Aller à…
RSS Feed

25 mai 2020

Soleimani le che Guevara iranien


Nouvel article sur Le Cri des Peuples

Soleimani : le ‘Che Guevara musulman’ est mort, mais son combat continue

par lecridespeuples

Par Ramin Mazaheri, correspondant en France de la chaîne iranienne Press TV

Source : Press TV

Traduction : lecridespeuples.fr

« Un peuple sans haine ne peut pas triompher d’un ennemi féroce. » Che Guevara

L’assassinat sur le sol irakien de Qassem Soleimani, héros national iranien, va produire beaucoup de choses, et le ressentiment et la haine pour Washington partout dans monde en sont déjà une conséquence manifeste.

Partout dans le monde, l’évaluation est la même : Washington a commis un acte de guerre. Dans sa soif sanguinaire de renverser la Révolution populaire et démocratique de l’Iran – afin de continuer à nourrir son insatiable cupidité néo-impériale –, Washington a soumis le monde à un électrochoc pour lui rappeler son immoralité féroce : on se souvient de la douleur de l’aiguille du médecin avec plus de clarté que de la douleur d’une longue semaine de maladie, après tout.

Cet acte lâche, illégal et inhumain – qui vise si explicitement à ne profiter qu’à l’élite américaine et non à l’Américain moyen – aura tellement de ramifications que nous devrions prendre le temps d’évaluer historiquement le véritable héritage de Soleimani : il est le Che Guevara musulman.

Il n’est pas simplement le « Che Guevara iranien » car cela n’aurait aucun sens au regard des idéaux du Che : tout comme l’Argentin, Soleimani a passé de nombreuses années de sa vie à combattre l’impérialisme américain dans de nombreux pays, et il est finalement décédé dans une terre étrangère du fait de sa croyance absolue en la réalité de la fraternité internationale.

Limiter l’héritage de Soleimani en le présentant comme le « Che Guevara iranien » n’a également aucun sens étant donné les idéaux de la Révolution iranienne : la mort de Soleimani rappelle au monde que l’Iran – apparemment seul dans la lutte anti-impérialiste en 2019 – dépense sans compter son temps, son argent, son sang, son amour et les vies de ses ressortissants pour aider des non-Iraniens (et des non-chiites), du fait d’un sentiment progressiste d’internationalisme politique.

Che Guevara a été assassiné en octobre 1967 en Bolivie. Le groupe avec lequel le Che a été capturé était international, comprenant des Péruviens, des Argentins, des Cubains, des Boliviens et même deux Européens. Sans la présence de Soleimani en Irak et en Syrie – et celle de l’Etat iranien derrière eux, de même que le Che était pleinement soutenu par Cuba –, ces deux pays seraient aujourd’hui sous domination impérialiste totale, et ce serait probablement aussi le cas du Liban.

La Révolution iranienne a une portée et une envergure tout aussi internationales que la Révolution cubaine que le Che a contribué à créer et à défendre. Les détracteurs de l’Iran prétendent qu’il veut convertir chaque musulman au chiisme et imposer les lois iraniennes au monde entier… mais ce ne sont que des balivernes. Ce dont on l’accuse est plutôt le but orgueilleux de l’Occident impérialiste, car le but progressiste de l’Iran n’est pas le contrôle mais la libération des masses et leur émancipation.

Peu d’Occidentaux semblent se rendre compte que la principale motivation du Che – qui est peut-être l’exemple même de l’internationaliste – était, sans aucun doute, le nationalisme latino-américain : son rêve était le même que celui de Bolivar (et de Marti à Cuba, et d’autres au Chili, au Nicaragua, etc.). Pour ceux qui voient la lutte anti-impérialiste avec une précision historique, il y a ici un parallèle évident avec le « nationalisme musulman » de Soleimani et de l’Iran.

Seuls les laïcards, les iranophobes et les islamophobes pédants resteront aveugles à ce fait.

Des milliards de personnes se moquent bien de savoir que ces gens-là resteront aveugles : tout comme Soleimani, le Che a été désavoué par les principaux gauchistes et révolutionnaires de son époque – l’URSS détestait le Che et sa résistance audacieuse à Washington, ce dont peu se souviennent. (Comme l’Iran aujourd’hui, le Che appréciait le point de vue chinois.) Moscou a insisté – à sa manière tout à fait européenne – sur le fait qu’eux seuls devaient diriger et élaborer une stratégie de lutte contre l’impérialisme occidental. En bref : maintenant que l’URSS avait été libérée de l’impérialisme étranger, plus personne n’avait besoin de prendre les armes. Bien sûr, au moment de la mort du Che, l’URSS n’était plus dirigée par le héros antifasciste que le Che appelait affectueusement « Papa Staline » : Khrouchtchev, Brejnev et enfin Gorbatchev deviendraient décadents, corrompus, voire renonceraient au soutien soviétique à l’anti-impérialiste international et à ses luttes, et feraient finalement délibérément imploser l’URSS par le haut et contre la volonté démocratique écrasante du peuple soviétique.

Je demande aux gauchistes occidentaux – ou ailleurs dans le monde – qui ne voient pas clairement : pourquoi les Yankees ont-ils également tué Soleimani ? Pensent-ils toujours qu’il était, pour utiliser un terme populaire aux États-Unis vers 2003 (et toujours en vogue en France aujourd’hui), un « islamo-fasciste » ? Washington est certainement fasciste, mais ils ne sont pas islamophobes au point de tuer Soleimani de cette manière simplement parce qu’il serait musulman. J’espère que ces gauchistes obtus continueront d’essayer de comprendre le monde qui les entoure – un jour, ils y parviendront.

Le Che a été assassiné parce que son objectif explicite était de créer « plusieurs Vietnams ». De nombreuses rues seront certainement baptisées du nom de Soleimani en Syrie, en Irak et même en Palestine (si l’Iran pouvait obtenir de l’aide des nations arabes !…). Ismaïl Haniyeh, le dirigeant du Hamas, l’a appelé « le martyr d’Al-Quds » (Jérusalem). Soleimani a sans aucun doute mené ses actions avec un grand succès.

Mais l’invasion, les sanctions, la ré-invasion et l’occupation de l’Irak n’ont jamais motivé le public occidental à s’indigner comme il l’avait fait pour le Vietnam. Pourquoi ? L’islamophobie, peut-être. L’injustice envers les Irakiens a cependant motivé des Iraniens comme Soleimani.

Le Che a-t-il triomphé ? Il a échoué en Bolivie et au Congo, mais Cuba reste le « premier pays libre des Amériques », et beaucoup diraient à juste titre le seul. Moins appréciée est la façon dont Cuba a combattu aux côtés de l’Angola non latin – qui a eu le malheur d’être colonisé par l’impérialiste occidental le plus arriéré (le Portugal) – et cela a directement conduit à la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud. L’action du Che a sans aucun doute porté ses fruits, post-mortem.

En Occident, le Che n’est qu’un moyen efficace de gagner de l’argent – son visage vend tous les types de marchandises – mais l’idée qu’on se souviendrait de ses idées, qu’elles seraient comprises voire enseignées (LOL) est risible. Car en Occident, le Che symbolise simplement la romance, et pas la révolution, la politique ou la morale.

Et c’est là qu’il faut replacer Soleimani dans son contexte historique.

Si l’attachement des Iraniens à préserver leur Révolution n’était que romantisme et pose, en lieu et place d’une disposition au sacrifice de soi nécessaire, entrepris même sans espoir de récompense terrestre (et en fait plus susceptible de produire tout le contraire), afin d’éviter que la férocité et la haine yankee ruinent la vie de dizaines de millions d’Iraniens, alors Révolution iranienne ne durerait pas. Les Révolutions tombent souvent : demandez aux Français. Ils la célèbrent toujours chaque année en commémorant la prise de la Bastille, mais c’est seulement de la romance et de la pose. [A moins que ce ne soit dû au fait que cette Révolution était essentiellement bourgeoise, et non populaire, en dehors de l’intermède Robespierre.]

Que tous les non-Iraniens qui pensent que la Révolution iranienne n’est pas nécessaire à l’échelle mondiale, et surtout régionale, aillent de toute urgence demander à un Irakien, un Syrien, un Libanais, un Palestinien ou un Yéménite s’ils sont d’accord avec eux. D’autres pays seront inclus un jour, et je pense d’abord aux zones qui sont si vitales pour la culture islamique, comme l’Égypte, l’Algérie et l’Arabie. Un jour, les fils et les filles du Che et de Soleimani s’uniront dans des pays qui ne sont ni musulmans, ni latins, avec la grâce de Dieu.

Pour ceux qui pensent que Soleimani sera le dernier à être atrocement assassiné, il est nécessaire de rappeler que la mort du Che n’était que la première – Sukarno, Nkrumah, Ben Bella, Martin Luther King et Robert Kennedy ont rapidement suivi.

Cependant, nous ne devons pas oublier qu’ils ont été précédés au niveau national par Malcolm X et John Kennedy ; l’assassinat n’est pas du tout une nouvelle politique pour les États-Unis, et nous ne devons pas imaginer que ce serait soudainement devenu le cas. Le but de tels assassinats est clair : décourager les futurs révolutionnaires, mais aussi porter un coup d’arrêt aux mouvements anti-impérialistes en cours.

Cependant, je ne crains pas une seconde la chute de la Révolution iranienne du fait de la disparition de Soleimani, et je le dis avec révérence pour son sacrifice et ses réalisations : l’idée qu’une Révolution populaire puisse (ou doivet) reposer sur un seul homme… ce ne serait pas une Révolution, ni un mouvement populaire, mais l’idolâtrie du capitalisme-impérialisme occidental. Ce serait Macron, Cecil Rhodes, Louis XIV, Churchill et, bien sûr, Trump, et en aucun cas une véritable Révolution. Une culture révolutionnaire réussie produit un système qui est capable de produire des dirigeants moraux et capables encore et encore jusqu’à ce que la Révolution soit vraiment indéracinable – les Iraniens ont plus de 40 ans de Révolution réussie sur lesquelles ils peuvent fonder leur foi en l’avenir de manière justifiée, même en ces tristes jours.

Trump a commis un acte de guerre, mais une vengeance trop hâtive serait presque certainement préjudiciable aux nombreuses causes justes pour lesquelles Soleimani et d’autres ont tant sacrifiées. Soleimani n’est pas devenu le Che Guevara musulman, triomphant à plusieurs reprises d’un ennemi féroce, en plaçant le bien d’une personne sur le bien de la nation et le bien de la lutte. [L’Iran saura répondre comme il se doit, et choisira judicieusement le lieu, le moment et la manière, sans se soucier des rodomontades de Trump.]

L’Angola est le meilleur exemple de la façon dont la mort de Che aurait dû être traitée : ils ont lancé une offensive anti-impérialiste appelée « Che n’est pas mort », qui s’est avérée être le début de la fin du contrôle portugais sur la Guinée-Bissau, puis de tout l’empire portugais en 1974.

Grâce en grande partie aux efforts de Soleimani, après tant de décennies de corruption, de haine et de brutalité dirigées par l’Occident, l’Irak semble maintenant suffisamment fort pour pouvoir expulser les États-Unis immédiatement voire pacifiquement. [Et inévitablement, ils se retireront de tout le Moyen-Orient, en position verticale ou horizontale.] Je ne pense pas que Soleimani demanderait un héritage plus grand que cela –c’est pour cela qu’il s’est sacrifié.

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,