Aller à…
RSS Feed

16 octobre 2019

Prof. Robert Jensen : « Il n’y a clairement pas d’avenir humain décent possible dans le capitalisme »


Interview

Mohsen Abdelmoumen

Prof. Robert Jensen. DR.

Mardi 21 août 2018

English version here

Mohsen Abdelmoumen : Comment expliquez-vous le silence des médias et des gouvernements occidentaux face au massacre du peuple du Yémen par la coalition menée par l’Arabie saoudite, alliée stratégique des USA ?

Prof. Robert Jensen : Je ne suis pas un expert de la guerre au Yémen, mais il est clair que la coalition dirigée par l’Arabie saoudite a eu recours à des tactiques qui ont causé de nombreuses souffrances aux civils. Les médias US n’ont pas complètement évité l’histoire mais ne se sont pas aussi concentrés sur ces catastrophes humanitaires qu’ils le feraient si les forces responsables étaient des ennemis des Américains. C’est un schéma ancien, ce qu’Ed. Herman et Noam Chomsky ont appelé la distinction entre les victimes « dignes » et « indignes », selon qui commet le meurtre. C’est une façon de voir qu’un média américain prétendument « objectif » tend à s’aligner sur la politique étrangère américaine.

D’après vous, la presse alternative n’est-elle pas en train de façonner une manière de voir le monde autrement ?

Les termes « presse alternative » ou « médias indépendants » ont été utilisés pour décrire le journalisme qui a rejeté la revendication de neutralité des médias commerciaux et privés et a contesté les systèmes fondamentaux du pouvoir aux États-Unis : capitalisme, impérialisme, suprématie blanche, patriarcat. Le paysage médiatique du XXIe siècle est différent, les médias de masse et les médias sociaux étant tous issus de différentes perspectives idéologiques, et il y a donc beaucoup plus d’alternatives aux médias commerciaux, y compris davantage sur la droite réactionnaire. Autre facteur de complication : une partie de ce que l’on appelle la presse ou les médias ne tentent pas de faire des reportages factuels originaux et ne sont qu’un canal de plaidoyer et d’opinion.

J’utiliserais le terme «presse alternative» pour décrire un journalisme qui ne prétend pas être neutre, mais fait des reportages originaux pour tenter de produire des comptes rendus précis des événements et des problèmes; qui ne compte pas principalement sur la publicité commerciale pour le financement; et qui vise à contester non seulement des politiciens et des partis spécifiques, mais aussi des systèmes de pouvoir fondamentaux.

Est-ce que cette presse alternative façonne une nouvelle façon de voir le monde? J’éviterais d’être trop centré sur les médias. Oui, les médias de masse et les médias sociaux influencent la manière dont les gens comprennent le monde, mais les cadres politiques sous-jacents ont été développés au fil du temps par les mouvements politiques et sociaux. Je crains qu’en mettant trop l’accent sur les médias, nous oublions trop facilement la nécessité d’une organisation politique et communautaire traditionnelle pour créer des mouvements efficaces. En d’autres termes, les médias sont un élément nécessaire mais certainement pas suffisant pour le changement social.

Ne pensez-vous pas que Donald Trump et sa politique hostile à certains pays comme l’Iran et la Russie, constitue un danger pour la paix dans le monde ?

En général, les États puissants sont une menace pour la paix et plus l’État est puissant, plus la menace potentielle est grande. Le gouvernement iranien, par exemple, constitue une menace pour son propre peuple et poursuit ce que les dirigeants iraniens considèrent comme des intérêts iraniens au Moyen-Orient, ce qui ajoute à la violence. Mais les États-Unis ont un bilan beaucoup plus long et perturbateur au Moyen-Orient et sont responsables de destructions et de souffrances incroyables depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

La Russie est un pétro-État autoritaire, guère un modèle à suivre pour aucune nation. Mais les mesures prises par les États-Unis depuis la fin de la guerre froide ont compromis la possibilité d’une paix stable et d’un développement plus durable dans l’ex-Union soviétique, voir les administrations Bush I et Clinton qui cherchaient à dominer plutôt que de coopérer.

Ainsi, de nombreux États sont une menace et, en tant que citoyen américain, je dois veiller à ne pas négliger la menace que pose le gouvernement américain.

Dans votre livre très intéressant “We Are All Apocalyptic Now”, vous brossez un tableau du monde dans lequel nous vivons. Pourquoi, à votre avis, en sommes-nous arrivés là ?

Je pense qu’il est crucial de dire la vérité non seulement sur l’inégalité et la souffrance dans les sociétés humaines, mais aussi sur l’état des écosystèmes de la planète. Les nouvelles sur ce front sont mauvaises, de plus en plus mauvaises et empirent plus vite que prévu. De nombreuses personnes à travers le monde, en particulier dans les sociétés riches, nient profondément cela, y compris dans le mouvement écologiste.

Le capitalisme encourage la destruction du monde vivant dans son ensemble sans attention ou préoccupation pour les conséquences écologiques, mais le problème remonte beaucoup plus loin, aux origines de l’agriculture il y a plus de 10 000 ans et à ce que j’appellerais «la séduction de la densité énergétique». Quand les humains mettent la main sur une densité énergétique, d’abord sous la forme de surplus de grain et aujourd’hui dans des combustibles fossiles, beaucoup de mauvaises choses ont tendance à se produire.

Donc, il n’y a clairement pas d’avenir humain décent possible dans le capitalisme, peut-être pas d’avenir humain du tout. Mais transcender le capitalisme n’est pas la seule solution si nous ne pouvons pas nous imposer de sérieuses limites dans notre consommation d’énergie et de ressources.

J’aime le terme « apocalypse », non pas pour suggérer que le monde se termine, mais dans la définition originale du mot : un soulèvement du voile qui obscurcit notre vision, un éclaircissement sur le fonctionnement du monde. Nous devons voir le monde de manière apocalyptique, honnêtement, même lorsque les conclusions auxquelles nous sommes confrontés sont difficiles à résoudre.

Selon vous, l’Amérique ne souffre-t-elle pas du racisme blanc ?

Les États-Unis ont toujours été une société de suprématie blanche. La forme de cette idéologie raciale/raciste a évolué au fil du temps, de toute évidence à bien des égards, de manière progressive, avec la fin de l’esclavage et l’élimination de la ségrégation juridique formelle. Mais les données sur les disparités racialisées actuelles en matière de richesse et de bien-être montrent clairement que nous restons une société profondément suprématiste, un fait sur lequel les personnes non blanches ont l’habitude de témoigner. Et tandis qu’il existe des versions libérales et conservatrices de l’idéologie suprématiste, il est effrayant de voir un mouvement politique ouvertement réactionnaire et suprématiste blanc se placer au centre de la politique américaine ces dernières années.

Dans votre livre pertinent et critique contre les intellectuels américains « September 11 and the failures of American intellectuals« , vous faites un constat d’échec de l’intelligentsia américaine face aux évènements du 11/9.  Cette intelligentsia a-t-elle échoué juste dans la compréhension du 11/9 ou a-t-elle échoué sur tous les plans ?

Les événements du 11 septembre 2001 ont marqué l’échec de longue date des intellectuels américains à critiquer l’idéologie impérialiste des États-Unis et l’incapacité spécifique de la plupart des journalistes et des universitaires à contester les guerres américaines qui ont suivi. Le terme « 11/9 », se référant à l’élection de Trump en 2016, soulève des questions différentes. Beaucoup à gauche, y compris moi-même, n’ont pas reconnu la force croissante de la campagne de Trump, et je pense que nous devrions analyser pourquoi tant d’entre nous étaient si naïfs. Depuis les élections, je pense que la tâche a consisté à (1) résister aux politiques dangereuses que Trump et les républicains appliquent chez eux et à l’étranger, (2) rejeter les valeurs de suprématie blanche et patriarcale que défendent les champions de Trump, et (3) reconnaître que l’espoir d’un retour aux affaires sous le régime des démocrates serait une grave erreur.

Vous avez écrit un article dans le Houston Chronicle à propos des attentats du 11 septembre qui a suscité une vive polémique et certains cercles occultes ont demandé que vous soyez licencié de l’université où vous enseignez. Après cela, peut-on encore parler de la liberté d’expression, de démocratie, et des droits de l’homme, dans les pays occidentaux ?

Oui, nous le pouvons, et il est important de reconnaître qu’il existe de larges protections pour la liberté d’expression aux États-Unis (en reconnaissant que le degré de protection dépend de qui la recherche, et en tant qu’homme blanc de nationalité américaine, je suis le plus protégé). Le fait que certaines personnes soient en colère contre l’écriture et la prise de parole des critiques après le 11 septembre ne signifie pas qu’il n’y a pas de liberté. Je critique sévèrement de nombreuses politiques du gouvernement des États-Unis et de nombreux aspects de la culture américaine, mais l’un des aspects positifs de ce pays est la grave préoccupation que suscite la liberté d’expression. Rien n’est parfait, mais les États-Unis font un bon travail de protection de la parole et de la presse, du moins pour le moment.

Comment expliquez-vous qu’il n’y ait aucune condamnation de la part des gouvernements occidentaux face à l’assassinat des Palestiniens par l’armée israélienne ?

Les États-Unis ont longtemps soutenu l’occupation de la Palestine par Israël et l’utilisation de la force militaire pour étendre son territoire et accéder aux ressources. Sous Trump, ce soutien s’est accru. La plupart des alliés européens des États-Unis ont un point de vue différent et expriment parfois leurs préoccupations, mais les États-Unis continuent d’exiger la subordination de l’Europe sur cette question.

Comment expliquez-vous l’alliance indéfectible entre les États-Unis et Israël ?

C’est une histoire compliquée concernant les objectifs américains de dominer la politique et l’économie au Moyen-Orient, et l’influence croissante d’une certaine vision du conflit du Moyen-Orient dans les milieux chrétiens évangéliques américains, en rapport avec diverses théories sur la seconde venue du Christ. Cette alliance a changé avec le temps et pourrait changer. Mais pour l’instant, le soutien inconditionnel des États-Unis à Israël s’intensifie.

Vos travaux portent entre autres sur la question du féminisme. Ne pensez-vous qu’il faut réinventer le féminisme ?

Je pense que nous devons réaffirmer et non réinventer une analyse féministe radicale apparue à la fin des années 1960 et au début des années 1970. Ces femmes ont présenté une critique convaincante de la domination masculine institutionnalisée par le patriarcat – et une critique des tentatives d’adapter les hiérarchies en général. Les versions libérales et postmodernes du féminisme, qui présentent une critique plus faible du patriarcat, ont fini par dominer aux États-Unis, mais l’analyse féministe radicale fournit une critique plus incisive. J’ai essayé de soumettre cela dans mon dernier livre, The End of Patriarchy: Radical Feminism for Men.

À votre avis, que reste-t-il du « rêve américain » ?

Premièrement, nous devrions nous rappeler ce que Malcolm X a dit: «Je vois l’Amérique à travers les yeux de la victime. Je ne vois aucun rêve américain – je vois un cauchemar américain». Le rêve a toujours dépendu de l’élimination ou de la subordination des autres, notamment des peuples autochtones et des esclaves africains. Le discours de la culture dominante sur le rêve de la liberté a toujours eu un aspect répugnant. Mais au-delà de cela, nous devrions réaliser que la définition du rêve américain en termes matériels – le rêve en tant que consommation permanente – est insoutenable et peu satisfaisante. Nous ne devrions pas parler d’un rêve américain mais d’un effort humain pour une société juste et durable.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

 

Qui est le Professeur Robert Jensen ?

Robert Jensen est professeur à l’École de journalisme de l’Université du Texas à Austin et membre du conseil d’administration du Third Coast Activist Resource Centre à Austin. Il est l’auteur de The End of Patriarchy: Radical Feminism for Men (Spinifex Press, 2017). Les autres livres de Robert Jensen comprennent Plain Radical: Living, Loving, and Learning to Leave the Planet Gracefully (Counterpoint/Soft Skull, 2015); Arguing for Our Lives: A User’s Guide to Constructive Dialogue (City Lights, 2013); All My Bones Shake: Seeking a Progressive Path to the Prophetic Voice (Soft Skull Press, 2009); Getting Off: Pornography and the End of Masculinity (South End Press, 2007); The Heart of Whiteness: Confronting Race, Racism and White Privilege (City Lights, 2005); Citizens of the Empire: The Struggle to Claim Our Humanity (City Lights, 2004); et Writing Dissent: Taking Radical Ideas from the Margins to the Mainstream (Peter Lang, 2002). Jensen est également co-producteur du film documentaire “Abe Osheroff: One Foot in the Grave, the Other Still Dancing” (Media Education Foundation, 2009), qui raconte la vie et la philosophie de l’activiste radical américain Abe Osheroff.

Son site officiel

Reçu de Mohsen Abdelmoumen pour publication

 

 

Le sommaire de Mohsen Abdelmoumen
Les dernières mises à jour

Source : Mohsen Abdelmoumen
https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/…

Plus d’histoires deCLIMAT

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,