Aller à…
RSS Feed

14 août 2020

Le dernier sioniste


Le dernier sioniste

Publié le 25/07/2020

  • Le dernier sioniste

par Gilad Atzmon

Dans son livre « Memories », le premier Premier ministre israélien et premier sioniste pragmatique, David Ben Gurion parle de ses premières années à Płońsk, en Pologne.

« Pour beaucoup d’entre nous, le vécu de l’antisémitisme n’avait pas grand chose à voir avec notre dévouement (sioniste). Personnellement, je n’ai jamais souffert de persécution antisémite. Płońsk en était remarquablement exempt… Il y avait trois communautés principales : Les Russes, les Juifs et les Polonais. … Le nombre de Juifs et de Polonais dans la ville était à peu près égal, environ cinq mille chacun. Les Juifs, cependant, formaient un groupe compact et centralisé occupant les quartiers les plus centraux tandis que les Polonais étaient plus dispersés, vivant dans des zones périphériques et se fondant dans la paysannerie. Par conséquent, lorsqu’un gang de garçons juifs rencontrait un gang polonais, ce dernier représentait presque inévitablement une seule banlieue et était donc moins apte à combattre que les Juifs qui, même s’ils étaient initialement moins nombreux, pouvaient rapidement faire appel à des renforts de tout le quartier. Nous étions loin d’avoir peur d’eux (les goyim), c’étaient plutôt eux qui avaient plutôt peur de nous (les Juifs). Mais en général, les relations étaient amicales, bien que lointaines ». (Memoirs , par David Ben-Gourion (1970), p. 36)

Ben Gurion est très explicite lorsqu’il décrit l’équilibre des pouvoirs entre les Juifs et les Polonais dans sa ville au début du XXe siècle. « Loin d’avoir peur d’eux, c’étaient plutôt eux qui avaient peur de nous (les Juifs) ».

Les Juifs étaient en effet très puissants en Pologne dans les premières années du 20e siècle. Le parti socialiste juif, le Bund, était une force politique de premier plan lors de la révolution de 1905, en particulier dans les régions polonaises de l’empire russe. Au début de cette révolution, l’aile militaire du Bund était la plus puissante force révolutionnaire de la Russie occidentale.

Le « Vœu », l’hymne du Bund, ne laissait pas beaucoup de place à l’imagination, il déclarait la guerre et condamnait pratiquement à mort ceux qui ne correspondaient pas à leur programme politique :

« Nous jurons que notre haine farouche persiste,
De ceux qui volent et tuent les pauvres :
Le tsar, les maîtres, les capitalistes.
Notre vengeance sera rapide et sûre.
Jurez donc ensemble de vivre ou de mourir ! »

« Pour mener la guerre sainte, nous jurons,
Jusqu’à ce que le bien triomphe du mal.
Plus de Midas, de maître, de noble maintenant –
L’humble égale le fort.
Jurez donc ensemble de vivre ou de mourir ! »

Le Bund était extrêmement sûr de sa puissance. À l’automne 1933, il lança un appel au public polonais pour qu’il boycotte les marchandises en provenance d’Allemagne, en protestation contre Hitler et le NSDAP. En décembre 1938 et janvier 1939, lors des dernières élections municipales polonaises avant le début de la Seconde Guerre mondiale, le Bund collectait la plus grande part du vote juif. Dans 89 villes, un tiers avait élu des majorités du Bund. À Varsovie, le Bund avait obtenu 61,7 % des voix exprimées pour les partis juifs, remportant 17 des 20 sièges du conseil municipal remportés par les partis juifs. Sur le site de Łódź, le Bund obtenait 57,4 % (11 des 17 sièges remportés par les partis juifs).

Nous savons maintenant que ce sentiment d’autonomisation victorieuse des Juifs prit fin peu après ces élections. Les communautés juives d’Europe de l’Est et de Pologne souffrirent beaucoup pendant la Seconde Guerre mondiale. Le Bund fut complètement anéanti pendant la guerre. Pour une raison ou une autre et, aussi problématique que cela puisse être pour certains, du moins au début de la guerre, certains Polonais, Ukrainiens et autres nationalistes d’Europe de l’Est considéraient les nazis comme leurs « libérateurs ». Ils n’étaient apparemment pas aveugles à la réalité dépeinte par Ben Gourion.

Ce sentiment d’émancipation politique et sociale des Juifs, qui est décrit dans les Mémoires de Ben Gourion et dans l’histoire du Bund, a créé un modèle problématique, car il a clairement eu des conséquences tragiques.

Dans son travail concluant sur l’Holocauste, l’historien juif David Cesarani s’est brièvement penché sur le travail du CV, (Centralverein deutscher Staatsbürger jüdischen Glaubens – l’association centrale des citoyens allemands de confession juive).

Ce serait un acte de déni grossier que de ne pas voir l’écrasante similitude entre le CV, créé en 1893, et les autres associations de ce type, telles que l’ADL, la SPLC, le CRIF, le BOD et le CAA. Cesarani écrit à propos du CV qu’il avait été créé « pour combattre les mensonges propagés par les antisémites et s’opposer à eux lorsqu’ils se présentent aux élections ». Il est clair que Jeremy Corbyn, Bernie Sanders et Cynthia McKinney n’ont pas été les premiers politiciens à être ciblés par des groupes de pression juifs. Le CV utilisait les mêmes tactiques il y a plus d’un siècle.

Cesarani continue : « Au cours des deux décennies suivantes, le CV s’est avéré très efficace : il a poursuivi en justice des fauteurs de troubles pour diffamation, financé des candidats qui s’engageaient à lutter contre l’antisémitisme, produit de grandes quantités de matériel éducatif sur le judaïsme et la vie juive, et coordonné les activités de non-juifs sympathisants ayant honte des préjugés au sein de leurs communautés ». (La Solution finale : Le sort des Juifs 1933-1949, David Cesarani pg.10)

Comme l’ADL et l’AIPAC aux États-Unis, et le CAA en Grande-Bretagne, le CV a vu sa popularité croître rapidement parmi les Juifs. En 1926, plus de 60 000 juifs allemands figuraient parmi ses membres, mais il y a de bonnes raisons de penser que plus le CV était populaire parmi les juifs, moins les juifs et leur politique étaient populaires auprès des Allemands. Nous pouvons observer que l’ADL et la CAA ne s’avancent pas en territoire vierge, il existe une documentation historique qui souligne que la politique de pression abrasive des Juifs a, dans le passé, contribué à entraîner des conséquences catastrophiques.

La Bibliothèque virtuelle juive donne un aperçu fascinant de l’activité du CV. En 1934, alors que le parti nazi était déjà au pouvoir, le parti ne tentait pas de dissimuler ses sentiments anti-juifs. Pourtant, le CV, apparemment dans un état de déni complet, a ignoré le changement politique en Allemagne et a continué à mener sa politique de pression.

Voici un rapport du CV du 26 avril 1934 :

« Aux branches régionales :
Allemagne centrale
Rhénanie-Westphalie
Allemagne du Nord
Hessen
Westfalie orientale
Des amis de petites et moyennes villes se sont récemment plaints que des chansons aux textes grossiers et anti-juifs étaient chantées de façon effrontée et provocante. Nous avons l’intention d’approcher officiellement le ministère du Reich et de signaler tous ces incidents et d’adresser une lettre du conseil d’administration au chef des SA et au ministre du Reich, Roehm, ainsi qu’à la police secrète de l’État prussien. Un représentant du CV soulèvera également cette question auprès du ministère de la Propagande. Nous vous demandons donc de nous faire parvenir votre rapport le plus rapidement possible : Dans quelles localités ces chansons sont chantées. Quelles sont les chansons qui sont chantées. Qui les chante.
(signé) Rubenstein ».

Le format et le contenu de ce type de lettre sont familiers dans les communiqués de presse de l’ADL et de la CAA qui s’adressent aux artistes, musiciens et hommes politiques populaires.

Le point que j’essaie de faire valoir devrait être évident. Harceler, terroriser et abuser de la soumission de la nation hôte peut produire certains résultats à court terme, mais à long terme, ce n’est peut-être pas la meilleure façon de lutter contre les sentiments anti-juifs. Comme le prouve l’histoire juive en général et l’holocauste en particulier, c’est peut-être la voie la plus dangereuse que les Juifs puissent emprunter.

L’histoire, nous dit-on, ne se répète jamais. Pourtant, pour une raison ou une autre, on attend de nous tous que nous tirions les bonnes leçons de l’histoire juive. Nous devons jurer « plus jamais ça ». Nous devons nous engager à combattre le racisme et la discrimination.

Le plus surprenant est que les Juifs, dans leur ensemble, ne tirent jamais de leçons de leur propre passé. On peut se demander ce qu’il y a dans l’ADL, l’AIPAC, le BOD, le Crif, le CAA et d’autres organisations juives qui les ont mis sur une voie politique qui s’est avérée catastrophique.

Une réponse possible est l’ignorance collective. Il est raisonnable de supposer que de nombreux juifs ne connaissent pas ou ne comprennent pas leur propre histoire et se concentrent plutôt, si tant est qu’ils le fassent, sur la souffrance des juifs (l’holocauste, l’inquisition, la montée de l’antisémitisme, les pogroms, etc). En d’autres termes, ils ne voient pas le lien entre les mauvais comportements et l’antisémitisme. Cela peut signifier que si les choses, Dieu nous en préserve, tournent mal pour les Juifs américains demain, les Juifs de l’avenir ne tiendront nullement compte des multiples titres désastreux associés à certains Juifs américains éminents et aux principales institutions juives. Par conséquent, ils ne verront pas l’impact négatif du mauvais comportement de personnages tels que Jeffrey Epstein, Ghislaine Maxwell, Ehud Barak, Les Wexner, Harvey Weinstein ou George Soros. Ils ne verront pas la nécessité d’examiner, et encore moins d’expliquer, la vaste surreprésentation des Juifs sur la liste des propriétaires véreux de New York ou dans les pires combines à la Ponzi d’Amérique. Les Juifs ne se pencheront pas sur l’impact négatif de l’ADL ou du SPLC. Ils n’oseront pas non plus creuser la question de l’impact désastreux d’Israël et de l’AIPAC sur la politique étrangère américaine. Les Juifs ne se pencheront pas sur ces questions, pour les mêmes raisons que celles qui poussent les Juifs à travailler dur pour empêcher tout le monde, y compris les Juifs, de comprendre le rôle des Juifs et des institutions juives dans la contribution à l’antisémitisme dans la république de Weimar ou en Europe de l’Est au XIXe siècle.

Une autre réponse possible est que les institutions politiques juives sont très sophistiquées et capables de choix stratégiques, bien plus que nous ne voulons l’admettre. Peut-être que l’ADL, la CAA, l’AIPAC et d’autres groupes de pression juifs comprennent en fait parfaitement l’histoire juive. Ils comprennent les implications dangereuses possibles de leurs actions. Cependant, ils croient sincèrement que les tensions constantes entre les Juifs et leurs pays d’accueil sont en fait « bonnes pour les Juifs ». Comment cela pourrait-il être bon pour les Juifs ? Cela empêche l’assimilation et les mélanges inutiles. Cela renforce e sentiment identitaire des Juifs, cela renforce manifestement l’importance d’Israël et encourage l’immigration juive vers l’État juif et le soutien à celui-ci.

Une autre réponse possible est plus fataliste. En cela, les Juifs ne suivent pas de « plan stratégique » et ne sont pas « aveugles à leur passé ». Ils ne peuvent tout simplement pas faire grand chose pour leur destin, car ils sont façonnés individuellement et collectivement par un paradigme culturel et spirituel tribal unique et persistant. C’est ce précepte tribal qui soutient leur mode de comportement clanique et exclusiviste, ainsi que leur affinité avec les schémas  déterministes biologiques.

Je suppose que c’est cette dernière réponse qui a conduit à la naissance de la pensée sioniste à la fin du XIXe siècle. Le sionisme reconnaissait que la culture et l’attitude de la diaspora juive étaient profondément malsaines. Les premiers sionistes convenaient entre eux que ce sont les Juifs et leur code culturel, plutôt que les soi-disant « antisémites » qui provoquent des catastrophes chez les Juifs. Le sionisme s’engageait à « civiliser » les Juifs par le biais d’un « retour au bercail ». Il promettait d’en faire « des gens comme tous les autres ».

Theodor Herzl (1860 -1904), l’auteur du sionisme politique, considéré par les Juifs et les Israéliens comme le père du sionisme, n’a pas fait preuve de fermeté dans son attitude envers les Juifs de la diaspora. « Les riches Juifs », écrivait Herzl, « contrôlent le monde, entre leurs mains se trouve le destin des gouvernements et des nations. Ils montent les gouvernements les uns contre les autres. Quand les riches Juifs entrent en action, les nations et les dirigeants dansent. D’une manière ou d’une autre, ils s’enrichissent ». (Theodor Herzl, Deutsche Zeitung 4 min’ 47 sec’ dans la vidéo hébraïque suivante :

 

Herzl n’a pas fait référence à l’AIPAC, à l’ADL, à Soros ou à la CAA. Il ne connaissait pas Corbyn, Dershowitz, Sanders ou Epstein et la longue liste de passagers de son Lolita Express. Pourtant, Herzl a réussi à identifier un modèle identitaire juif très problématique qu’il s’était engagé à modifier au moyen d’une « métamorphose sioniste ».

Un idéologue sioniste travailliste de premier plan, A.D. Gordon (1856-1922), a qualifié ses frères de « peuple parasite » qui n’a « aucune racine dans le sol ». Comme Herzl, Gordon croyait également que les Juifs pouvaient être réinventés et devenir des prolétaires.

Dov Ber Borochov (1881-1917), le principal idéologue marxiste juif théorique qui a inspiré le sionisme travailliste, était également dégoûté par les tendances parasitaires de la diaspora juive. « L’esprit d’entreprise du juif est irrépressible. Il refuse de rester un prolétaire. Il saisira la première occasion de gravir un échelon supérieur de l’échelle sociale ». (Le développement économique du peuple juif, Ber Borochov, 1916).

Il est peut-être temps d’admettre que les débuts du sionisme ont été un moment unique et profond dans l’histoire juive. C’est le seul moment où les Juifs ont été assez courageux pour se regarder dans le miroir et admettre qu’ils étaient révulsés par ce qu’ils voyaient. Un sentiment similaire de dégoût de soi peut être détecté dans les sermons des prophètes bibliques, mais le sionisme primitif s’est transformé en un puissant mouvement juif. Grâce à ce dégoût de soi, il est parvenu à atteindre ses objectifs. Il a tenu sa promesse d’établir une patrie nationale juive en Palestine, même s’il l’a fait aux dépens du peuple palestinien dont il a pillé la terre. À première vue, le sionisme a fait des Juifs un peuple comme les autres, ne voyant pas que tous les autres peuples n’essayaient pas d’être comme les autres mais étaient comme eux.

Les premiers Israéliens ont adhéré aux idées de Herzl, Gordon et Borochov. Ils croyaient en la possibilité d’une métamorphose juive. Mais il n’a pas fallu longtemps avant que les sionistes réalisent que pour que la judaïcité survive, il faut des Goyim. Pourquoi ? Parce que la judaïcité est fondamentalement une manifestation différente de l’élite, et l’élite ne peut pas fonctionner dans le vide pour la même raison que les progressistes ont besoin de « réactionnaires » et que les suprémacistes ont besoin de gens à regarder de haut. Il n’a pas fallu longtemps aux premiers sionistes pour faire des Palestiniens et des Arabes leurs nouveaux Goyim. Il n’a pas fallu plus de quelques décennies pour que les Juifs israéliens abandonnent complètement le rêve d’une nouvelle civilisation hébraïque. Dans les années 1990, Benjamin Netanyahu a réalisé que c’était la judaïcité qui unissait les Israéliens. Sous sa direction, Israël s’est rapidement éloigné du rêve sioniste. Il s’est transformé en un « État juif ».

Sur le plan personnel, j’admets que, comme beaucoup de mes pairs, j’ai adhéré à l’éthos sioniste dans mes premières années. Je suis tombé amoureux de l’idée d’une renaissance nationaliste juive. C’était assez pratique de voir les rois et les prophètes bibliques comme mes « ancêtres ». Ma compréhension de l’élan révolutionnaire sioniste s’est renforcée lorsque j’ai fait une tournée mondiale en tant que jeune musicien jouant de la musique juive dans les communautés de la diaspora. Je me suis rendu compte que je ne partageais que très peu, voire rien du tout, avec ces Juifs de la diaspora et leur ethos culturel/politique. Je suppose que j’avais pris le rêve sioniste très au sérieux, je me suis juré de devenir un brave humain, gentil et éthique. Lorsque mon projet s’est plus ou moins réalisé, j’ai compris qu’en tant que brave petit adulte, j’étais fondamentalement un goy ordinaire comme tous les autres goy, je n’étais plus un juif.

L’absurdité ici, c’est qu’avec quelques autres, comme Uri Avnery, Gideon Levy, Israel Shamir, Israel Shachak, Shlomo Sand, je suis probablement l’un des derniers sionistes. Je suppose que nous sommes les rares à avoir réussi à nous libérer, à sortir des murs du ghetto et à traverser la mer démontée  entre Jérusalem et Athènes.

Source: https://www.unz.com/gatzmon/the-last-zionist/

Traduction: Maria Poumier

Plus d’histoires deEtat sioniste

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,