Aller à…
RSS Feed

7 août 2020

Trump fait appel aux militaires pour restaurer l’ordre public et se faire un coup de pub


Publié par Gilles Munier sur 4 Juin 2020, 09:43am

Catégories : #Trump, #Etats-Unis

Revue de presse : Moon of Alabama (2/6/20)*

Les protestations d’hier au sujet du meurtre de George Floyd m’ont semblé perdre du souffle. A peine quelques centaines de personnes dans telle ou telle ville. Il semble qu’il y avait plus de manifestants en Nouvelle-Zélande qu’à New York. D’après ce que j’en vois, les effractions et les pillages de magasins ont également diminué. Certaines personnes, pour la plupart des non-manifestants, profitent simplement de l’occasion. Car le véritable pillage se fait ailleurs. Il suffit de regarder ce que fait Blackrock.

Le président américain Donald Trump utilise le nombre relativement peu élevé d’incidents pour détourner l’attention de la manière catastrophique dont il a géré la pandémie de Covid-19.

Il s’agit maintenant d’un Trump qui se voit en « commandant en chef » apportant « la loi et l’ordre » pour « Dieu et le pays ». Si cela nécessite de nettoyer violemment un parc de manifestants pacifiques ou de gazer un prêtre devant son église – tout cela pour que Trump puisse organiser une séance de photos où il tient une bible – qu’il en soit ainsi. Pendant que Trump est en pleine campagne électorale, les Démocrates semblent endormis.

La réponse militarisée que réclament les fous qui entourent Trump est totalement hors de proportion.

Washington DC a assisté à une étrange « démonstration de force » avec des hélicoptères volant beaucoup plus bas que ce qui est autorisé au-dessus d’une foule de personnes pacifiques. Le secrétaire à la défense a appelé les gouverneurs à « dominer l’espace de combat ». Le président de l’état-major interarmées, le général Matt Milley, a été vu en train de patrouiller autour de la Maison Blanche en uniforme de camouflage. Les fans de l’armée ne sont pas satisfaits de cette situation.

Hier soir, un grand nombre d’avions de transport militaire apportant des troupes de la 82e division aéroportée, de la 10e division de montagne et de la 1e division d’infanterie sont arrivés à la base aérienne d’Andrews, près de Washington DC. Ces unités ont perdu les guerres du Vietnam, d’Afghanistan, d’Irak et de Somalie. Elles pensent probablement qu’il est plus facile de gagner une guerre dans le Midwest qu’au Moyen-Orient. Nous verrons bien …

Mais contre qui vont-ils réellement se battre ? Le tweet incitant à la violence d’Antifa qui s’avère être géré par des fascistes en Europe ? Le « gouvernement intérimaire des États socialistes d’Amérique » (@USSInterimGOV) ? L’« Armée américaine libre » (@FAARMYOfficial) ? Les Brigades Jaish al-Chicago ou les brigades KFC ? Contre tous ces groupes ? Eh bien, ça va être une sacrée guerre contre tous ces comptes parodique.

Et une guerre contre la presse. Ces quatre derniers jours, il y a eu plus de 125 incidents au cours desquels la police a attaqué des journalistes. Mais les médias continuent de reproduire les rapports de police comme s’ils étaient la seule et unique source de vérité :

Malgré ce que nos collègues de couleur racontent depuis des années et l’histoire visible de la police abusant des manifestants et de la presse, trop de médias continuent à couvrir la police avec crédulité.

Cela fait longtemps que la police va mal aux États-Unis :

Les commissaires exigent des inspecteurs qu’ils fournissent des chiffres et, en retour, les inspecteurs font pression sur les officiers subalternes, qui à leur tour imposent des quotas aux policiers en patrouille, pour des raisons qui n’ont souvent rien à voir avec la criminalité. Comme le démontre The Wire, dans le monde des chiffres, « la merde descend toujours vers le bas ». L’objectif étant que les inspecteurs s’élèvent au rang de commissaire, que les maires se fassent réélire, et de justifier les emplois pénitentiaires que les législateurs de l’État créent dans leurs districts de banlieue. Tout cela est graissé par l’argent du lobbying des entreprises de construction, des gestionnaires de prisons, et même des sociétés carcérales privées – une bonne affaire pour tous car tout ce qu’il faut pour que cela fonctionne est un flux sans fin de personnes emprisonnées.

En plus, le QI du policier moyen semble être assez faible. Sinon, pourquoi ferait-il une telle chose ?

Il faut voir cette vidéo pour le croire :

Un journaliste de Fox News tente en direct d’empêcher la police de Los Angeles d’arrêter les propriétaires (non blancs) d’un magasin qui avaient appelé la police pour les aider à arrêter des pilleurs potentiels. Les vrais pilleurs présumés se sont enfuis. Ça résume bien les choses #GeorgeFloydProtests

Remplacer la police par l’armée ne fera qu’aggraver la situation. La violence engendre la violence. Mais créer plus de « résistance » pourrait bien être le plan de Trump.

Le secrétaire d’État Mike Pompeo rencontre aujourd’hui les « survivants de la place Tienanmen ». Il va probablement demander comment la Chine a réussi à réprimer cette insurrection parrainée par les États-Unis. Trump peut-il en tirer des leçons ? Est-ce un moment comme Tienanmen que  veut Trump pour rallier sa base ? Ou est-ce que tout cela n’est qu’un coup de rage qui sera retombé au bon moment ?

Quelqu’un à la Maison Blanche a-t-il réfléchi à l’ampleur des dommages que ces développements bizarres causent à la diplomatie états-unienne et à sa politique étrangère ? Les adversaires des États-Unis soulignent l’hypocrisie entre le comportement américain sur le plan intérieur et sa rhétorique à leur égard. Les alliés des États-Unis se contentent de grimacer.

Une équipe de télévision australienne a été frappée par la police en direct à l’antenne. Le Premier ministre australien a demandé une enquête. Une équipe de DW News, chaîne télé financée par le gouvernement allemand, a été attaquée à deux reprises par la police et menacée d’arrestation. Le ministre allemand des affaires étrangères s’est alors prononcé contre le ciblage des journalistes.

Ces « alliés » des États-Unis doivent expliquer à leur population pourquoi ils continuent de suivre bêtement la politique américaine. Cette partie de leur travail devient de plus en plus difficile.

Si Trump envoie l’armée, cela deviendra impossible.

*Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,