Aller à…
RSS Feed

1 mars 2021

Israël sétruit un hôpital palestinien


Nouvel article sur Le Cri des Peuples

Covid-19 : Israël détruit un hôpital palestinien et confisque matériel médical et aide alimentaire, les soldats crachent sur les voitures & maisons pour les contaminer

par lecridespeuples

Source : The New Arab, 1er avril 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Les forces israéliennes occupantes ont confisqué des vivres et des camions d’aide médicale envoyés aux Palestiniens pour faire face au COVID-19 à Jérusalem-Est occupée, et ont passé à tabac des bénévoles.

Mardi soir, les forces israéliennes ont retenu un convoi d’aide alimentaire destiné aux familles palestiniennes dans le besoin qui se sont retrouvées sans revenu à cause de la pandémie de coronavirus.

Le camion alimentaire livrait de l’aide aux familles de la ville de Sur Baher, dans le sud de Jérusalem, avant d’être attaqué par les forces israéliennes.

Après avoir volé l’aide, l’armée a distribué la nourriture entre eux et d’autres policiers, a expliqué un bénévole au service arabophone du New Arab.

Quatre des volontaires ont été arrêtés et passés à tabac par les forces d’occupation.

Jérusalem-Est se trouve dans la zone C, ce qui signifie qu’elle est sous le contrôle administratif et militaire d’Israël.

Les Palestiniens de Jérusalem se sont plaints à plusieurs reprises de la négligence israélienne face à la crise du coronavirus.

Parce que l’Autorité palestinienne n’est pas en mesure de se coordonner et d’agir efficacement, les habitants de Jérusalem ont lancé des initiatives de secours civiles pour ceux qui sont en confinement.

Les forces israéliennes confisquent régulièrement l’aide destinée aux Palestiniens.

La semaine dernière, les autorités israéliennes sont entrées dans un village palestinien du nord de la Cisjordanie pour confisquer les matériaux destinés à construire une clinique pour traiter le coronavirus.

Des responsables de l’administration civile israélienne sont venus dans le village de Khirbet Ibziq avec une escorte militaire, un bulldozer et deux camions équipés de grues jeudi matin pour démolir une clinique communautaire et des logements d’urgence, selon l’organisation israélienne de défense des droits de l’homme B’tselem.

Selon le groupe, les forces israéliennes ont saisi des poteaux et des bâches destinés à former huit tentes, deux pour une clinique de campagne, deux pour une mosquée et quatre pour des logements d’urgence pour les personnes évacuées de leurs maisons. Un groupe électrogène, ainsi que des fournitures de sable, de ciment et de parpaings destinés à être utilisés pour le plancher des tentes ont également été confisqués.

Occupation illégale en cours

Israël occupe la Cisjordanie illégalement depuis 1967 et commet divers abus contre les civils palestiniens, selon des groupes de défense des droits de l’homme.

Plus de 600 000 juifs israéliens vivent dans des colonies en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est, dans des constructions illégales au regard du droit international.

L’accord d’Oslo de 1995 a divisé la Cisjordanie occupée en trois : zone A, zone B et zone C.

La zone A est placée sous le contrôle administratif et sécuritaire de l’Autorité palestinienne (AP). L’administration de la zone B est contrôlée par l’Autorité palestinienne, Israël y contrôlant la sécurité. La zone C est sous le contrôle administratif et sécuritaire total d’Israël.

Les forces et les colons israéliens harcèlent régulièrement les Palestiniens dans les territoires occupés en blessant et en tuant des civils, en démolissant des maisons, en empoisonnant le bétail, en vandalisant des biens et en commettant d’autres formes de violence.

70a49ef8-b080-48be-9520-fdfa1642e8c7

***

Coronavirus sous occupation : les forces israéliennes démolissent un centre de santé d’urgence pour les Palestiniens

Source : The New Arab, 27 mars 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Jeudi, les autorités israéliennes sont entrées dans un village palestinien du nord de la Cisjordanie pour confisquer les matériaux destinés à construire une clinique pour faire face à la nouvelle épidémie de coronavirus.

Des responsables de l’administration civile israélienne sont venus dans le village de Khirbet Ibziq avec une escorte militaire, un bulldozer et deux camions équipés de grues jeudi matin pour démolir une clinique communautaire et des logements d’urgence, selon l’organisation israélienne de défense des droits de l’homme B’tselem.

Selon le groupe, les responsables ont saisi des poteaux et des bâches destinés à former huit tentes, deux pour une clinique de campagne, deux pour une mosquée et quatre pour des logements d’urgence pour les personnes évacuées de leurs maisons. Un groupe électrogène, ainsi que des fournitures de sable, de ciment et de parpaings destinées à être utilisées pour le plancher des tentes ont également été confisqués.

B’tselem a déclaré que les villageois mettaient en place une initiative communautaire de premiers secours pour faire face à la crise de Covid-19 qui a paralysé de grandes parties du sud de la Cisjordanie. Il y a jusqu’à présent 91 cas confirmés dans les territoires palestiniens, et un décès a été signalé mercredi [268 cas et 2 décès signalés au 12 avril].

De telles démolitions vont à l’encontre des principes humanitaires fondamentaux en temps de crise, a indiqué le groupe.

As the whole world battles an unprecedented and paralyzing healthcare crisis, Israel’s military is devoting time to shutting down first-aid community initiatives in the most vulnerable Palestinian communities in the West Bank.. #heartbreaking 💔https://t.co/4KcqbNnqsS

— Frances Black (@frances_black) March 28, 2020

« Alors que le monde entier est aux prises avec une crise sanitaire sans précédent et paralysante, l’armée israélienne consacre du temps et des ressources au harcèlement des communautés palestiniennes les plus vulnérables de Cisjordanie, qu’Israël a tenté de chasser de la région depuis des décennies.

Démanteler une initiative communautaire de premiers secours pendant une crise sanitaire est un exemple particulièrement cruel des abus réguliers infligés à ces communautés, qui va à l’encontre des principes humains et humanitaires basiques lors d’une situation d’urgence.

Contrairement aux politiques d’Israël, cette pandémie ne fait aucune discrimination fondée sur la nationalité, l’ethnie ou la religion. Il est grand temps que le gouvernement et l’armée reconnaissent que maintenant, plus que jamais, Israël est responsable de la santé et du bien-être des cinq millions de Palestiniens qui vivent sous son contrôle dans les territoires occupés.

Outre la destruction choquante de la clinique en cours de construction, l’Administration civile poursuit sa politique de démolitions. Aujourd’hui, elle a démoli trois maisons saisonnières d’agriculteurs résidents de Jérusalem, dans le village d’Ein a-Duyuk a-Tahta à l’ouest de Jéricho. » Communiqué de presse de B’tselem.

Les ruines à Ein a-Duyuk a-Tahta.

Les arrestations israéliennes se poursuivent, en combinaison sanitaire Hazmat

La nouvelle intervient alors que des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux vendredi montrent des Palestiniens désinfectant des voitures à Al-Khalil (Hébron) après que des soldats israéliens qui ont fait une descente dans la région le matin aient craché dessus.

#شاهد: تعقيم سيارات المواطنين بعد اقتحام جنود الاحتلال مدينة الخليل وقيامهم بالبصق على السيارات وابواب المنازل . pic.twitter.com/6pz1CkleTE

— المركز الفلسطيني للإعلام (@PalinfoAr) March 27, 2020

L’universitaire palestinienne Yara Hawari a déclaré au New Arab que ces pratiques se poursuivraient probablement tout au long de la crise sanitaire.

Des observateurs ont souligné que le gouvernement israélien exploitait la crise sanitaire pour resserrer l’étau de son contrôle sur les Palestiniens, tout en continuant et même en accélérant la saisie des terres palestiniennes et l’expansion des colonies, ainsi qu’en maintenant de nombreux Palestiniens dans des conditions de détention insalubres qui font craindre des ravages chez les prisonniers palestiniens.

Selon Yara Hawari, les installations médicales palestiniennes manquent cruellement de ressources en raison de décennies d’occupation militaire de la Cisjordanie et du siège de la bande de Gaza.

« Alors que cette pandémie frappe partout dans le monde et que le virus ne choisit pas nécessairement ses victimes, les conditions socio-économiques et les réalités politiques dans lesquelles les gens vivent ont un grand impact sur leur capacité à se battre ou à survivre au virus », a-t-elle déclaré.

À Gaza, « le secteur de la santé a été complètement anéanti, et même dans les situations les plus paisibles, ils ne peuvent même pas répondre aux besoins de santé les plus élémentaires des Gazaouis », a-t-elle ajouté.

Hawari a également souligné que non seulement Israël poursuivait ses démolitions, mais continuait également des raids quotidiens dans les camps de réfugiés palestiniens tout en revêtant des combinaisons Hazmat pour se protéger de l’infection.

« Israël sait que les Palestiniens sont particulièrement vulnérables ces jours-ci, a-t-elle ajouté. Ils n’ont fait preuve d’aucune considération pour leurs droits humains et leur bien-être dans le passé et je ne pense pas que nous devrions nous attendre à ce qu’ils tiennent compte du bien-être des Palestiniens aujourd’hui ou à l’avenir. »

***

Des soldats israéliens crachent sur des maisons palestiniennes au milieu de l’épidémie de coronavirus

Source : Palinfo, le 27 mars 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

IOF

Vendredi, à l’aube, des dizaines de soldats de l’occupation israélienne ont pris d’assaut plusieurs quartiers de la ville d’Hébron, en Cisjordanie, et ont délibérément craché sur les portes des maisons palestiniennes et sur les portières des voitures pour intimider les habitants au milieu de la propagation du coronavirus.

Des témoins oculaires ont rapporté avoir vu des soldats israéliens cracher intentionnellement et à plusieurs reprises sur des voitures, des murs et des seuils de porte.

Après le retrait des soldats israéliens, les travailleurs palestiniens se sont précipités pour stériliser les endroits où les soldats ont craché, craignant une infection par le coronavirus, en particulier avec des informations récentes selon lesquelles de nombreux soldats israéliens ont été diagnostiqués avec le nouveau virus [au 12 avril, Israël recense 10 878 cas et 103 décès].

Malgré le verrouillage en Cisjordanie et à Jérusalem en raison de l’épidémie de coronavirus, la semaine dernière, le Centre palestinien pour les droits de l’homme a enregistré 97 violations israéliennes contre des citoyens palestiniens, dont 59 perquisitions à domicile et 51 arrestations.

Selon le centre de défense des droits de l’homme, au moins 6 enfants palestiniens ont été arrêtés la semaine dernière sans qu’aucune mesure de sécurité ne soit prise pour les protéger contre l’infection par le coronavirus.

***

Des colons israéliens crachent sur des voitures palestiniennes, s’inquiète de la tentative de propagation du coronavirus

Source : Middle East Monitor, 6 avril 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Israeli settlers in the West Bank, 31 August 2010 [Mamoun Wazwaz/ApaImages}

Des colons israéliens ont été accusés de tenter de propager le coronavirus dans les quartiers palestiniens en crachant sur des voitures dans un village de Cisjordanie.

Les habitants du village de Beit Iksa, au nord-ouest de Jérusalem occupée, ont rapporté la semaine dernière l’incident choquant de colons israéliens crachant sur des véhicules entrant et sortant de ce village entouré de colonies israéliennes illégales.

S’adressant a l’agence de presse palestinienne WAFA, les résidents ont décrit comment les colons de la colonie de Ramot, construite sur des terres appartenant à Beit Iksa en violation du droit international, se tenaient à l’entrée du village et crachaient sur les voitures palestiniennes qui entraient ou sortaient du village pour tenter de propager le coronavirus.

Un groupe de jeunes du village aurait affronté les colons et les aurait forcés à quitter la région, avant de désinfecter la route et les voitures.

La colonie de Ramot a signalé 17 cas de coronavirus sur une population totale de 550 personnes. Les colons de Ramot sont connus pour harceler les Palestiniens locaux. On les voit souvent vandaliser des voitures appartenant à des Palestiniens et taguer des slogans racistes sur leurs propriétés.

Dans un autre incident, des soldats israéliens ont également été accusés d’avoir délibérément tenté de propager le coronavirus en crachant sur des voitures et des maisons appartenant à des Palestiniens.

Des dizaines de forces d’occupation israéliennes ont pris d’assaut plusieurs quartiers de la ville d’Al-Khalil (Hébron) en Cisjordanie, au cours desquelles ils ont délibérément craché sur les portes des maisons et des voitures palestiniennes, selon le Palestinian Chronicle.

Des témoins oculaires ont rapporté avoir vu des soldats israéliens cracher intentionnellement et à plusieurs reprises sur des voitures, des murs et des seuils de porte. Dans un cas, l’image d’un soldat israélien crachant sur une voiture a été capturée sur vidéo.

Craignant la propagation de la pandémie de coronavirus, les Palestiniens se sont précipités pour stériliser les endroits où les soldats ont craché après leur retrait.

Israël est l’un des pays le plus durement touchés de la région par le coronavirus. Une ville touchée par la pandémie aurait un taux d’infection de 38%, ce qui a incité le gouvernement à verrouiller le territoire. Avec plus d’un million de chômeurs, le taux de chômage du pays a bondi de 527% la semaine dernière.

Voir notre dossier sur le coronavirus.

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez également nous suivre sur Facebook et Twitter.

lecridespeuples | 12 avril 2020 à 12 h 10 min | Catégories : LE CRI DES PEUPLES | URL : https://wp.me/pb3JpA-1Lt

Plus d’histoires dePalestine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,