Aller à…
RSS Feed

22 novembre 2019

Fin de la traversée infernale pour une jeune femme secourue en mer Méditerranée


Une demandeuse d’asile autorisée à débarquer du navire de sauvetage Open Arms sur l’île italienne de Lampedusa se souvient de l’horreur de son voyage.

Vue sur le port de Lampedusa sur l'île italienne du même nom en Méditerranée.

Vue sur le port de Lampedusa sur l’île italienne du même nom en Méditerranée.   © Fred Noy

AGRIGENTE, Italie – Feven* regardait ses pieds. La voix de cette jeune femme de 18 ans était un murmure parmi des dizaines de demandeurs d’asile dans un centre d’accueil de l’île italienne de Sicile. Les souvenirs de son épreuve sont encore frais.

« Nous partagions deux toilettes pour 130 personnes. Nous dormions tous ensemble sur le pont du bateau : certains endroits étaient ombragés, d’autres non. Nous avons dû nous relayer », dit-elle.

« Nous souffrions de malnutrition, mais pas depuis l’époque où nous étions sur le bateau. C’était une conséquence de la longue période que nous avions passée dans les hangars des passeurs en Libye », dit-elle.

Feven compte parmi les chanceux.

Elle a été secourue le 1er août par le navire de sauvetage Open Arms et évacuée du navire avec 13 autres personnes vers Lampedusa pour des raisons médicales le 15 août. Une centaine d’autres, également sauvés des eaux internationales au large des côtes libyennes, sont restés à bord du navire pendant six autres jours.

Son épreuve avait commencé début 2017 quand elle a quitté l’Érythrée à l’âge de 15 ans. Aucun membre de sa famille ne l’accompagnait. Elle a refusé de parler de son voyage en Libye ou de son expérience pendant les 18 mois passés dans un hangar tenu par des passeurs. De nombreuses femmes dans les centres ont été victimes de violences, de viols et de tortures dans le but d’extorquer de l’argent aux membres de leur famille dans leur pays d’origine. Certains ont été tués.

« Il y avait une fuite d’eau à l’intérieur du bateau. »

Les passeurs emprisonnent les migrants et les demandeurs d’asile en Libye pendant des mois avant de les transporter vers l’Europe par bateau. Feven a déclaré que le navire sur lequel elle se trouvait contenait 52 Africains, dont 15 femmes et deux enfants. Le voyage a été un cauchemar.

« Il y avait une fuite d’eau à l’intérieur du bateau. »

« Le bateau en bois est tombé en rade au large de la Libye pendant deux jours. Le moteur était cassé. Il y avait une fuite d’eau à l’intérieur du bateau. Les vagues étaient si fortes. Nous étions terrifiés, mais nous venions de l’enfer. Nous n’avions pas peur de mourir. Puis Open Arms nous a sauvés », dit-elle.

Puis une nouvelle épreuve a commencé. C’était différent que de regarder la mort en face sur un bateau branlant, mais pas moins déconcertant. Incapable de comprendre ce qui se passait, elle a compté d’abord les heures, puis les jours qui passaient. Pendant tout ce temps, son anxiété augmentait.

« Les visages des autres nous donnent une idée du problème. Nous n’avions pas le droit de quitter le navire parce que l’Europe ne voulait pas de nous. Puis nous avons commencé à craindre d’être renvoyés en enfer : Libye. »

Le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, a lancé un appel aux gouvernements européens pour qu’ils autorisent l’opération Open Arms à débarquer les passagers. Quatre jours après le débarquement du groupe de Feven, les autres ont finalement été débarqués après l’intervention d’un tribunal italien.

Le sauvetage en mer, un impératif humanitaire et une obligation juridique en vertu du droit international, a été de plus en plus entravé ces dernières années. Plus de 800 personnes sont mortes ou portées disparues cette année en Méditerranée, selon le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Le HCR affirme qu’il est nécessaire d’accroître les capacités de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale et que les bateaux des ONG doivent recevoir un appui pour sauver des vies humaines.

Une approche concertée entre États sur les deux rives de la Méditerranée est nécessaire pour assurer un débarquement rapide et prévisible qui contribue à réduire les pertes en vies humaines en mer dans la Méditerranée.

En raison de l’intensité des combats et des nombreuses informations faisant état de violations des droits de l’homme, y compris de détentions arbitraires, la Libye ne peut pas être considérée comme un port sûr, et personne ne devrait y être renvoyé.

Des efforts supplémentaires sont également nécessaires pour mettre les réfugiés à l’abri du danger en Libye. Personne ne devrait avoir le sentiment qu’il vaut mieux risquer sa vie, et celle de sa famille, lors de ces traversées souvent meurtrières. Des voies d’accès plus rapides, plus sûres et légales à l’asile sont nécessaires, y compris l’évacuation et la réinstallation.

* Feven a demandé que son vrai nom ne soit pas utilisé pour des raisons de sécurité

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,