Aller à…
RSS Feed

16 octobre 2019

Les Palestiniens nous le demandent : grand rassemblement demain jeudi à Paris !


 

Infos CAPJPO-EuroPalestine du 10 mai 2017.

Olivia Zémor

Chères amies, chers amis

 

Nous vous demandons de répondre massivement à l’appel au secours des prisonniers palestiniens, qui ont demandé à l’opinion publique mondiale de se mobiliser jeudi 11 mai en soutien aux grévistes de la faim, dont la situation est humainement insupportable.

 

A Paris, nous vous appelons à rejoindre, à partir de 10 heures du matin et pendant toute la journée, nos camarades qui poursuivent eux-mêmes une grève de la faim depuis le début de la semaine, à la Fontaine des Innocents (Métro-RER Châtelet-Les Halles).

 

On a du mal à se représenter ce que signifient 24 jours de grève de la faim pour les 1600 détenus qui participent au mouvement, et qui demandent la reconnaissance de droits élémentaires.

 

Depuis le début de la grève, Israël, fort de la complicité criminelle de nos dirigeants, que ce soit Hollande ou Macron pour ce qui concerne la France, redouble au contraire de cruauté à l’encontre des grévistes : transferts incessants d’une prison à l’autre, mises à l’isolement, raids nocturnes avec des chiens d’attaque dans les cellules, refus de visites par leurs avocats, des cas de refus de fourniture d’eau potable étant même signalés.

 

Du fait du blocus imposé par Israël, les informations recueillies par les médias palestiniens et le Comité de soutien palestinien sont forcément fragmentaires.

 

M° Youssef Nasasra a été l’un des très rares avocats autorisés à rendre visite à deux grévistes de la faim, Mohamed Abou al-Roub et Rachid Hamayil, détenus dans le désert du Neguev, indique l’agence Ma’an.

 

Hamayil a notamment indiqué que les gardes fournissaient une seule bouteille d’eau pour 6 grévistes, leur refusant l’indispensable addition de sel.

 

Le refus d’une eau fraîche oblige les prisonniers à boire au lavabo, qui ne délivre que de l’eau chaude, et il est en outre devenu de plus en plus difficile physiquement pour une partie des grévistes, vu leur état de faiblesse, de quitter la paillasse où ils sont allongés pour se hisser jusqu’au point d’eau.

 

Pour ajouter au sadisme de l’administration pénitentiaire, il faut également savoir que les deux prisonniers en question n’ont pas pu changer de vêtements depuis le début de leur grève il y a trois semaines.

 

Un nombre indéterminé de grévistes, dont l’état de santé est plus particulièrement délabré, ont été transférés, non pas dans des hôpitaux, mais dans « l’hôpital de campagne » créé à cet effet dans l’enceinte de la prison de Ramle. C’est dans cet établissement que les bourreaux du peuple palestinien menacent de pratiquer l’alimentation forcée des grévistes, en faisant au besoin appel à des « médecins » mercenaires étrangers, puisque jusqu’à présent l’association des médecins israéliens a refusé de se plier à de telles pratiques de type nazi.

 

On le répète, le peuple palestinien a besoin de nous : soyons nombreux jeudi 11 mai à Paris, à la Fontaine des Innocents, pour affirmer notre solidarité, en se joignant ou pas au jeûne poursuivi depuis lundi par plusieurs d’entre nous.

 

Amicalement,

 

CAPJPO-EuroPalestine

www.europalestine.com

ce message a été envoyé à [email protected], cliquer ici pour vous désabonner

Plus d’histoires dePalestine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,