Aller à…
RSS Feed

26 février 2021

Sur les frontières de Gaza, les occupants brisent l’espoir des agriculteurs palestiniens


Rapport

CPI

Photo : CPI

Mardi 23 janvier 2018

Gaza – CPI

C’est avec beaucoup de peine que l’agriculteur Mohammed Rachad Abou Asr, 30 ans, voit la terre de sa famille, quatre hectares environ, brûlée par les produits toxiques pulvérisés par les avions sionistes. Ils ont pulvérisé de tels produits dans toutes les zones frontalières, entre la bande de Gaza et les territoires palestiniens occupés en 1948.

Abou Asr parle au correspondant de notre Centre Palestinien d’Information de la dévastation dont ses moissons sont le sujet, la source unique de revenus de sa famille, surtout dans ces conditions économiques difficiles de la bande de Gaza.

L’agriculteur palestinien Abou Asr se déplace entre ses plantations de haricots et ses épis de blé, les yeux en larmes. Il crie fort, voyant les dégâts. Il appelle le monde entier à intervenir afin d’arrêter ce crime israélien contre les terrains agricoles.

Crime incessant

L’affaire d’Abou Asr n’est pas nouvelle. Durant les seize dernières années, les agriculteurs dont les terrains ont la malchance de se trouver sur les frontières orientales de la bande de Gaza, la malchance d’être sous les produits toxiques, des pesticides inconnues, des avions sionistes, doivent subir leurs méfaits.

Nazar al-Wahidi, directeur du bureau général du sol et de l’irrigation, souligne que plus de deux mille hectares de terrains agricoles palestiniens sont annuellement touchés par des produits toxiques inconnus pulvérisés par les avions de l’occupation sioniste. Les occupants visent à détruire les terrains agricoles et couper les sources de vie des Palestiniens.

Assassinat total de l’agriculture palestinienne

Ces produits lancés par les avions sionistes tuent non seulement les plantations, mais de plus, la terre ne sera bonne pour être retravaillée qu’un an plus tard. Des pertes inestimables.

Les occupants sionistes pulvérisent ces produits chimiques sans aucune coordination ni avec la bande de Gaza, ni avec aucune institution internationale. De plus, la santé des Palestiniens est aussi touchée de plein fouet.

Dangerosité aggravée

Le problème, c’est que le ministère de l’agriculture palestinien ne connaît même pas la constitution de ces produits toxiques, dit le responsable Nazar al-Wahidi. Le ministère ne pourra alors offrir de conseils aux Palestiniens concernés.

Les occupants sionistes voudraient éliminer ces plantes, car elles cachent l’infiltration des résistants vers les territoires palestiniens occupés en 1948. C’est le prétexte présenté par les occupants.

Mais Nazar al-Wahidi réfute avec force ces excuses. Les plantes de ces zones ne dépassent 50 centimètres, un mètre tout au plus.

Copyright © 2018 Le Centre Palestinien D’Information

 

Les rapports du CPI
Le dossier Hamas
Les dernières mises à jour

Source : Centre Palestinien d’Information
https://french.palinfo.com/…

Plus d’histoires dePalestine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,