Aller à…
RSS Feed

12 juillet 2020

La stigmatisation entrave les efforts irakiens de lutte contre le coronavirus


Publié par Gilles Munier sur 16 Avril 2020, 13:30pm

Revue de presse : FR24 News (14/4/20)*

NAJAF, Irak – Le médecin s’est arrêté avant de frapper à la porte d’entrée, faisant signe à des compagnons qui portaient des combinaisons, des masques, des lunettes et des gants de protection contre les dangers pour ne pas être la première chose que les occupants de la maison voient.

«C’est très sensible, très difficile pour notre société», a déclaré le Dr Wissam Cona, qui travaille avec le département provincial de la santé dans la ville de Najaf, dans le sud de l’Irak. Il passe maintenant ses journées à vérifier les familles récemment rentrées d’Iran, qui a subi l’une des flambées les plus graves de coronavirus au monde.

Il a dit que le père de famille de cette maison l’avait supplié de ne pas venir avec une suite d’agents de santé en disant: «Ne vous garez pas devant notre maison. J’ai honte devant les voisins. C’est tellement difficile pour ma réputation. »»

Pour l’Irak, l’un des plus grands obstacles pour les responsables de la santé publique luttant contre le coronavirus est la stigmatisation associée à la maladie et à la quarantaine. Elle est si profonde que les gens évitent de se faire dépister, empêchent les membres de la famille qui veulent des tests de les faire et retardent la recherche d’aide médicale jusqu’à ce qu’ils soient gravement malades.

L’aversion pour la quarantaine et la réticence à admettre la maladie peuvent expliquer pourquoi le nombre de cas confirmés en Irak est relativement faible, ont déclaré plusieurs médecins irakiens. Pays de plus de 38 millions d’habitants, l’Iraq n’avait enregistré que 1 352 cas confirmés de Covid-19 lundi.

Par contre, dans l’Iran voisin, qui compte environ deux fois la population irakienne, le nombre officiel dépasse 71 000. L’Arabie saoudite voisine, qui a une population plus petite que l’Iraq, compte plus de trois fois plus de cas confirmés.

« Il est vrai que nous avons des cas qui sont cachés, et c’est parce que les gens ne veulent pas se manifester et ils ont peur de la quarantaine et de l’isolement », a déclaré le Dr Hazim al-Jumaili, un vice-ministre de la Santé qui guide le réponse du pays au coronavirus.

La stigmatisation liée à la maladie et à la quarantaine en Irak et dans certains autres pays du Moyen-Orient reflète en grande partie les croyances culturelles et religieuses. Mais cela implique également une méfiance profondément enracinée à l’égard du gouvernement, une expérience historique et la crainte qu’étant donné l’état irrégulier du système de santé irakien, aller à l’hôpital puisse être fatal.

Une récente vidéo largement diffusée a montré des patientes en quarantaine dans un hôpital de Bassora, allongées les unes à côté des autres sans masque, toussant et appelant à l’aide au décès de l’une d’elles.

« Certains croient que le virus signifie que Dieu est mécontent d’eux, ou peut-être que c’est une punition pour un péché, alors ils ne veulent pas que les autres voient qu’ils sont malades », a déclaré le Dr Emad Abdul Razzak, psychiatre consultant.

«Pour beaucoup de gens, c’est une honte pour une femme de dire qu’elle a cette maladie ou toute autre maladie, même un cancer ou une maladie mentale, et beaucoup de gens n’ont aucune confiance dans le système de santé», a-t-il déclaré.

La stigmatisation et l’aura de péché qui entourent le virus sont si fortes que les familles de ceux qui sont morts d’autres causes s’opposent à ce que les corps de leurs proches se trouvent dans la même morgue ou même au cimetière que ceux qui sont morts du virus.

Contrairement à de nombreux pays occidentaux, où des célébrités ont reconnu avoir la maladie, et même à l’Iran voisin, où de hautes personnalités politiques ont annoncé qu’elles étaient malades du virus, il n’y a qu’un seul cas en Irak d’un homme politique ou d’une personnalité éminente admettant avoir été infecté.

Une partie de la peur entourant la maladie provient des rituels musulmans entourant la mort, a déclaré Sherine Hamdy, professeur d’anthropologie médicale à l’Université de Californie à Irvine, qui a beaucoup travaillé dans les communautés du Moyen-Orient.

« Vous ne voulez pas être forcée à être mise en quarantaine, vous ne voulez pas être forcée à l’hôpital parce que ces liens sociaux et familiaux sont très forts », a-t-elle déclaré. «Vous voulez mourir au sein de la famille.

« La pire chose au monde n’est pas de mourir, mais c’est de mourir loin de votre famille et de votre communauté et de n’avoir aucun contrôle sur ce qui arrive à votre corps. »

La tradition islamique exige un enterrement rapide, de préférence dans les 24 heures suivant la mort. Plus le délai est long, plus les gens craignent pour l’âme du défunt.

À ces problèmes s’ajoute la tradition de laver les corps des personnes qui viennent de mourir, ce qui, selon les autorités, pourrait propager le virus.

«Le coronavirus et les pandémies provoquent globalement des perturbations des pratiques sociales et religieuses, et il n’est pas facile de dire aux gens que le coronavirus est plus fort que Dieu», a déclaré Omar Dewachi, professeur d’anthropologie médicale à l’Université Rutgers, qui est né et a grandi dans Irak.

La mise en quarantaine des personnes infectées impose une double humiliation dans de nombreuses communautés irakiennes. Premièrement, cela garantit que tout le monde dans le quartier sera informé de la maladie. Deuxièmement, si la victime est un homme, cela signifie qu’il n’est plus en mesure de protéger sa femme, ses enfants ou, dans le cas d’un frère aîné, ses frères et sœurs plus jeunes, et n’a donc pas rempli son rôle dans la famille.

Des familles plus traditionnelles refusent parfois à leurs proches de sexe féminin un test de coronavirus de peur que si elle est positive, elle sera retirée de la forteresse de sa famille et peut-être sexuellement compromise.

«Dans cette société, il n’est pas acceptable qu’une femme soit séparée de sa famille», a déclaré le Dr Mona al-Khafaji, radiologue en cabinet privé à Bagdad.

Elle a mentionné le cas d’une patiente de 32 ans souffrant de fibrose, ce qui accroît sa vulnérabilité au coronavirus, qui avait du mal à respirer. Le Dr al-Khafaji a recommandé à la femme de passer un test Covid-19, mais son père et ses frères ont dit non et ont refusé de bouger même lorsque son état s’est aggravé.

L’Irak n’est pas le seul pays du Moyen-Orient aux prises avec la stigmatisation entourant le virus.

L’aversion des Égyptiens pour la quarantaine remonte au moins au début du XXe siècle, lorsque le choléra et la tuberculose ravagèrent le pays à tour de rôle. Certains qui ont été mis en quarantaine n’ont pas survécu.

Des craintes similaires sont apparues en Afghanistan, où des gens ont attaqué des agents de santé et rampé par les fenêtres de l’hôpital pour échapper aux quarantaines. Un jour le mois dernier, près de 40 patients ont attaqué des travailleurs de la santé dans un hôpital de la province de Herat et y ont échappé à la quarantaine.

Dernièrement, afin de surmonter la stigmatisation et de dresser un tableau précis de l’ampleur de l’épidémie, le ministère irakien de la Santé a eu recours à des tests aléatoires. Mais ce programme a apporté un nouvel ensemble de problèmes.

D’une part, certaines personnes en bonne santé pourraient être faussement stigmatisées. Et pour montrer sa détermination, le gouvernement a affecté du personnel de sécurité nationale armé pour accompagner les agents de santé. Compte tenu du passé violent de l’Iraq, la présence des forces de sécurité est si troublante qu’elle fait que certaines personnes se cachent chez elles.

«C’est tellement difficile dans cette culture parce que tout ce que nous faisons est un problème», a déclaré le Dr Mohammed Waheeb, pneumologue principal à Bagdad Medical City. «Si nous envoyons une ambulance pour récupérer le patient, alors les gens sont contrariés parce que les voisins le verront.»

« La même chose se produit ou pire si nous envoyons la sécurité nationale », a-t-il ajouté. « Ensuite, les gens sentent que c’est comme sous Saddam », a-t-il dit, faisant référence à l’ancien président irakien, Saddam Hussein.

Le ministère de la Santé affirme que le recours à du personnel de sécurité est le seul moyen de surmonter les difficultés de persuader les gens de se soumettre à la quarantaine. Les médecins, cependant, affirment que les détails de sécurité sont inutilement rebutants, du moins lorsque les équipes de santé ne font que collecter des échantillons.

Le deuxième jour de tests aléatoires à Sadr City, un quartier tentaculaire et appauvri dans l’est de Bagdad, a illustré les problèmes récurrents. Dans cette partie de la capitale, les maisons sont des tas rapiécés de tôle ondulée et de brique, avec des ordures éparpillées dans les rues souvent non pavées.

Une vieille femme, vêtue d’une longue abaya noire, ouvrit sa grille de métal ondulé une fissure et plissa les yeux dans le soleil brillant de midi pour voir qui avait frappé. En regardant dans la rue, elle a vu plus de 40 personnes – en blouses et masques chirurgicaux ou combinaisons de protection contre les matières dangereuses, accompagnées de deux ou trois caméras de télévision, de policiers de la communauté, de jeunes miliciens de l’organisation du religieux nationaliste Moqtada al-Sadr et de quelques-uns cheikhs locaux.

Elle a claqué la porte fermée.

Les habitants de Sadr City sont sceptiques vis-à-vis du ministère de la Santé, a déclaré le Dr Bassim Aboud, qui supervise la zone du ministère, alors qu’il frappait vainement à la porte de la femme.

« Si les gens pensent que je suis avec le gouvernement, ils fermeront la porte », a-t-il dit. « Mais s’ils me voient comme un médecin, ils viennent me voir pour obtenir de l’aide. »

Mujib Mashal a contribué aux reportages de Kaboul, en Afghanistan, et Falih Hassan de Bagdad.

*Source : FR24 News

Sur le même sujet, lire aussi :

Les traditions funéraires du Moyen-Orient se heurtent aux craintes de contagion

 

Partager cet article

0Enregistrer

Repost0

Vous aimerez aussi :

Covid-19 au Sahel: les remèdes pires que le mal?

Les nouvelles règles anti-corona… en France !!!

Ambassade de la République Populaire de Chine en France: «Rétablir des faits distordus »

Coronavirus: L’Irak suspend pour trois mois le bureau de Reuters dans le pays en raison d’un article que Bagdad conteste, affirme l’agence de presse

Covid-19 au Sahel: les remèdes pires que le mal?

Suivez-moi

Newsletter

Abonnez-vous pour être averti des nouveaux articles publiés.

Email

Plus d’histoires deIrak

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,