Aller à…
RSS Feed

1 mars 2021

Les Etats Unis ont averti leurs alliés d’une épidémie en Chine dès novembre


Covid-19 : les Etats-Unis ont averti leurs alliés d’une épidémie en Chine dès novembre (médias US & israéliens)

par lecridespeuples

Les États-Unis ont alerté Israël et l’OTAN d’une épidémie en Chine en novembre

La Maison Blanche n’aurait apparemment pas été intéressée par l’information, mais elle a été transmise à l’OTAN et à l’armée israélienne ; lorsqu’elle est parvenue au ministère israélien de la Santé, « rien n’a été fait ».

Source : Times of Israel, le 16 avril 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Les agences de renseignement américaines ont alerté Israël de l’épidémie de coronavirus en Chine dès novembre [soit deux mois avant que les autorités chinoises n’en aient officiellement pris connaissance], a rapporté jeudi la télévision israélienne.

Selon Channel 12, la communauté du renseignement américain a pris connaissance de l’émergence de la maladie à Wuhan au cours de la deuxième semaine de ce mois et a rédigé un document classifié en ce sens.

Les informations sur l’épidémie n’étaient pas dans le domaine public à ce stade, et seul le gouvernement chinois aurait pu en avoir connaissance.

Les services de renseignement américains en ont informé l’administration Trump, « qui n’a pas jugé cela intéressant », mais le rapport indique que les Américains ont également décidé de mettre à jour deux alliés avec le document classifié : l’OTAN et Israël, en particulier l’armée israélienne.

Hôpital de la Croix-Rouge de Wuhan, 25 janvier 2020.

Le réseau a déclaré que des responsables militaires israéliens ont discuté plus tard en novembre de la possibilité de la propagation du virus dans la région et de ses effets sur Israël et les pays voisins.

Les renseignements ont également atteint les décideurs israéliens et le ministère de la Santé, où « rien n’a été fait », selon le rapport.

La semaine dernière, ABC News a rapporté que des responsables du renseignement américain avaient mis en garde contre le coronavirus dans un rapport préparé en novembre par le Centre National de Renseignement Médical (NCMI) de l’armée américaine.

Il n’était pas clair si c’était le même rapport qui aurait été partagé avec Israël.

Le colonel Shane Day, le directeur du NCMI, a nié la semaine dernière l’existence d’un tel rapport. « En pratique, le Centre national de renseignement médical ne commente pas publiquement des questions de renseignement spécifiques », a-t-il déclaré. « Cependant, dans un souci de transparence pendant cette crise de santé publique actuelle, nous pouvons confirmer que les reportages des médias sur l’existence ou la publication d’un produit ou évaluation du NCMI sur le coronavirus en novembre 2019 ne sont pas corrects. Aucun produit NCMI de ce type n’existe. »

Dans sa première étape majeure pour empêcher la propagation du coronavirus, Israël a annoncé le 30 janvier l’interdiction de tous les vols en provenance de Chine, dix jours après que le dirigeant chinois Xi Jinping a publié ses premiers commentaires publics sur le virus et que l’épidémiologiste le plus éminent du pays asiatique a déclaré pour la première fois qu’il pourrait se propager d’une personne à l’autre.

Un rapport d’Associated Press publié mercredi a indiqué que l’avertissement de M. Xi était intervenu sept jours après que les autorités chinoises aient secrètement déterminé qu’elles faisaient probablement face à une pandémie, ce qui pourrait avoir coûté à la Chine et à d’autres pays un temps précieux pour s’y préparer.

Les médecins de Wuhan, la ville au centre de l’épidémie en Chine, auraient pour la première fois tenté de mettre en garde contre le virus en décembre, mais auraient été censurés.

Le gouvernement chinois a nié à plusieurs reprises la censure d’informations dans les premiers jours, affirmant qu’il avait immédiatement signalé l’épidémie à l’Organisation mondiale de la santé.

***

Un rapport des services de renseignements a mis en garde contre une crise de coronavirus dès novembre

« Les analystes ont conclu que cela pourrait être un événement cataclysmique », a déclaré une source.

Source : ABC News, 9 avril 2020

Traduction : lecridespeuples.fr

Dès la fin novembre, des responsables du renseignement américain avertissaient qu’une contagion ravageait la région de Wuhan en Chine, changeant les modes de vie et les affaires et constituant une menace pour la population, selon quatre sources informées de ces mémos secrets.

Des inquiétudes concernant ce qui est maintenant connu comme la nouvelle pandémie de coronavirus ont été détaillées dans un rapport de renseignement de novembre par le National Center for Medical Intelligence (NCMI) de l’armée américaine, selon deux responsables familiers avec le contenu du document.

Le rapport est le résultat d’une analyse des interceptions de câbles et d’ordinateurs, couplée à des images satellites. Cela a sonné l’alarme car une maladie incontrôlée constituerait une menace sérieuse pour les forces américaines en Asie, qui dépendent du travail du NCMI. Et cela dresse le portrait d’un gouvernement américain qui aurait pu accélérer les efforts d’atténuation et de confinement bien plus tôt pour se préparer à une crise sur le point de frapper les Etats-Unis eux-mêmes.

« Les analystes ont conclu qu’il pourrait s’agir d’un événement cataclysmique », a déclaré l’une des sources à propos du rapport du NCMI. « L’information a ensuite été transmise à plusieurs reprises » à la Defense Intelligence Agency et à l’état-major conjoint du Pentagone et de la Maison Blanche.

À partir de cet avertissement en novembre, les sources ont décrit des briefings répétés jusqu’en décembre à l’intention des décideurs et des responsables du gouvernement fédéral ainsi que du Conseil de sécurité nationale à la Maison Blanche. Tout cela a abouti à une explication détaillée du problème qui est apparu dans le Briefing Quotidien du Président (PDB) sur les questions de renseignement début janvier, ont indiqué les sources. Pour que quelqu’une chose apparaisse dans le PDB, elle doit passer des semaines de vérification et d’analyse, selon des personnes qui ont travaillé sur des briefings présidentiels dans les administrations républicaines et démocrates.

« La chronologie de l’acquisition de ces informations peut remonter plus loin que celle dont nous discutons », a déclaré la source à propos des rapports préliminaires de Wuhan. « Mais cela a certainement été signalé à la fin du mois de novembre comme quelque chose dont l’armée avait besoin de connaître pour prendre position. »

Le rapport NCMI a été largement diffusé aux personnes autorisées à accéder aux alertes de la communauté du renseignement. Après la publication du rapport, d’autres bulletins de la communauté du renseignement ont commencé à circuler par des canaux confidentiels à travers le gouvernement autour de Thanksgiving (28 novembre), ont indiqué les sources. Ces analyses ont indiqué que les dirigeants chinois savaient que l’épidémie était incontrôlable, mais auraient gardé secrètes ces informations cruciales qu’ils n’ont pas transmises aux gouvernements étrangers et aux agences de santé publique.

« Une alarme importante aurait dû être déclenchée par cela », a déclaré l’ancien secrétaire adjoint adjoint à la Défense, Mick Mulroy, aujourd’hui contributeur à ABC News, à propos du rapport du NCMI. « Et cela aurait été suivi par littéralement toutes les agences de renseignements. »

Mulroy, qui a précédemment été haut fonctionnaire à la CIA, a déclaré que le NCMI fait un travail sérieux que les hauts dirigeants du gouvernement n’ignorent pas.

« Le renseignement médical prend en compte toutes les sources d’information : renseignement d’imagerie, renseignement humain, renseignement sur les signaux », a déclaré Mulroy, qui n’a pas vu le reportage. « Ensuite, il y a l’analyse par des gens qui connaissent ces domaines spécifiques. Donc pour que quelque chose comme ça sorte, ça a dû être examiné par des experts dans le domaine. Ils compilent les données et déterminent ce que signifient ces informations, et examinent ensuite le potentiel de crise sanitaire internationale. »

NCMI est une composante de la Defense Intelligence Agency du Pentagone. Ensemble, les principales responsabilités de ces agences sont de veiller à ce que les forces militaires américaines disposent des informations dont elles ont besoin pour mener à bien leurs missions, à la fois offensivement et défensivement. Il est essentiel pour le Pentagone de maintenir les militaires américains en bonne santé lors des déploiements.

Interrogé au sujet de l’avertissement de novembre dernier sur le programme d’ABC « This Week », le secrétaire à la Défense Mark Esper a déclaré au journaliste George Stephanopoulos : « Je ne m’en souviens pas, George. Mais nous avons beaucoup de gens qui regardent cela de près. Nous avons le premier institut de recherche sur les maladies infectieuses en Amérique, au sein de l’armée américaine. Donc notre personnel qui travaille sur ces questions les étudie tout le temps directement. »

Insistant auprès du secrétaire, Stephanopoulos a demandé : « Donc s’il y avait eu un briefing au Conseil de sécurité nationale en décembre, vous l’auriez su, n’est-ce pas ? » Esper a répondu : « Oui. Je ne suis pas au courant de cela. »

.@Gstephanopoulos: “Did the Pentagon receive an intelligence assessment on COVID in China last November from the National Center for Medical Intelligence?”

Defense Sec. Mark Esper: “I can’t recall, George, but we have many people that watch this closely.” https://t.co/d9XlhTygln pic.twitter.com/E89i7DjF4t

— ABC News (@ABC) April 5, 2020

Le Pentagone n’a pas commenté mardi, mais mercredi soir après la publication de ce rapport, le département de la Défense a fourni une déclaration du colonel R. Shane Day, directeur du NCMI.

« En pratique, le Centre national de renseignement médical ne commente pas publiquement des questions de renseignement spécifiques. Cependant, dans un souci de transparence pendant cette crise de santé publique actuelle, nous pouvons confirmer que les reportages des médias sur l’existence ou la publication d’un produit ou évaluation du NCMI sur le coronavirus en novembre 2019 ne sont pas corrects. Aucun produit NCMI de ce type n’existe », indique le communiqué.

Le Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche et le bureau du directeur du renseignement national ont refusé de commenter.

Des critiques ont accusé l’administration Trump d’avoir été incompétente et tardive dans sa réponse à une pandémie qui, après avoir balayé Wuhan puis certaines parties de l’Europe, a tué plus de 12 000 personnes aux États-Unis [45 343 décès officiellement annoncés au 21 avril].

Pour sa part, le Président Donald Trump a alterné entre s’attribuer le mérite d’une action rapide et affirmer que le coronavirus était une surprise pour lui et pour tous les autres. Il a vanté à plusieurs reprises sa décision du 31 janvier de restreindre les voyages en avion avec la Chine, mais en même temps, il a passé des semaines à dire au public et aux hauts responsables de l’administration qu’il n’y avait rien à craindre pour les Américains.

Le 22 janvier, par exemple, Trump a fait ses premiers commentaires sur le virus lorsqu’on lui a demandé dans une interview à CNBC, « Y a-t-il des inquiétudes à propos d’une pandémie à ce stade ? » Le Président a répondu : « Non. Pas du tout. Et nous l’avons totalement sous contrôle. Il n’y a qu’une personne [infectée] qui vient de Chine, et nous l’avons sous contrôle. Tout ira très bien. »

Aussi tard que le 19 février, Trump exprimait des critiques positives sur la façon dont les dirigeants chinois avaient géré le coronavirus.

« Je suis convaincu qu’ils essaient très fort », a déclaré Trump à un intervieweur de Fox 10 à Phoenix. « Ils y travaillent. Ils ont construit, ils ont construit un hôpital en sept jours, et maintenant ils en construisent un autre. Je pense que ça va bien marcher. »

Ce n’est que le 13 mars que Trump a déclaré une urgence nationale et a mobilisé les vastes ressources du gouvernement fédéral pour aider les agences de santé publique à faire face à la crise qui était sur le point d’éclater dans le pays.

S’il était vrai que les agences d’espionnage américaines ont été prises au dépourvu, un responsable du renseignement a déclaré à ABC News que « ce serait un échec massif du renseignement, aussi colossal que le 11 septembre. Mais ce n’était pas le cas. Elles avaient les renseignements. »

Le contributeur d’ABC News, John Cohen, qui supervisait les opérations de renseignement au Département de la sécurité intérieure, a déclaré que même les meilleures informations ne seraient d’aucune utilité si les responsables n’agissaient pas.

« Lorsqu’ils répondent à une crise de santé publique ou à toute autre menace sérieuse pour la sécurité, il est essentiel que nos dirigeants réagissent rapidement et prennent des mesures pour faire face à la menace identifiée dans les rapports de renseignement », a déclaré Cohen, l’ancien sous-secrétaire par intérim du DHS. « Il n’est pas surprenant pour moi que la communauté du renseignement ait détecté l’épidémie. Ce qui est surprenant et décevant, c’est que la Maison Blanche a ignoré les signes avant-coureurs clairs, n’a pas suivi les protocoles de réponse à la pandémie établis et a été lente à mettre en place un effort pangouvernemental pour répondre à cette crise. »

Voir notre dossier sur le coronavirus.

Plus d’histoires deChine

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,