Aller à…
RSS Feed

23 juillet 2019

GUANTANAMO OU LA BANALISATION DES VIOLATIONS SYSTEMATIQUES DES DROITS HUMAINS


Conférence/débat le 30 octobre 2017

Publié par Candide le dans Chroniques

GUANTANAMO
OU LA BANALISATION DES VIOLATIONS
SYSTEMATIQUES DES DROITS HUMAINS

 

Au nom de la guerre contre le terrorisme, l’administration américaine opère à Guantanamo une véritable légalisation des formes post modernes de la torture et de la répression exempte de toute notion de droit :

Avec le camp de Guantanamo, les principes protecteurs des droits de l’homme se paupérisent et se dévaluent, car ceux qui prétendent les incarner les foulent au pied!
Mardi le 30 Octobre (10h00 à 14h00)
Avec la participation de:
Prof. Fouad Riad, Juge de TPI- Ex-Yougoslavie (Egypte)
Me. William Bourdon, SHERPA (Paris)
Dr. Haytham Manna, Arab Commission for Human Rights ( Paris )
Me. Chris Chang, Reprieve ( London )
M. Yousef ALSHOLY, GCSH, ( Doha )
Me. Rachid Mesli, Al Karama for Human Rights ( Geneva )
Hugo Ruiz Diaz Balbuena. Docteur de Droit International (Paraguay)

Au nom de la guerre contre le terrorisme, l’administration américaine opère à Guantanamo une véritable légalisation des formes post modernes de la torture et de la répression exempte de toute notion de droit :
Avec le camp de Guantanamo, les principes protecteurs des droits de l’homme se paupérisent et se dévaluent, car ceux qui prétendent les incarner les foulent au pied!
Si la tragédie de Guantanamo peut se poursuivre jusqu’à la fin du mandat du président américain, le sort des prisonniers est plus que jamais ambigu et incertain. Livrer certains d’entres eux à leurs pays respectifs signifie torture, mauvais traitements et simulacres de procès.

Certains détenus sont à la recherche de terres d’accueil comme demandeurs d’asile politique. Pour ceux considérés par l’Administration Bush comme les plus importants, leur transfert vers d’autres prisons secrètes est même envisagé.
D’autre part, l’avenir des tortionnaires et de leurs commanditaires est entouré de mesures de protection exceptionnelles afin d’assurer leur totale impunité future.
Sur l’avenir des prisonniers et des tortionnaires, des responsables d’ONGs des droits humains tentent de livrer leur lecture du statut du camp de la honte, et leur façon d’envisager « l’après Guantanamo ».
Invitation à l’Assemblée Nationale, Mardi le 30 Octobre (10h00 à 14h00)
Avec la participation de: Commission arabe des droits humains (ACHR), Association américaine des juristes(AAJ), Union des avocats arabes, Reprieve, Rencontre culturelle euro-arabe, Voix libre, Alkarama pour les droits de l’Homme, GCSH, ACDJ, OFDH, PADDH, Institut Tunisien des Relations Internationales(ITRI),
Premier Bureau- Palais Bourbon
126, rue de l’université – 75007 Paris
Métro: Assemblée nationale ligne 12 et Invalides Ligne 13
Inscription gratuite obligatoire 48 heures avant l’événement:
Envoyer votre nom par email : [email protected]noos.fr ou par
Fax : 0033146541913

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,