Aller à…
RSS Feed

20 septembre 2019

Les Grosses Orchades, Les Amples Thalamoneges, le blog


 

 

À mettre au programme du secondaire à partir de la première année

(et à celui de l’école du soir des Gilets Jaunes)

 

 

 

La France Insoumise est à la croisée des chemins politiques

 

Lettre ouverte à la France Insoumise et à Jean-Luc Mélenchon

Léon Landini – PRCF  15.6.2019

via Le Grand Soir

 

 

 

 

Par Léon Landini, président, ancien FTP-MOI, Georges Gastaud, secrétaire national, Fadi Kassem, secrétaire national adjoint, Gilliatt de Staërck, responsable des Jeunes pour la Renaissance communiste en France (JRCF)

 

Chers camarades insoumis, cher citoyen Jean-Luc Mélenchon,

Nous nous adressons à vous à la suite du résultat des récentes élections européennes pour lesquelles le Pôle de Renaissance communiste en France (PRCF), fidèle à sa stratégie de Frexit progressiste exigeant la sortie de l’Union européenne, de l’euro, de l’OTAN et du capitalisme, a appelé à l’abstention citoyenne et fait campagne dans cette optique en mobilisant l’ensemble de ses militants afin de délégitimer au maximum cette « prison des peuples » qu’est l’UE.

Vous avez décidé de présenter une liste électorale pour cette occasion. Cette divergence stratégique avec nous ne saurait faire oublier que vous avez défendu lors de la dernière élection présidentielle une position allant dans le bon sens à nos yeux en posant la dialectique suivante : « L’UE, on la change ou on la quitte ». C’est pourquoi nous avions décidé de soutenir de manière critique (notamment lorsque la dialectique exprimée paraissait moins ferme sur l’alternative de sortie de l’UE) mais sincère la candidature de la France insoumise que vous avez portée, cher citoyen Jean-Luc Mélenchon, considérant qu’il s’agissait d’une option permettant d’engager le bras de fer avec l’UE sur des bases de rupture reprenant en partie notre ligne politique et pour affronter les forces du grand capital.

Nous ne vous écrivons pas pour commenter les résultats des élections européennes qui parlent d’eux-mêmes. A l’évidence, la dialectique que vous défendiez vis-à-vis de l’UE a été sérieusement édulcorée, pour ne pas dire a disparu au cours de cette campagne, ce que nous regrettons pour notre part, au regard du contexte politique et social secouant le pays depuis plusieurs mois. En effet, outre le fait que les classes populaires, qui avaient rejeté le Traité établissant une constitution pour l’Europe (TECE) à 80% le 29 mai 2005, se sont une nouvelle fois massivement abstenues (au même titre que les jeunes), l’appel à un référendum anti-Macron a incontestablement favorisé, à notre plus grand regret comme certainement au vôtre, le fascisant « Rassemblement national », tout heureux d’être présenté par les médias complaisants comme la fausse et mensongère « alternative » à la « République en Marche », et alors que de plus en plus de Gilets jaunes n’ont cessé de défendre le message de « Frexit » dans les manifestations de ces derniers mois. En ce sens, reprendre le mot d’ordre d’une « autre Europe », d’une « Europe sociale », d’une « Europe des citoyens » ou d’une « Europe des gens », comme l’ont notamment fait Ian Brossat pour le PCF-PGE et hélas, Manon Aubry, ne pouvait que mener à nos yeux à un nouvel échec.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/lettre-ouverte-a-la-france-insoumise-et-a-jean-luc-melenchon.html

 

 

 

 

Il y a longtemps que nous travaille l’angoisse de voir tant de Gilets Jaunes tourner en rond et s’égosiller sans jamais s’asseoir pour mettre quelques idées au clair et, de là, en pratique.

C’est pourtant d’une urgence totale. Ou est-ce le souvenir de notre grand-père anarcho-syndicaliste qui vient nous tirer par les pieds ? Le fait est que, pauvres et illettrés comme ils étaient (aucun d’eux ne savait écrire) les ouvriers tisserands ne notre bled natal se cotisaient pour acheter des livres – un à la fois – qu’ils lisaient à tour de rôle (on peut apprendre seul à lire, plus difficilement à écrire) et dont ils discutaient ensuite.  Nos pauvres Gilets Jaunes d’aujourd’hui, cerveaulavés par l’école obligatoire, ne sont plus même capables de ce que pouvaient encore faire leurs aïeux du XIXe siècle : penser tout seuls. Il leur faut réapprendre cette activité élémentaire, essentielle, vitale.

Imaginez quel bond en avant ce serait, s’ils  se mettaient à lire et à discuter autour des ronds-points, par exemple… la biographie de Lénine par Gérard Walter qui leur apprendrait tant de choses dont l’ignorance les ligote ?

 

Bouteille à la mer :

La voilà en Kindle, mais elle existe aussi en diverses éditions papier, à des prix ridicules,  comme tout ce qui n’est pas à la mode (on les trouve sur Internet)

 

Gérard WALTER

Lénine

Albin Michel – 2013

Édition brochée 1971 : 736 pages

Présentation de l’éditeur

Spécialiste de la Révolution française, Gérard Walter (1896-1974) a consacré plusieurs ouvrages à cette période (Les Massacres de septembre, Histoire de la Terreur, 1793-1794… Parallèlement à la publication d’études sur le communisme (Histoire du Parti communiste français) et l’Antiquité (Brutus et la fin de la république, La Ruine de Byzance), il a écrit plusieurs biographies, notamment sur Robespierre, Marat, Marie-Antoinette, Brutus, César, Néron, Lénine…

 

On se promet de vous en balancer de temps en temps des choses que vous devriez lire pour ne pas mourir esclaves, sans compter tout ce qu’on ne connaît pas nous-mêmes.

Et pendant qu’on est là, pourquoi ne pas partager avec vous un peu de ce qu’on a trouvé d’intéressant ces jours-ci ?

 

 

 

 

Actualité des Gilets : Acte XXXI

 

« Liberté pour Julian Assange » : des Gilets jaunes affichent leur soutien au cours de l’Acte XXXI

 

 

 

 

 

Le 15 juin, en marge de l’acte 31 des Gilets jaunes à Paris, des manifestants ont tenu à exprimer leur soutien au fondateur de Wikileaks. « Liberté pour Julian Assange », pouvait-on ainsi lire sur une banderole. La veille, le tribunal londonien de Westminster avait annoncé que l’audience chargée de statuer sur l’éventuelle extradition de Julian Assange vers les États-Unis aurait finalement lieu en février 2020.

Ce n’est pas la première fois que des Gilets jaunes ou sympathisants du mouvement affichent leur solidarité avec Julian Assange. Le 13 avril, un rassemblement de soutien s’était tenu devant le siège du journal Le Monde afin de réclamer la libération de l’Australien et réclamant des médias ayant utilisé les informations de WikiLeaks qu’ils aient la décence de le soutenir.

Plusieurs dizaines de Gilets jaunes avaient par ailleurs fait le déplacement à Londres en mai dernier pour participer à un rassemblement devant le tribunal de Westminster, où l’extradition vers les États-Unis de Julian Assange avait été discutée lors d’une première audience.

 

« Laurent, serrez ma haire avec ma discipline. »

Réfugié pendant près de sept ans à l’ambassade d’Équateur à Londres, où il a d’abord bénéficié de l’asile politique, Julian Assange, 47 ans, en a été extrait le 11 avril par la police britannique avec l’aval de Quito. Il a été immédiatement placé en détention puis condamné à une peine de 50 semaines de prison le 1er mai pour violation des conditions de sa liberté provisoire.

Washington accuse Assange d’ « espionnage » et a formellement requis son extradition le 11 juin. Les États-Unis lui reprochent d’avoir mis en danger certaines de leurs sources lors de la publication en 2010, par WikiLeaks, de 250. 000 câbles diplomatiques et d’environ 500.000 documents confidentiels portant sur les activités [lisez « crimes », NdGO] de l’armée américaine en Irak et en Afghanistan.

 

 

 

 

Or donc, Sa Très Graciueuse Majesté (qui n’en est pas à son coup d’essai), statuera sur la livraison du colis à l’issue des 50 semaines d’enfermement, par lui encourues pour avoir négligé d’aller pointer au commissariat lors de son séjour Londres.

Pourquoi attendre aussi longtemps et ne pas obtempérer tout de suite ? Pour sauver la face du poodle United Kingdom ? Dans l’espoir que le soufflé de l’indignation internationale sera retombé et qu’il sera plus aisé alors d’opérer en catimini ? Les deux mongénéral ?

Chers Gilets Jaunes, ne vous laissez pas manœuvrer par les Godons : n’arrêtez pas d’entasser munitions sur munitions et chauffez-vous à blanc. On compte sur vous pour aider l’espèce humaine à sauver la face !!!

Source : https://francais.rt.com/international/63019-liberte-pour-julian-assange-gilets-jaunes-affichent-leur-soutien-au-lanceur-alerte-video

 

 

 

Un reporter qui n’est pas payé par Niel ou Drahi n’est pas un journaliste.

Jacques-Marie BOURGET – LGS 15.6.2019

 

 

 

 

 

Pour « Le Monde », et la presse qui va avec, un journaliste ne peut être qu’un membre du groupe du sérail de la fratrie de la convenance. Dés qu’un mal élevé, inconnu des réseaux de pouvoir, mais profondément JOURNALISTE met son nez sans carte de presse dans un dossier qui bouscule l’ordre établi, il est soulevé avec des pincettes car il sent mauvais, comme tous ces êtres qui ne sont pas du bon monde.

Mes derniers amis, avec lesquels je viens de me réunir dans une cabine de karaoké, le savent, je ne suis pas du genre à critiquer la police. Quand ils coupent des mains, éborgnent des regards, provoquent la mort d’une vieille dame à Marseille je trouve ça vraiment juste et bien. D’ailleurs la vieille dame on ne va pas la compter puisqu’elle est algérienne. L’action policière est conforme à la comptine des Droits de l’homme, telle que récitée par Castaner : nous sommes une grande démocratie où la répression ne saurait être injuste. Les borgnes et les sans main, qui ont remplacé les « sans dents », doivent s’affirmer heureux. Le coup de matraque, le pétard du flash-ball sont comme le goupillon qui bénit le pécheur, ou le coup de règle de l’instit vintage. Va en paix mon fils.

Mais ce qui m’a choqué, et là je vais être franc avec les amis de la police, c’est l’arrestation et la garde à vue d’un journaliste. Donc d’un confrère. Comme c’est une espèce en voie d’extinction, j’aime les hommes de presse, tout autant que le regretté volatile, le dodo. Mon premier mouvement a été de sauter sur une trottinette d’Hidalgo, qui n’est pas lente, pour foncer vers le commissariat d’Alfortville où le reporter était détenu par d’exquis policiers. Mon second mouvement fut de lire à la volée, sur téléphone, ce que disait la presse des malheurs du confrère : « Le journaliste militant Taha Bouhafs poursuivi pour « outrage », son téléphone mis sous scellé », lis-je dans « Le Monde » qui dit toujours vrai, même à 8h54 quand le croissant vient de quitter la lune pour rejoindre la sous-tasse du café. A l’OBS, autre succursale de Niel, on affiche la même chose : « Le journaliste et militant Taha Bouhafs… ». Je m’en vais alors voir au vrai chic « Parisien », chez Arnaud qui, lui, n’est que le beau-père de Niel, mais c’est rebelote : « Le journaliste et militant Taha Bouhafs… ».

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/un-reporter-qui-n-est-pas-paye-par-niel-ou-drahi-n-est-pas-un-journaliste.html

 

 

En Russie…

Un photographe français finaliste du concours international de photojournalisme Andréï Sténine

 

 

Avec cette photo, le photographe français Sarnir al-Doumi a été classé finaliste du concours international instauré à la mémoire du photographe russe Andréï Sténine, correspondant de l’Agence d’information internationale Rossiya Segodnya, assassiné par les hordes de Kiev le 6 août 2014

 

 

Il est vrai qu’avec un nom pareil, il n’est peut-être pas vraiment journaliste, et peut-être même pas vraiment français…

 

 

 

 

On n’a pas suivi la polémique dans L’Humanité » (on ne peut pas être partout en même temps), mais il n’est pas trop tard..

 

Les « Suivez-moi et passez devant ! »

Théophraste R – LGS – 15.6.2019

 

 

 

 

« Tout homme qui dirige, qui fait quelque chose, a contre lui ceux qui voudraient faire la même chose, ceux qui font précisément le contraire, et surtout la grande armée des gens d’autant plus sévères qu’ils ne font rien du tout. »
J’ajouterai personnellement : « Et ceux qui n’ont jamais rien fait et ne feront jamais rien  ».

Je pensais à cette phrase de l’académicien Jules Claretie (1840/1913) en lisant le court article de Pierre Chaillan dans l’Humanité sur la méprisable polémique a-historique quant à la date d’entrée des communistes dans la Résistance.

 

Théophraste R. Auteur d’un polar historique (inachevé, et c’est dommage) : « Comment les Américains ont débarqué juste à temps pour empêcher Staline d’arriver en Espagne et de fusiller Franco ».

Photo  : Un des premiers actes de résistance dans Paris occupé : le 11 novembre 1940, les lycéens et étudiants bravent l’interdit et manifestent pour commémorer la victoire de la France contre l’Allemagne en 1918. Parmi eux, beaucoup sont venus à l’appel de l’UEC (Union des Etudiants Communistes).

Source : https://www.legrandsoir.info/les-suivez-moi-et-passez-devant.html

 

 

 

 

Sur « Vu du droit », un Mathieu Morel qui a un bien joli brin de plume, et tant pis pour Mémé Cuicui.

 

Loiseau : erreur de casting ou choix délibéré ?

Mathieu Morel – Vu du droit – 16.6.2019

 

 

 

 

 

C’est quand même curieux, cette « affaire Loiseau ». Cet art de hisser la médiocrité au niveau des plus brillants scandales.

Les « story-tellers » – c’est leur job, on finira bien par s’apercevoir qu’ils ne servent d’ailleurs qu’à cela – savent faire feu de tout bois, tout le temps. Déjà, avec ce patronyme, on régalait à la fois les potaches et les tintinophiles, les premiers étant des cons notoires et les seconds d’affreux réactionnaires réfractaires à toute idée de progrès (sinon suspects de sympathies pour les heures pas très claires). De fait, le rossignol de l’ENA a surtout su montrer, en dépit des dithyrambes, ses qualités de volaille de basse-cour. C’est déjà un comble de devoir astiquer autant une huile pour espérer qu’elle finisse par briller.

Mais pourquoi pas…

Non, là où la chose est très intrigante, c’est lorsqu’on remonte un peu le cours de cette – courte – histoire. D’abord en se rappelant que pour entrer et gravir les échelons dans le cercle étincelant de la macronie, les meilleures places étaient – comme toujours – réservées aux ambitieux sans scrupule ni conviction, et les suivantes aux éternels seconds couteaux besogneux de la haute fonction publique, ceux-là mêmes qui ne distinguent toujours pas – et ne distingueront jamais – l’administration de la politique, persuadés que la première est le stade ultime, parfait, de la seconde. Ca fait longtemps qu’on voit nommer, aux hasards des remaniements, des figures aussi oubliables que stéréotypées dont les enquêtes les plus rudimentaires nous apprennent sans surprise qu’ils ont frayé dans les mêmes eaux, avec les mêmes gugusses, et qu’ils pointent dans les mêmes carnets d’adresse. Avec la macronie, on a franchi un petit palier : c’est un vivier, un radeau.

Lire la suite

Source : https://www.vududroit.com/2019/06/loiseau-erreur-de-casting-ou-choix-delibere/

 

 

 

 

De l’art de rire de ses propres malheurs

 

Fed up with French ! (Ras-le-bol du français !)

Bernard GENSANE –  LGS – 15.6.2019

 

 

 

« You’re welcome », me dit le youtuber un peu yuppie sur les bords. J’avais le blues. Je venais de me faire squeezer à cause du staff turnover rate de ma boîte. J’avais beau être stainless, mature, les réunions professionnelles étaient devenues de vrais mauls. On ne prenait plus la peine d’échanger le moindre greeting. Moi, je ne pensais plus qu’à mon fonds de pension, une perspective un peu just, pas vraiment dopante. En plus je venais d’être victime d’un dognapper. Adieu, mon labrit des Pyrénées ! Je venais au bureau en casual Friday – surtout en cas de shitstorm – et je ne lisais plus que de la celebrity gossip press.

Ma mère, en bonne housewife ambitieuse pour sa progéniture, m’avait poussé à être un broker, ce qui n’était pas ma tasse de thé. Tout comme un buddy un peu fake, un chap complètement nerd, dont je découvrirai qu’il n’était pas secure. J’avais réalisé un lip dub envoyé à des talent scouts. J’avais assisté à plusieurs master classes pour savoir si je matchais pour le poste. Peanuts ! Je m’étais retrouvé en stand-by. Comme quelques autres clones, d’ailleurs, en provenance de la bobosphère, connaissant à fond le body language, le trekking et la slow food. Je me souviens que l’un d’entre eux portait un t-shirt qui mettait en valeur son corps de body buildé, tandis qu’un autre, habillé d’une sorte de body bag, avait un gabarit de musher. Quelle femme aurait eu envie d’échanger un hug avec lui et de le prolonger par une séance de necking ?

Suite à la réception d’un mail shooté par un Human Resources aux chaussures glossy, mon interview n’avait rien donné. J’avais eu beau patenter mes réponses. Je n’avais pas repéré les allusions furtives. Pire qu’un screen test. J’avais été payé cash dans un open tournament où, avec ma face de six pieds de long, j’avais fait un flop. Sans avoir eu le temps de mettre en valeur mon personal branding, de performer. Game over. Malgré ma bonne connaissance du globish et de tout ce qui était global : les agreements, la fashion, mon positioning system. Á un moment de ce qui m’est resté comme un simple job dating, les échanges avaient été tendus : on avait frôlé le Godwin lorsque j’avais évoqué la possibilité d’un golden handshake. « Vous finirez homeless si vous n’êtes pas corporate, si vous n’êtes pas quick win, si vous ne connaissez pas les prérequis », m’avait menacé le HR.

Lire la suite…

Source : https://www.legrandsoir.info/fed-up-with-french-ras-le-bol-du-francais.html

 

 

 

Ha, ha, ha !

Tous les composants électroniques des systèmes d’armes occidentaux et russes sont fabriqués en Chine

Une brève qui vaut son  pesant de cacahuètes…

 

Strategika51 – 15.6.2019

 

 

 

 

Les avioniques des avions de combat Eurofighter Typhoon, Dassault Rafale, Lookheed Martin F-35 Lightning II et le Sukhoï Su-57 comportent des composants électroniques fabriqués en République de Chine Populaire.

Idem pour les avioniques des hélicoptères de combat Apache (US), Eurocopter Tigre (France/Allemagne/Espagne), Kamov Ka-52 Alligator (Russie).

Des centaines de systèmes d’armes occidentaux ou russes utilisent de manière intensive des circuits intégrés et des composants électroniques Made In China.

Source : https://strategika51.org/archives/63723

 

 

 

 

 

Ce n’est pas tous les jours que l’actualité internationale est drôle…

 

 

Mis en ligne le 17 juin 2019

 

 

Plus d’histoires deCulture

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,