Aller à…
RSS Feed

25 août 2019

La révolution foudroyante a été une catastrophe pour les foreurs et les investisseurs



C’est ce qu’affirme l’ancien PDG de Shale Gas.


Par Sharon Kelly – Le 23 juin 2018 – Source DeSmog

Steve Schlotterbeck a fait une présentation à une conférence de l’industrie pétrochimique à Pittsburgh vendredi. Crédit : Sharon Kelly, DeSmog

Steve Schlotterbeck, qui a dirigé la société de forage EQT, qui est devenue le plus grand producteur de gaz naturel du pays en 2017, est arrivé à une conférence de l’industrie pétrochimique à Pittsburgh vendredi matin avec un message direct sur le forage et la fracturation du gaz de schistes.

« La révolution du gaz de schistes a franchement été un désastre absolu pour tout investisseur qui a acheté et conservé des titres dans le gaz de schistes, à quelques rares exceptions près », a poursuivi M. Schlotterbeck, qui a quitté la direction de EQT l’an dernier. « En fait, je ne suis pas au courant d’un autre cas de changement technologique perturbateur qui a fait tant de mal à l’industrie qui a créé ce changement. »


« Alors que des centaines de milliards de dollars de bénéfices ont profité à des centaines de millions de personnes, le montant de la destruction de la valeur actionnariale se situe dans les centaines de milliards de dollars », a-t-il dit. « L’industrie est autodestructrice. »

Schlotterbeck n’est pas le premier initié de l’industrie à tirer la sonnette d’alarme au sujet du bilan de l’industrie du schiste qui produit de grandes quantités de gaz tout en brûlant beaucoup plus d’argent qu’elle ne peut en gagner en vendant ce gaz. Et les chiffres des foreurs parlent d’eux-mêmes. Selon un rapport publié en mars 2019 par l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis, les dépenses déclarées ont dépassé de 6,7 milliards de dollars les revenus d’un groupe de 29 grandes sociétés publiques de gaz de schistes en 2018, portant les flux de trésorerie de ce groupe vers un total négatif de 181 milliards de dollars de 2010 à 2018.

Mais les remarques de Schlotterbeck, prononcées devant des dirigeants de l’industrie pétrochimique et gazière au David L. Lawrence Convention Center à Pittsburgh, proviennent d’une personne bien placée pour comprendre comment les grands foreurs de Marcellus prennent des décisions financières – car il a dirigé très récemment une importante entreprise de forage de gaz de schistes. M. Schlotterbeck est maintenant membre du conseil d’administration de l’Energy Innovation Center Institute, un organisme sans but lucratif qui offre des programmes de formation à l’industrie énergétique.

Ses avertissements de vendredi ont également été formulés en des termes exceptionnellement durs.

Le schiste détruit en moyenne 80 % de la valeur de leur entreprise

« Les progrès technologiques mis au point par l’industrie ont été l’arme de son propre suicide », a ajouté M. Schlotterbeck, faisant référence aux répercussions financières du forage du gaz de schistes sur les foreurs de gaz de schistes. « Et malheureusement, l’industrie n’a toujours pas réalisé à quel point elle se suicide. Depuis 2015, il y a eu 172 faillites d’entreprises d’E&P impliquant près de 100 milliards de dollars de dettes. »

« En un peu plus d’une décennie, la plupart de ces entreprises ont tout simplement détruit un très grand pourcentage de la valeur de leur entreprise qu’elles avaient au début de la révolution du schiste argileux », a-t-il dit. « Il est franchement difficile d’imaginer l’ampleur de la destruction de la valeur qui s’est produite. Et ça continue. »

Lors de la conférence de vendredi, il a montré une diapositive montrant le cours des actions de huit grands foreurs de gaz de schiste de Marcellus : Antero, Range Resources, Cabot Oil and Gas, Southwestern Energy, CNX Gas, Gulfport, Chesapeake Energy et EQT, la société que Schlotterbeck a dirigée jusqu’à sa démission en mars 2018. Sept des huit sociétés ont vu le cours de leurs actions chuter de 40 % à 95 % depuis 2008, selon la diapositive.

« En excluant le capital, les huit grands producteurs du bassin ont détruit en moyenne 80 % de la valeur de leurs entreprises depuis le début de la révolution du schiste argileux », a dit M. Schlotterbeck. « Ce n’est pas la chute depuis le pic de la décennie du schiste, c’est la chute du cours de leurs actions d’avant la révolution du schiste. »

M. Schlotterbeck attribue à la ruée vers les schistes la réduction des factures d’électricité et de gaz naturel à l’échelle nationale et les avantages économiques importants qu’elle a procurés depuis 2008, année où il a déclaré que la révolution des schistes avait commencé.

« Presque tous les Américains ont profité du gaz de schiste, à une exception près », a-t-il dit, « les investisseurs du gaz de schiste ».

Les résidents des collectivités où le forage et la fracturation du gaz de schistes ont causé des perturbations et des problèmes de santé pourraient s’opposer à la description catégorique de M. Schlotterbeck des bénéficiaires du gaz de schistes, tout comme les climatologues qui ont averti que les émissions de gaz à effet de serre de l’industrie du schiste sont si graves que la combustion de gaz pour produire de l’électricité pourrait être pire pour le climat mondial que la combustion du charbon.

EQT headquarters
Devant EQT Plaza à Pittsburgh. EQT est sous une nouvelle direction après le départ de Schlotterbeck en 2018. Crédit : Sharon Kelly, DeSmog

Seul Cabot Oil and Gas, qui détient les droits de forer du gaz dans environ 174 000 acres, principalement dans un comté du nord-est de la Pennsylvanie, a vu son cours boursier augmenter depuis 2008, selon l’exposé de Schlotterbeck.

Cabot demeure au centre de différends liés à la contamination de l’eau, à l’explosion d’un puits de gaz et à d’autres problèmes à Dimock, en Pennsylvanie. Une poursuite importante dans ce litige a été intentée contre Cabot en novembre 2009 et les batailles juridiques se sont poursuivies depuis. La société a nié toute responsabilité et s’est entendue sur des conditions non divulguées avec des propriétaires fonciers le long de Carter Road à Dimock.

Schlotterbeck n’a pas fait mention de Dimock, concentrant ses remarques sur les décisions économiques prises par la direction et les conseils d’administration de l’industrie du gaz de schistes – non seulement dans le passé, mais aussi dans le présent.

« Le fait est que chaque fois qu’ils mettent un trépan de forage en terre, ils érodent la valeur des milliards de dollars d’investissements qu’ils ont déjà faits », dit-il. « Il n’est pas étonnant que leur valeur boursière continue de chuter. »

Ralentir le flot ?

Plus récemment, les producteurs de gaz de schistes ont commencé à ressentir la pression des investisseurs qui insistent pour voir des signes indiquant que le gaz peut être produit non seulement en grande quantité, mais aussi avec  profit.

« En raison de la pression des investisseurs, toutes ces entreprises se sont engagées à réduire leurs taux de croissance et à vivre dans les limites de leurs liquidités », a déclaré M. Schlotterbeck. Il a noté que les foreurs avaient réduit leurs prévisions de croissance de production de gaz de plus de 20 % à 11 % cette année. « Pourtant, le marché du gaz et celui des actions disent que c’est loin d’être suffisant. »

Il a noté que le prix à la tête du puits du gaz naturel dans la région de Marcellus était d’environ 8 $/TEP en 2008, et qu’il était tombé à moins de 2 $/TEP aujourd’hui.

Cette chute des prix a été causée par une surabondance massive de production de gaz de schiste, les foreurs ayant d’abord fait la course pour détenir des superficies en produisant du gaz, puis se sont fait concurrence pour voir qui pourrait faire produire des puits individuels à des taux plus élevés en utilisant des tactiques comme le forage de puits horizontaux plus longs et en faisant des expériences avec les additifs utilisés pendant la fracturation.

« Et à 2 dollars, même le puissant champ Marcellus n’a pas de sens économique », a-t-il dit, précisant plus tard que cela comprenait à la fois les puits de gaz  » secs « , qui produisent principalement du méthane, et les puits de gaz  » humides « , qui produisent également les liquides de gaz naturel (LNG) que l’industrie pétrochimique peut utiliser comme matières premières pour produire du plastique et des produits chimiques. « Le gaz humide, c’est mieux, mais personne ne gagne d’argent avec du gaz à 2 $. »

« Au cours de la dernière année environ, la plupart des producteurs se sont éloignés des taux de croissance phénoménaux du passé pour adopter des projections de croissance plus modérées », a dit M. Schlotterbeck. « Le marché leur dit clairement qu’ils n’ont pas assez ralenti. »

« Maintenant, je vous dis tout cela parce que je pense que cela a des implications à long terme pour les utilisateurs finaux du gaz naturel. Cette situation ne peut pas durer indéfiniment », a poursuivi M. Schlotterbeck. « Il y aura un compte à rebours et la seule question est de savoir si cela se produit de manière contrôlée ou si ça sera un choc inattendu pour le système. »

Presentation about opposition and barriers to expanding pipelines
Dans son exposé, M. Schlotterbeck a décrit séparément les autres défis auxquels sont confrontés les producteurs de gaz de schistes. Crédit : Sharon Kelly

Les rendements projetés des entreprise de fracturation  » ne devraient pas exister «  – et ne vont pas exister

Il a souligné les prévisions de bénéfices dans une « présentation actuelle aux investisseurs » d’un foreur de schistes qu’il n’a pas nommé, mais décrit comme l’un des huit plus grands de la région de Marcellus. Ce foreur, a-t-il dit, prédit actuellement qu’il peut obtenir un taux de rendement interne de 46 % en forant ses puits de gaz sec aux prix actuels du gaz, et de 61 % si les prix du gaz augmentent de 36 %.

« L’économie et le bon sens vous diront que dans un monde d’abondantes possibilités semblables, les taux de rendement à ce niveau ne devraient pas exister », a dit M. Schlotterbeck. « Et bien sur ce n’est pas le cas. »

« Cela m’indique vraiment qu’il y a beaucoup de ces entreprises qui ne comprennent toujours pas », dit-il. « Leurs dirigeants pensent toujours qu’ils vont gagner 40, 50, 60 % de retour sur leur investissement, même après six ans maintenant du même message tout en obtenant des rendements négatifs. »

M. Schlotterbeck a dit qu’il y avait une raison pour laquelle il avait fait sa présentation à l’industrie pétrochimique à Pittsburgh, où l’industrie prévoit une grande frénésie de construction pour construire des usines de plastique et de produits chimiques, en grande partie parce que les prix du gaz ont chuté si fortement. En décembre, le ministère de l’Énergie a cité l’« énorme ressource à faible coût des schistes de Marcellus et d’Utica » lorsqu’il a annoncé la publication d’un rapport vantant les avantages de la construction de nouvelles infrastructures pétrochimiques dans les Appalaches.

Les problèmes financiers des foreurs pourraient avoir des répercussions importantes sur l’accumulation de produits pétrochimiques dans la vallée de la rivière Ohio.

« Je vous le dis parce que le prix actuel du gaz n’est pas viable et qu’il faut des prix plus élevés pour que la révolution du schiste argileux se poursuive », a dit M. Schlotterbeck. « Il est difficile de prédire exactement quels prix sont nécessaires pour que l’industrie devienne raisonnablement saine. »

Sa propre prédiction personnelle, a-t-il ajouté, était que les prix augmenteraient de 60 à 80 %, atteignant 3,50 $ ou 4 $ le millier de pieds cubes (mpc). Et la croissance de la production devra ralentir.

En réponse à une question de l’auditoire sur l’impact de la demande de nouvelles usines pétrochimiques actuellement prévues dans la région, M. Schlotterbeck a déclaré que pour les foreurs, ces plans étaient « une excellente nouvelle du côté de la demande ».

« Mais quand les producteurs augmentent leur production de 11 % par an, je ne pense pas que la demande puisse suivre ce rythme », a-t-il ajouté.

« Les grands producteurs de gaz devront réduire davantage leurs activités de forage », a-t-il dit. « Qu’ils le fassent de leur propre chef ou que les actionnaires et les détenteurs d’obligations se révoltent et les forcent à le faire, je pense que ça reste à voir. »

Shale Crescent USA, un groupe de l’industrie pétrochimique qui cherche à transformer la vallée de l’Ohio et les Appalaches en un centre de fabrication de plastiques et de produits chimiques pour rivaliser avec celui de la côte du Golfe – connu localement sous le nom de  » couloir du cancer «  – a présenté ses projections, qui prévoient une croissance rapide de la production, dans une présentation suivant celle de Schlotterbeck.

Presentation slide showing growth in marketed natural gas production 2009-2018
Wally Kandel et Jerry James de Shale Crescent USA ont fait une présentation au Northeast Petrochemical Exhibition and Conference à Pittsburgh vendredi. Crédit : Sharon Kelly, DeSmog

Le discours prononcé par Shale Crescent USA devant les décideurs de Pennsylvanie, d’Ohio, de Virginie-Occidentale et du Kentucky ainsi que devant les fabricants de plastiques et de produits chimiques a fortement souligné le faible coût du gaz de schiste et des LNG dans cette région.

Vendredi, Wally Kandel, vice-président de Solvay Specialty Polymers, et Jerry James, président d’Artex Oil Co. ont retransmis un extrait d’une vidéo sur Shale Crescent USA diffusé par Bloomberg en juin 2018.

« Avec Shale Crescent USA, vous avez le gaz naturel le plus abondant, le gaz naturel le moins cher du monde développé », déclarait Kandel à Bloomberg dans le clip.

« C’est cette augmentation rapide de la production qui nous a amenés à lancer Shale Crescent USA », a déclaré James lors de la conférence à Pittsburgh vendredi.

James n’a pas contesté les conclusions de Schlotterbeck sur la révolution des schistes. « Cela a profondément changé le marché », a déclaré James. « C’est absolument incroyable ce qu’on a pu faire. »

« Nous avons réalisé tout sauf de gros profits – et je suis d’accord avec lui », poursuit James, faisant référence à Schlotterbeck, « mais pour les gens en aval [c.-à-d. les consommateurs industriels de gaz de schistes et de LNG], c’est une révolution ».

Dans de brefs commentaires à la suite des remarques de M. Schlotterbeck, Charles Schliebs, de Stone Pier Capital Advisors, a rappelé un plan antérieur – mais qui a échoué – visant à stimuler la demande de gaz de schiste, un plan fortement encouragé par Aubrey McClendon, ancien PDG de Chesapeake Energy, mort dans un accident de voiture un jour après avoir été accusé par le ministère de la Justice fédéral de fraude à la suite d’un présumé trucage autour d’appels d’offre.

M. McClendon, a rappelé M. Schliebs, a exhorté les constructeurs automobiles à commencer à construire des voitures fonctionnant au gaz naturel comprimé, ou GNC. « Aubrey avait des projets étonnants et dépensait beaucoup d’argent et faisait des choses pour pousser le GNC dans les voitures et les camions légers », se rappelle Schliebs.

De nos jours, les voitures particulières au GNC semblent plutôt être une mode passagère, éclipsée par l’essor des véhicules électriques. M. Schliebs a fait remarquer que deux ou trois semaines seulement avant la conférence pétrochimique, la station de ravitaillement en GNC d’EQT dans le district de la bande de Pittsburgh avait fermé définitivement et discrètement, ajoutant qu’on lui avait dit que ses propriétaires n’avaient pas l’intention d’en ouvrir une autre pour la remplacer.

Sharon Kelly

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

Plus d’histoires deECOLOGIE

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,