Aller à…
RSS Feed

21 septembre 2020

Coronavirus : la Chine a fait gagner du temps à l’Occident, mais nos dirigeants l’ont dilapidé par


Coronavirus : la Chine a fait gagner du temps à l’Occident, mais nos dirigeants l’ont dilapidé

par lecridespeuples

Pourquoi tant de pays ont-ils passivement observé l’épidémie se développer pendant des semaines comme si elle ne les concernait pas ?

Par Ian Johnson, écrivain basé à Pékin, auteur de l’ouvrage récent “Les âmes de la Chine : le retour de la religion après Mao

Source : New York Times, le 13 mars 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

LONDRES – Lorsque mon vol Pékin-Londres a atterri il y a près de deux semaines, je savais ce que je devais faire : me mettre directement en quarantaine.

Je vis en Chine, où un blocage spectaculaire depuis fin janvier a clairement fait comprendre que tous les résidents, même vivant bien au-delà de l’épicentre de l’épidémie à Wuhan, étaient pris dans le tourbillon d’une crise sanitaire mondiale. Le processus d’embarquement à Pékin a été le dernier rappel de cet état d’urgence sanitaire : deux contrôles de température obligatoires et une déclaration de santé électronique pour laquelle j’ai dû fournir une adresse e-mail et deux numéros de téléphone.

Mais alors que l’avion approchait de Londres, un sentiment d’irréalité s’est installé. La compagnie aérienne a distribué une feuille imprimée à bon marché qui ne nous conseillait d’appeler la hotline du Service de Santé National (NHS) que si nous nous sentions mal. À l’arrivée, il n’y avait pas de contrôle de température ni de déclaration de santé, ce qui signifie que les responsables britanniques n’auraient eu aucun moyen aisé de nous suivre si l’un de nous avait débarqué avec le Covid-19. Au lieu de cela, nous avons juste quitté l’avion, enlevé nos masques faciaux (obligatoires pour tous en Chine) et disparu dans la ville.

Depuis lors, l’Europe et les États-Unis ont été convulsés par la propagation rapide du coronavirus en leur propre sein. L’Italie est désormais en confinement et les cas se multiplient rapidement aux États-Unis. Les marchés boursiers se sont effondrés. Mercredi, l’Organisation mondiale de la santé a officiellement annoncé ce que tout le monde savait déjà : il s’agit d’une pandémie. Peut-être qu’au moment où vous lirez ces lignes, les bilans de santé et les déclarations des aéroports seront finalement obligatoires dans des endroits comme Londres.

Mais cela ne changera pas le fait que depuis des semaines, l’attitude envers l’épidémie de coronavirus aux États-Unis et dans une grande partie de l’Europe a été étrange, sinon carrément passive : les gouvernements de ces régions ont laissé passer leur meilleure chance pour contenir la propagation du virus. Ayant déjà vu une sorte de déni initial en Chine, je ressens un sentiment de déjà vu. Mais alors que la Chine a dû faire face à une violente surprise soudaine, les gouvernements occidentaux ont été mis en demeure depuis des semaines.

C’est comme si l’expérience de la Chine n’avait pas averti les pays occidentaux des dangers de l’inaction. Au lieu de cela, de nombreux gouvernements semblent avoir imité certaines des pires mesures mises en place par la Chine, tout en fermant souvent les yeux sur les meilleurs d’entre elles, ou sur ses succès.

Les étrangers semblent vouloir considérer les expériences chinoises comme uniques. J’imagine qu’il y a plusieurs raisons à cela, y compris l’idée réconfortante que la Chine est loin, arriérée et qu’une épidémie là-bas ne pourrait sûrement pas vraiment se propager si loin et si vite ici. Plus que tout, cependant, je pense que les étrangers, en particulier en Occident, se fixent sur le système politique autoritaire de la Chine, ce qui leur fait ignorer la valeur et la pertinence possibles de ses décisions pour eux.

Jusqu’à récemment, une histoire dominante était que l’épidémie en Chine était devenue incontrôlable parce que les autorités avaient réprimé les premiers lanceurs d’alerte fin décembre, permettant au virus de se propager. Lorsque la Chine a mis en place un verrouillage draconien et des mesures de quarantaine en janvier, certains médias dominants étrangers n’ont pas simplement critiqué le programme comme étant excessif ; ils ont décrit l’ensemble de l’exercice comme étant complètement insensé, le contraire de ce qu’il fallait faire (pour atteindre la pseudo-immunité de groupe ?) ou essentiellement inutile. La Chine a obtenu des éloges à demi-mot pour ses deux hôpitaux construits en un peu plus d’une semaine [en France, félicitons la décision-choc de Macron de faire intervenir l’armée pour créer un hôpital de campagne qui pourra accueillir… seulement 30 personnes !], mais même l’ébahissement face à cet exploit était teinté d’un sentiment que quelque chose de néfaste était à l’œuvre, réminiscent des heures les plus sombres de notre histoire… Et lorsque des abris de quarantaine ont été mis en place pour accueillir les personnes infectées afin qu’elles ne transmettent pas la maladie aux membres de leur foyer, l’effort a été décrit comme dystopique ou, au mieux, chaotique. [Condamner les familles à être contaminées, ce que fait le gouvernement français en confinant à domicile les gens présentant des symptômes et en refusant de les dépister malgré les recommandations de l’OMS, est certainement plus louable…]

M’opposer à ces interprétations me rend un peu mal à l’aise. Je me rends compte que les autorités chinoises ont probablement dissimulé le problème fin décembre et début janvier via une série de décisions désastreuses. Et je sais que maintenant, les dirigeants chinois veulent vendre leurs méthodes brutales comme exemplaires. Le Président Xi Jinping a effectué sa première visite à Wuhan mardi, signe implicite de réussite.

Même si le virus tuait des dizaines de personnes par jour, la propagande gouvernementale vantait le modèle chinois, tout en ridiculisant les efforts des États-Unis pour lutter contre les catastrophes naturelles. Maintenant que d’autres parties du monde souffrent, la Chine fait des efforts bien connus pour offrir de l’aide, en envoyant des équipes en Iran, en Italie (et en France) pour livrer des fournitures et offrir des conseils. Et elle a imposé des interdictions de voyager à partir de certaines destinations touchées par des infections, une mesure que Pékin avait jugée excessive lorsque la Chine en a été victime.

Pourtant, il serait insensé de croire que les décisions de la Chine reposent principalement sur un autoritarisme brut. Il n’est pas nécessaire de défendre chacune des mesures de Pékin pour des raisons médicales ; ce sont des questions dont les professionnels de la santé pourraient débattre dans les années à venir. Mais il convient de reconnaître que tous les échecs de la Chine ne sont pas propres à son système politique, et que certaines de ses politiques étaient motivées par un souci sérieux du bien public et exécutées par une fonction publique hautement compétente.

Par exemple, avant de condamner la décision des autorités chinoises au début du mois de janvier de rejeter la menace d’une épidémie imminente, rappelez-vous qu’à cette époque, le coronavirus n’avait encore causé aucun décès. Comparez cela avec, disons, les États-Unis (ou la France) aujourd’hui : bien qu’ayant eu une libre circulation de l’information pendant des semaines et vu des milliers de décès en Chine comme preuve, certaines parties de l’establishment politique américain, y compris à la Maison Blanche, ont poussé à minimiser le risque via une campagne de désinformation. [la Chine a confiné 60 millions de personnes lorsque 400 nouveaux cas ont été diagnostiqués en un jour, quand la France a attendu de dépasser le millier de cas]

Et si vous pensez qu’il est trop facile de critiquer le Président Trump, souvenez-vous de mon expérience à l’aéroport de Londres. Ou pensez à la décision prise par l’Allemagne plus tôt cette semaine d’organiser un événement sportif de masse au milieu de sa zone d’épidémie. Ou la décision du Japon de laisser les gens quitter un bateau de croisière infecté sans tests appropriés. [Et que dire du maintien du premier tour des municipales en France ?] Certains de ces gouvernements font maintenant marche arrière, essayant d’expliquer leurs attitudes blasées, mais c’est des semaines en retard.

Les dirigeants chinois ont tâtonné au tout début, mais en peu de temps, ils ont agi de manière beaucoup plus décisive, efficace et soucieuse du bien-être de la population que de nombreux dirigeants démocratiquement élus à ce jour. Autoritaires ou non, ils veulent aussi l’approbation du public. Les dirigeants chinois ne sont peut-être pas confrontés aux électeurs, mais eux aussi se soucient de la légitimité, et cela dépend aussi de leur performance.

Certains aspects de la mise en quarantaine de la Chine (en particulier lorsqu’ils entravaient les personnes âgées et les handicapés au niveau des soins médicaux) étaient inutilement excessifs. Mais dans l’ensemble, je ne pense pas que les mesures soient impopulaires. Le gouvernement a travaillé dur pour inciter les gens à accepter la nécessité de mesures sévères. Il a bombardé le public avec des publications sur les réseaux sociaux, des histoires, des panneaux d’affichage, des émissions de radio et des articles sur les risques posés par le virus. Dans un parc de Pékin, un enregistrement diffusé en boucle exhortait les gens : « Lavez-vous soigneusement les mains. Évitez de rencontrer des amis. Gardez une distance de sécurité. »

D’après mon expérience (j’ai vécu en Chine des semaines pendant la période la plus sévère du blocage, et j’ai pu parler à divers groupes mécontentes des élites), les gens étaient frustrés, voire exaspérés par les mesures de confinement, mais ils les ont également largement soutenues.

Et tandis que certains en Occident se sont penchés sur la façon dont le système chinois n’a pas réussi à endiguer l’épidémie au début, ils ignoraient les aspects qui fonctionnaient. Il n’y a rien d’autoritaire à vérifier les températures dans les aéroports, à imposer une distanciation sociale ou à offrir des soins médicaux gratuits à toute personne atteinte de Covid-19.

Toutes les sociétés ouvertes n’ont pas tâtonné. Singapour, Taïwan et peut-être assez tôt la Corée du Sud ont réagi avec force, mais de manière sensée, pour contenir le virus, montrant le genre de bon sens qui semble faire défaut dans de vastes étendues de l’Occident. C’est peut-être parce que ces pays sont suffisamment proches du centre de l’épidémie que leurs gouvernements ont pu reconnaître sa gravité, tout en se méfiant des mesures-massues de la Chine.

Mais trop de pays plus éloignés sont restés impassibles, observant pendant des semaines ce qui se passait en Chine, puis ailleurs en Asie, comme si cela ne les concernait pas. Certains gouvernements ont hésité par manque de volonté politique [préférant sacrifier leur population que renoncer à leur idéologie & se résigner à la perspective d’un krach boursier qui s’est tout de même produit]. Certains semblent encore être la proie d’une perception de la Chine comme l’éternel « autre », dont l’expérience ne pourrait peut-être pas nous concerner, et encore moins donner des leçons, sinon en nous montrant ce qu’il ne faut pas faire.

Voir notre dossier sur le coronavirus.

Plus d’histoires deChine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,