Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2020

Les Grosses Orchades, les Amples Thalamanèges


 

 

 

 

 

 

 

 

« Et le législateur de l’univers, qui est la nature »

Robespierre

 

 

Quand les religions servent (enfin) à quelque chose

 

(ou quand ce sont des évêques qui, en montant aux créneaux, prennent en Occident la tête de la Résistance à l’oppression planétaire)

 

 

 

 

Ce post est composé de deux parties distinctes : l’une consacrée aux premiers signes « signés » de résistance cohérente au mondialisme aventuriste récemment déchaîné ; l’autre, aux débuts de notre nouvelle chronique, disons, d’affrontement de principes entre vraie gauche et… tout le reste y compris la droite. Notre bateau d’aujourd’hui ressortit à la seconde.

Sur le front de la Résistance assumée (avec son nom en-dessous) :

  1. des personnalités catholiques
  2. Alain Soral et EERV

Nous ne manquerons pas de vous signaler les autres. (Pour rappel : nous vous informons le plus régulièrement possible des positions de M. Manlio Dinucci, qui n’a attendu personne.)

 

 

 

 

Texte remarquable de clarté et de précision. Le silence (ou le discours différent) de S.S. François Ier n’étonnera que les naïfs.

 

Covid-19 : la charge sans concession de plusieurs cardinaux 

valeursactuelles.com – 7.5.2020

 

 

 

Mgr Carlo Maria Vigano, l’archevêque à l’origine de la pétition. Photo © Patrick Semansky/AP/SIPA

 

 

Lancé à l’initiative de Mgr Carlo Maria Viganò, qui s’était fait connaître à l’été 2018 pour un rapport critiquant de manière très sévère la gestion des abus sexuels dans l’Église par le pape François, cet “appel pour l’Église et pour le monde aux fidèles catholiques et aux hommes de bonne volonté” sonne l’alarme sur les risques que fait courir la gestion de la crise du Covid-19 à la liberté religieuse comme aux libertés civiles. Parmi les premiers signataires, les cardinaux Müller et Zen.

 

En ce temps de très grave crise, nous, pasteurs de l’Église catholique, en vertu de notre mandat, considérons comme notre devoir sacré de lancer un appel à nos confrères dans l’épiscopat, au clergé, aux religieux, au peuple de Dieu et à tous les hommes de bonne volonté. Cet appel est également signé par des intellectuels, des médecins, des avocats, des journalistes et des professionnels, qui en partagent le contenu. Il est ouvert à la signature de ceux qui voudront en partager le contenu.

Les faits ont montré que, sous prétexte de l’épidémie de Covid-19, en bien des cas les droits inaliénables des citoyens ont été violés, en limitant d’une manière disproportionnée et injustifiée leurs libertés fondamentales, y compris l’exercice de la liberté de culte, d’expression et de mouvement. La santé publique ne doit pas et ne peut pas devenir une excuse pour bafouer les droits de millions de personnes dans le monde, et encore moins pour exonérer l’autorité civile de son devoir d’agir avec sagesse pour le bien commun; cela est d’autant plus vrai que les doutes croissent quant à l’effective contagiosité, à la dangerosité et à la résistance du virus: de nombreuses voix faisant autorité dans le monde de la science et de la médecine confirment que l’alarmisme à propos du Covid-19 amplifié par les médias ne semble absolument pas justifié.

Nous avons des raisons de croire – sur la base des données officielles relatives à l’incidence de l’épidémie, et sur celle du nombre de décès – qu’il existe des pouvoirs fort intéressés à créer la panique parmi la population dans le seul but d’imposer de façon permanente des formes de limitation inacceptables de la liberté, de contrôle des personnes, de suivi de leurs mouvements. Ces formes de limitions liberticides sont un prélude inquiétant à la création d’un gouvernement mondial hors de tout contrôle.

Nous croyons aussi que dans certaines situations les mesures de confinement prises, y compris la fermeture des activités commerciales, ont conduit à une crise qui a submergé des secteurs entiers de l’économie, ce qui favorise l’ingérence des puissances étrangères, avec des répercussions sociales et politiques graves. Ces formes d’ingénierie sociale doivent être empêchées par ceux qui ont la responsabilité du gouvernement, en adoptant des mesures pour protéger les citoyens, dont ils sont les représentants et pour les intérêts desquels ils ont l’obligation de s’engager. Il est également nécessaire d’aider la famille, cellule de base de la société, en évitant de pénaliser déraisonnablement les personnes faibles et âgées par la séparation forcée et douloureuse de leurs proches. La criminalisation des relations personnelles et sociales doit également être jugée comme une partie inacceptable du projet de ceux qui favorisent l’isolement des individus afin de mieux les manipuler et les contrôler.

Nous demandons à la communauté scientifique de veiller à ce que les soins pour le Covid-19 soient promus honnêtement pour le bien commun, en évitant scrupuleusement que des intérêts iniques influencent les choix des gouvernements et des organismes internationaux. Il n’est pas raisonnable de pénaliser des remèdes qui se sont révélés efficaces, souvent peu coûteux, uniquement parce qu’on veut donner la priorité à des traitements ou des vaccins qui ne sont pas aussi fiables mais qui garantissent aux sociétés pharmaceutiques des bénéfices bien plus importants, qui pèsent sur la santé publique. Nous rappelons également, en tant que pasteurs, que pour les catholiques, il est moralement inacceptable de recevoir des vaccins dans lesquels du matériau provenant de fœtus avortés est utilisé.

Nous demandons également aux gouvernements de veiller afin d’éviter de la manière la plus rigoureuse toute forme de contrôle des personnes, à la fois par le biais de systèmes de suivi et par toute autre forme de localisation : la lutte contre le Covid-19 – aussi grave soit-il – ne doit pas être le prétexte pour approuver des projets douteux d’entités supranationales nourrissant de très forts intérêts commerciaux et politiques. En particulier, les citoyens doivent avoir la possibilité de refuser ces limitations de la liberté personnelle, sans qu’il soit imposé aucune forme de sanction à ceux qui ne veulent pas recourir aux vaccins, ni accepter des méthodes de suivi et tout autre instrument similaire. Il faut considérer également la contradiction flagrante dans laquelle se trouvent ceux qui poursuivent des politiques de réduction drastique de la population et qui se présentent en même temps comme des bienfaiteurs de l’humanité sans aucune légitimité politique ou sociale. Enfin, la responsabilité politique de ceux qui représentent le peuple ne peut absolument pas être confiée à des techniciens qui vont jusqu’à revendiquer pour eux-mêmes des formes inquiétantes d’immunité pénale.

Nous demandons instamment aux médias de s’engager activement dans une information objective qui ne pénalise pas la dissidence en recourant à des formes de censure, comme cela se produit couramment sur les réseaux sociaux, dans la presse et à la télévision. L’information correcte exige qu’un espace soit accordé aux voix qui ne sont pas alignées sur la pensée unique, permettant aux citoyens d’évaluer consciemment la réalité, sans être indûment influencés par des interventions partisanes. Une confrontation démocratique et honnête est le meilleur antidote au risque de voir imposées des formes subtiles de dictature, vraisemblablement pires que celles que notre société a vu naître et mourir dans un passé récent.

Enfin, nous rappelons, en tant que pasteurs responsables du troupeau du Christ, que l’Église revendique fermement son autonomie dans le gouvernement, dans le culte, dans la prédication. Cette autonomie et cette liberté sont un droit inhérent que le Seigneur Jésus-Christ lui a donné pour la poursuite de ses propres fins. Pour cette raison, en tant que pasteurs, nous revendiquons fermement le droit de décider de manière indépendante de la célébration de la Messe et des Sacrements, tout comme nous exigeons une autonomie absolue dans les questions qui relèvent de notre juridiction immédiate, telles que les normes liturgiques et les méthodes d’administration de la communion et des sacrements. L’État n’a pas le droit de s’ingérer, pour quelque raison que ce soit, dans la souveraineté de l’Église. La collaboration de l’autorité ecclésiastique, qui n’a jamais été refusée, ne peut impliquer de la part de l’Autorité civile des formes d’interdiction ou de limitation du culte public ou du ministère sacerdotal. Les droits de Dieu et des fidèles sont la loi suprême de l’Église à laquelle elle ne veut ni ne peut déroger. Nous demandons que les limitations à la célébration des fonctions publiques du culte soient supprimées.

Nous invitons les personnes de bonne volonté à ne pas se soustraire à leur devoir de coopérer en vue du bien commun, chacune selon son état et ses possibilités et dans l’esprit d’une sincère charité fraternelle. Cette coopération, souhaitée par l’Église, ne peut cependant être dissociée du respect de la loi naturelle, ni de la garantie des libertés des individus. Les devoirs civils auxquels les citoyens sont tenus impliquent la reconnaissance par l’État de leurs droits.

Lire la suite…

avec la liste des premiers signataires

Source : https://www.valeursactuelles.com/societe/covid-19-la-charge-sans-concession-de-plusieurs-cardinaux-119110

 

« L’État n’a pas le droit de s’ingérer, pour quelque raison que ce soit, dans la souveraineté de l’Église ». C’est parfaitement vrai. De même qu’en 1793, l’Église n’avait pas le droit de s’ingérer, pour quelque raison que ce fût, dans la souveraineté de l’État. Nous sommes bien d’accord.

 

 

 

 

Dessin de Stoll, piqué à E&R

 

 

 

 

 

Par certains de ses principes, très différents des nôtres et sa cohabitation avec la Vendée style Puy-du-Fou, M. Soral n’est pas vraiment notre tasse de lait. Il n’empêche qu’il a le droit de s’exprimer, n’en déplaise à la magistrature couchée, et qu’il dit ici clairement des choses intéressantes qui méritent qu’on les écoute.

 

 

Alain Soral : Quand le vaccin est plus dangereux que la maladie

 

 

 

 

 

 

EERV : Faut-il piquer Bill Gates ?

 

 

 

 

 

 

 

Fais ton autocritique, camarade !

 

Ceci n’est une injonction à personne. C’est le titre que nous donnons, faute de mieux, à notre petit coin d’explications entre gens de gauche, voire entre eux et d’autres.

Comme nos lecteurs attentifs n’auront pas manqué de le remarquer, nous nous sommes fait l’écho, dans notre post précédent, d’une réponse de M. Labévière à M. Bibeau, sans avoir, au préalable, publié ce qui, de M. Bibeau, avait provoqué cette réponse.

Nostra culpa !

Depuis, nous n’avons toujours pas lu le livre de M. Labévière, mais une recension (élogieuse) qu’en a fait M. Naba. Nous l’avons lue feutre rouge à la main, et le moins qu’on puisse dire est que nos feuillets sont sanglants, avec points d’interrogation et d’exclamation de ci de là.

Nous avons, par ailleurs (sous le même titre) des choses à tirer au clair avec les 7 du Québec, mais ce sera pour une autre fois (il ne faut pas tout mélanger).

Il nous semble donc que le mieux est de vous donner à lire 1) le texte de M. Naba 2) un échange avec M. Bibeau, sans vous faire grâce de nos observations personnelles même relativement informées.

 

 

 

 

« Reconquérir par la mer », le dernier ouvrage de Richard Labévière

 

René Naba – 21.4.2020

Ce texte est publié en partenariat avec www.madaniya.info.

.

RECONQUÉRIR PAR LA MER – LA FRANCE FACE À LA NOUVELLE GÉOPOLITIQUE DES OCÉANS

Richard Labévière,  Éditions Temporis.

UN MANIFESTE STRATÉGIQUE À L’INTENTION D’UN PAYS À LA FOIS DEUXIÈME DOMAINE MARITIME ET PREMIER ESPACE SOUS MARIN DU MONDE.

 

À la hache, à la manière d’un bûcheron chevronné, il assène ses vérités, comme pour secouer de sa torpeur une technostructure à bout de souffle, comme pour réveiller de sa léthargie une caste politico médiatique plombée par ses délires et dérives de la guerre de Syrie, comme pour réveiller un pays de sa torpeur du fait d’un grand malaise social dû à son endettement colossal et son enlisement dans des guerres post coloniales au Sahel et en Syrie. Comme pour administrer un électrochoc à l’effet d’enrayer la relégation de la France du classement des grandes puissances mondiales, en lui proposant un objectif dynamisant à la mesure de l’ambition qu’il veut lui insuffler.

 

Richard Labévière

Reconquérir par la mer –

La France face à la nouvelle géopolitique des océans

Préface de Jean-Pierre Chevènement

Temporis – Janvier 2020

314 pages – 18,50 €

 

« La France possède le deuxième domaine maritime et le premier espace sous marin du monde. Sa marine nationale est opérationnelle partout. Ses savoir faire techniques couvrent tous les enjeux de défense et de sécurité, comme ceux de l’économie bleue, de la recherche et de la protection environnementale. Pourtant notre pays peine à exploiter ses atouts, alors qu’une nouvelle géopolitique des océans multiplie guerres commerciales, rivalités de ports destructions et pillage des ressources naturelles, crises ouvertes en mer de Chine méridionale, dans le golfe Persique, les océans Indien et Arctique, en Méditerranée et en mer Noire….

« Dans cette confrontation globale, même si l’action de l’état en mer reste un modèle, même si notre gouvernance maritime est efficace, nos forces se perdent dans le court-termisme d’un pouvoir exécutif hyper-centralisé. Exemple emblématique: l’absence d’un deuxième porte-avions affaiblit la crédibilité stratégique du «Charles de Gaulle» et de son éventuel remplaçant. Force est d’admettre qu’il est des économies qui coûtent cher».

Lire la suite…

Source : https://les7duquebec.net/archives/254168

 

 

 

 

Voici ce qu’à notre connaissance en avait écrit M. Bibeau :

 

5 pensées sur “ « Reconquérir par la mer », le dernier ouvrage de Richard Labévière”

 

Robert Bibeau

21 avril 2020 à 7 h 58 min

Permalink

@ tous

La thèse géopolitique de Labévière repose sur un postulat : « 1) mers et océans constituent le vecteur structurant de l’économie globalisée;  » … alors qu’il faudrait lire :  « l’économie globalisée et mondialisée  (il y a des nuances entre ces deux termes) utilise les voies maritimes comme l’un de ses vecteurs structurants  (à côté du train, de l’avion, et du camionnage tous indispensables).

Ceci pour réaffirmer que c’est la puissance économique = les capacités globales des moyens de production = qui détermine ce qu’une puissance impérialiste (la France par exemple) pourra faire de sa façade maritime et de celle de ses concurrents.

Ce qui entraine que la France, 5e ou 6e puissance industrielle mondiale – immensément loin de la Chine-la 1ere – ne peut soutenir ses illusions maritimes : « À l’initiative de la France, une « Route de la soie à l’envers » s’est esquissée : la stratégie dite « Indo-Pacifique » est considérée comme une « géostratégie de troisième voie ».

Que la France gaspille ou non des milliards de dollars dans l’armement et le militarisme, cela ne changera en rien (son sort) de puissance industrielle en déclin accéléré.

C’est pourtant ce que voulait signifier le stratège chinois : « Le Civil d’abord, le Militaire après », concept en filiation directe des enseignements du grand stratège Sun Tzu, auteur de l’un des manuels majeurs – L’Art de la guerre –.

« Le Civil » étant ici les échanges commerciaux, découlant et supportant le développement industriel et productif capitaliste.

Ainsi n’en déplaise à M. l’officier Labévière, le 6e de la classe sur les continents ne peut aspirer qu’au 6e rang sur les océans impériaux. Napoléon l’avait pourtant appris il y a plus d’un siècle passé.

 

Robert Bibeau

Robert Bibeau

27 avril 2020 à 13 h 59 min

Permalink

M. Labévière nous a fait l’honneur d’une réplique élaborée à laquelle nous répondrons sous peu

Pour l’heure voici la réponse de M. Labévière : https://prochetmoyen-orient.ch/reponse-a-robert-bibeau/

 

Robert Bibeau

29 avril 2020 à 13 h 44 min

Permalink

@ tous

J’ai relu le laïus de M. Labévière et je me demande s’il est utile de prolonger ce dialogue de sourds.

Il me paraît évident que deux univers intellectuels s’affrontent, qui ne se sont jamais compris, même jamais entendus, et qu’il en sera ainsi pour l’éternité… (Il) vaudrait mieux que chacun passe son chemin, tellement notre « distanciation sociale » est grande.

1) Un exemple : Trotskisme – Althusser – marxisme du pauvre – mécanisme idéologique – tout un charabia des années soixante archaïque et obsolète, dont on ne comprend nullement la pertinence en 2020, face au petit commentaire que je me suis permis à propos du volume : « RECONQUÉRIR par la mer »

2) Pour actualiser M. Labévière dans sa gaucherie gauchiste-droitiste-fasciste-humaniste-nationaliste-impérialiste-communiste disons que je ne suis rien de tout ceci et que nous répudions toutes ces appellations… tout en convenant que nationalisme et impérialisme continuent de s’affronter – que cela constitue une bataille réactionnaire d’arrière-garde perdue d’avance pour les chauvins- nationalistes et pour les impérialistes évidemment.

3) Non pas que nous embrassions l’impérialisme (y compris français – canadiens – portugais etc.) mais nous pensons que le prolétariat (notez ici qu’un trotskiste aurait écrit le peuple ce que ne sait pas M. Labévière pavanant ses références aux vieux révisionniste Althusser le réactionnaire), nous pensons que le prolétariat a pour mission de transcender l’impérialisme mondialisé-globalisé en instituant mondialement l’internationalisme prolétarien.

4) Nous, des 7duquebec.net sommes des prolétaires révolutionnaires et nous répudions toute affiliation à la gauche ou à la droite socialiste et fasciste qui sont les deux visages de la même statue de sel contre-révolutionnaire.

5) Je n’ai pas le temps de donner une formation ici sur le concept D’IMPÉRIALISME tel que l’entendait Rosa Luxembourg la globaliste, et non pas la conception politique de Lénine que nous critiquons…

6) Je m’attarde sur ce concept d’impérialisme puisque c’est le cœur de la mésentente entre nous. Nous ne croyons pas pour notre part que LA FRANCE NATIONALISTE-CHAUVINE PUISSE renaître – reconquérir sa souveraineté – gagner son indépendance et sa soi-disant « liberté » .. tout cela est du passé.

7) La France ne peut même pas espérer atteindre seule le communisme (oubliez ici les vielles références du journal Le Monde tels : l’URSS et la Chine, ou la Corée ou Cuba etc.) sans que le reste du monde y accède avec elle.

8)  M. Labévière ne peut expliquer le déclin économique de la France s’il ne peut expliquer le déclin économique global du capitalisme à son stade impérialiste décadent

9) OUI nous sommes fièrement anti-militaristes, (militarisme) qui n’est jamais un « effort de défense » mais toujours un vecteur de concurrence et d’assujettissement des prolétaires de la terre.

10) Mais, contrairement aux vielles fripouilles de la gauche notre anti-millitarisme est militant et nous savons qu’en dehors de la révolution prolétarienne (vous aurez noté que je n’ai pas écrit révolution socialiste) la paix universelle ne sera jamais possible = surtout pas en préconisant des efforts de dépenses pour la pseudo-défense (ou alors la défense du régime capitaliste- honni).

Vous voyez M. Labévière,  tout nous oppose.

Je vous respecte néanmoins mais révisez votre catéchisme vichyste sur le gauchisme,  il est passé de date.

Répondre

 

René Naba

30 avril 2020 à 7 h 24 min

Permalink

Je suis témoin et j’en porte témoignage

C’est vous qui avait ouvert le feu en premier
Vous avez repris ma recension et vous avez pris la liberté de commenter le texte sur un ton quelque peu sinon agressif, à tout le moins discourtois.

Vous auriez très bien pu publier le texte, sans réaction

Est il besoin de tout commenter ? Si cela s’avère nécessaire, que le commentaire soit moins désobligeant à l’égard de la personne objet de votre interpellation.

 

Peut-on se permettre de dire que les deux dernières paragraphes de M. Naba sont à hurler de rire ? Sans vouloir être discourtois. LGO

Nous remettons à un prochain post – et dans la même chronique – notre propre réaction à la recension de M. Naba.

 

 

 

 

Pour l’instant :

Dans nos rêves les plus fous, nous imaginons les 7 du Québec organisant une rencontre à fleurets non mouchetés entre, d’une part, MM. Labévière, Prazuk, et Naba, d’autre part, M. Pepe Escobar, qui vient justement de sortir un article assez informé sur l’histoire maritime de la Chine, et qui a quelques idées à lui sur la manière dont M. Xi Jinping et les autres dirigeants chinois voient leurs entreprises d’aujourd’hui, en termes de continuité. Le voici :

 

Pourquoi Xi ne répétera pas les erreurs de la Dynastie Ming

 

La Chine a tiré les leçons de sa riche histoire et les applique pour redevenir une grande puissance du XXIème siècle.

 

Pepe EscobarMondialisation.ca – 13.5.2020

Publié par Asia Times, sous le titre Why Xi won’t repeat Ming Dynasty mistakes

 

 

Le président chinois Xi Jinping  en visite à la passe (et fort) de Jiayu, célèbre partie de la Grande Muraille d’époque Ming, à Jiayuguan, au cours d’une tournée d’inspection de la province de Gansu, dans le nord-est de la Chine, le 20 août 2019

 

 

Alors que la guerre hybride 2.0 contre la Chine atteint des sommets, les Nouvelles Routes de la Soie, ou Initiative Ceinture et Route, continueront à être diabolisées 24/7, comme le légendaire complot communiste maléfique pour la domination économique et géopolitique du monde « libre », boostée par une sinistre campagne de désinformation.

 

Il est vain de discuter avec des simplets. Dans l’intérêt d’un débat éclairé, ce qui compte, c’est de trouver les racines profondes de la stratégie de Pékin – ce que les Chinois ont appris de leur propre histoire riche et comment ils appliquent ces leçons en tant que grande puissance (ré)émergente au jeune XXIème siècle.

Commençons par la façon dont l’Orient et l’Occident s’étaient positionnés au centre du monde.

La première encyclopédie historico-géographique chinoise, le Classique des Montagnes et des Mers du IIe siècle avant J.-C., nous dit que le monde était ce qui était sous le soleil (tienhia). Composé de « montagnes et de mers » (shanhai), le monde était disposé entre « quatre mers » (shihai). Une seule chose ne change pas : le centre. Et son nom est « l’Empire du Milieu » (Zhongguo), c’est-à-dire la Chine.

Bien sûr, les Européens, au XVIe siècle, découvrant que la terre était ronde, ont mis la centralité chinoise sens dessus dessous. Mais en réalité, pas tant que ça (voir, par exemple, cette carte sinocentrique du XXIème siècle publiée en 2013).

Lire la suite…

URL de cet article : http://blog.lesgrossesorchadeslesamplesthalameges.fr/index.php/pourquoi-xi-ne-repetera-pas-les-erreurs-de-la-dynastie-ming/

 

 

 

 

Restons chez les Québécois :

 

Christian Marc Gendron :

1 chanteur 6 voix françaises PARODIES COVID.19 (3e partie)

 

Chanteur imitateur québécois Christian Marc Gendron a remodelé quelques chansons françaises à propos du confinement. Inconnu en France, un talent qui mérite d’être découvert !

 

 

 

 

(Si vous ne les avez pas reconnus : Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Julien Clerc, Francis Cabrel, Patrick Bruel, Johnny Hallyday)

 

Merci à M. Vernochet.

 

 

 

 

Nous voulions nous arrêter là, mais c’est alors que nous sont arrivés plusieurs articles d’un intérêt certain, dont nous avons trouvé qu’il serait idiot de nous priver.

 

Coronamachin…

 

Il va falloir que les États-Unis s’ouvrent au sujet de leurs laboratoires biologiques implantés en ex-URSS

 

(La Chine et la Russie s’accordent quant au danger potentiel causé sur l’ensemble de la région par les laboratoires biologiques étasuniens implantés sur le territoire de l’ex-URSS.)

 

Andrew Korybko – Le Saker francophone – 30.4.2020

 

 

Un laborantin analyse des échantillons à la recherche de la Covid-19 dans un laboratoire de Moscou, en Russie, le 16 avril 2020. /Xinhua

 

 

Geng Shuang, le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, s’est porté en soutien de la déclaration qu’avait faite son homologue russe, qui indique que ces laboratoires pourraient développer des agents pathogènes dangereux, et ajoute que « Les États-Unis ont créé de nombreux laboratoires sur le territoire de l’ex-Union soviétique, qui provoquent de sérieuses préoccupations dans la sphère publique des pays voisins concernés. » Il est impératif que les États-Unis se montrent totalement transparents quant aux tests menés dans ces laboratoires, au vu des enjeux que cela implique pour le monde entier.

 

Il est tout à fait étrange que les États-Unis établissent de telles installations loin de leurs propres frontières, au lieu d’inviter les experts de ces pays à venir mener leurs recherches dans des laboratoires implantés sur leur propre territoire.

Cela fait longtemps que la Russie soupçonne que les activités étasuniennes qui y sont menées visent à tenir ces États sous influence étasunienne. Mais la Russie se préoccupe grandement quant à la possibilité d’un accident du à l’imprudence, qui pourrait se produire dans l’un ou l’autre de ces laboratoires : ceux-ci sont relativement mal sécurisés. Les conséquences pourraient en être une épidémie mortelle se répandant sur l’ensemble de la région.

Il relève de la responsabilité de tout gouvernement de se préparer au scénario du pire, d’où les préoccupations partagées par la Chine et la Russie.

Lire la suite…

Source : https://lesakerfrancophone.fr/il-va-falloir-que-les-etats-unis-souvrent-au-sujet-de-leurs-laboratoires-biologiques-implantes-en-ex-urss

Source d’origine :  cgtn.com

 

 

 

 

 

Covid-19 : À la recherche du patient zéro et du pays responsable de l’épidémie

 

Gal Dominique Delawarde – Entelekheia – 10.5.2020

Paru sur France-Irak Actualité

 

 

 

 

Aujourd’hui c’est le thème « du patient zéro et du pays responsable de l’épidémie » que nous évoquerons. Chacun le sait, deux grandes thèses s’opposent :

 

1 – Responsabilité chinoise avec trois hypothèses :

 

 Origine accidentelle soit venant du marché aux animaux de Wuhan (H1), soit d’une « fuite » du laboratoire P4 (H2). C’est la première de ces deux hypothèses qui est majoritairement et officiellement retenue, aujourd’hui, par les services de renseignement des grands pays occidentaux. Ces deux premières hypothèses me paraissent plausibles sans être certaines.

– Origine délibérée (H3). Les chinois auraient fabriqué une arme biologique et auraient volontairement initié la pandémie pour « abattre l’Occident et s’emparer de la suprématie mondiale ». Ce genre de thèse a un degré de plausibilité proche de celle de la poudre de perlimpinpin de Colin Powell à l’ONU, poudre étant sensée représenter un échantillon des armes de destruction massives de Saddam Hussein. Pourquoi cette thèse n’est-elle pas crédible ? Parce que les Chinois ont toujours inscrit la montée en puissance de leur pays dans le temps long et que, contrairement à leurs concurrents occidentaux, ils privilégient la paix, favorable aux activités commerciales, leur domaine de prédilection, à la guerre, toujours désastreuse pour ceux qui la font. Pourquoi la Chine irait-elle se fourvoyer dans ce genre d’opération à haut risque face à un Occident en déclin et alors même que la suprématie économique mondiale lui est promise à moyen terme ? Par ailleurs, les sites internet qui tentent de promouvoir cette thèse sont des sites souvent anglo-saxons qui représentent la frange la plus extrême des néoconservateurs : Ceux qu’une guerre contre la Chine ne dérangerait pas, persuadés qu’ils sont qu’ils la gagneraient. Observons qu’aucun service de renseignement et aucun média mainstream n’a jamais repris cette thèse à son compte.

Lire la suite…

Source : http://www.entelekheia.fr/2020/05/10/covid-19-a-la-recherche-du-patient-zero-et-du-pays-responsable-de-lepidemie/

 

 

 

 

 

Chaos US dans miroir vénézuélien…

 

Qu’est-ce que le dernier coup d’État avorté contre le Venezuela nous dit des USA actuels ?

 

Scott Ritter – Entelekheia – 13.5.2020

 

 

 

 

Où est la CIA d’antan, qui réussissait des coups d’État, parfois contre toute attente, en suivant systématiquement le schéma décrit plus bas, à savoir une petite invasion armée renforcée par des éléments dissidents intérieurs entraînés à l’avance dans des camps militaires voisins du pays-cible ? (voir ici et ici). Mais la CIA est-elle seulement à la base de ce énième coup d’État en forme de pétard mouillé contre le gouvernement Maduro du Venezuela ? Washington nie toute implication et l’auteur de l’article qui suit en doute aussi. Il est vrai que même l’opération la plus spectaculairement ratée de l’histoire de la CIA, l’invasion de la Baie des Cochons – avec laquelle l’opération de Goudreau présente d’ailleurs des parallèles frappants – était mieux organisée.

 

Paru sur RT sous le titre US policy on Venezuela lacks meaningful direction – American mercenaries’ involvement in failed coup against Maduro is more proof

 

 

Une tentative de coup d’État avortée liée aux USA révèle un manque de leadership et de gouvernail, alors que l’administration Trump s’entête à mettre en œuvre des plans de changement de régime au Venezuela.

 

Les titres de presse ressemblent à ceux d’un mauvais roman : un commando, opérant à partir de vedettes rapides lancées depuis un « navire-mère » maquillé en navire de pêche, débarque sur la côte d’une station balnéaire très peuplée du Venezuela pour lancer un coup d’État destiné à renverser le président Nicolas Maduro. S’attendant à être accueilli par des transfuges de l’armée vénézuélienne recrutés par 52 agents qui avaient auparavant infiltré le pays depuis la Colombie voisine, le commando a en fait été cueilli par les forces armées de sécurité vénézuéliennes qui, dans la fusillade qui a suivi, auraient tué six des envahisseurs potentiels et en auraient capturé deux autres.

Une tentative de coup d’État avortée liée aux USA révèle un manque de leadership et de direction, alors que l’administration Trump s’entête à mettre en œuvre des plans de changement de régime au Venezuela.

Lire la suite…

Source : http://www.entelekheia.fr/2020/05/13/quest-ce-que-le-dernier-coup-detat-avorte-contre-le-venezuela-nous-dit-des-usa-actuels/

 

Mais… les 15 millions mis sur la tête de Maduro, c’est quand même bien le gouvernement US, non ?… et pas quelque Schiller ou Goudreau de rencontre ou général Alcala (on se croirait dans Tintin).

 

 

 

 

 

Mis en ligne le 14 mai 2020

 

 

 

 

Plus d’histoires deCulture

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,