Aller à…
RSS Feed

10 décembre 2019

Un monde toxique


x
L’Hebdo de Mediapart

10 mai 2019

Mediapart

La lettre hebdomadaire
Chaque vendredi | 10 mai 2019

Par la rédaction de Mediapart

Un million d’espèces menacées par une seule : synthèse des principales études relatant les graves dangers qui pèsent sur les mondes animal et végétal, le rapport scientifique de l’IPBES, publié en début de semaine, est terrifiant. Une espèce sur huit risque de disparaître à brève échéance, ce qui représente un rythme jamais connu depuis 10 millions d’années de vie sur la Terre. Pas moins de 75 % de la surface des terres est sérieusement endommagée ; 66 % des océans sont de plus en plus affectés par des effets cumulés de dégradation ; 85 % des zones humides ont disparu (lire notre dossier).

Ces bouleversements, pour certains irréversibles, ont une cause directe : les politiques de croissance économique. Aussi les auteurs appellent-ils à un changement immédiat de paradigme, passant, pour ne citer que quelques exemples, par l’arrêt de l’artificialisation massive des terres naturelles et agricoles, une forte réduction de la consommation de protéines animales dans l’alimentation des pays riches et une lutte drastique contre le gaspillage dans le système alimentaire. Dans un live de Mediapart, Virginie Maris, philosophe de l’environnement au CNRS, dénonce un « certain rapport au monde, un certain rapport à la nature, un certain régime de consommation et d’habitation du monde ».

Ce rapport irrationnel et mortifère au monde a connu des illustrations tragiques ces derniers jours, confirmant, s’il en était besoin, à quel point la brutalité et l’avidité, plutôt que la solidarité et l’intérêt commun, dominent les relations entre des chefs d’État dont la testostérone est le seul moteur.

Numéro un en la matière, Donald Trump, président d’un pays responsable à lui seul d’une part importante des destructions des ressources naturelles, en fait une nouvelle fois la démonstration en piégeant le reste du monde dans ses bras de fer tout aussi intempestifs que malsains, avec l’Iran sur le nucléaire d’abord (ici, là, et là), avec la Chine sur le commerce ensuite. Tout aussi emblématique d’un égoïsme ravageur, la manière dont Washington a empêché la signature d’une déclaration commune à l’issue du Conseil de l’Arctique, qui vient de se tenir à Rovaniemi, dans le nord de la Finlande. Pour la première fois de l’histoire de cette organisation, les pays membres ne sont pas parvenus à se mettre d’accord, en raison du refus des Américains de faire figurer dans le texte final la simple expression de… « changement climatique ».

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,