Aller à…
RSS Feed

15 novembre 2019

Message de Carlos au Vénézuela


Message à mon peuple du Venezuela le 23 janvier 2019

Publié le 01/02/2019

  • Message à mon peuple du Venezuela le 23 janvier 2019

ILICH RAMIREZ SANCHEZ

Mensaje a mi pueblo de Venezuela este 23 de enero 2019

Mis queridos compatriotas CHAVISTAS:

Con mi larga experiencia de revolucionario y combatiente internacionalista, les expreso desde Francia mi solidaridad revolucionaria y mi respaldo bolivariano al presidente Nicolás MADURO MOROS.

Golpes de Estado y pronunciamientos plagan la historia de nuestro país, algunos fueron justos. Pero  tenemos la mala costumbre de lanzar levantamientos cuando las cosas van mal, o no tan bién como quisiéramos. Y el enemigo hace lo posible para que las cosas empeoren.

Por eso quisiera advertirles, para que no caigan en la trampa.

El sector imperialista norteamericano trata de provocar una guerra civil para que los venezolanos se desangren entre hermanos. No sería un combate entre derecha  e izquierda, entre buenos y malos, entre militares y civiles, entre oligarcas y hambrientos, entre la iglesia y los chavistas, entre idealistas y pragmáticos, entre corruptos y « angelitos ».

Lo digo yo, veterano fedayi con el record inegualado de operaciones exteriores de la Resistencia palestina, arriesgando mi vida cada día, los últimos 25 años encarcelado (10 años en aislamiento total), siempre fiel a nuestra CAUSA PALESTINA. El enemigo especula con la división de nuestro campo para debilitarnos porque necesita un país hambriento, desorganizado, corrupto.

Luego de seis años de horrores provocados por Israel, Arabia Saudita y sus patrones de la OTAN, Siria (muy destruida) empieza a recuperar la paz, el pueblo a reconstruir su país y las familias a reunirse. Esto se debe a su patriótico Presidente, firme en la tormenta, generoso con los vencidos que no sean agentes imperialistas; a la intervención del papa Francisco, cuando en 2013, EEUU impidió la invasión norteamericana; a la valiente presencia de los rusos (desde hace más de 60 años).

Los mercenarios y los fanáticos manipuleados no han podido ganar.

No quiero que mi patria caiga en la guerra civil, a favor de otro país, el cual desde el primer momento, ha expresado su objetivo: derrocar a Nicolás Maduro Moro, heredero legítimo de nuestro Presidente mártir Hugo Chávez Frías.

Pueblo y ejército de Venezuela: como a la época del Libertador,  no hay más que un tirano,  el extranjero que quiere mantenernos en la miseria y la barbarie, para apoderarse de nuestra tierra y del alma de sus habitantes.

Como en los tiempos de Simón Bolívar, debemos ser la luz de toda América, la antorcha de la reconciliación nacional, sobre la base de la legalidad. Ya los tiempos no están para caudillos sin horizonte, bravuconadas y pistoleros. Diálogo, concesiones, generosidad;  todas las fuerzas antiimpérialistas del mundo están con nosotros, podemos darnos el lujo de tender la mano incluso a quién nos la quisiera morder rabiosamente;  la relación de fuerzas internacionales no es igual a la cual imperaba a la época del Plan Cóndor, y del derrocamiento de Salvador Allende.

Si nuestra Venezuela cae en un despiadado  cainismo, toda América  se hundirá en la anarquía, y sólo saldrán ganando los zamuros que codician nuestras riquezas y las de todo el continente: los gringos imperialistas y sus agentes sionistas y de la OTAN. Unidos triunfaremos!

Viva VENEZUELA sabia, valiente y astuta.

____________________________________

ILICH RAMIREZ SANCHEZ

Message à mon peuple vénézuélien, 23 janvier 2019

Mes chers compatriotes « chavistes »

Avec mon expérience historique de combattant internationaliste, je tiens à vous exprimer depuis la France ma solidarité révolutionnaire et mon soutien bolivarien au président Nicolás Maduro Moros.

Des putschs et des coups d’Etat, notre pays en a connu beaucoup, certains tout à fait justifiés. Mais nous avons gardé la mauvaise habitude d’appeler à des soulèvements quand les choses ne vont pas bien ou pas très bien. Et l’ennemi fait tout ce qu’il peut pour que les choses empirent.

Voilà pourquoi je voudrais vous alerter, pour que vous ne tombiez pas dans le piège.

Le secteur impérialiste nord-américain tente de provoquer une guerre civile pour que les Vénézuéliens versent le sang de leurs frères. Il ne s’agirait pas d’un combat entre droite et gauche, entre méchants et gentils, entre militaires et civils, entre oligarques et affamés, entre l’Eglise et les chavistes, entre idéalistes et pragmatiques, ou entre corrompus et prétendument angéliques.

Moi qui vous parle, je suis un vétéran fedayi, et j’ai battu tous les records d’opérations extérieures  pour la Palestine, en risquant ma vie tous les jours. Ces 25 dernières années, je les ai passées en prison (jusqu’à ce jour), dont dix ans à l’isolement complet, toujours fidèle à la cause palestinienne qui est la nôtre. L’ennemi spécule sur la division de notre camp pour nous affaiblir, parce qu’il lui faut un pays famélique, désorganisé et corrompu.

Après six ans d’horreurs provoquées par Israël, l’Arabie saoudite et ses patrons de l’OTAN, la Syrie (terriblement détruite) commence à retrouver la paix, le peuple entreprend de reconstruire le pays et les familles se retrouvent. Cela, la Syrie le doit à son Président patriote, qui est resté solide dans la tourmente, généreux avec les vaincus, avec ceux qui n’étaient pas des agents impérialistes; elle le doit aussi à l’intervention du pape François lorsqu’en 2013 il a su empêcher une invasion nord-américaine; et à la courageuse présence des Russes (depuis plus de 60 ans). Les mercenaires et les fanatiques manipulés n’ont pas réussi à gagner.

Je ne veux pas que ma patrie sombre dans la guerre civile et fasse le jeu d’un pays tiers qui a depuis le premier jour proclamé son objectif: le renversement du président Nicolás Maduro Moros, héritier légitime de notre président martyr Hugo Chávez Frías.

Comprenez-le, vous le peuple et l’armée du Venezuela: comme à l’époque du Libertador, il n’y a qu’un tyran, l’étranger qui veut nous maintenir dans la misère et la barbarie, pour s’emparer de notre pays et de l’âme de ses habitants.

Comme au temps de Simón Bolívar, nous devons être la lumière de toute l’Amérique, le flambeau de la réconciliation nationale, sur la base de la légalité. Notre époque ne requiert plus de chefs de guerre locaux dépourvus d’horizon, ni d’as de la gâchette, ni de surenchère dans les bravades. Dialogue, concessions, générosité, voilà le mot d’ordre: toutes les forces anti-impérialistes du monde sont avec nous, nous pouvons nous offrir le luxe de tendre la main y compris à celui qui voudrait nous mordre rageusement: le rapport de forces internationales n’est plus  celui qui régnait à l’époque du Plan Condor et du renversement du président Allende.

Si notre Venezuela tombe dans l’impitoyable logique caïnite, c’est toute l’Amérique qui plongera dans l’anarchie, et ceux qui en tireront profit, ce sont les vautours qui convoitent nos richesses et celles de tout le continent: les gringos impérialistes et leurs agents sionistes ainsi que l’OTAN. Unis nous triompherons!

Vive le Venezuela, sage, valeureux et rusé.

Plus d’histoires deAmérique Latine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,