Aller à…
RSS Feed

1 août 2021

Les grosses orchades, les amples thalamèges.. Littératures vagabondes – états d’âme à La Thalamège


 

FASTES DE BRUXELLES – I.

1. NATO FLLEET.JPG

Flotte de l’OTAN dans la Baltique

 

Fastes de Bruxelles

2. OTAN 2.jpg

 

On ne sait pas vous, mais nous, depuis que le Donald est venu relever ses compteurs, nos impôts sur le revenu de retraités au plancher ont augmenté de 30%. Mais ne tirons pas de conclusions hâtives, c’est peut-être dû à autre chose.

Triste sort que de se vouloir le représentant de 322 millions de citoyens « braves et libres » et de se retrouver distribué dans un emploi de maquereau et de racketteur, qui a été celui de tous les présidents des États-Unis depuis que cette confédération existe. Reconnaissons qu’il a été celui de pas mal d’autres aussi, depuis les jours païens où la pègre romaine rançonnait les bars de Suburre peu soucieux de se voir brûler jusqu’au sol – que ce fût Chez Romulus ou À la mule du pape, car les choses n’ont guère changé en vingt siècles – et où les gangsters du moment, quand ce n’était pas carrément l’empereur lui-même, faisaient la tournée des locande, y prélevant leur tribut et y plantant, au milieu du personnel, un de leurs nervis chargé de surveiller la marche des choses, voir quels étaient les vrais bénéfices du patron, écrémer sa caisse, au besoin faire monter la barmaid avec des clients de passage, etc… Quoi, jusqu’à remplacer de force un pape par un autre de « la famille » ? Et pourquoi pas ?

Il est impossible à ce jour de savoir ce que Donald Trump avait vraiment dans le ventre et ce qu’il lui en reste. Les apparences ne sont pas affriolantes, mais que sont les apparences ? Israël Shamir, lui, continue à y croire. Mais Israël Shamir croit aussi en Dieu. Seule l’Histoire dira qui avait vu juste. En attendant, lisons toujours ce qu’il dit, et que chacun décide, in petto, ce qu’il en pense…

Théroigne

 

4. Marianne pleurant petit.gif

Trump en pèlerinage

Israël Adam Shamir5 juin 2017

Entre la plume et l’enclume

Traduction : Maria Poumier

 

3.  Trump Mur.jpg

 

Avant sa victoire électorale imprévue, l’Occident fonçait droit vers le Meilleur des Mondes, dans le sillage des US, avec l’Europe occidentale en première ligne. Les traités commerciaux étaient censés en finir avec la démocratie et imposer la gouvernance par les plus grosses multinationales. Le programme transhumaniste avait été bricolé pour nous embarquer dans l’audacieux projet de reconfigurer complètement l’Homo sapiens. Notre vie devait incessamment se précipiter dans le pire : plus de dépenses, parce que se chauffer sans pétrole coûterait plus cher, des revenus en baisse, parce que plus d’immigration fait dégringoler les salaires, et toujours plus de précarité pour les travailleurs.

Lire la suite…

Source : http://plumenclume.org/blog/258-trump-en-pelerinage

 

4. Marianne pleurant petit.gif

 

Manlio Dinucci a un autre point de vue :

L’art de la guerre »

L’ « ordre » du G7 est celui de l’OTAN

Manlio DinucciRéseau Voltaire 30 mai 2017

Le verre à moitié vide ou le verre à moitié plein. Cette semaine, alors que Thierry Meyssan souligne les acquis de Donald Trump aux sommets de l’Otan et du G7, Manlio Dinucci revient sur ses échecs. Le système est ainsi fait — non pas au plan statutaire, mais au regard de ses hommes — qu’il résiste à tout changement et s’entête à la guerre.

 

5. Dinucci.jpg

« Un ordre international basé sur des règles, qui promeuve la paix entre les nations, sauvegarde la souveraineté, l’intégrité territoriale et l’indépendance politique de tous les États et assure la protection des droits humains » : c’est ce que disent vouloir les leaders du G7 qui s’est déroulé à Taormina, à côté de la base de Sigonella, centre stratégique en Méditerranée pour les guerres et opérations couvertes USA/Otan : guerres qui ont démoli l’État libyen et essayé de faire la même chose en Syrie, accroissant le tragique exode de migrants, dont le G7 se dit préoccupé par leurs droits humains.

Lire la suite…

Source : http://www.voltairenet.org/article196531.html

 

4. Marianne pleurant petit.gif

En attendant, on en est là :

 

6. NATO - OTAN.JPG

 

Et là :

7. Micron OTAN.jpg

8. NATO FLAGS.jpg

Que les choses soient bien claires…

9. TRUMP SPEECH ALLIES.jpg

Discours du parrain à sa « famille »… 

10. TSIPRAS au sommet OTAN Bruxelles.jpg

Un porte-coton qui a su montrer l’exemple…

4. Marianne pleurant petit.gif

Dans la rue, où ils ne vont pas, il y avait ça :

 

11.  BELGIUM NO TO NATO.jpg

Des Belges…

 

12. Manif ANTI-OTAN belge.jpg

D’autres…

13. STOP NATO.jpg

Des qu’on ne connaît pas…

14. Manif anti otan.jpg

15. Manif Bruxelles.jpg

Pas que des femmes…

16. Manif d'Irlandais anti-OTAN à Bruxelles.jpeg

Ceux-là étaient venus d’Irlande

17. trump-belgium.jpg

18. clowns-in-brussels.jpg

Et ceux-là ont réussi à retarder l’ouverture des festivités en se faisant arrêter.

4. Marianne pleurant petit.gif

 

Pour rappel :

19. Time to end Nato.JPG

« Time to end NATO »

Pour la dénonciation par la France du traité de l’Atlantique Nord et le retrait de ses Armées du commandement intégré

Appel pluraliste (pétition)

Comité Valmy – 5 juin 2017

0. freccia nera piccola x.GIF

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article6031

4. Marianne pleurant petit.gif

 

Celui de Manlio Dinucci pour l’Italie et le reste de l’Europe :

 

Sostieni la campagna per l’uscita dell’Italia dalla NATO – per un’Italia neutrale.

0. freccia nera piccola x.GIF

https://www.change.org/p/la-campagna-per-l-uscita-dell-it…

 

Bien sûr, vous pouvez la signer, sa pétition ! Z’êtes européens non ?

 

4. Marianne pleurant petit.gif

 

De Bruxelles aussi mais aux antipodes

 

Schizonoia VII

Anatole Atlas – Spherisme 1er juin 2017

20. enfants-jouant-au-football-sur-la-plage--700-52175.jpg

Que se passerait-il en Belgique si la mer du Nord dégorgeait un cadavre, le jour d’un sommet de l’OTAN ? Après le gros titre, ce fait divers serait traité sur les écrans comme tout échouage d’un phoque ou d’un cachalot. Celui-ci paraît avoir une trentaine d’années. Beau visage émacié, corps malingre, slip de bain misérable. Je l’appellerai Mohammed. Où fut-il avalé pour être ici craché par la marée ? L’ivoire de la peau laisse penser à un séjour de plusieurs heures entre deux eaux. Cérémonie brève, digne, une femme donne son foulard noir pour lui couvrir la tête et le visage, d’autres mains tendent une serviette rouge pour le corps, et il est emporté par quatre bras sur un brancard de fortune. La scène a lieu 3000 km au sud de Blankenberghe. Ici, la mort fait partie de la vie comme la vie n’a pas son terme dans la mort. Je rendais mes dévotions à la mer océane en sifflotant Comme à Ostende quand j’ai vu le petit attroupement. Toute l’humanité condensée dans quelques personnes, avec une intensité qui nous rendait tous familiers de ce mort. Il est certain qu’on ne parlera pas de lui à la télévision. Mais sa présence était si forte, sur cette plage, qu’elle ne requérait pas ce genre de représentation. Mohammed évacué, quelque chose de lui s’était à jamais inscrit en nous, qu’il resterait à lire et à traduire. Chacun pouvait donc s’en aller : je me suis remis à siffloter. Dans le journal du lendemain, je découvrirais en première page la photo de Killer Donald et Baby Mac échangeant à Bruxelles une mâle poignée de mains. Les lippes inférieures des nouveaux chefs de clans sur les rives de l’Atlantique me paraîtraient étrangement proéminentes, leurs tronches prises de profil par les caméras. « Bien joué fiston, tu as gagné le droit d’entrée dans mon club de golf », signifierait celle, mordant sur la lèvre supérieure, du boss artiste en deals. « Ne te prends pas pour le patron », rétorquerait la mâchoire saillant à la yankee du kid rebelle. J’apercevrais derrière eux la gueule hilare d’expert au faîte du pouvoir ayant conservé sa juvénilité d’étudiant fraîchement diplômé, voire de communiant, du Secrétaire général de l’OTAN. Masque métamorphosé quand il s’agit de passer aux affaires sérieuses : l’augmentation des budgets militaires. Chacun serait parfait dans son rôle consistant à faire mine de prendre ses distances en se faisant prier pour « rassurer ses partenaires », à donner en échange des gages de soumission bravache et à harmoniser ces positions. Pour ces gens-là, quelques milliards de Mohammed existent moins qu’un sucre dans leur café après le festin au siège flambant neuf de l’OTAN. Si le fantôme de Mohammed leur était apparu, il eût représenté l’image qui justifie leur coalition : la menace, terrifiante et planétaire, de l’humanité !

Source : www.spherisme.be

 

4. Marianne pleurant petit.gif

 

Diagnostic d’un Agnostique

 

21. Dans un avion.jpg

 

Peut-on s’obstiner à produire des signes toute une vie, sans recueillir le moindre écho ? Bien sûr, si ces signes sont eux-mêmes les échos d’autres messages errant de siècle en siècle ainsi que des vagabonds sifflant leur complainte nocturne aux étoiles, en dédaignant l’aumône des fenêtres où ces signes et échos lointains ne pénétreront jamais. Tant occupés sont par leurs écrans les propriétaires des fenêtres, qu’ils n’aperçoivent pas un fait nouveau : pour la première fois dans leur histoire, images et discours des maîtres ne sont plus réellement visibles ni audibles. Même quand l’on feint d’être captivé par ce qu’il faut voir et entendre, sans quoi risquerait de surgir à l’écran le visage de Mohammed ou de quelque autre spectre. Ainsi prospèrent les machines à flashes et à bruits faites pour intoxiquer le cerveau, ces drogues électroniques multipliant les effets des addictions chimiques. Sources fleuves et mers transformés en égouts sont le destin du psychisme humain, jadis baigné de fluides comparables au cycle des eaux, qu’un empoisonnement programmé réduit à l’état de cloaque. Mais le vagabond continue de siffler sous vos fenêtres. Il sait que venues des astres ses notes y retournent et seront un jour captées pour donner accès à la Sphère. Il y croit parce que c’est incroyable. Il y pense parce que c’est impensable. Il imagine un tel scénario futur parce qu’il est inimaginable. S’il espère l’inespéré, c’est que le vagabond lit aussi ce qui est illisible et comprend l’incompréhensible. Devrait-il se gêner pour dire l’indicible ? Mais demandez-lui de s’expliquer : il avouera sa parfaite incompétence. Tout au plus pourra-t-il vous suggérer que l’offensive contre la Sphère passe par une désintégration de l’essence humaine, dans sa tension entre bestialité et divinité. Cette offensive militaire a pour stratégie d’effacer les frontières sacrées entre l’homme et la machine comme avec l’animal. Aussi jamais anqrwpos  ne fut-il plus rejeté hors de lui-même, expulsé de son propre noyau, rendu plus étranger à son être profond – plus absent à sa vérité constitutive – qu’en cette ère de l’immédiateté instantanée, de la connexion universelle et de la présence en direct des représentations. Ce que siffle sous vos fenêtres le vagabond – cet étranger radical – est que votre terreur de Mohammed vient du fait que vous soyez étrangers à vous-mêmes, par peur de l’autre que vous avez expulsé de vous-mêmes.

L’être ne se présente plus sans sa représentation simultanée. Quant à lui-même, il pointe aux abonnés absents. C’est-à-dire où ? Dans un territoire non pas virtuel (ce mot désignerait une potentialité), mais irréel : celui du marché planétarisé. Là est la vraie patrie, la vraie matrie, la vraie fratrie. Chaque humain n’y peut circuler que muni de ce qui prouve son identité, la prothèse électronique. Mohammed se vouait sans doute à la sorcellerie des écrans. Je n’ai pas aperçu de gadget portatif à côté du cadavre, mais il devait être parmi ses affaires abandonnées qui sait où, tant longues sont les plages de l’Atlantique. Ce que n’ignoraient pas les chefs de l’OTAN réunis à Bruxelles. Quel pressentiment leur fit-il éloigner les journalistes alors que sifflotait un vagabond sous les fenêtres du nouveau siège à un milliard offert par la Belgique ? Les services de sécurité ne l’avaient-ils pas déjà repéré devant l’ambassade yankee ? Le site www.spherisme.be seul enregistrerait l’apparition, sur son écran, du sourire de Mohammed. Mais ce ne serait pas tout.

 

22. trump-Macron anigif_sub-buzz-32206-1495987009-1.gif

Lors du fameux shake hand échangé par Killer Donald et Baby Mac, on verrait se dessiner face à celui-ci son futur alter ego, le prochain occupant de la Maison Blanche. Ils formeraient un idéal duo de prédicateurs aptes à combler le vide spirituel inhérent au système dont ils seraient d’inédits managers, par une propagande améliorée. C’est bien le visage poupin de Marc Zuckerberg qui se refléterait dans celui de Macron pour achever la poignée de mains. Grâce à Mohammed, chaque citoyen du monde aurait pu découvrir en direct une séquence de l’avenir, offerte par conspiration de l’au-delà. Son portable en attesterait sur la plage, quand il se mettrait à vibrer dans un pantalon de jogging déposé en pile avec les maillots du Real et du Barça pour simuler un piquet de goal et que ses copains, interrompant la partie de football, décrocheraient l’appareil pour découvrir les images filmées à Bruxelles. J’en fus témoin. Frappé par une sphère de cuir comme je poursuivais ma promenade, il me fut donné de voir l’hilarité d’un fantôme et l’anticipation d’une scène montrant le patron de Facebook et l’ancien agent de Rothschild, prêchant la nécessité de créer un monde où chacun trouverait sa raison d’être. « Même si des centaines de millions d’emplois sont remplacés par des robots, nous avons la possibilité de faire tellement plus ensemble ! »  Comment dire ce qui était arrivé à Mohammed ? Je ne pus me résoudre à leur avouer la vérité. Ce groupe hétéroclite, monté des banlieues, scrutait un smartphone dont l’absurdité du message ne pouvait être perçue par ses dupes. On vendait le désastre comme une salvation. Des margoulins s’affirmaient donateurs de sens par une surenchère dans le non-sense

 

23. NOUS. PETIT _ Azim_dessin_facebook_smartphone_statue_liberte_nsa_espionnage x.gif

 

Bien avant que tombe de son estrade le bonimenteur de fête foraine élu président de la Terre promise américaine, Mohammed avait révélé sur écran l’image et la voix de son successeur. Pouvais-je parler à ses amis de la noyade ? Il continuait de leur sourire en usant de mots stupéfiants : « Prophètes, philosophes et poètes ont ouvert d’autres voies que celles, accessibles aux animaux, qui assurent de survivre par un comportement adapté. L’escroquerie des nouveaux propriétaires de l’humanité réside en ce que sa soumission aux machines la réduit à un esclavage proche de la condition animale. Et ces prétendus maîtres ne vous haranguent-ils pas comme des prophètes et des philosophes, sinon comme des poètes ? Souvenez-vous de Tony Blair clamant qu’on mène campagne en poésie et qu’on gouverne en prose. N’avait-il pas envoyé des tanks à l’aéroport d’Heathrow, pour démontrer que la menace de l’Irak était bien réelle ? Soyez en éveil, mes amis. Yajibou el yakada ! Si l’on était dans un monde réel, ces gens-là qui ont foutu la merde au Moyen-Orient passeraient au tribunal où ils seraient jugés comme des criminels de guerre, mais on les voit donner des conférences à 1 million $ ! C’est une machine infernale qui est enclenchée, dont le potentiel d’extermination massive ridiculisera celles qui l’ont précédée sous la forme des première et deuxième guerres mondiales, car les règles grammaticales apprises au cours de français n’autorisent plus à qualifier celle-ci de seconde. Une machine infernale qui vient de laisser admirer ses dorures extérieures sous forme de farces électorales, des deux côtés de l’Atlantique, puis d’un show publicitaire dans les capitales d’Arabie saoudite et d’Israël, où se concrétise le plan Yinon conçu depuis 1982, qui prévoyait déjà l’explosion de l’Irak et de la Syrie comme de la Libye, pour permettre à long terme l’expansion du peuple élu sur un territoire allant du Nil à l’Euphrate. C’est la stratégie qui guide tous ceux qui se réunissaient au siège de l’OTAN à Bruxelles. Tout est donc en place pour une guerre mondiale aussi nécessaire que les précédentes, au service d’identiques intérêts. Leurs fondés de pouvoir se rassemblaient la même semaine au G7 en Sicile, dans un bavardage en commun ne pouvant même plus produire l’illusion du moindre sens. Comment les esprits doivent-ils être vidangés pour leur faire confondre un gang mafieux avec l’élite mondiale en charge de l’intérêt général ! » Puis disparut le visage de Mohammed, en lequel vous auriez reconnu un bicot sifflotant sous vos fenêtres, mais rasant plutôt les murs désormais.

Pourrais-je rendre crédible une telle histoire ? J’ai bien vu le corps d’un noyé rejeté par la marée, puis enveloppé dans une serviette rouge et un foulard noir en guise de linceul. Remontant le long de la plage, un ballon m’a cogné le crâne et les joueurs me présentaient leurs excuses, quand l’appel sonore venu d’un vêtement faisant office de goal s’avéra provenir du téléphone ayant appartenu au mort. Il délivrait un message posthume sous forme d’images prises à Bruxelles, où Zuckerberg se substituait à Trump comme président de l’Amérique lors de l’entrevue avec Macron, suite à quoi le souriant Mohammed – il s’avère que c’est son vrai nom – lance une diatribe qu’il conclut par des mots que je dois me faire traduire non sans mal : « Al haq youäla wala youäla älayh ». Quelque chose qui défie à la fois les structures de langage et de pensée propres à l’Occident, signifiant à peu près que le ‘ sommet’ de la vérité ne peut être surpassé…

N’est-ce pas sur la négation d’un tel axiome que s’édifie l’architecture du marché planétaire ? Nous venons tous du bled, me dit cette bande par sa gestuelle, et combien stupides nous sommes face aux ruses mensongères d’une Satanie généralisée ! C’est-à-dire, la disposition mentale ouverte sur un idéal méprisé, qui, manipulée par des techniques appropriées, peut fabriquer un soldat du djihad. Mais quelle fantasmagorie s’est-elle ici jouée ? L’absence de référence explicitement religieuse dans le message de Mohammed me paraît un gage de son caractère surnaturel. Ses amis n’y comprennent rien. Nul ne cherche une explication logique ni à savoir où il a disparu. Tous flottent comme des formes imprécises. Ils sont des ectoplasmes en plein soleil. On se connaît depuis qu’on est mômes et il a toujours eu des paroles bizarres, alors ce truc sur son portable ou autre chose, avec lui rien ne nous étonne, me suggèrent-ils dans un état second. Car les langues se délient, des mots fusent de l’insoupçonnable abîme des poitrines. Ils sont d’accord avec l’oraculaire téléphone portable. J’en vois un qui se met à jongler de la tête avec le ballon, tout en affirmant que rien n’a joué de rôle plus civilisateur contre les guerres que ce globe miniature au cours du XXe siècle. Un autre clame son admiration pour les héroïques jeunes femmes israéliennes de l’association MESARVOT, qui refusent le service militaire au risque de la prison. La Grèce est à genoux, me lance un troisième, et la Troïka lui ordonne de ramper. Je ne crois pas indispensable de les décrire physiquement, tant ils incarnent un Tout-Monde que l’on pourrait retrouver au Brésil, en Afrique du Sud ou en Indonésie – mais avec une conscience très vive que l’Esprit les relie.

Dans mon gourbi d’Aourir l’heure est venue de rendre compte, à ceux qui viendront, de cette expérience en sept épisodes intitulée Schizonoïa. La scission sans médiation définissant le capitalisme s’inverse dans une représentation qui entretient cette schize comme promesse de restaurer  l’unité perdue. Que pèse l’humanité face à Kapitotal ? Qu’est le visage d’un Mohammed face aux masques humanitaires de la tour Panoptic ? Depuis les bas-fonds s’élèvent pourtant des hiérarchies d’anges élus par un sacrement de misère, alors que de l’Empyrée chutent les damnés de la richesse. Pour la plus grande part de l’espèce humaine, l’époque actuelle ressemble au livre de Job, où celui-ci subit l’épreuve d’une perte absolue de ses biens matériels, tombés aux mains de Satan. Emirs orientaux et amirautés occidentales jouent fort bien le rôle du Malin dans ce scénario, d’autant plus rusé qu’il prétend combattre le Mal. Ne jouit-il pas d’une présomption de supériorité morale transcendante, qui disqualifie tous ses adversaires ? Il fallait, pour désigner l’Iran comme tel et se lancer dans une danse du sabre avec la barbarie sanguinaire de l’Arabie saoudite, un margoulin capable de bousculer toutes les convenances. Faire de Téhéran « l’organisateur et le financier du terrorisme international » requiert une régression de l’âge mental moyen à un stade primaire, préalable au déploiement de l’« intelligence artificielle » prôné par la Silicon Valley. Ce programme ne pouvait avoir meilleur promoteur que Killer Donald, avant qu’il ne cède la place à Marc Zuckerberg. Que reste-t-il à coloniser que le futur ? Tout possible autre est arraisonné par la logique du Même, paré de couleurs fantastiques. L’abolition de toute négation dialectique ouvre un horizon qui traduira Arbeit macht Frei en Freedom is Kapitotal. Tel est déjà l’universel slogan, l’expression pure du délire schizonoïaque. Cette contre-révolution anticommuniste affichant depuis près d’un demi-siècle ses prestiges révolutionnaires eut pour noyau déflagrateur Mai 68. Contrairement à ce qu’affirme une vulgate médiatique partout répandue depuis lors, nous ne vivons pas dans une « société du spectacle ». Aucun dramaturge n’a conçu la mise en scène d’un show publicitaire où tout se donne à voir, si ce n’est les contradictions réelles en œuvre dans la Cité. Prouver ne se peut faire qu’en éprouvant par quelque prouesse. Il s’agit d’être preux dans l’épreuve conduisant à la preuve. Et que faut-il prouver sinon le théorème que l’on fait d’une époque ? C’est cela même, écrire…

Anatole Atlas, le 1er juin 2017

Source : http://www.spherisme.be/Schizonoia.htm

 

 

4. Marianne pleurant petit.gif

 

Mis en ligne le 5 juin 2017

18. freccia nera grande x.GIF

Partager

Plus d’histoires deCulture