Aller à…
RSS Feed

9 juillet 2020

Au bord de l’abîme


Nouvel article sur les 7 du quebec

AU BORD DE L’ABÎME

par Robert Bibeau

Espagnole. Traduction:
.

La semaine nous montre que nous ne pouvons pas compter sur la sagesse des impérialistes à rester au bord de l’abîme de la guerre ouverte. Avant qu’il ne puisse soupirer de soulagement en Irak, le prochain objectif qui menace de généraliser la guerre s’intensifie en Libye. Et tandis qu’en France, les syndicats conduisent tous les travailleurs au bord du démantèlement du système de retraite.

Dans la nuit de mardi à mercredi, des missiles iraniens sont tombés sur deux bases américaines en Irak. Après une couverture adéquate du début d’une guerre, nous avons découvert qu’en réalité, ils n’avaient pas fait de victimes. La même nouvelle a été publiée mercredi dernier, garantissant que l’Iran avait prévenu le gouvernement irakien des lieux des attaques. Tout commençait à s’adapter et à être compréhensible, y compris le : «tout va bien» de Trump. Comme la presse allemande l’intitulait «l’attaque était un spectacle», les soldats se sont protégés dans des bunkers et l’ont laissée passer. Tout indiquait ce que la Turquie appelait « une stratégie pour sauver la face« :

 

Les lieux choisis pour les représailles, le fait que les informations aient été partagées à l’avance avec le Premier ministre irakien Abdulmehdi, qui les a communiquées aux forces irakiennes et américaines, qui ont pris des mesures pour éviter les pertes, montre qu’un tel résultat poussera les États-Unis à attaquer à nouveau. C’est une sorte de stratégie pour sauver la face.

 

Et les réactions des deux États l’ont confirmé bientôt: l’Iran a demandé aux milices qu’il contrôle en Irak de ne pas attaquer les cibles américaines. Muqtada al-Sadr, chef de la puissante milice chiite alliée aux États-Unis qui avait commencé l’escalade des tensions en attaquant le consulat iranien à Nadjaf a déclaré: « La crise en Irak est terminée ». Lors de sa première conférence de presse, le lendemain matin, Trump a déclaré que « l’Iran court après l’attaque d’hier », qu’il n’y a eu aucune victime des attaques et qu’il imposera de nouvelles sanctions. Et étonnamment, il parle à nouveau de la nécessité d’un nouvel accord nucléaire.

 

La stratégie de «sauver la face» était déjà évidente même pour la presse anglo-saxonne déterminée à alimenter les démocrates et à utiliser le choc dans leur bataille interne contre Trump, ne serait-ce que, comme le parlement américain l’a effectivement approuvé, pour limiter leurs pouvoirs de guerre par rapport à l’Iran.

 

LES SERVICES DE SECOURS IRANIENS ONT EMPILÉ LES CORPS DES PASSAGERS À L’ENDROIT OÙ LE BOEING UKRAINIEN EST TOMBÉ.

 

Mais le caractère « collaboratif » de la stratégie des deux puissances impérialistes dans cet affrontement est devenu encore plus clair avec la chute, après le décollage, d’un avion de ligne ukrainien quelques heures plus tard. Alors que l’avion transportait un grand groupe de passagers canadiens, le renseignement américain et l’équipe de Trudeau ont travaillé ensemble pour finir par affirmer que l’avion avait été abattu par un missile antiaérien iranien. La chose la plus frappante: Trudeau et Trump ont tous deux insisté sur le fait que la démolition avait été «accidentelle».

Le résultat final de l’escalade en Irak avait suivi la stratégie d ‘ »évolutivité contrôlée » caractéristique du long conflit impérialiste entre l’Iran et les États-Unis.

Un jeu d’échecs positionnel dans lequel les deux parties essaient d’exercer une force suffisante pour fermer la voie opposée, mais en même temps essayent d’éviter de le conduire à dégénérer le conflit en une guerre ouverte.

«La longue guerre entre les États-Unis et l’Iran», janvier 2019

 

Mais cette fois, la marge a été plus étroite que jamais, comme l’a noté l’ONU , « les lignes de fracture internationales sont sur le point de se briser » et sur le point de disparaître. L’impatience d’un allié de l’un des deux impérialismes aurait suffi à généraliser le conflit. Les Gardiens de la Révolution d’Iran préparaient déjà des attaques à Dubaï (Émirats) et à Haïfa (Israël) en cas de représailles. Non, Soleimani n’aura été qu’un « théâtre » qui s’est malheureusement terminé avec la mort « accidentelle » de cent cinquante personnes dans un avion commercial qui n’a pas eu de chance. C’est un avertissement que les tensions impérialistes sont déjà à un point où tout élément inattendu peut se traduire par une généralisation immédiate de la guerre.

LES COMMANDANTS DE L’ARMÉE HAFTAR ENTRENT À SYRTE.

Et tandis que les États-Unis et l’Iran jouaient des châteaux d’allumettes sur un baril de gaz, un nouveau front a gagné en complexité et en danger: la Libye. Après avoir approuvé l’envoi de troupes par le Parlement turc , les forces de Haftar ont immédiatement attaqué des navires et des expéditions de Turquie destinés au gouvernement de Tripoli. L’UE, la France et l’Italie soutenant les parties adverses, ont appelé au « respect » d’un embargo que leurs alliées  violent systématiquement .  On identifie clairement deux axes : Emirates, Egypte, France et de la Russie contre la Turquie et l’ Italie. Craignant les complications qui allaient et venaient des Émirats et de l’Égypte, Haftar a redoublé son offensive et a annoncé avoir pris le contrôle de Syrte avec l’ aide de mercenaires russes.

 

Mais la Turquie a gardé un as dangereux dans sa manche: l’Algérie, qui jusqu’à présent, gênée par la crise déjà longue de son appareil politique et la révolte de sa petite bourgeoisie, était restée en marge. La rencontre entre le ministre turc des Affaires étrangères et l’Algérien s’est terminée par un appel à la communauté internationale pour imposer un cessez-le-feu arrêtant l’avancée de Haftar. Tripoli et son gouvernement sont devenus une «ligne rouge» intouchable. Poutine, arrivé en Turquie pour inaugurer le TurkStream (un autre oléoduc), n’a pas manqué l’occasion de prendre la direction du parrainage de Haftar et de négocier un cessez-le-feu. Les réactions ont été intéressantes. Bien sûr, le gouvernement de Tripoli, littéralement contre les cordes, s’est félicité. Mais l’Europe « pacifiste » était loin de le faire. La presse allemande n’a pas caché qu’elle voulait l’échec de l’accord, insistant sur le fait que l’alliance Poutine-Erdogan est « un risque pour l’Europe » … comprenant « l’Europe » comme des intérêts impérialistes franco-allemands, bien sûr. Haftar, s’exprimant avec le soutien de l’Égypte et des Emirats, a rejeté tout cessez -le -feu , comme c’était prévisible … tant qu’il peut maintenir ses avances.

 

En Libye, nous sommes confrontés à une autre situation dans laquelle la prolifération des forces impérialistes en conflit, regroupés de manière précaire en alliances intérieurement contradictoires, peut conduire non seulement à une escalade mais aussi à une extension, voire à une généralisation de la guerre. L’entrée de la Turquie avec des armes et des bagages augmente les enjeux car l’accord de frontière maritime entre Tripoli et Ankara fait de la Libye la clé de la lutte pour les hydrocarbures en Méditerranée orientale. De plus, les frictions de plus en plus ouvertes au Sahel entre la France et la Russie  indiquent une nouvelle ligne de fracture impérialiste en Afrique de la République centrafricaine à la Méditerranée. A la projection vers l’Occident, vers le Maghreb, qui peut s’ouvrir avec « l’activation » de l’Algérie, la tension militaire entre l’Égypte / Émirats et la Turquie au Soudan et la Corne de l’Afrique est également jointe …

 

En bref: la Libye n’est pas une « petite »  Syrie en préparation.  Il est à la limite de devenir un tourbillon nouveau et dangereux de conflits impérialistes, encore plus dangereux et instable que le golfe Persique.

HIER À PARIS

En France, la grève contre la réforme des retraites se poursuit après plus d’un mois de lutte. Selon les sondages, le soutien à la grève est toujours majoritaire chez les Français, mais il est toujours sous le contrôle et le pâturage des syndicats. Les piquets syndicaux quotidiens sont toujours dans les entreprises de transport et toutes les raffineries sont arrêtées ou bloquées, de temps en temps des actions médiatiques sont organisées comme l’entrée au siège parisien de la société financière BlackRock, mais il n’y a pas d’extension de la grève au secteur privé (pourquoi ?)

 

Les directions syndicales allaient négocier à nouveau avec le gouvernement les conditions de la réforme dès mardi, mais elles constatent depuis lundi que le gouvernement a décidé de relever les enjeux et a transmis le projet de loi sur la réforme des retraites au conseil sans aucune modification. Les syndicats ont réagi avec colère au fait que la loi ait été envoyée sans négociation avant et, après une autre réunion mercredi au cours de laquelle le secrétaire d’État français a unilatéralement déclaré la fin de la retraite anticipée pour un travail particulièrement dur, trois syndicats ont quitté la table de négociation.

 

Le gouvernement est clairement entré dans une phase de négociation où les conditions se durcissent de son côté et menace d’utiliser la force répressive de l’État contre les piquets de grève et les manifestants des cortèges syndicaux , mais annonce en même temps que « des modifications peuvent encore être apportées » et que  » le problème de l’âge pivot n’est pas encore clos ».

 

Comment les syndicats ont-ils réagi? C’est ainsi que les négociations se sont déroulées mardi: « L’équilibre du système [de retraite] doit être garanti » et « je propose de le garantir en fixant un âge charnière », a encore déclaré le Premier ministre. « Mais si les organisations syndicales et patronales conviennent d’un meilleur système, je l’accepterai. » Le Premier ministre a qualifié de « bonne idée » la conférence de financement proposée vendredi par le chef de la CFDT Laurent Berger, qui espère « ainsi éviter la mise en place d’un âge charnière garantissant l’équilibre du système de retraite ». En revanche, la CGT qui était partie mercredi des réunions, s’est plainte jeudi que « la porte du gouvernement est fermée » et qu’ils n’ont aucune invitation pour la conférence de financement de ce vendredi. Contrairement à ce qu’ils disent dans la rue et ses bases, il semble que la CGT, comme l’affirme son secrétaire général, « ne soit pas contre toutes les mesures ».

 

Pour résumer: le jeu des syndicats est clairement de noyer la combativité en encourageant la prolongation des grèves des secteurs les plus combatifs, tout en donnant leur appui aux leurres tels que le « âge pivot » et surtout à l’idée de « durabilité », et  « les prestations d’abord, les besoins après ». L’exploitation des travailleurs n’est pas la somme des « fermetures » d’entreprises. Le capitalisme est un système d’exploitation d’une classe par une autre. Du point de vue du capital, le «tissu commercial» est un système de vases communicants à travers lesquels le capital circule. Un système qui fait correspondre les résultats de chaque demande d’investissement en fonction de sa participation au capital national total compte tenu de la productivité moyenne, récompensant les «améliorations» de l’exploitation (bonus) comme des écarts par rapport à la moyenne et punissant les écarts sous ce niveau moyen (malus).

 

Par conséquent, affirmer que sans avantages sociaux les revendications des travailleurs ne peuvent être satisfaites revient à dire que l’entreprise « ne peut pas » perdre des positions dans la gestion relative du capital total. Dire que «l’inflexibilité» des travailleurs «condamner la fermeture» équivaut à dire que le capital national est prêt à couper un tentacule plutôt qu’à perdre sa rentabilité mondiale.

 

À ce stade, jusqu’à ce que la presse de gauche affirme que Macron cherche à imposer aux travailleurs une défaite brutale similaire à celle que Thatcher a infligée aux mineurs en 1984. Cette défaite, qu’ils appellent le «mythe fondateur du néolibéralisme», était en fait le produit d’une stratégie similaire à celle de leurs homologues français aujourd’hui: une grève acharnée et isolée  des plus combatifs et une acceptation par les syndicats du principe de «rentabilité» capitaliste. À propos des besoins. Ses conséquences se manifestent encore aujourd’hui dans les vastes et désolées régions désindustrialisées britanniques. Si en France toutes ces mobilisations et grèves aboutissent à la défaite, le résultat ne sera pas moins désastreux et Macron ne devra pas moins aux syndicats français que ce que Thatcher devait aux syndicats Britanniques.

Les deux messages centraux qui subsistent après cette semaine sont que l’on ne peut pas s’attendre à ce que les conflits impérialistes s’arrêtent au bord du précipice, ni qu’aucune crise ne fasse que la bourgeoisie, l’État ou ses syndicats «ouvrent les yeux». Il  s’agit d’augmenter l’exploitation et de détruire le tissu social de sa base afin de maintenir la rentabilité du capital.

 

La seule issue raisonnable est de surmonter la logique de subordination des travailleurs – et avec eux de toute la société – aux avantages sociaux, qui est aussi la logique de la guerre.  Les conditions matérielles qui permettent son dépassement sont depuis longtemps données et aucune « amélioration des conditions » ne sera le produit des luttes tant qu’elles seront menées par les syndicats. C’est le «facteur subjectif», le développement de la lutte de la classe ouvrière et de sa conscience à travers elle, la seule chose qui puisse mettre fin au système. Et ce n’est pas le produit d’un automatisme, mais des processus que les travailleurs les plus conscients sont capables de promouvoir dans l’ensemble de notre classe … et pour cela il faut s’organiser politiquement .

 

Robert Bibeau | 10 janvier 2020 à 13 01 29 01291 | URL : http://www.les7duquebec.com/?p=243196

Plus d’histoires deIrak

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,