Aller à…
RSS Feed

7 mars 2021

« Les États-Unis sont aujourd’hui la démocratie la plus riche avec le plus haut niveau d’inégalités. Les oligarques mènent la danse. »


Interview

Dr. Tony Kashani:

Mohsen Abdelmoumen


Dr. Tony Kashani. DR.

Dimanche 23 août 2020

English version here

Mohsen Abdelmoumen : Comment expliquez-vous la gestion catastrophique de la crise du Covid-19 par l’administration Trump ? Peut-on parler de la faillite du système ?

Dr. Tony Kashani : En effet, la gestion de la crise pandémique du Coronavirus Covid-19 par l’administration Trump a été un échec colossal. Il n’y a pas de direction centrale et de norme nationale en place. Dans d’autres pays, les scientifiques sont chargés de fixer des normes et de montrer la voie à suivre pour gérer la crise. Mais ici, nous avons le vice-président embrouillé, Mike Pence, qui circule et se fait simplement l’écho des « progrès et des bonnes nouvelles » prêchées par Trump. Les chiffres ne mentent pas, 175 000 vies perdues et plus encore. Son manque de compassion pour les vies humaines, en particulier pour les Américains noirs et bruns, et son solipsisme, combinés à une équipe de flagorneurs incompétents, ont créé un énorme vide de commandement au niveau fédéral.

Mais ce ne sont pas seulement Trump, le gangster sociopathe, et ses acolytes qui devraient être blâmés. L’establishment au Congrès, en particulier les sénateurs républicains qui sont au diapason de Trump et de son proto-fascisme, ont montré leur vrai visage idéologique en approuvant un faible plan de relance financière qui, contrairement à leurs plans européens ou canadiens, ne prend pas suffisamment soin des citoyens américains. Dans une démocratie, le gouvernement est élu pour gérer et distribuer équitablement l’argent des impôts du peuple. À cette fin, les élus ont l’obligation morale de prendre soin des gens et de promouvoir le plus grand bien pour la plus grande majorité et pas seulement pour un petit groupe de riches et de nantis. Ensuite, il y a le dysfonctionnement du système de santé. Si nous avions un système de santé plus hétérogène, nous serions moins dans le marasme et moins de vies seraient perdues. Les travailleurs de la santé tels que les médecins, les infirmières et les aides-soignants risquent leur vie pour aider à sauver des vies tout en faisant face à l’insuffisance des équipements de protection et à des équipements tels que les ventilateurs. Et, bien sûr, l’histoire du retard des tests et de la décentralisation du traçage aggrave encore la situation. Il y a ceux qui prennent au sérieux leur rôle dans la fonction publique et qui font de leur mieux à cet égard. Alexandria Ocasio Cortez et Bernie Sanders me viennent à l’esprit. Récemment, la plupart des législateurs ont suivi la poussée absurde visant à rouvrir l’économie et à forcer les gens à risquer leur vie en retournant au travail afin de préserver le système. Bien sûr, cela s’est retourné contre eux. Nous avons connu une augmentation massive du nombre de cas et de décès, et le problème du chômage, tout aussi massif, persiste. La plupart des institutions occidentales ont une section de gestion des risques et planifient les catastrophes qui pourraient survenir, qu’il s’agisse d’une récession économique, d’une guerre ou d’une épidémie de virus. Il est tout à fait clair que notre système de gouvernance actuel, fondé sur les politiques capitalistes néolibérales, n’avait pas de tels plans et, avec son orgueil démesuré, a supposé qu’il pouvait simplement survivre à n’importe quelle crise. Jusqu’à présent, ça a été un accident de voiture qui a fait de nombreux morts. Si les gens voulaient bien examiner attentivement l’histoire récente, après l’épidémie de SRAS, les scientifiques ont prédit qu’une plus grande épidémie d’un nouveau Coronavirus se produirait, et qu’elle pourrait potentiellement devenir une pandémie si elle n’était pas prise en compte. Eh bien, nous y sommes. Qui plus est, après avoir survécu à cette crise du Covid-19, nous devons faire face aux futures crises du changement climatique, aux nouveaux virus, aux incendies, à l’aggravation de la faim dans le monde et aux déplacements de réfugiés. Il ne s’agit pas de savoir si, mais quand. L’humanité peut-elle survivre si nous continuons à faire ce que nous faisons maintenant ? La réponse est non. Nous devons changer notre comportement. Depuis quelques siècles, nous avons affirmé que nous étions les maîtres de l’écosystème et que nous en étions responsables. Il est clair que ce n’est pas le cas.

Malgré tous les moyens qu’ont les médias mainstream aux USA, ils ont montré leur médiocrité et leurs limites quant à la gestion médiatique de la pandémie du Covid-19. Comment expliquez-vous cet échec ? Peut-on dire que l’establishment politico-médiatique a échoué dans la gestion de la crise du Covid-19 aux USA ?

Les trois grands, FNC, CNN, et MSNBC avec Fox News ayant le plus grand nombre de téléspectateurs et les meilleurs taux d’audience n’ont pas accordé une attention suffisante à la pandémie de Covid-19. FNC (Fox News), qui a la plus forte audience (environ 2,5 millions de téléspectateurs en moyenne aux heures de grande écoute), a constamment minimisé la menace du covid-19 et, tout en dissimulant les données, ne propose pas de reportages sur la manière dont les autres pays gèrent la pandémie. Il est certain que les deux autres, tout en nous donnant les chiffres, ne jouent que le jeu des reproches et de l’offre sensationnelle. Le New York Times et le Wall Street Journal ne font pas mieux. Pour obtenir des informations véritablement complètes, il faut avoir une connaissance critique des médias et chercher des sources alternatives. Aljazeera, par exemple, a fait un bien meilleur travail de couverture de l’actualité de la pandémie avec des mises à jour régulières sur la façon dont des pays comme l’Allemagne, la Nouvelle-Zélande, la Finlande et la Thaïlande, etc. ont réussi à contenir le virus et à assurer la sécurité et le bien-être de leurs citoyens.

Examinons les origines de cette situation. La signature de la loi sur les télécommunications de 1996 par Bill Clinton a marqué le début d’une double évolution dans les médias américains. La déréglementation et la consolidation de la propriété des médias ont travaillé de concert pour créer une entreprise médiatique dont 90 % des parts appartiennent à une poignée de conglomérats dont les revenus sont supérieurs au PIB de certaines petites nations. Avec l’émergence des réseaux de communication numérique, qui ont créé les puissantes entreprises telles que Facebook et Twitter, l’engouement portait sur le fait qu’Internet nous libérerait. Les résultats ont été contradictoires. Nous avons davantage de journalisme citoyen qui s’oppose aux reportages centristes produits par CNN et NY Times ou à l’approche plus conservatrice du Wall Street Journal et presque exclusivement des fausses nouvelles produites par Fox News. Il y a dans les médias américains une infidélité acceptée à la vérité. NPR et PBS ont tendance à être des collecteurs d’informations relativement décents et des producteurs de programmes neutres. Mais la radiodiffusion publique a été systématiquement marginalisée depuis son lancement. Cela ne veut pas dire que l’excellent journalisme n’existe pas en Amérique. Ce pays regorge de talents. The Hill’s Rising avec Krystal & Saagar et Democracy Now d’Amy Goodman sont de bons exemples de journalisme indépendant et sincère.

Cependant, étant donné le contrôle des entreprises, à part le bon travail occasionnel au NY Times et au Washington Post ou parfois à CNN, le journalisme basé sur la vérité reste marginal. Nous avons besoin d’une réforme sérieuse de la Commission fédérale des communications et d’un financement massif du journalisme public et indépendant sous forme imprimée, électronique et audiovisuelle. Autrefois, la presse était la quatrième branche du gouvernement dans ce pays, tenant les pieds de l’autorité devant le feu. Désormais, si un journaliste sort du rang, il sera catalogué comme un théoricien de la conspiration, un agent d’ennemis étrangers, un anti-américain et antipatriotique. Ce journaliste serait poussé dans les marges. Mais la marge peut aussi être puissante. Par exemple, il y a ceux qui, comme l’ancien journaliste du New York Times Chris Hedges, offrent au public une voix puissante de dissidence et disent la vérité au pouvoir.

Avec l’explosion des inégalités, la précarité généralisée, les pertes d’emploi, la hausse du taux de chômage, etc., n’est-il pas temps d’après vous de chercher une alternative viable à ce système néolibéral funeste ?

Oui, je vais développer un peu ici.

En 2017, Donald Trump, ou plus exactement la ploutocratie des milliardaires et de leurs politiciens élus (pour la plupart républicains), a fait passer la mesure de réduction d’impôts de 2 000 milliards de dollars par le Sénat contrôlé par les républicains, 80 % de ses bénéfices allant aux super riches et aux grandes entreprises. Le 1% est devenu plus riche tandis que les 99 % sont devenus plus pauvres. On peut dire que les États-Unis sont aujourd’hui la démocratie la plus riche avec le plus haut niveau d’inégalités. Les oligarques mènent la danse. Il y a longtemps, nous avions une économie basée sur la production et les dépenses publiques (modèle keynésien) pour stimuler la croissance et produire des salaires décents. Elle a eu ses problèmes, mais elle a réussi à produire une classe moyenne solide. Mais depuis que les politiques dirigées par Margaret Thatcher et Ronald Reagan ont été mises en œuvre, elles ont produit des politiques néolibérales de la part des gouvernements des pays développés et en développement, nous avons vu le renforcement du pouvoir administratif des agences mondiales telles que la Banque mondiale, le FMI, l’OMC, etc., faisant essentiellement du monde une expérience néolibérale géante avec, ici et là, à des degrés divers, les États-Unis comme épicentre.

Certes, il est possible d’avoir une société qui a une économie de marché mais qui ne privatise pas et ne transforme pas en marchandise son système de soins de santé, son éducation et ses services publics (y compris les services Internet). Si nous avions un secteur financier qui offrait des services bancaires à 50/50 par le biais de coopératives de crédit et de banques commerciales et qui limitait les taux d’intérêt à un seul chiffre gérable grâce à la réglementation gouvernementale, alors nous pourrions voir une économie plus saine avec une classe moyenne forte. Avec ce niveau de chômage et de sous-emploi, un programme gouvernemental d’embauche efficace est la bonne approche.

Où est la gauche américaine dans tout cela ? N’a-t-on pas besoin d’un grand mouvement ouvrier pour lutter contre les politiques néolibérales ?

La gauche américaine est en plein désarroi. Malheureusement, plusieurs décennies de professionnalisation active des universités américaines ont produit beaucoup trop de libéraux blancs de la classe moyenne qui se disent membres de la gauche mais par rapport à leurs homologues en Europe et dans les pays en développement, ce sont simplement des centristes qui veulent avoir le beurre et l’argent du beurre. Je connais des professeurs de sciences politiques qui limitent leur enseignement et leur participation aux discours civils à la politique identitaire et produisent leur point de vue à travers le prisme du seul féminisme blanc et de l’antiracisme noir et eurocentrique tout en ignorant les projets impériaux et les atrocités commises dans le monde entier ainsi que les mesures d’austérité qui produisent une violence économique à grande échelle. Je connais des professeurs professionnels bénéficiant de la sécurité de l’emploi et de salaires confortables qui s’insurgent contre la rhétorique ouvertement raciste de Donald Trump tout en ignorant la violence économique exercée sur la classe ouvrière américaine blanche, noire et brune par les pratiques néolibérales sur le lieu de travail. Ils ne reconnaissent pas non plus l’impact des guerres par procuration brutales au Yémen et en Syrie et d’un apartheid incroyablement violent contre les Palestiniens, pratiqué par les Israéliens avec le soutien de leurs impôts.

Lorsque la campagne de Bernie Sanders s’est révélée très prometteuse pour conquérir le système et le désigner comme candidat du parti démocrate, les médias d’entreprise ont eu recours à leurs tactiques éprouvées de manipulation par le biais des chambres d’écho de la « modération ». Ils ont réussi à saper sa campagne et à le dépeindre comme un socialiste idéaliste et peu pratique tout en élevant Joe Biden au rang de leader modéré réaliste et chevronné. C’est le cas classique du baratin médiatique qui a connu un tel succès depuis une quarantaine d’années. Et avant le Super Mardi, la machine du Comité national démocrate s’est emballée et a rallié ses dirigeants locaux pour soutenir Biden et convaincre suffisamment d’électeurs de soutenir le candidat « réaliste », préservant ainsi désormais le système. Les libéraux lâches qui se disent de la gauche américaine ont suivi le mouvement et ont adhéré à ces histoires fallacieuses et ont poussé Biden au sommet. La diffamation contre Bernie Sanders a été un succès. Comme l’a écrit le Dr Martin Luther King dans sa très célèbre Lettre de la prison de Birmingham, « au cours des dernières années, j’ai été gravement déçu par les blancs modérés ».

Mais j’aime aussi souligner la façon dont un virus microscopique qui n’appartient à aucun groupe du spectre politique expose les lacunes du système. Les sondages successifs montrent qu’une majorité écrasante d’Américains, quelle que soit leur affiliation politique, soutiennent les idées progressistes. Des choses comme la gratuité de l’enseignement supérieur, les soins de santé universels, la protection des salaires, la gratuité des gardes d’enfants, les congés maladie pour les travailleurs, l’imposition des riches particuliers et des entreprises, et le refus de financer l’armée et la police au profit des services sociaux. Le maintien du statu quo ne suffira pas. Les mesures d’austérité, les mensonges sur le manque de moyens, et les prétentions de se préoccuper des pauvres et des classes moyennes sont tous dénoncés. Combien de temps les Américains et d’autres à travers le monde toléreront-ils une telle domination des peuples est une question à laquelle il faut réfléchir. En d’autres termes, le néolibéralisme a déçu la majorité des Américains et maintenant, avec les conditions de la pandémie, la population sensibilisée a une chance de se lever et de forcer un réel changement pour des politiques d’équité et d’égalité. Il est évident que Bernie Sanders, Alexandria Ocasio Cortez et d’autres progressistes, ceux que l’on peut appeler la vraie gauche, influencent la campagne de Joe Biden et font pression sur les démocrates pour qu’ils adoptent des politiques progressistes. Ces difficultés matérielles s’apparentent à la grande dépression et à l’époque de FDR (ndlr : Franklin Delano Roosevelt). Les libéraux blancs de la classe moyenne vont-ils s’associer à leurs frères et sœurs noirs et bruns, ainsi qu’à des penseurs radicaux comme Cornel West, Noam Chomsky, Henry Giroux, pour n’en citer que quelques-uns, pour créer une puissante coalition de gauche afin d’apporter des changements dans ce pays ? L’avenir nous le dira.

Quant à la nécessité d’un mouvement syndical fort pour lutter contre le néolibéralisme, absolument. Pour cela, nous devons activement construire des ponts entre les mouvements de politique identitaire tels que Black Lives Matter, Me Too, et les divers mouvements de défense des droits des travailleurs comme Uber et Lyft ; les chauffeurs luttent pour être reconnus comme des employés et non comme des entrepreneurs sans aucun avantage ni aucune protection de la part des gouvernements locaux et fédéraux. Au début des années 1980, environ 20 % des travailleurs salariés aux États-Unis étaient syndiqués. Si vous allez sur le site du Bureau américain des statistiques du travail, vous constaterez qu’en 2019, le taux était de 10,3 %. Cela doit changer si nous voulons avoir une économie de marché équitable qui soit pour le peuple et par le peuple. Mais il y a des signes encourageants, que ce soit les efforts d’organisation des travailleurs précaires tels que les chauffeurs d’Uber, les livreurs d’Amazon, les magasiniers ou les enseignants à temps partiel, qui montrent que nous commençons à construire une coalition de travailleurs.

Personnellement, je crois que l’éducation est une clé majeure dans la lutte contre le projet néolibéral. N’y a-t-il pas un but caché dans le fait que les sciences humaines ont été reléguées à un rang secondaire ? Ne pensez-vous pas que les sciences humaines doivent avoir une place prépondérante dans les universités pour former l’élite intellectuelle de demain qui jouera un rôle d’encadrement dans les luttes pour une société émancipée ?

Un système qui considère l’éducation comme une formation professionnelle pour les futurs engrenages de la roue est voué à l’échec au 21e siècle. Les sciences humaines en général, qui comprennent les sciences dites  »douces » de la sociologie, des sciences politiques, de la psychologie, ainsi que les domaines interdisciplinaires de la philosophie, de l’histoire, des arts et des médias, devraient être aussi importantes que toutes les autres spécialités que les étudiants entreprennent. Qu’il s’agisse du domaine des STEM (ndlr : américanisme désignant quatre disciplines : science, technologie, ingénierie et mathématiques)ou de la comptabilité, la pensée critique, la philosophie morale et l’histoire doivent faire partie de leur programme d’études et ne pas être considérées comme des annexes mais comme des matières principales. Nous avons un énorme déficit d’intellectualisme dans les universités, et ceci était voulu. L’élite au pouvoir a décidé qu’une population qui peut penser par elle-même et qui a fait des études universitaires voudra apporter des changements à la société avec un état d’esprit démocratique. Ils n’avaient pas tort. Mais ils ont également creusé un trou béant pour eux-mêmes en formant des étudiants à la pensée non critique qui ne suivent que des consignes. La façon dont la pandémie est gérée, discutée et planifiée est en fait insensée. Cela me rappelle ce que Bill Gates a dit au magazine Wired lors d’une récente interview. Il a décrit une réunion à laquelle Francis Collins, Tony Fauci et lui ont participé avec le personnel de Donald Trump sur la pandémie, et ils n’avaient aucune donnée sur quoi que ce soit. Quand Gates et d’autres disaient : « Mais attendez une minute, ce ne sont pas de vraies données », ils disaient : « Ecoutez, Trump vous l’a dit, vous devez vous asseoir et écouter, alors fermez-la et écoutez quand même ». Plus de 40 ans d’anti-intellectualisme systémique nous ont donné Trump et une incompétence collective de la part de personnes possédant de nombreux diplômes universitaires mais n’ayant accès à aucune sorte de pensée critique et de philosophie morale. Nous avons de brillants techniciens qui peuvent créer des applications très complexes et écrire des algorithmes étonnants, mais qui n’ont aucune idée des implications éthiques de ce qu’ils produisent. Faut-il s’étonner que les géants de la technologie continuent à fabriquer des systèmes conçus pour nous manipuler afin que nous devenions des souris sans cervelle dans des labyrinthes ?

En effet, nous avons désespérément besoin d’une révolution dans notre système éducatif qui place la réflexion en son cœur et l’apprenant en son centre. La bonne nouvelle, c’est que certains pays ont commencé à s’en rendre compte. Je pense à la Finlande. Mais aussi, aux États-Unis, lorsque je travaille avec des doctorants en éducation, les discussions tournent autour de ce dont j’ai parlé plus haut. Nous avons fait l’expérience de ce que peut être une bonne pédagogie avec John Dewey, Paulo Freire, Maxine Greene, Henry Giroux, Bill Ayers, pour n’en citer que quelques-uns. D’innombrables enseignants et universitaires ont d’excellentes idées pour faire sortir les sciences humaines de la marginalité et les placer sur la page principale de l’éducation. Cela peut être fait, et je suis optimiste quant à sa réalisation. Il y a longtemps, en lisant les Carnets de prison d’Antonio Gramsci, j’ai appris à adopter un état d’esprit qui a pour centre le pessimisme de l’intellect et l’optimisme de la volonté. Nous avons besoin d’une volonté politique des masses pour vouloir faire de ce monde un endroit meilleurafin de procéder à des changements fondamentaux. Le maintien du statu quo à la manière du néolibéralisme ne sera pas suffisant, car les gens qui s’instruisent se réveillent. Maintenant, nous devons ramener ce type d’éducation dans nos salles de classe.

Par ses politiques consuméristes, le système capitaliste a eu un effet dévastateur sur la planète. À votre avis, les enjeux liés à l’environnement, comme le réchauffement climatique, ne doivent-ils être placés au centre de nos préoccupations ? Ne pensez-vous pas qu’il faut dépasser le système capitaliste pour régler les problèmes liés au désastre climatique ? Le système capitaliste ne creuse-t-il pas la tombe de la planète Terre ?

La plus grande menace existentielle dans nos vies est le changement climatique avec ses effets dévastateurs. Le Green New Deal, tel que proposé par Alexandria Ocasio Cortez et d’autres, est quelque chose que nous devons adopter comme un ordre du jour principal urgent et non comme un sujet pour donner des notes aux rassemblements impériaux tels que le sommet du G8. L’autre jour encore, un bloc de glace du Canada s’est détaché et a dérivé dans la mer arctique. Le morceau qui s’est cassé faisait environ 80 kilomètres carrés – plus grand que les 60 kilomètres carrés de Manhattan, New York. Les scientifiques étudient l’impact de cette séparation et se penchent sur ses causes profondes, qui font bien sûr partie du réchauffement climatique provoqué par l’activité humaine via la fabrication de biens de consommation et le transport des biens inutiles dans le monde entier pour que vous et moi puissions aller sur Amazon et obtenir la dernière version de la cireuse à chaussures électronique fabriquée en Chine avec une main d’œuvre bon marché et une majoration de 100 %.

Là encore, il faudra que ce soit un mouvement populaire et non pas une politique du G8 dirigée du haut vers le bas. Je soutiens la mentalité activiste des jeunes de la génération Z, comme Greta Thunberg, qui en ont assez des promesses vides qui leur sont faites et des Milléniaux à propos la « réparation de l’environnement ». Nous devons adopter un paradigme qui reconnaisse l’unité de notre écosystème. Il ne s’agit pas de l’environnement plus l’humanité, et nous ne sommes pas les maîtres de la planète. Le coronavirus Covid-19 rend cela très clair. Nous sommes tous une partie de l’unité. Le tout sera toujours plus grand que la somme de ses parties. Une fois qu’une masse critique aura compris cette réalité de l’univers, nous verrons des actions visant à inverser les effets néfastes du changement climatique causé par l’homme.

On a vu avec le cas Snowden que nous vivons dans un monde surveillé, sous le contrôle d’une oligarchie de 1% qui a décidé de mettre toute la planète sur écoute avec un espionnage de masse. Ne pensez-vous pas que nous vivons dans un système fasciste ? D’après vous, pourquoi les médias ferment-ils les yeux sur ces dérives de la part d’officines occultes qui agissent en dehors de toute légalité ? Peut-on encore parler de démocratie ?

Je ne pense pas que nous vivions dans un système fasciste, bien que le proto-fascisme progresse et qu’il y ait un grave danger qu’un fascisme coalisé devienne la façon dominante de gouverner ici et ailleurs dans le monde. Je continuerai à soutenir un socialisme démocratique conçu pour produire de l’égalitarisme dans les sociétés. En ce moment, il y a une poussée contre le fascisme à l’échelle mondiale. Même dans des endroits comme Israël où nous avons vu des protestations contre Netanyahu et sa politique fasciste contre les Palestiniens et la gauche en Israël. Mais en même temps, les nationalistes blancs prennent aussi de l’assurance de nos jours. Il s’agit d’une situation dialectique. Elle est existentielle, c’est certain.

On a vu l’assassinat de George Floyd et son impact sur le plan mondial. Comment expliquez-vous que dans des pays qui se disent des démocraties, on assiste à des crimes racistes commis par des policiers ?

Tout système de pouvoir proto-fasciste voudrait, bien sûr, avoir le monopole de la violence par ses forces de police. La notion orwellienne de l’ordre public est ancrée dans de tels systèmes. La question est de savoir qui sont les lois et qui sont les ordres ?

C’est ce que les gens veulent dire quand ils disent « cesser de financer la police ». Il s’agit de réaffecter les ressources à des agences mieux équipées pour traiter et prévenir certains problèmes de société. Nous avons un grave problème de société connu sous le nom de racisme, qui est institutionnel et profondément culturel. La police n’est pas équipée pour « résoudre » ce problème. De nombreux policiers commettent des actes racistes sans savoir qu’ils sont racistes. Ils sont formés pour faire respecter « la loi et l’ordre ». Et si le système leur dit que les Noirs et les Bruns sont les criminels, que les immigrés sans papiers sont « illégaux », estimant qu’ils ont le devoir d’appliquer les politiques de « loi et d’ordre », ils agiront violemment à l’égard de ceux qui sont considérés comme dangereux pour le statu quo de la loi et de l’ordre. Il faut que cela change et des mouvements tels que Black Lives Matter existent pour impulser le changement.

Vous travaillez sur un projet de livre. Pouvez-vous nous en parler ?

Merci d’avoir demandé. Je suis en train d’écrire un livre qui est en cours depuis plusieurs années. Ce livre est un examen interdisciplinaire de ce que signifie être humain au XXIe siècle. Mon titre est Deus Ex Machina : Le paradoxe de l’être humain. Au Ve siècle avant J.-C., les Grecs ont inventé un dispositif théâtral pour résoudre les problèmes d’intrigue pendant leurs spectacles. Le deus ex machina (dieu issu de la machine) a été nommé d’après le concept de l’apparition du dieu dans le ciel, un effet obtenu par une grue (grec : mēchanē). Cette technique a été utilisée dans des pièces célèbres telles que Philoctète de Sophocle. Cette solution était considérée comme une intervention divine et le public l’a adorée. Aujourd’hui, nous vivons à une époque où la réalité est produite à travers le prisme de la haute technologie et des médias sophistiqués basés sur l’IA et lorsqu’il y a un problème dans leur vie, qu’il soit personnel ou sociétal, les gens s’attendent à ce que ces technologies interviennent divinement et le résolvent. En d’autres termes, pour citer la psychologue du développement Shirley Turkle, « nous attendons plus de la technologie que de l’humanité ». Le fait est que nous ne pouvons pas créer une APP (ndlr : application informatique) pour résoudre la faim dans le monde, le racisme, l’inégalité économique, le sexisme, la xénophobie, l’homophobie et la crise climatique. Ce sont des problèmes auxquels nous devons remédier par une solidarité humaniste. Les humains doivent travailler ensemble pour résoudre les problèmes du monde. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et nous attendre à ce que l’IA et les techniciens inventent un deus ex machina et apportent soudainement la paix mondiale et la prospérité pour tous. Ainsi, mon livre examine divers phénomènes humanistes et j’essaie de regarder l’humanité à travers une combinaison de lentilles qui sont philosophiques, scientifiques, historiques et surtout éthiques. Pour moi, il n’y a pas de frontières entre les disciplines du savoir. En d’autres termes, la connaissance est un réseau harmonieux.

Interview réalisée par Mohsen Abdelmoumen

Qui est le Dr. Tony Kashani ?

Tony Kashani est un auteur, un éducateur, un philosophe de la technologie et un critique culturel américain. Il est né à Téhéran de parents azerbaïdjanais, une minorité ethnique en Iran. Il a grandi en parlant le farsi et le turc, et après avoir émigré à l’âge décisif de quinze ans dans son pays d’adoption, la Californie, l’anglais est devenu sa principale langue de travail intellectuel. Le fait de parler trois langues et d’être conscient de trois cultures différentes à la fois a incité Kashani à rechercher une philosophie du cosmopolitisme, où l’on embrasse toutes les cultures et où l’on est à l’aise dans la plupart des pays du monde. Il a obtenu sa licence en radio et télévision, puis sa maîtrise en études cinématographiques à l’Université d’État de San Francisco. Il est titulaire d’un doctorat en sciences humaines avec spécialisation en études culturelles du California Institute of Integral Studies. Son écriture, son enseignement et son activisme intellectuel sont ancrés dans la théorie critique et la pédagogie, influencés par des écrivains tels que Kafka, Dostoïevski, Tolstoï, Camus et Steinbeck, et des penseurs tels que Fredrick Nietzsche, Hannah Arendt, Paulo Ferrier, Edward Saïd, Henry Giroux, John Dewey, Herbert Marcuse, Noam Chomsky, Erich Fromm, Jacques Derrida et Michel Foucault.

Kashani est l’auteur de cinq livres en sciences humaines : Deconstructing the Mystique (2005, 2009 Kendall/Hunt Press), Hollywood’s Exploited: Public Pedagogy, Corporate Movies, and Cultural Studies (2010 Palgrave/MacMillan Press), Lost in Media: Ethics of Everyday Life (2013 Peter Lang Press) and Movies Change Lives: A Pedagogy of Humanistic Transformation (2016 Peter Lang Press). Son chapitre sur Critical Media Literacy dans Handbook of Critical Pedagogy en 3 volumes (2020 Sage Publications) est une délibération sur l’impact des nouveaux médias sur la condition humaine. Kashani est expert en la matière et professeur dans plusieurs universités des États-Unis. Il concentre ses recherches et sa pédagogie interdisciplinaires sur les sciences humaines à l’ère numérique et la justice sociale. Il est un défenseur de la diversité mondiale. Il écrit à ce sujet :

« Étant donné que nous vivons à l’ère planétaire où nous nous trouvons interconnectés et, à bien des égards, interdépendants les uns des autres à l’échelle mondiale, il existe diverses conditions entre le « moi » et « l’autre ». Je suis sensible à la réalité de la diversité dans le contexte planétaire et j’y prête une grande attention. Si le moi construit la solidarité avec l’autre, l’harmonie est atteinte et nous pouvons tous vivre à l’aise avec, tout en acceptant les différences. Cela exige une saine éthique de la vertu, principalement du courage et de la compassion. »

Actuellement, le Dr Kashani termine le manuscrit de son dernier livre (Deus Ex Machina) sur le paradoxe de l’être humain à l’ère du numérique. D’un point de vue personnel, il est ceinture noire de karaté et, en tant qu’étudiant en philosophie zen, il croit qu’il faut équilibrer sa vie avec la pleine conscience pour aboutir à une existence harmonieuse entre le corps et l’esprit. Il vit avec sa famille dans la région de la baie de San Francisco.

Le site web personnel du Dr Kashani :https://tonykashani.com/

Son adresse de podcast (également disponible sur iTunes et Apple Podcasts) : www.techumanity.online

Reçu de Mohsen Abdelmoumen pour publication

 

 

Le sommaire de Mohsen Abdelmoumen
Le dossier Monde
Les dernières mises à jour

Source : Mohsen Abdelmoumen
https://mohsenabdelmoumen.wordpress.com/…

Abon

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,