Aller à…
RSS Feed

14 juillet 2020

L’armée israélienne abat un Palestinien handicapé mental


par lecridespeuples
Des policiers israéliens abattent et tuent un Palestinien handicapé à Jérusalem


Eyad Hallaq, 32 ans, fréquentait et travaillait dans une école spécialisée près de l’endroit où il a été abattu ■ Un officier de tir dit qu’il soupçonnait Hallaq d’être un terroriste parce qu’il portait des gants ■ Une source d’enquête dit que le policier a peut-être continué à tirer malgré le commandant lui disant d’arrêter

Samedi, des policiers israéliens ont abattu un Palestinien non armé et handicapé dans la vieille ville de Jérusalem.

Eyad Hallaq, 32 ans, résidait dans le quartier de Wadi Joz à Jérusalem-Est. Il a fréquenté et travaillé dans une école spécialisée dans la vieille ville, à quelques mètres seulement de l’endroit où il a été abattu.

Selon une déclaration de la police des frontières, deux policiers ont remarqué que le Palestinien transportait un objet suspect qu’ils pensaient être une arme à feu et lui ont ordonné de s’arrêter. Après que l’homme ait refusé et commencé à fuir les lieux, les policiers ont commencé à le poursuivre à pied et ont ouvert le feu, le tuant finalement.

2064853400
Entrer une légende

Suite à l’incident, la police a fermé la vieille ville. Le Département des enquêtes internes de la police sera chargé d’enquêter sur l’incident. Après avoir été interrogé, l’un des policiers a été libéré dans des conditions restrictives tandis que l’autre est en résidence surveillée.

Selon une enquête initiale, deux policiers ont commencé à pourchasser Hallaq après avoir été informés par d’autres policiers qu’il était un terroriste. L’officier le plus ancien des deux a tiré en l’air tandis que l’officier subalterne a tiré sur Hallaq, qui essayait de se cacher derrière une benne à ordures. Le tireur a déclaré qu’il soupçonnait Hallaq d’être un terroriste parce qu’il portait des gants.

Selon une source proche de l’enquête, l’officier subalterne – qui était une nouvelle recrue et était armé d’un M16 – est soupçonné d’avoir continué à tirer après avoir été informé par son commandant de s’arrêter, et cela parce qu’il a vu que Hallaq était toujours en mouvement. Un tribunal de Jérusalem a émis un bâillon sur les noms des policiers impliqués.

S’adressant à Haaretz, les membres de la famille Hallaq ont déclaré « qu’il n’était pas capable de blesser qui que ce soit » et étaient autistes et classés comme handicapés.

Le père de Hallaq a dit que son fils irait à l’école spécialisée tous les jours. «Il n’a jamais eu de problèmes avec la police. Dans la matinée, nous avons reçu un appel de l’établissement pour enfants ayant des besoins spéciaux, nous disant que notre fils avait été tué. »

Peu de temps après, a déclaré le père de Hallaq, des policiers et des agents du Shin Bet sont arrivés chez lui et ont commencé à le fouiller sans rien dire. Il a dit que l’un des policiers avait insulté un parent de la famille.

L’avocat représentant la famille Hallaq a déclaré que «nous considérons cela comme un meurtre et demandons que les policiers soient traduits en justice. Selon des témoignages, une dizaine de balles ont été tirées directement sur Hallaq. Nous sommes certains qu’il n’a posé aucun danger aux officiers. »

Des manifestations demandant la justice pour Hallaq ont eu lieu à Jérusalem et à Jaffa. Les manifestants ont transporté des photos de George Floyd, un homme noir qui a été tué par des policiers blancs à Minneapolis la semaine dernière et dont le meurtre a déclenché des manifestations à l’échelle nationale aux États-Unis contre la brutalité policière.

Ouvrir la vue de la galerie
Des manifestants demandent justice pour Hallaq à Jérusalem, 30 mai 3030.
Des manifestants demandent justice pour Hallaq à Jérusalem, 30 mai 3030. Crédit: Emil Salman
Selon les policiers, ils ont commencé à poursuivre Hallaq à pied après avoir été alerté au sujet d’un terroriste présumé portant un pistolet. « Nous soupçonnions qu’il avait agi seul et avait répondu conformément au protocole », a déclaré l’un des policiers lors de l’interrogatoire.

Les avocats d’un des officiers impliqués dans la fusillade ont répondu: «Un premier examen de l’incident est en cours. Il semble qu’une tragédie se soit produite ici. Les officiers ont agi exactement comme on attendait d’eux. Ils étaient convaincus qu’ils empêchaient une nouvelle attaque terroriste, semblable à celles que cette région a connues, qui ont coûté la vie à des citoyens et à des policiers. »

Les avocats ont ajouté que les policiers impliqués dans la police des frontières avaient été informés par les forces de police du district de Jérusalem déployées près de la porte du Lion de la vieille ville qu’un terroriste palestinien était en fuite.

«Pour eux, c’était un terroriste à toutes fins utiles. Ils ont agi conformément à l’ordre explicite qu’ils ont reçu de leurs supérieurs. Il faut se rappeler que de nombreuses attaques terroristes ont été menées dans cette zone, et que les deux ont donc agi conformément au protocole, tout en faisant de leur mieux pour appréhender le suspect », ont déclaré les avocats dans un communiqué.

Ayman Odeh, le président de la Liste commune, une alliance de quatre partis à majorité arabe, a exprimé ses condoléances pour la mort de Hallaq.

«Nous devons lutter contre la dissimulation attendue de la police et nous assurer que les officiers [responsables] vont en prison… En même temps, nous devons nous rappeler que ce sont eux qui ont appuyé sur la détente, mais l’occupation a chargé l’arme. La justice ne sera rendue que lorsque la famille Hallaq et l’ensemble du peuple palestinien auront la liberté et l’indépendance », a déclaré Odeh.

Le député arabe Ahmed Tibi a rendu visite à la famille Hallaq et a déclaré que l’enseignant de Hallaq l’accompagnait samedi et avait dit à la police qu’il était autiste. Il a appelé la police à diffuser des images vidéo du meurtre et a déclaré qu’il « espère que le département des enquêtes internes ne couvrira pas le crime, comme il le fait habituellement ».

« Cela nécessite une enquête indépendante, éventuellement par un organisme international, étant donné que l’incident s’est produit dans un territoire occupé », a déclaré Tibi.

Certains législateurs israéliens de gauche ont également exprimé leur horreur face au meurtre. Nitzan Horowitz de Meretz a envoyé une lettre au chef de la police et au ministre de la sécurité publique pour enquêter sur le meurtre. « Le rôle de la police est de protéger les gens, pas de leur tirer dessus », a écrit Merav Michaeli du Labour.

Le ministre du Likoud, Amir Ohana, qui détient le portefeuille de la sécurité publique au gouvernement, a présenté ses condoléances à la famille Hallaq et a déclaré que l’incident faisait l’objet d’une enquête. « Tant que l’enquête ne sera pas terminée, nous ne déterminerons pas le sort des policiers », a-t-il déclaré dans un communiqué.

De plus, des organisations palestiniennes à Gaza et en Cisjordanie ont exprimé leur rage face à cet incident.

Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a déclaré que «l’exécution d’un Palestinien ayant des besoins spéciaux est une preuve des crimes qu’Israël commet. Ces crimes alimentent la résistance palestinienne, dont la réponse sera de mener des actions contre l’occupation et une Intifada en cours.  »

« Ceux qui s’efforcent de normaliser leurs relations avec Israël seront responsables des déversements de sang palestinien sur Israël », a déclaré Qassem.

Le secrétaire général du Fatah à Jérusalem, Shadi Mutour, a déclaré que « Hallaq a été exécuté par des policiers sanguinaires, dont le but est de mettre en œuvre une politique d’intimidation et de terreur contre les Palestiniens de Jérusalem-Est ». Il a ajouté que les officiers israéliens sont heureux des déclencheurs en ce qui concerne les Palestiniens, ce qui ne fera que les encourager à conserver leurs terres et à lutter pour leurs droits.

La police israélienne a commenté: « Le rôle de la police à Jérusalem, et en particulier dans la vieille ville, est particulièrement complexe et implique souvent des sacrifices et des décisions mettant la vie en danger. Ces dernières années, nous avons assisté à un certain nombre de tentatives cruelles de nuire et de tuer Officiers de la police des frontières dans la vieille ville et ses environs. Le cas exceptionnel qui s’est produit ce matin a été immédiatement remis à l’unité d’enquête, comme il est de coutume. Il convient d’attendre les résultats de l’enquête avant de tirer des conclusions et d’éviter les commentaires peu recommandables. et la calomnie injustifiée de ceux qui travaillent quotidiennement protègent la sécurité des citoyens israéliens.  »

Vendredi, un Palestinien a tenté d’écraser des soldats dans la colonie de Halamish en Cisjordanie. Des soldats des FDI étaient assis sur un banc près de la route lorsqu’un conducteur palestinien a accéléré dans leur direction. Les soldats ont réussi à s’écarter avant que le conducteur n’atteigne le banc. Ils ont tiré sur le chauffeur, le tuant.

Des informations palestiniennes ont identifié le conducteur comme étant Fadi Adnan Ka’ad, 37 ans, du village d’Abu Qash, au nord de Ramallah. Des membres de sa famille ont rejeté l’affirmation selon laquelle Ka’ad tentait de mener une attaque, affirmant qu’il était sur le point de récupérer sa femme à Salfit lorsque sa voiture a glissé et que des soldats lui ont tiré dessus.

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,