Aller à…
RSS Feed

27 septembre 2020

Face aux menaces égyptiennes: La réplique des tribus libyennes


Publié par Gilles Munier sur 19 Juillet 2020, 18:26pm

Catégories : #Libye, #Turquie, #Egypte

Par Lyes Menacer (revue de presse : Liberté – 19/7/20)*

Le Conseil social des tribus de Ouarfla et le Haut-Conseil des sages des tribus de Zinten ont dénoncé les menaces d’intervention militaire de l’Égypte et l’appel de leurs pairs libyens qui ont été reçus par Abdel Fattah al-Sissi au Caire, lit-on dans deux communiqués distincts hier. “Le Conseil social de Ouarfla n’acceptera dans aucun cas de compromettre la souveraineté de cette terre, et la décision politique revient au peuple libyen”, lit-on dans un communiqué incendiaire à l’encontre des chefs de tribu reçus en Égypte, et où ils ont demandé à al-Sissi d’intervenir militairement dans leur pays, au lendemain d’un vote dans ce sens du Parlement libyen exilé à Tobrouk et majoritairement acquis au général Khalifa Haftar. Les chefs de tribu de Ouarfla, dont le fief est dans la ville de Beni Oualid (ouest de la Libye), ont affirmé leur “rejet de toute action susceptible de conduire à la scission de la Libye”, ajoute encore le communiqué.

Pour leur part, les chefs de tribu de Zinten (nord-ouest de la Libye) se sont dédouanés de l’initiative prise par leurs pairs, issus majoritairement des tribus de l’est et du sud-est du pays, en sollicitant l’ingérence directe de l’Égypte, alors que le pays souffre déjà d’une multitude d’ingérences étrangères, à l’origine du chaos actuel. Pour la première fois depuis le début du conflit, le Haut-Conseil des tribus de Zinten a affirmé leur “refus que les tribus remplacent les institutions étatiques et les assemblées élues” dans leur mission de sortir le pays de l’impasse politique, lit-on dans leur communiqué. Depuis le début de la crise en Libye, en 2011, les tribus ont joué un rôle important dans le jeu politique, en raison de leur grande influence depuis l’ère Kadhafi.

Grâce à leur soutien, le général Khalifa Haftar a pris des galons et eu la caution politique, avec laquelle il a justifié sa guerre de conquête de la capitale Tripoli. Beaucoup d’autres politiques libyens ont pu asseoir leur légitimité grâce à l’appui de leurs tribus.

*Source : Liberté (Algérie)

Sur le même sujet, lire aussi (juillet 2011) :

Libye: Interview de Ali al-Ahwal, coordinateur du Forum des tribus

 

Plus d’histoires deEgypte

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,