faits parlent d’eux-mêmes. L’analyse des conflits du demi-siècle écoulé révèle le même modus operandi, elle fait apparaître les mêmes grosses ficelles.

Premier cas d’école, la guerre du Vietnam. En août 1964, le fameux incident du Golfe du Tonkin fait subitement basculer l’opinion américaine dans le camp belliciste. Des vedettes lance-torpilles nord-vietnamiennes, accuse Washington, ont attaqué le destroyer de la Navy « Maddox » au milieu des eaux internationales le 2 août. Dans un contexte de tensions entre Washington et Hanoï, la Maison-Blanche soutient que cette provocation communiste ne peut rester sans réponse. Mis sous pression, le Congrès des Etats-Unis autorise le président Johnson, le 7 août, à riposter militairement. Dans les mois qui suivent, des centaines de milliers de soldats volent au secours du régime sud-vietnamien et les bombardiers US pilonnent les positions nord-vietnamiennes.

Lire la suite…

Source : http://arretsurinfo.ch/mensonge-fausse-banniere-et-videos…

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Spécial Cirque électoral France

L’effrayante primaire de la belle arnaque populaire.

Ariane Walter – Le Grand Soir 15 janvier 2017

9. Ariane Walter arnaque.jpg

 

Oui, c’est effrayant. De gros bavards qui mixent dans le vide. Ils parlent vite, vite, parce qu’ils n’ont rien à dire d’honnête ; ils ne répondent jamais, jamais, à la question posée ; ils partent à Brest quand tu leur dis que tu vas à Marseille. La honte. la honte pour eux, La honte pour nous. Je dirai que la droite est plus audible que la gauche, car du moins la droite dit clairement : « On va vous baiser. » La gauche sait qu’elle va le faire mais il lui faut noyer le poisson dans un torrent de boue ; Ecœurant.

J’ai regardé un peu. Jusqu’à la limite de mes forces. Puis je suis passée sur la 2 pour un doc furieusement anti-Trump. Il a un gros, gros défaut Trump, mais alors énorme, il serait pro-Israël avec son beau-fils le Juif ! Mais dites-moi, on n’a pas Tel-Aviv chez nous aux premières loges ? On n’est pas les bassets de la War Americana et des marchands d’armes ? Nous ne sommes pas, nous même des marchands d’armes réputés qui ont besoin de la guerre pour vivre, épuisant le sol, détruisant des pays entiers ! Et tout cela sous la bénédiction de ces abominables socialistes prêts à tout, même à laisser tuer leurs concitoyens pour garder le pouvoir ? Vendre leurs âmes et nos corps et notre santé et notre présent et notre passé pour vivre sous les ors de la République ?

Il est évident que celui qui va gagner demain n’était pas hier sur les écrans.

Voilà un premier coup de balai.

Un conseil à Mélenchon.

Ne t’approche pas d’un seul de ces gansters mondains. Même pas à cent mètres. Ou tu es mort définitivement.

Fais ta route tout seul ou ce sera une impasse.

Et je dirai une impasse honteuse.

Tu t’es laissé beurrer par le PCF en 2012, ne refais pas la même erreur ou tu prendras ta retraite à Naze-City.

N’oublie pas Sanders, à qui tu te compares et qui, lui aussi, a fini dans les bras de Clinton-pizzagate.

On en est à un point où, curieusement, en politique, il faut être honnête ou il faut crever.

Merci Poutine.

Qui confronté à un avion abattu par l’ennemi et sachant qui a frappé, ne déclenche pas la guerre qui mettrait notre monde à feu et à sang. (Ceci est mon opinion.)

Je terminerai sur un bon moment de cette semaine.

Reçue chez les petits marquis d’Arte, Fanny Ardant les a traités de laquais de l’impérialisme américain ! C’était un moment comme un diamant.

Merci, madame. Grande dame. Car on sait assez comment, dans ce métier, les vengeances sont foudroyantes.

Bien.

Pour nous, les amis, la guerre continue.

Jusqu’à la paix des Braves.

On va se revoir.

Courage.

Et hier soir, en voyant ces minables, nous avons bu à grandes gorgées, le courage notre révolte.

4. chouette d'Athéna.GIF

Puisqu’on en parle, la voilà :

 

Fanny Ardant sur la Russie : Un contre-pouvoir à l’Amérique.

 

10. Fanny Ardant.jpg


Venue présenter son nouveau film Le Divan de Staline (avec Gérard Depardieu) sur le plateau de l’émission « 28 minutes » sur Arte, l’actrice Fanny Ardant a cloué le bec aux journalistes, les invitant à balayer devant leur porte et à faire preuve d’un peu plus d’objectivité quand il s’agit d’aborder le thème de la Russie. Le tout en moins de deux minutes !

Alors qu’on lui demandait si elle n’avait pas l’impression « qu’on confond la culture russe et la Russie politique », Fanny Ardant a interloqué les journalistes d’Arte en leur lançant sans sourciller :

 

« Vous êtes contents quand même qu’il y ait un contre-pouvoir à l’Amérique ? Ou vous êtes tellement des laquais de l’Amérique que vous n’en voudriez pas ? »

 

L’actrice française, qui déclare détester les étiquettes, a poursuivi son discours en qualifiant la Russie de « contre-pouvoir » à l’Amérique. Refusant de discuter de Poutine car elle « ne connaît pas les tenants et les aboutissants », Fanny Ardant a remarqué que, les journalistes ayant la fâcheuse habitude de « diaboliser toujours quelqu’un », la Russie était devenue « le bouc émissaire ».

Selon elle, ce n’est que maintenant, suite à l’arrivée de ce « contre-pouvoir » à l’Amérique incarné par la Russie, que les habitants de l’Occident commencent à comprendre que depuis longtemps ils se trouvaient sous l’influence de l’impérialisme américain.

L’actrice n’a pas mâché ses mots, dénonçant l’hypocrisie des grands médias et soulignant que l’Occident « se croit toujours autorisé à distribuer des bons et des mauvais points ».

 

« Je sais simplement que quand on ouvre un bulletin d’informations, il y a la pensée unique sur les mêmes hommes et les mêmes choses », s’est-elle insurgée.

 

Ayant toujours adoré la culture russe et l’âme slave, Fanny Ardant vient de sortir son troisième film en tant que réalisatrice, Le divan de Staline, avec Gérard Depardieu dans le rôle principal.

 

ARTE ayant fait supprimer « pour des questions de droits d’auteur » sa vidéo mise en ligne par Sputnik, nous la remplaçons par celle-ci, d’une autre provenance.

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Et puisqu’on y est :

 

Le divan de Staline

Bande-annonce

Remarques :

  1. L’histoire n’est pas d’elle.
  2. Staline avait encore ses cheveux et pas de ventre. La moustache à Depardieu a l’air fausse. [De Niro se serait fait maigrir et aurait laissé pousser la sienne. Évidemment, pour les cheveux…].

Mais qui sommes-nous pour chipoter ?

 

4. chouette d'Athéna.GIF

 

Attendez-vous-y chez vous !

Un secret de polichinelle bien gardé

Washington est derrière la brutale expérience indienne d’abolition de l’argent liquide.

Norbert Häring  – 1er janvier 2017

 

11. Secret de polichinelle.jpg

Indiens faisant la queue devant une banque

Début novembre, sans préavis, le gouvernement indien a déclaré invalides les deux billets de banque de plus grande valeur, abolissant plus de 80 % de la valeur d’argent en circulation. Malgré toute l’agitation et l’indignation qui en ont résulté, personne ne semble avoir pris conscience du rôle décisif qu’a joué Washington dans cette décision. C’est surprenant, car ce rôle a été à peine dissimulé.

Le président américain Barack Obama a déclaré que le partenariat stratégique avec l’Inde était une priorité de sa politique étrangère. La Chine doit être maîtrisée. Dans le cadre de ce partenariat, l’agence américaine de développement USAID a négocié des accords de coopération avec le ministère indien des Finances. L’un d’eux a pour objectif déclaré de repousser l’utilisation de l’argent liquide en faveur des paiements numériques, en Inde mais aussi dans le monde entier.

Lire la suite…

Source : norberthaering.de

Via : http://lesakerfrancophone.fr/un-secret-de-polichinelle-bi…

 

4. chouette d'Athéna.GIF

« Prostituées, douche dorée, lit d’Obama : enfin des révélations sur le rapport contre Trump ! »

Pour ceux que les fantasmes des spécialistes ès enfumage US intéressent encore, c’est ici

0. freccia nera piccola.GIF

https://fr.sputniknews.com/international/2017011110295393…

 

Les autres peuvent sauter à la case suivante.

  « Les douches dorées » : une lettre de Zinoviev 2017 ?

Neil Clark – RT – 14 janvier 2017

 

12. Trump parapluie.jpg

 

À peine pensait-on que les « fake news » (fausses informations) avaient donné tout leur jus, que BuzzFeed surgit pour en rajouter une couche. La publication, par ce site, d’un dossier bidon – non vérifié et bourré d’allégations gratuites – sur Donald Trump et ses prétendus liens avec la Russie marque un nouveau palier dans la descente sans fin du niveau journalistique.

Cela montre à quel point de désespoir en sont arrivés ceux qui essaient à toute force de saboter des relations meilleures entre les États-Unis et la Russie.

Le document – comme BuzzFeed lui-même le reconnaît – a été concocté par des « opposants politiques » à Donald Trump et remis au FBI par le fauteur de guerres en série et anti-russe obsessionnel John McCain.

Des « sources très bien informées » ont aussi prétendu que le document en question était l’œuvre d’un ancien agent du MI6, dont on nous dit qu’il aurait « plongé dans la clandestinité ».

Si tout cela est vrai, l’entrée en jeu de James Bond ne serait pas une surprise absolue. Car lorsqu’il est question de subvertir la démocratie en jouant la carte du « péril russe », les services secrets britanniques peuvent se targuer d’une assez grande expérience. De fait, le dossier « Douches dorées », et la manière dont il a été porté à l’attention du public,  présente des ressemblances troublantes avec une autre révélation bidon qui a circulé en 1924 et dont le but, justement, avait été de mettre un terme au rapprochement du Royaume Uni avec la Russie.

En janvier de cette année-là, le tout premier gouvernement travailliste de l’histoire d’Angleterre est arrivé au pouvoir. Le programme économique du Labour était timide, mais ce qui alarma surtout l’establishment, ce fut le désir exprimé par ce parti d’améliorer les relations avec l’Union soviétique. Le Premier ministre Ramsay MacDonald reconnut officiellement le gouvernement soviétique au mois de février, proposa de nouveaux accords avec Moscou et ouvrit des négociations pour un prêt du Royaume Uni à l’URSS.

Mais cela n’allait tout simplement pas être autorisé à se produire. Après que le Procureur général travailliste eût abandonné les charges contre un écrivain communiste qui avait incité les soldats à ne pas tirer sur « leurs frères ouvriers » lors d’une grève, les Libéraux et les Conservateurs s’unirent pour réclamer une enquête, dont la motion fut rédigée par Sir John Simon, qui devait plus tard qualifier l’incident de « Trumpery » (oripeau).

De nouvelles élections furent convoquées pour la fin d’octobre. Quatre jours tout juste avant qu’elles aient lieu : sensation ! Sous les titres « Plan de guerre civile des maîtres des socialistes : les ordres de Moscou à nos Rouges » – « Découverte d’un grand complot », une lettre fut publiée par le Daily Mail, provenant, prétendit-on, d’un dirigeant bolchevique : Grigory Zinoviev.

Cette lettre était marquée « top secret » et transmettait des instructions quant à la manière de provoquer une révolution en Grande Bretagne. Elle ajoutait que la reconnaissance de l’URSS par le gouvernement travailliste aiderait beaucoup la cause communiste.

Le Kremlin contesta avec véhémence l’authenticité du document. « Hé, que voulez-vous qu’ils disent d’autre ? », firent les anti-russes avec un clin d’œil entendu.

« La lettre rouge provoqua un grand émoi » a écrit l’historien A.J.P. Taylor. « Le parti travailliste fut accusé de complicité avec les Russes, ou alors d’être leur dupe ».

Les Tories auraient peut-être gagné les élections de toute façon, mais le coup avait porté grand tort au Labour qui perdit 40 sièges. Les Conservateurs revinrent au pouvoir après en avoir été éloignés moins d’un an et ne signèrent pas de traités avec Moscou. L’establishment anti-russe put se rendormir sur ses deux oreilles : l’isolement de l’Union soviétique allait pouvoir se poursuivre.

C’est aujourd’hui un fait universellement admis que la lettre de Zinoviev était un faux grossier. En 1999, un nouveau rapport réclamé par le ministre des Affaires étrangères travailliste Robin Cook a révélé que la lettre avait été fabriquée par la source d’un agent du MI6 et « probablement transmise par quelqu’un du SIS (les services d’espionnage connus sous l’appellation de MI6) au Bureau Central du parti Conservateur. »

En 1924, c’est donc le Kremlin qui disait la vérité. Et c’étaient ceux qui ne voulaient surtout pas de meilleures relations avec Moscou, les barbouzes, les politicards anti-russes  et leurs hommes à tout faire des médias qui avaient répandu des « informations fausses ». Quelqu’un d’autre que moi fait-il le parallèle avec aujourd’hui ?

La lettre de Zinoviev de 1924 n’est pas le seul exemple d’intervention des service secrets britanniques dans le but de saboter les relations du pays avec Moscou. Dans son livre de 1987, Spycatcher [inédit en français ndt] Peter Wright  révèle des complots du MI5 (et de la CIA) pour déstabiliser le Premier ministre travailliste Harold Wilson, dans les années 1960 et 70. On sait que le MI5 a conservé un dossier secret sur Wilson pendant toutes ses années au parlement (de 1945 à 1983).

Les opposants à Wilson l’ont accusé d’être « paranoïaque », mais, comme l’a fait remarquer Joseph Heller dans Catch 22, ce n’est pas parce que vous êtes parano qu’ils n’en ont pas après vous. À présent, en 2017, la cible n’est plus Ramsay MacDonald ou Harold Wilson, c’est Donald Trump.

« Les douches dorées », document aussi louche que la lettre de Zinoviev, poursuit exactement le même but : anéantir tous les espoirs de meilleures relations avec la Russie et forcer à la poursuite de la guerre froide.

Si Le Donald persiste à vouloir établir un nouveau partenariat avec la Russie, soyez sûrs qu’on nous dira que c’est parce que Poutine le fait chanter, qu’il n’y a pas d’autre explication possible. Bien sûr, ce sont en réalité les services secrets occidentaux et leurs féaux serviteurs de la politique et des médias qui pratiquent le chantage. Le message qu’ils envoient à tout dirigeant éventuel des États-Unis ou de Grande Bretagne est clair : si vous ne vous alignez pas sur les diktats de l’establishment à propos de la Russie, nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour vous détruire. Les pressions qui s’exercent sur Donald Trump pour le forcer à se coucher sont effarantes. C’est cette tentative d’intimider brutalement les « dissidents » de la politique étrangère pour qu’ils s’alignent sur la volonté de l’État Profond et l’ardeur complice des médias à diffuser leurs «fausses informations» pour imposer leur programme qui font les sujets importants. Quand il s’est agi du PizzaGate, tout le monde s’est contenté d’en rire, mais dès lors qu’il a été question de « douches dorées », cela a aussitôt été « Vrai ou pas vraie, cette histoire est importante et il faut qu’elle soit mise sur le tapis ». 

Et tout ça, c’est la faute à la géopolitique.

Pour mettre à jour la citation d’A.J.P. Taylor à propos des travaillistes et de la lettre de Zinoviev : Trump a été dénoncé comme complice des Russes ou au moins comme leur dupe. Et il en ira de même pour toute personnalité publique qui voudra changer la politique étrangère du camp occidental.

Si on veut comprendre pourquoi la perspective de meilleures relations avec la Russie terrifie à ce point l’État Profond, tout ce qu’il y a besoin de faire – comme je l’ai déjà noté ici – c’est suivre la piste de l’argent. Ainsi qu’aurait pu le dire le grand Upton Sinclair, c’est dur de faire comprendre à quelqu’un qu’il n’y a pas de « péril russe », si son (très haut) salaire dépend de l’existence d’un « péril russe » et de sa promotion agressive.

Pour justifier son énorme budget – particulièrement en temps d’« austérité » – le MI6 a, tout comme l’OTAN, besoin d’un épouvantail russe. Pas plus tard qu’en décembre dernier, le chef de ce service, Alex Younger, s’en est pris à la Russie pour ses opérations en Syrie qui ont, c’est vrai, mis en échec aux plans des Anglais, des Américains et de leurs alliés pour provoquer un changement de régime dans ce pays. Il n’est pas inintéressant de noter que ce ne sont pas seulement les « douches dorées » mais aussi les accusations de « hacking » par la Russie qui trouvent leur origine dans les services secrets anglais.

Ensuite, bien sûr, vous avez tous les grands pontes « experts » et « consultants », dont les salaires sont payés par des think tanks « non partisans », néanmoins financés par des « sociétés de défense » US. Et les belliqueux politiciens appâteurs d’ours dont les campagnes sont financées par l’establishment militaro-industriel.

L’hyper-faucon de la guerre froide Henry « Scoop » Jackson, dont le nom survit dans le think tank Henry Jackson Society, avait été surnommé « le sénateur de chez Boeing » à cause de ses liens avec l’industrie de l’armement.

Les populations des États-Unis et de Grande Bretagne pourraient souhaiter que leurs pays respectifs entretiennent de meilleures relations avec la Russie et oeuvrent avec elle à l’éradication des périls véritables tels qu’ISIS (État Islamique, ex-ISIL). Le problème hélas, c’est qu’il y a trop de monde, dans les cercles du pouvoir, qui ne le veulent absolument pas.

Gens de gauche anglais qui trouvez drôle ce qui arrive à Trump, méfiez-vous. Car la même stratégie sera déployée contre le dirigeant de votre Labour Party Jeremy Corbyn, s’il continue à défier les barbouzes et les gardiens de but néocons en appelant à une fin de la guerre froide bis. Qui sait ? Un dossier douteux sur « Corbyn le Collabo » pourrait bien être déjà prêt à circuler grâce à quelques journalistes « sympathiques » et sites web anti-russes dont l’opposition de principe aux « informations fausses » et à la propagation d’affirmations sans fondement s’évanouira comme par enchantement. [Ç’est fait : http://www.informationclearinghouse.info/46246.htm ! ndt]

Source : https://www.rt.com/op-edge/373676-buzzfeed-golden-showers…

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

 

4. chouette d'Athéna.GIF

À quoi bon lésiner ?

Dans le même ordre d’idées…

(Glané sur Antipresse)

 

L’art du croche-pied à la Maison-Blanche

ENFUMAGES par Fernand Le Pic

 

13. enfumage 2.JPG

 

Au lendemain de l’élection de Donald Trump, Obama reçoit le vainqueur à la maison blanche. Le président élu lance les satisfecit à tout va parlant d’un meeting excellent pour cette première rencontre entre les deux hommes. Obama confirme qu’il fera tout pour que la transition fonctionne bien car pour lui «la transmission pacifique du pouvoir est l’une des caractéristiques de la démocratie». Quelques jours plus tard, dans une mise en scène un peu surfaite, c’est d’Athènes qu’il renouvelle sa garantie pour une «transition douce». Il ajoute qu’en sa qualité de président des États-Unis il se sent responsable de tout faire pour «faciliter une bonne transition».

Il n’a pas fallu longtemps pour découvrir que derrière ses promesses glamour prononcées devant des parterres abêtis par huit ans de feinte élégance, il signifiait en réalité qu’il allait savonner la planche de Trump à l’huile de poix.

Hormis le fait qu’il révélait ainsi l’inversion de sens systématique de tous ses discours, il aura sans doute péché par excès de confiance. C’est le lot des faisans et autres gallinacées choyées par Audiard.

Ce sont peut-être les 35 pages de l’officier Christopher Steele qui exposeront le niveau de la flibuste. En anglais de la Maison Blanche on appelle cela « oppo » pour « opposition research ». En clair rechercher, trouver, voire fabriquer de toutes pièces, et utiliser tout ce qui peut compromettre son adversaire politique, l’équivalent du « kompromat » russe, dont on entend soudain beaucoup parler ces derniers temps.

A la Maison blanche l’oppo se gère à temps plein. L’un de ces appointés se rendit célèbre pour avoir presque réussi à faire passer les déboires lewinskiens de Bill Clinton pour un complot des Républicains. Il travailla six ans pour les Clinton à demeure présidentielle. Son nom, il le signait au coude de ses coups bas: Chris Lehane. Le New York Times, pourtant de son bord, n’hésita pas à le qualifier de «Master of the Political Dark Arts», lorsqu’il s’occupa de la campagne du général Wesley Clark en 2004. Il le préféra à Kerry jugé trop conciliant. Plus tard, Lehane comptera parmi ses clients fidèles Lance Amstrong, qui sut si bien mentir. Il a toujours assumé sa réputation de fomenteur. Il en fit même un livre de référence avec son mentor Mark Fabiani, dont le titre fleure bon l’instantané de la morsure en politique, l’effet polaroid du fait divers organisé : Masters of disaster, the ten commandements of damage control (éd. Palgrave Mcmillan 2012, rééd St. Martin’s Griffin 2014).

En 2010, l’ancien employé de la Maison Blanche qui y a toujours ses entrées, représente les intérêts d’un sheikh héritier éconduit, celui de l’émirat de Ras al-Khaimah à qui son émir de père préféra un frère pour lui succéder au trône. Il se trouve que ledit sheikh est un intime des Clinton et suffisamment proche d’Obama pour compter parmi ses invités de marque lors de son investiture de 2009. En fait, s’il fut éconduit par son père, c’était justement parce qu’on lui reprochait d’être trop proche des Américains et trop ouvertement anti-iranien. Alors Chris Lehane aura pour mission de l’aider à retrouver son trône, avec l’aide des États-Unis, en insistant sur le fait qu’il sera un rempart contre l’hégémonie iranienne. On réserva des pages dans les journaux on créa des sites web et on placarda des affiches sur les bus. Une grosse campagne. Lehane s’adjoint pour ce faire les services d’une firme classique de relations publiques du nom de California Strategies et ceux d’une « oppo » beaucoup plus glauque et qu’il connaît bien, du nom de SNS Global, dirigée notamment par Glenn Simpson, un ancien du Wall Street Journal. C’est ce même Glenn Simpson qui venait de créer en parallèle l’officine des basses œuvres démocrates « Fusion GPS » avec Tom Catan et Peter Fritsch, également deux anciens du Wall Street Journal.

Or, un beau jour, des journalistes du Spiegel informent California Strategies qu’ils ont reçu copie de ses dossiers confidentiels relatifs au sheikh, y compris le montant des honoraires qu’il a déjà payés, soit 3,6 millions de dollars. Deux semaines plus tard, c’est au tour du Guardian à Londres de recevoir les mêmes documents hackés.

Du coup California Strategies porte plainte directement auprès d’Eric Holder, l’Attorney général des États-Unis (un intime d’Obama) en spécifiant que les documents aspirés « contiennent des communications avec des responsables de haut rang du gouvernement fédéral, pouvant être compromettantes ». À l’époque les soupçons se tournèrent très officiellement vers l’Iran. Glenn Simpson produisit d’ailleurs un rapport (de 36 pages) détaillant tout l’intérêt qu’aurait eu la République d’Iran à hacker California Strategies au moment où, justement, elle allait faire l’objet de nouvelles sanctions.

N’est-il pas curieux de retrouver tout ce petit monde de Fusion GPS comme commanditaire d’un dossier relatif à des situations compromettantes pour Donald Trump, le tout sur fond de hacking fumants révélant les turpitudes de leur patronne déchue Hillary Clinton ? Car c’est bien le même Glenn Simpson qui enrôla l’agent anglais Christopher Steele, aujourd’hui en fuite éperdue, afin qu’il signât un rapport qui était peut-être issu de sa propre imagination. Un faux grossier dont les sources sont attribuées non pas à l’Iran cette fois mais à la Russie, et qui est destiné, comme on le sait, à démolir la légitimité de Donald Trump. Ce qui est cocasse, c’est que le rapport en question fait encore 35 pages, sans doute un standard de la Maison Simpson.

Quant à Chris Lehane, on le voit encore se glisser discrètement dans les couloirs de la Maison Blanche pour y rencontrer sa collègue actuelle en damage control Shailagh Murray. Le 8 février 2016, par exemple, ils passèrent seize heures de travail ensemble. On peut même vous dire que son numéro de rendez-vous était le U73070. Mais officiellement c’était pour parler de RbnB, la nouvelle affaire d’hôtellerie privée qu’il a fondée avec une ex-collègue de la Maison blanche : Sarah Bianchi. Seize heures ! C’est bien un minimum pour parler business, non ? Rappelons au passage que Sarah Bianchi est celle-là même qui croisa Philipp Hildebrand, l’ancien patron de la Banque Nationale Suisse, chez BlackRock, une firme qui s’est notamment occupée d’orienter la gestion que l’on connaît de la dette grecque.

Au moins en 2010, la presse locale, notamment le San Francisco Gate (SF-GATE) du 8 juin 2010, osait encore dire que cette flibusière était une habituée des intrigues et que le hacking de California Strategies venait plus vraisemblablement de rivaux républicains que des Gardiens de la révolution.

En 2017, Trump n’a quant à lui pu compter que sur ses propres tripes.

 

4. chouette d'Athéna.GIF

 

Dissolution de l’OTAN et alliance militaire avec la Russie

Sahra Wagenknecht, au nom de la gauche allemande, prend M. Trump au mot

Rédaction – RT 17 janvier 2017

Un système de sécurité militaire incluant la Russie devrait être mis sur pied pour remplacer l’OTAN, a déclaré dans une interview Sahra Wagenknecht, figure de proue du parti allemand Die Linke (« La Gauche »), en écho aux récentes déclarations de Trump sur l’OTAN.

 

14. Sahra.jpg

« L’OTAN doit être dissoute et remplacée par un système collectif de sécurité incluant la Russie » a déclaré ce mardi Mme Wagenknecht au groupe de médias Funke.

Il faut dire que l’OTAN vient d’essuyer un certain nombre de critiques de la part des médias allemands, suite aux déclarations faites par le président élu dans une interview récemment accordée au Bild, au cours de laquelle il a qualifié l’OTAN d’« obsolète ».

 

« Je dis depuis longtemps que l’OTAN a des problèmes. En particulier, celui d’être obsolète, parce que cette organisation a été conçue il y a beaucoup, beaucoup d’années », a-t-il déclaré dimanche.

« Nous sommes censés protéger des pays, mais un tas de ces pays ne paient rien alors qu’ils devraient le faire, ce que je trouve très abusif à l’égard des États-Unis ».

 

Ces mots ont reçu le soutien de Wagenknecht, qui a ajouté que les commentaires de M. Trump « révèlent impitoyablement les erreurs et les échecs du gouvernement fédéral ».

L’interview [du président, ndt] n’a pas échappé à celui-ci. Un porte-parole de la chancelière Angela Merkel a dit qu’elle avait été « lue avec intérêt » par le bureau de la Chancellerie.

De leur côté, les officiels de l’OTAN se sont montrés « irrités » par les déclarations de M. Trump, selon le ministre des Affaires étrangères allemand Fred-Walter Steinmeier, qui a parlé à des reporters à l’issue d’une rencontre avec le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg. Steinmeier a ajouté cependant qu’à l’OTAN on ne doute pas que l’administration US maintiendra les engagements de son pays envers l’alliance.

Alexander Graf Lambsdorff, vice-président du Parlement européen et membre du parti allemand FDP a dit aux gens de Funke que les déclarations de Trump « restent vagues et pas trop sensées ».

Die Linke est le groupe d’opposition le plus important au Parlement allemand et avait déjà appelé auparavant à des relations plus étroites avec la Russie.

Ces commentaires se font jour en pleine escalade d’une concentration de troupes, de tanks et d’équipements militaires US en Europe, aux frontières de la Russie, dans le cadre d’une opération de l’OTAN intitulée « Résolution Atlantique ». Après les manoeuvres militaires effectuées dans le cadre de cette opération, les troupes seront stationnées en Pologne, en Bulgarie, en Roumanie et dans les pays baltes, dépendant d’un Quartier Général qui se trouvera en Allemagne.

Source : https://www.rt.com/news/373974-nato-dissolution-alliance-…

Traduction : c.l. pour Les Grosses Orchades

4. chouette d'Athéna.GIF

Mais elle aura du mal…

 

« L’art de la guerre »

Des chars d’assaut déployés en Pologne

Manlio DinucciRéseau Voltaire – 17 janvier 2017

Tandis que le président états-unien élu, Donald Trump, critique l’existence même de l’Otan, l’Alliance atlantique poursuit son déploiement impérial en Europe. Planifiée après la révolte du Donbass contre les putschistes nazis installés par l’Alliance à Kiev, elle vise à faire accroire qu’il existe une menace russe pour justifier l’occupation militaire de l’Europe de l’Est. Une occupation soutenue par les élites politiques est-européennes qui, toutes, doivent leur pouvoir aux seuls États-Unis.

 

15. Chars Pologne.jpg

Discours de Paul W. Jones, ambassadeur des États-Unis en Pologne

© Army photo by Sgt. Paige Behringer, 10th Press Camp Headquarters

Le 12 janvier 2017, deux jours après son discours d’adieu, le président Barack Obama a lancé le plus grand déploiement de forces terrestres en Europe orientale depuis la fin de la Guerre froide : un long convoi de chars d’assaut et autres véhicules blindés états-uniens, provenant d’Allemagne, est entré en Pologne. C’est la 3ème Brigade blindée, transférée en Europe de Fort Carson dans le Colorado : composée d’environ 4 000 militaires, 87 chars d’assaut, 18 obusiers automoteurs, 144 véhicules de combat Bradley et des centaines de Humvees. L’ensemble de l’armement est transporté en Pologne soit par route, soit par 900 wagons ferroviaires.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article194955.html

 

Résumons : Les États-Unis crèvent d’envie de faire la guerre à la Russie, mais veulent que l’Europe la fasse pour eux. L’Europe de l’Est est la chèvre attachée au piquet, dont les bêlements devraient attirer l’ours récalcitrant dans l’arène. Cette stratégie s’appelle bear-baiting. Espérons, pour les populations civiles de la Pologne et des pays circonvoisins, que les nerfs des Russes tiendront le coup.

4. chouette d'Athéna.GIF

Pour les archives :

Les aveux du criminel John Kerry

http://www.voltairenet.org/article194943.html

 

Il y en a quelques-uns qui seront surpris… Pas nous.

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Même si vous n’êtes pas belges, parce que c’est sûrement pareil chez vous.

 

Nous sommes tous Dyab Abou Jahjah !

Luk VERVAET – Le Grand Soir 12 janvier 2017

16. Luc Vervaet.jpg

 

En Belgique, on peut sans problème défendre les assassinats ciblés systématiques, réalisés avec des drones par le Mossad, le service secret israélien, contre des dirigeants et des militaires palestiniens. Ou l’assassinat par balles, en pleine rue, comme le 15 décembre dernier, il y a à peine trois semaines : Mohammed Alzoari, un dirigeant du Hamas, abattu près de sa maison en Tunisie. On a aussi pu applaudir sans souci à l’opération Plomb durci, dans laquelle Israël a bombardé Gaza sans relâche de décembre 2008 à janvier 2009. Avec la mort de 1315 Palestiniens, dont 410 enfants et plus de 100 femmes, et 5285 blessés comme bilan…

Mais si vous défendez par contre le droit reconnu internationalement des Palestiniens à résister par tous les moyens contre cette machine de guerre et l’occupation illégale de la Palestine, comme Dyab Abou Jahjah après l’attaque palestinienne contre un groupe de soldats israéliens à Jérusalem, alors il faut en payer le prix ! Le secrétaire d’Etat Theo Franken et le mensuel Joods Actueel ont demandé au Standaard le licenciement de Dyab en tant que chroniqueur du journal. Quelques heures plus tard, c’était fait.

L’enjeu de la défense de Dyab dans cette affaire, ce n’est pas seulement la défense du principe libéral de la liberté d’expression, selon lequel on peut soi-disant dire tout ce qu’on pense. Ce dont il s’agit, c’est de savoir si nous avons encore le droit, dans ce pays, de défendre la légitime résistance d’un peuple et de ses organisations. Les Palestiniens sont plus maltraités que les Noirs au temps de l’apartheid en Afrique du sud. N’ont-ils pas le même droit à la résistance que l’ANC de l’époque ?

Radicalisation

Le traitement de Dyab Abou Jahjah dit beaucoup sur la prétendue lutte contre la radicalisation à laquelle le gouvernement et les médias accordent la plus haute priorité. Le scenario de 2002-2003 semble se répéter. À l’époque, Dyab et la Ligue Arabe Européenne (AEL) ont été réduits au silence par une longue campagne de calomnies, d’accusations de terrorisme et de procès (dont ils sont sortis totalement blanchis). Après l’élimination de cette organisation autonome, démocratique et non religieuse, un autre phénomène est apparu sur la scène : Sharia4Belgium.

Revivons-nous le même épisode ?

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/nous-sommes-tous-dyab-abou-j…

 

4. chouette d'Athéna.GIF

 

Sur le même sujet, nous avions raté la prise de position de Bruno Guigue : « Après l’attentat de Jérusalem, Droite, PS et FN à l’unisson ! ». La voici : http://arretsurinfo.ch/apres-lattentat-de-jerusalem-droit…  

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Une masse d’air froid en provenance de Russie.

Et Poutine va sans doute continuer à nier toute ingérence ?

17. Poutine neige.jpg

« Air froid venu de Russie », « Vague de froid en provenance de Russie »… Les médias français soulignent et répètent avec délices la provenance des masses d’air polaire, comme pour faire passer un message… Sputnik a mené l’enquête pour découvrir comment Moscou est arrivé à modifier le climat en Europe.

Cette fois, les preuves de l’ingérence de Vladimir Poutine dans les affaires intérieures des pays étrangers sont irréfutables ! Dos au mur, accablé de preuves, il ne pourra pas plaider non coupable si facilement.

« C’est de Russie que cette vague de froid nous arrive », ont souligné certains médias français, généralement frileux à l’idée de pointer l’origine des malfaiteurs.

Suite aux attaques informatiques, une nouvelle accusation s’abat sur la Russie : elle est soupçonnée d’avoir provoqué le temps glacial qui fait grelotter les Européens.

Les agents du Kremlin auraient-ils vraiment élaboré un moyen de déstabiliser le climat sur le Vieux Contient en riposte aux multiples sanctions anti-russes ?

Source : https://fr.sputniknews.com/france/201701171029634597-froi…

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Neige partout, même en Inde et en Tunisie !

Diaporama :

https://fr.sputniknews.com/photos/201701181029648020-hive…

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Malgré quoi le premier train-cargo chinois arrive à Londres, ayant couvert 12.000 km en 18 jours.

https://fr.sputniknews.com/economie/201701181029662176-tr…

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Dernière minute :

18. Logo Agora 1.gif

A la veille de la présidentielle, 30 personnalités de tous horizons lancent un appel pour la défense de la francophonie et de la diversisité linguistique

 

Résistance ou Collaboration linguistique ?

 

COURRIELSon site – samedi 14 janvier 2017

C’est l’heure du choix pour les candidats et pour les électeurs français :

face à MM. Macron et Gattaz, chevaux de Troie du tout-anglais en France et en Europe, REPRENONS LANGUE !

 

19. Vignette Agoravox astaud.png

Prenant la parole à Berlin dans le cadre de sa candidature à la présidence de la République… française, Emmanuel Macron a prononcé son discours en anglais « pour être compris de tous » (sic).

Le 11 janvier, s’exprimant sur France-Info dans l’émission de J.-M. Aphatie, le chef de file du MEDEF, Pierre Gattaz, a salué ce reniement macronien de la langue française en expliquant laborieusement que l’avenir de la francophonie passe par l’anglais (M. Aphatie a relevé l’« oxymore »), « langue universelle des affaires » : une assertion à la fois fausse et hors-sujet, sauf à réduire l’activité à venir d’un futur chef de l’État à une forme d’affairisme international. Le patron des patrons a même précisé que les jeunes Français devaient apprendre à « lire, écrire, compter  » en anglais, même s’il a ajouté, pour adoucir l’énormité de son propos, que bien sûr ils devaient aussi maîtriser le français (on respire !).

Dans cette même émission, M. Gattaz a aussi expliqué que pour « gagner », la France devait accepter les délocalisations industrielles, limiter les droits sociaux et les garanties du code du travail qui freinent, selon lui, les entreprises. La question est de savoir si cette prétendue « France qui gagne » à l’international serait autre chose, une fois privée de sa langue et de ses acquis sociaux, qu’un « couteau sans manche dont on a perdu la lame »… Bref, une « France » dénaturée dont ne bénéficierait qu’une minorité de privilégiés.

De plus en plus il apparaît qu’une part croissante de nos « élites » (?) économiques et politiques est déterminée à liquider notre langue au niveau international comme au niveau national, quitte à violer grossièrement l’article II de la Constitution, lequel dispose que « la langue de la République est le français ». Déjà l’ex-président du MEDEF et du syndicat patronal européen Ernest-Antoine Seillière avait déclaré en 2004 qu’il n’officierait plus, en tant que patron de Businesseurope, qu’« en anglais, la langue de l’entreprise et des affaires ». Déjà M. Kouchner, ministre des Affaires étrangères de N. Sarkozy, affirmait lui aussi cyniquement que « l’avenir de la Francophonie passe par l’anglais » (sic). Déjà, Mme Fioraso, ministre de F. Hollande, a fait de l’anglais une langue universitaire en France au mépris de la loi Toubon qui institue notre langue en « langue de l’enseignement ». Déjà de grandes entreprises comme Renault ou PSA basculent toute leur documentation interne à l’anglais en France même, sans parler de la grande distribution qui privilégie l’anglais (Carrefour City, Simply Market, etc.), des « services publics » et des ex-services publics (SNCF, EDF, Orange…) qui affichent trop souvent leur publicité et leurs enseignes en frenglish ou en mauvais anglais ; ni de la « France » qui chante en anglais à l’Eurovision, des films tournés en anglais en France sur subvention de l’État, des émissions intitulées en anglais sur des chaînes publiques, etc.

Manifestement, l’aile marchante de l’oligarchie politico-financière « française » a décidé, à l’occasion des présidentielles, de franchir un seuil décisif dans l’assassinat programmé de la langue nationale, qui est aussi, rappelons-le, la langue officielle de dizaines de pays dans le monde : après la loi du silence qui, depuis des années, interdit de fait aux grands médias de mettre en débat le basculement linguistique insidieusement en cours en France, voici que certains milieux – dont MM. Macron et Gattaz sont l’avant-garde – passent à l’arrachage officiel, quitte à tenir à mi-voix à l’égard du français d’hypocrites propos élogieux en forme de soins palliatifs…

Nous refusons et refuserons avec acharnement cet attentat cynique contre le peuple français et les autres peuples de la Francophonie. C’est le moment ou jamais pour les amis du français et de la Francophonie d’interpeller vigoureusement les candidats aux prochaines élections, présidentielle et législatives :

  • oui ou non, condamnez-vous l’attitude anti-francophone caractérisée de M. Macron et de ses « hampers » (ainsi se nomment en pidgin ses partisans) ?
  • oui ou non, ferez-vous enfin respecter et renforcerez-vous la loi Toubon, y compris en sanctionnant les « collabos de la pub et du fric » (dixit Michel Serres) qui ne recourent au français dans leur « com » que pour mieux le polluer et introduire le « Globish Business » ?

La résistance et le civisme linguistique sont décisifs pour sauver notre langue, premier service public de France et socle du lien social, pour imposer le respect dû à tous les Francophones de France et d’ailleurs, pour sauvegarder l’égalité entre les citoyens français dont l’écrasante majorité n’est pas « English Mother Tongue » (1). Cette résistance est également vitale pour préserver la diversité des langues qui n’importe pas moins à la culture mondiale que la diversité des espèces n’importe aux défenseurs de la nature.

Au demeurant, Macron n’a pas seulement piétiné le français en parlant anglais à Berlin, il a aussi humilié les germanophones, qui ne sont pas tous censés parler la langue du « business » macronien ! Il est vrai qu’en Allemagne aussi la trahison linguistique fait rage à l’initiative du haut patronat : la société Volkswagen ne vient-elle pas de passer toute sa communication d’entreprise à l’anglais au mépris des ouvriers et des consommateurs allemands ? Assez de ce totalitarisme linguistique, d’autant plus odieux et ridicule que l’Angleterre est en passe de quitter l’U.E., si bien que légalement, l’anglais ne peut plus être la langue officieuse, et encore moins, la langue officielle, des institutions européennes !

Macron se donne des airs de « transgresseur » et de « moderniste » en humiliant sa langue maternelle à l’international. Or il n’y a rien de moins moderne que cet assassinat de la diversité culturelle, rien de plus conformiste que cette allégeance au tout-anglais et à ce qu’il signifie de soumission à l’Empire néolibéral anglo-saxon…

Résistance ou collaboration linguistique, l’heure du choix est venue pour tous les citoyens épris de dignité. Ensemble, sauvons notre langue, et avec elle, la diversité linguistique mondiale, de l’oppression du tout-anglais porté par le monde de la finance.

___________________

(1) = « langue maternelle anglais » : nombre d’offres d’emploi de postes de hauts cadres réservées aux anglophones, ce qui revient à introduire indirectement une préférence nationale à l’envers qui n’est pas moins douteuse que son inverse.

Signataires (11.01.2017)

  • Georges Gastaud, philosophe, président exécutif de l’Association CO.U.R.R.I.E.L. (COllectif Unitaire Républicain pour la Résistance, l’Initiative et l’Emancipation Linguistiques)
  • Stéphane Sirot, historien du syndicalisme
  • Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-VII
  • Bernard Guillaumin, trésorier national de l’Association CO.U.R.R.I.E.L.
  • Philippe Loubière, docteur ès lettres
  • Matthieu Varnier, secrétaire général de l’Association CO.U.R.R.I.E.L., roboticien
  • Philippe de Saint-Robert, ancien Commissaire général à la langue française, président de l’Association pour la sauvegarde et l’expansion de la langue française (ASSELAF)
  • Guy Chausson, Association Lotoise des Amis de la langue française
  • Francis Combes, poète
  • Albert Salon, docteur d’État ès lettres, ancien ambassadeur, président d’association pour le français et la Francophonie
  • Pierre Pranchère, ancien Franc Tireur et Partisan de France, ancien député de Corrèze
  • Aurélien Djament, mathématicien, CNRS
  • Rose-Marie Serrano, traductrice d’espagnol
  • Patricia Latour, journaliste
  • Daniel Miroux, président de l’Alliance Champlain
  • Benoît Foucambert, syndicaliste (81)
  • Christophe Pouzat, neurobiologiste
  • Christian Darlot, chercheur CNRS
  • André Tosel, professeur émérite de philosophie, Université de Nice
  • Marcel Girardin, administrateur de Défense de la langue française en Pays de Savoie
  • Anna Persichini, secrétaire, militante syndicale CGT (06)
  • Jean-Luc Pujo, président des Clubs Penser la France
  • Denis Foucambert, professeur de psycholinguistique, Université du Québec (Montréal)
  • Alain Fleury, auteur, comédien, metteur en scène (76)
  • Aymeric Monville, éditeur
  • Daniel Dubois, syndicaliste, libre-penseur, élu (Adjoint au Maire, 59).
  • Giovanni Di Mino, professeur de langue vivante (13)
  • Christian Champiré, maire de Grenay (62)
  • Romain Vignest, président de l’Association des professeurs de Lettres
  • Laurent Lafforgue, mathématicien, professeur à l’IHES
  • Anna-Maria Campogrande, pour Athena, Association pour la défense et la promotion des langues officielles de la Communauté Européenne, Italie.
  • Barbara Flamand, poétesse (Belgique)

Pour se joindre à cet appel contacter Georges Gastaud

À sa demande, le commentaire de Mme Barbara Flamand (Bruxelles) :

« Cette attaque contre la langue est à la fois culturelle, politique, historique. Contre une telle attaque il faut soulever un mouvement de masse. En gommant leur langue, les Français vont-ils lire Montaigne en anglais ? Chanter la Marseillaise en anglais ? Et apprendre dans cette langue comment les versaillais ont écrasé la Commune ? La langue est le patrimoine collectif en même temps qu’individuel. Le peuple ne peut pas laisser les décideurs souiller la France de Ferrat et de bien d’autres ».

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Livres (de fiction) à lire ou à relire

pour comprendre l’actualité

 

Sommes-nous les seuls à avoir vu, dans la siège d’Alep, la réédition parfaite (causes et péripéties) de celui de Paris (1589-1594) ?

MM. Poutine et Bachar al-Assad, diabolisés par le camp occidental, ont pour leur part pas mal de points à rendre à L.M. Henri III et Henri IV, rois de France, qui le furent peut-être même davantage par celui de leur temps, où les Espagnols et le duc de Parme jouèrent le rôle de la coalition d’aujourd’hui, la Ligue et les Guise celui de « l’opposition modérée »…

On peut se rafraîchir la mémoire en lisant ou en relisant, parmi quelques autres du même auteur :

 

20. Couv. Bête.jpg

 

 

 

Jean d’Aillon

La Bête des Saints-Innocents

J’ai lu 2015

Collection : J’ai lu Roman

632 pages

 

Après l’assassinat d’Henri III, Henri de Navarre s’attela à conquérir son royaume que la Sainte Ligue lui refusait. Ayant écrasé l’armée de la Ligue, Henri mit le siège devant Paris. La famine qui s’ensuivit provoqua la mort de dizaines de milliers d’habitants. Des enfants furent dépecés et mangés, et en examinant la dépouille d’une femme trouvée dans le cimetière des Saints-Innocents, on s’aperçut qu’elle avait été saignée comme par un vampire. D’autres découvertes tout aussi macabres devaient suivre. S’agissait-il de crimes perpétrés par des lansquenets affamés ou, plus effrayant, de forfaits commis par un loup-garou ? Le commissaire Louchart, forcené ligueur, tient que la Bête est un animal venu des Enfers pour meurtrir les Parisiens à la demande de l’hérétique Henri de Navarre, qui a signé un pacte avec Satan. Un prêtre proclame en chaire qu’il veut bien être damné, à condition que le Seigneur empêche « le porc béarnais » de prendre Chartres. Il appelle au massacre des « tièdes » restés dans la capitale. Le massacre a lieu aux cris de « ils vont nous tuer tous si nous ne les tuons d’abord ». À cette occasion, quelques bons chrétiens s’enrichissent…

 

Sur les intentions malveillantes du Royaume Uni à l’égard de la Russie, bien avant les inventions de 1924 et de 2017, les anglophones reliront certainement avec jubilation :

21. FlashmanAtTheCharge.jpg

 

 

George MacDonald Frazer

Flashman at the Charge

Barrie & Jenkins, 1973

286 pages

 

et, bien entendu, sa suite indienne :

 

22. Couv. Flash Geat Game.jpg

 

 

George MacDonald Frazer

Flashman in the Great Game

Barrie & Jenkins, 1975

336 pages

 

4. chouette d'Athéna.GIF

Nouvelle interruption de pause involontaire,

ce 19 janvier 2017, toujours avec nos excuses.

 

Partager

Plus d’histoires deCulture