Aller à…
RSS Feed

3 mars 2021

Une décision sioniste met l’ancien bourg d’al-Khalil aux mains des colons !


Rapport

CPI


Samedi 16 septembre 2017

Al-Khalil (Hébron) – CPI

Les autorités de l’occupation sioniste viennent de donner aux colons de l’ancien bourg d’al-Khalil la permission de construire un conseil municipal propre à eux, indépendant de la municipalité de la ville d’al-Khalil.

« C’est la décision la plus dangereuse prise contre la ville d’al-Khalil par les autorités de l’occupation sioniste depuis 1976. Nous ne reconnaissons pas cette décision ; nous y ferons face, partout et devant l’ONU ! », a réagi Taïsir Abou Asnina, président de la municipalité de la ville d’al-Khalil.

Le maire Abou Asnina, parlant au correspondant de notre Centre Palestinien d’Information, dit : « la ville d’al-Khalil restera unie, en dépit de toutes les injustes décisions discriminatoires. Al-Khalil (Hébron) restera une ville arabe et islamique. Cette décision du ministre de la guerre sioniste autorisant les colons à construire un conseil municipal à eux est une décision illégale et dangereuse. Nous l’accepterons jamais. Nous y ferons face partout, surtout devant l’ONU qui avait mis la ville d’al-Khalil sur la liste du patrimoine mondial. C’est une ville arabe, islamique et palestinienne. L’ONU et les gouvernements du monde devront protéger le peuple palestinien, son patrimoine et ses lieux saints. »

Légitimation de l’occupation

La décision de la construction d’un conseil municipal et administratif aux colons, au cœur de la ville d’al-Khalil, non seulement enracine encore plus la colonisation dans cette ville arabo-islamique, mais de plus, elle lui donne une sorte de légalité. La décision aura des conséquences très graves sur les quarante milles Palestiniens qui y vivent.

La nouvelle municipalité volera le rôle de l’actuelle mairie. Elle présentera ses services à ces quatre cent cinquante colons, armés, à ces deux cents étudiants religieux, à ces 150 élèves et aux Palestiniens.

Non-respect des accords établis

Dr Khaled Fahad al-Qawasmi, membre de la municipalité d’al-Khalil, pense qu’une telle décision vient à l’encontre de l’accord signé en 1997 donnant aux Palestiniens le contrôle administratif total sur la totalité de la ville d’al-Khalil, même les sites coloniaux.

Le point le plus dangereux, selon le chercheur Hicham al-Chirbati, c’est que la municipalité aura le droit de mettre la main sur des biens palestiniens et d’imposer des taxes exorbitantes, comme c’est le cas dans la ville d’al-Quds, de détruire les maisons palestiniennes, comme c’est le cas dans le village de Salwad.

Les factions palestiniennes

Toutes les factions palestiniennes ont dénoncé ladite décision.

La décision dépasse toutes les lignes rouges. C’est l’occupation sioniste qui portera toutes les conséquences de la décision, dit Abdou al-Lattif al-Qanou’, porte-parole du mouvement islamique du Hamas.

Al-Qanou’ appelle la communauté internationale et les institutions mondiales à assumer leurs responsabilités et pratiquer des pressions sur les occupants sionistes, afin de mettre fin aux crimes et violations de l’occupation sioniste. Il appelle aussi le peuple palestinien, à tous ses niveaux, à faire face aux projets de l’occupation sioniste par tous les moyens.

Le mouvement du Fatah, le mouvement d’al-Mobadara al-Falistini et d’autres factions palestiniennes ont catégoriquement condamné la décision du gouvernement de l’occupation : ce sera un antécédent dangereux et une destruction des accords signés et du processus de paix tout entier.

@Copyright Le Centre Palestinien D’Information

 

 

Les rapports du CPI
Les dernières mises à jour

Source : Centre Palestinien d’Information
https://french.palinfo.com/…

Plus d’histoires dePalestine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,