Aller à…
RSS Feed

27 juillet 2021

ALERTE URGENCE


Récit du Matin

Depuis quelques jours, ceux d’entre nous qui se rendent à la forêt de la Corniche des forts ne sont plus seulement confrontés aux agents de la sécurité et aux forces de l’ordre, mais à des individus jusque là inconnus.

Des incidents ont déjà eu lieu : nous avons subi des altercations violentes, reçu des menaces et l’une de nous s’est même faite gazer à bout portant.

Ces individus sont des jeunes de quartier, extrêmement véhéments dans leurs actes et leurs propos. Leurs pratiques relèvent de l’intimidation.

Ce matin, une nouvelle rencontre avec ces jeunes a eu lieu :

C. et moi attendions près de l’arrêt de bus. Lorsque 6 de ces jeunes, accompagnés de la personne qui nous avait gazé lundi, sont apparus. Ils nous ont menacés de façon violente et nous ont ordonnés de quitter les lieux. Nous avons eu très peur.

Heureusement, une voiture de la police municipale est passé, et C. à pu l’arrêter. Nous avons échappé de peu à un nouveau gazage.

Les 2 policiers ont calmé les jeunes, puis avec M., S. et B. arrivés entre temps, un dialogue a suivi entre les jeunes, des vigiles, des personnes du chantier, et nous. La tension est retombée, et les 2 policiers sont même partis, nous laissant seuls avec les jeunes.

Ces individus nous ont fait comprendre qu’ils allaient revenir tous les matins, de plus en plus nombreux et que c’étaient eux, désormais, qui allaient « protéger » le chantier. Ils nous ont encore menacé, nous faisant savoir que si nous cassions quelque chose, ils casseraient quelque chose aussi, comme nos voitures…

Il certain que ces individus peuvent devenir violent envers des personnes et des biens.

Toutefois, il est à noter que certains d’entre eux peuvent être à l’écoute lorsque l’on prend le temps de discuter – exposer les problèmes sociaux et d’urbanisme de Romainville puis l’absurdité et la dangerosité du projet… Mais il est difficile d’établir le dialogue et beaucoup restent sourds à nos propos.

Nous sommes repartis en ayant réussi à désarmer leur agressivité, mais sous leur escorte menaçante.

Important :
Nous avons eu très peur et nous déplorons ces pratiques violentes envers des militants totalement pacifiques. Pour certains d’entre eux, nous ne savons pas s’ils ont été envoyé par quelqu’un ou non. Mais nous essaierons toujours de privilégier le dialogue – meilleur moyen de faire évoluer les consciences sur le projet, qui s’inscrit dans une problématique globale sur les enjeux sociaux de la ville.

Nous n’aimons pas les tournures que prennent les événements et nous vous demandons de nous aider à interpeller les pouvoirs publics afin d’éviter qu’un incident grave arrive.

Partager

Plus d’histoires deDroit de l'Homme