Aller à…
RSS Feed

27 février 2020

LIBYE. L’intervention turque pourrait conduire à une guerre avec l’Égypte


vendredi 20 décembre 2019

Le président turc Erdogan continue de créer des ennemis à la Turquie. Après avoir mené une guerre contre la Syrie, il a réussi à conchier l’UE en poussant des réfugiés chez elle. Il a déplu à l’OTAN et aux États-Unis en installant des défenses anti-aériennes russes. La plupart des pays arabes du golfe Persique le détestent pour son soutien au Qatar.

Erdogan s’est allié avec le Gouvernement d’accord national (GNA) qui règne à Tripoli, en Libye. Il va maintenant devoir affronter plusieurs pays supplémentaires qui soutiennent l’adversaire du GNA.

Après que la guerre de l’OTAN a détruit le pays le plus riche d’Afrique, la Libye est toujours divisée.

La majeure partie de l’est et du sud, ainsi que la majeure partie du pétrole du pays sont dirigées par le général Khalifa Haftar, un ancien actif de la CIA. Haftar bénéficie du soutien des Émirats arabes unis, de l’Arabie saoudite, de l’Égypte et de la Russie. Une délégation américaine lui a récemment rendu visite. Il y a neuf mois, il a lancé une campagne pour éliminer le GNA contrôlé par les Frères musulmans autour de Tripoli et Misrata.

La campagne militaire est restée bloquée alors même que chaque camp continuait à accumuler des armes de plus en plus performantes au sol et dans les airs. Les pilotes volant pour Haftar seraient originaires des Émirats arabes unis et d’Égypte. Le GNA utilise des drones turcs qui sont probablement contrôlés par des pilotes turcs. Il y a également des rumeurs selon lesquelles des mercenaires russes seraient impliqués dans le soutien à Haftar.

Les deux parties manquent de troupes terrestres bien formées en nombre suffisant. Fin novembre, Erdogan a proposé un accord assez curieux au GNA. En échange de troupes turques, le GNA devrait accepter une frontière maritime commune entre la Libye et la Turquie.

Fayez al-Sarraj, président du Conseil présidentiel de la Libye et Premier ministre du GNA, a accepté. Cela a abouti à cette curieuse carte.

Erdogan a ensuite affirmé que la Turquie a le droit exclusif d’explorer économiquement la mer Méditerranée au nord de la ligne rouge (tirets) et jaune. Il a également déclaré que les pipelines installés dans cette zone nécessiteraient un accord turc. L’Égypte, Israël et Chypre avaient prévu un gazoduc entre leurs plateformes de gaz sous-marin et la Grèce – ce pipeline est probablement une chimère car il y a trop peu de gaz à vendre pour justifier un tel investissement.

Il y a déjà eu des prises de bec sérieuses entre Chypre, Israël et la Turquie à propos de navires de forage turcs qui, accompagnés de la marine turque, ont pénétré dans la zone économique exclusive de Chypre.

Les frontières nautiques dans les zones de plusieurs États ne peuvent pas être tracées unilatéralement ou par seulement deux parties. La zone revendiquée par Erdogan est également en grande partie revendiquée par Chypre et la Grèce, qui ont toutes deux de meilleurs arguments pour des droits légaux dans la région que la Turquie.

Source Petroleum Economist – Agrandir

Il y a un autre problème juridique. L’accord de Sikhirat, qui a été signé en décembre 2015 sous les auspices des Nations Unies et constitue la base juridique du GNA, ne donne au chef du GNA, Sarraj, aucun droit de conclure un tel accord et une telle concession.

Le conflit sur les droits économiques exclusifs dans certains domaines peut probablement être résolu à l’ONU ou par les tribunaux internationaux. Le volet militaire de l’accord d’Erdogan est le vrai danger :

L’accord offre un soutien turc à la création d’une Force de réaction rapide pour la police et l’armée en Libye, ainsi qu’une coopération renforcée dans le domaine du renseignement et de l’industrie de la défense. Après l’accord de coopération militaire, Erdoğan a déclaré qu’Ankara pourrait envisager d’envoyer des troupes en Libye si le gouvernement libyen demandait une assistance militaire.

Il y a une semaine, Erdogan déclarait qu’il était prêt à déployer des troupes en Libye dans un bref délai. Aujourd’hui, des rumeurs sont apparues dans les médias arabes, toujours non confirmées, selon lesquelles des forces d’opérations spéciales turques ont atterri à Tripoli.

La guerre libyenne entre deux partis libyens va maintenant devenir une affaire très différente. L’Égypte ne tolérera pas que les Frères musulmans dirigent la Libye voisine. Avant que le soutien turc ne permette au gouvernement du GNA de vaincre Haftar, l’Égypte interviendra. La situation peut ainsi rapidement évoluer en une guerre intense au cours de laquelle les troupes turques combattront sur le terrain libyen contre les militaires égyptiens.

Les deux pays ont de riches sponsors arabes qui peuvent financer un conflit long et intense. Les deux ont beaucoup de matériel et beaucoup de soldats qu’ils peuvent lancer dans la bataille. La partie égyptienne a un avantage. Sa longue frontière terrestre permet un réapprovisionnement facile tandis que la Turquie devra compter sur des fournitures venant par voie maritime et aérienne qui peuvent être coupées, ou au moins interrompues.

Une telle guerre pourrait facilement devenir la crise internationale majeure de 2020. [Beau cirque en perspective si la Turquie fait valoir l’article 5 de l’OTAN, et que les Russes soutiennent Haftar, NdT]

Moon of Alabama − Le 17 décembre 2019

 Le Saker Francophone

Plus d’histoires deEgypte

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,