Aller à…
RSS Feed

27 octobre 2020

Discours historique de Robert Kennedy JR


Discours historique de Robert Kennedy Jr à la manifestation de Berlin (29.08.2020)

par Robert Bibeau

Chers lecteurs, nous vous présentons le discours de Robert Kennedy Jr, une pièce d’anthologie politique du  XXIe siècle. La crise du coronavirus marque un point d’inflexion historique plus important que les attentats du onze septembre 2001. Cette pandémie, accidentelle ou provoquée – à partir de laboratoires virologiques militaires américain, chinois ou français – peu importe – force le réalignement des cartels industriels internationaux ; elle contraint le renforcement des alliances impérialistes continentales et cristallise leur antagonisme; et elle  provoque le ralliement des segments de classes sociales autour de pôles économiques hégémoniques, politiques, sociologiques et idéologiques ensuite.  Le discours de Robert Kennedy junior constitue le pacte d’adhésion au segment des ploutocrates des cartels traditionnels (Industriels de l’automobile, du pétrole, des transports, de l’industrie de guerre, etc.) en opposition, de plus en plus manifeste, aux cartels de la nouvelle économie politique (cartels pharmaceutique, chimique,  communication, électronique, numérique, financière, etc.). Ce pamphlet de Robert Kennedy Jr propose à la petite bourgeoisie allemande, européenne, américaine, canadienne, australienne de prendre fait et cause pour les cartels traditionnels,  et pour les puissances étatiques représentant l’ancienne économie politique qui s’oppose à la «refondation – mondialisation» qu’impose inexorablement l’évolution naturelle du mode de production capitaliste. Tout au long du discours de ce gestionnaire d’une ONG américaine, portez attention aux thématiques redondantes (héritées de la Guerre froide) telles que: liberté, dictature, droit de l’homme, droits des enfants, totalitarisme, démocratie, corruption, écologisme, espionnage, biosécurité, peur et fabrication du consentement…elles constituent le point nodal de la réponse idéologique de la faction réactionnaire du grand capital international – opposée à la faction aventuriste du grand capital international. Robert Bibeau Éditeur https://les7duquebec.net

 


 

Par Robert F. Kennedy Jr. Berlin 28/08/2020.

[V.O. anglaise  https://www.youtube.com/watch?v=wM7NLlWZD5I

[V.O. S.T. en Français. https://www.youtube.com/watch?v=AXdYqaOXT08

 

Il faut que nous comprenions que les autorités mentent ! Les autorités abuseront de tous les pouvoirs que nous abandonnerons entre leurs mains. Et aujourd’hui, nous leur donnons le pouvoir de gérer le monde et tous les aspects de nos vies. A chaque instant, ils sauront où nous sommes, ils verront l’argent que nous dépensons. Ils auront accès à nos enfants, et ils auront le droit de les forcer à se soumettre à une médication non consentie.

 

Je suis Robert F. Kennedy Jr. Veuillez pardonner ma voix, elle devrait aller mieux au fil de mon discours. Laissez-moi vous expliquer l’aventure qui m’a amené ici. Je gère le plus grand groupe de protection des eaux au monde. Il s’appelle Waterkeeper-Alliance. Au début des années 2000, j’ai attaqué en justice une grosse centrale électrique aux États-Unis, pour avoir déversé du mercure. A ce moment-là, j’étais seulement préoccupé par l’impact du mercure sur les poissons, et sur la santé des humains qui allaient manger ces poissons. A cette époque-là, j’ai pris conscience qu’il y avait également une large dose de mercure dans les vaccins. Une dose beaucoup plus importante pour un enfant, que s’il consommait ces poissons. J’ai donc commencé à en parler, nous avons démarré une organisation à une échelle très limitée. Nous essayions de faire retirer le mercure des vaccins. Petit à petit, j’ai fini par comprendre qu’il y avait des problèmes encore plus importants avec les vaccins. Et le problème central, celui qui nous préoccupait le plus, c’est que les vaccins aux États-Unis n’étaient pas soumis à des tests de sécurité. Ils en étaient exemptés comme aucun autre produit médical ne l’était. Et cette exemption que la plupart des gens ne pourraient même pas concevoir, est un artefact de l’héritage du CDC, qui, en tant que service public de la santé, était quasiment une agence militaire (pas quasiment monsieur Kennedy – une agence militaire sous l’influence du Pentagone comme l’atteste la phrase ci-dessous. NDLR).

 

A l’époque où le programme vaccinal a été lancé, l’objectif était de l’ordre de la défense nationale. Ils voulaient s’assurer que les vaccins pouvaient rapidement être produits et déployés dans le but de contrecarrer les attaques par substances biologiques provenant de pays étrangers. Ils ont ainsi supprimé les obstacles de régulation dont la nécessité de faire des tests de sécurité. Ainsi, mon petit objectif concernant la santé des enfants était de faire connaître ce problème, et de faire en sorte que les vaccins soient correctement testés. Car s’ils ne le sont pas, aucune autorité médicale ne peut affirmer que le vaccin fait plus de bien que de mal. Et pourtant, en allant plus loin, il était devenu très clair qu’il existait d’autres problèmes. Il y avait des problèmes de corruption dans notre système politique. Les compagnies pharmaceutiques avaient non seulement corrompu nos politiciens avec d’énormes sommes d’argent provenant des lobbies, mais ils avaient aussi infiltré les agences qui étaient supposées protéger les Américains des menaces de santé publique. Que ce soit le CDC, la FDA, le HHS [institutions de santé américaines] ils avaient également infiltré  la presse de notre pays au moyen d’énormes financements à travers les recettes publicitaires, ils ont neutralisé la presse. Ils ont subverti avec succès la démocratie américaine (sic) en neutralisant toutes ces institutions que le pères fondateurs de notre nation avaient créées pour empêcher les corporations avides d’argent de toucher

aux enfants vulnérables. Le congrès avait été corrompu, et les agences de régulations soudoyées. Elles étaient devenues les marionnettes des industries qu’elles étaient supposées réguler ! La presse avait été mise sur la touche, et le pire de tout : ils ont fait passer une loi en 1986, qui donnait aux compagnies pharmaceutiques, une immunité juridique totale. Donc aucune de ces compagnies n’avait pour obligation de garantir la sécurité de ces vaccins. Et petit à petit, on s’est rendu compte que ces problèmes ne se limitaient pas aux États-Unis. C’était un problème mondial ! Je suis venu il y a deux ans, alors que j’attaquais Monsanto  en justice. C’est là que j’ai rencontré ma collègue Senta Dupuydt. Senta avait déjà compris la «connection» que j’avais mis si longtemps à établir, entre l’empoisonnement de notre environnement et le soudoiement de nos agences, de nos structures politiques, par toutes ces puissantes compagnies. Elle a aussi mis en lumière le fait que l’industrie pharmaceutique était la plus puissante de toutes, plus puissante que l’industrie chimique ou pétrolière ! C’est une grande menace, pas seulement pour la santé des enfants, mais pour toutes nos institutions démocratiques, et pas seulement aux États-Unis, mais dans le monde entier.

 

Et je suis très content que Tina Choi ait aidé Senta à organiser «La Défense de la santé des enfants» en Europe. Nous sommes ici aujourd’hui pour annoncer le lancement, le commencement de cette organisation qui a été couronnée de succès aux États-Unis. Car nous réalisons que l’industrie pharmaceutique opère et capture des politiciens et des gouvernements dans toutes les nations de la planète. Même si nous gagnons cette bataille dans une seule nation, les États-Unis, nous perdrons la guerre sur le plan mondial. Nous avons donc besoin de gens de bonne volonté, des gens qui ont du courage, des gens qui ont une façon de penser nonconformiste. Des gens qui comprennent qu’on nous ment, et que toute la structure politique est saturée par la propagande pharmaceutique. Or, nous avons constaté au cours de ces dernières années, quelque chose d’extraordinaire. Nous sommes à un point d’inflexion, je pense, dans l’Histoire de l’humanité. Le plus grand et le plus critique des points d’inflexion que l’humanité ait jamais rencontré.

 

Pendant des années, les états totalitaires, autoritaires, ont utilisé le pouvoir de la peur pour fabriquer le consentement d populations. J’ai grandi en apprenant ce qui s’est passé pendant la 2è guerre mondiale dans notre pays, et pendant les procès de Nuremberg. Göring s’est vu questionné par le procureur : Göring a répondu : «pas seulement l’Allemagne, ça fonctionne dans n’importe quel pays, qu’il soit fasciste, communiste, monarchique ou démocratique. Tout ce que les dirigeants ont à faire, est de dire au peuple qu’ils ont quelque chose à craindre. Pointez du doigt la source de leur peur, et vous pourrez obtenir des êtres humains qu’ils fassent tout ce que vous désirez pouvez faire en sorte qu’ils aillent à l’abattoir comme des moutons»

Contre Hitler, nous avons eu beaucoup de chance d’avoir eu pour leader, Franklin Roosevelt [sic] Il avait déclaré : «La seule chose dont nous devons avoir peur, c’est de la peur elle-même.» Il avait compris que la peur nous mènerait vers le totalitarisme. Eh bien, c’est le but ultime de la biosécurité, des personnes comme Bill Gates, Anthony Fauci, et de Davos (le Forum économique mondial) et de toutes ces personnes qui dirigent désormais l’économie mondiale. Ils ont compris i l y a des années qu’ils détenaient un pouvoir immense c’est la biosécurité. Vous savez, Hitler pouvait toujours accuser les juifs, et dire que la grande menace, c’était eux. Qu’il fallait les craindre et que tout le monde devait obéir.  Dans d’autres pays, on craignait les bolcheviques. Aux États-Unis, nos démagogues montrent du doigt les Mexicains et les Noirs, et disent qu’il faut les craindre. Ou bien les terroristes. Vous savez, toutes ces choses qui nous poussent volontairement à céder et abandonner les Droits de l’Homme. Ou nos droits civils. Et qui nous font marcher comme des moutons vers l’abattoir. Et maintenant, ils ont une source de peur. Le plus envahissant et englobant des pouvoirs qu’ils a Il s’agit de la peur de la pandémie.

 

Les gouvernements adorent les pandémies, tout autant qu’ils adorent les guerres. Cela leur confère du pouvoir, cela leur donne le contrôle. Et cela leur octroie la capacité d’imposer l’obéissance.  Et aujourd’hui, nous avons une inflexion. De nouvelles technologies, qui donnent aux gouvernements la capacité d’imposer des contrôles sur la population qui n’avaient jamais été imaginés avant, dans toute l’Histoire de l’humanité. Nous avons la 5G, qui consiste à créer un État de surveillance. La 5G n’est pas là pour votre bénéfice, elle n’est pas déployée pour que vous puissiez télécharger votre jeu video en 6 sec.  au lieu de 29. La seule raison du déploiement de la 5G, c’est qu’elle permet  à  Zuckerberg ou Jeff Bezos, de récolter nos données, écouter vos conversations. Ils sont capables de le faire depuis le début. Mais il n’y avait aucun moyen pour eux de transporter ces données et de les vendre instantanément. Bill Gates, en ce moment, construit une ville en Arizona pour 80.000 personnes. Il y a un Data Center, qui sera capable de récupérer toutes ces nouvelles données comme dans votre maison. Vous croyez qu  «Alexa» travaille pour vous ? Alexa ne travaille pas pour vous. Elle vous espionne. Votre téléphone portable vous espionne. Ils ont un système de reconnaissance faciale biométrique et votre GPS. Et les satellites. Bill Gates se vante au sujet de ses satellites, en disant qu’ils seront capables de surveiller chaque cm² de la planète, 24H/24. De nombreuses personnes avancent  que tout était planifié depuis le début, que cela fait partie d’un sinistre programme. Je n’ai pas de réponse à cela. Je n’ai pas suffisamment de preuves.

 

Nous sommes à un point d’inflexion, je pense, dans l’Histoire de l’humanité et le plus critique des points d’inflexion que l’humanité ait jamais rencontré.  Et ils ont une nouvelle innovation : la monnaie digitale. Et quand ils auront digitalisé nos monnaies, ils auront un contrôle absolu sur nous. Ils seront en mesure de taxer toutes les transactions, les banques seront capables d’encaisser l’argent. Ils feront de l’argent sur toutes les transactions, qu’elles soient petites, ou même minuscules. Et enfin, ils seront capables d’imposer l’obéissance. Parce que si vous êtes désobéissant, ils seront capables de fermer votre compte bancaire, et de vous affamer. Si vous créez ces mécanismes de contrôle, si ceux qui les ont créés sont bénéficiaire, dès lors que ces mécanismes sont créés, ils seront abusés. Il est 100% garanti qu’ils seront abusés. Et toutes les personnes qui sont dans la rue aujourd’hui, et qui luttent contre ces nouvelles impositions que nous observons autour de nous, des impositions de contrôles autoritaires, de gens à qui l’on dit  en Europe, en Allemagne,  aux États-Unis vous devriez porter un masque, voilà la science qui prouve que ça aide, la science qui prouve que cela fonctionne et que cela empêche la transmission… alors tout le monde le porterait sans problème.  Mais ce n’est pas le cas, c’est plutôt un appel à l’autorité. C’est de la science parce que Bill Gates et Anthony Fauci nous disent que c’est de la science.  Mais nous, nous voulons voir les études. Nous voulons voir les études sur l’Hydroxychloroquine. Nous voulons voir les études qui vérifient si le confinement tue plus de gens que le coronavirus. Nous voulons voir de la vraie science et une véritable évaluation des risques. Nous n’allons pas vous croire sur parole. Mon père me disait quand j’étais petit : «les gens qui ont l’autorité mentent».   Et nous tous, si nous voulons continuer à vivre en démocratie, il faut que nous comprenions que les autorités mentent.  Les autorités abuseront de tous les pouvoirs que nous abandonnerons entre leurs mains. Et aujourd’hui, nous leur donnons le pouvoir de gérer tous les aspects de nos vies. A chaque instant, ils sauront où nous sommes, ils verront l’argent que nous dépensons. Ils auront accès à nos enfants, et ils auront le droit de les forcer à se soumettre à une médication non consentie. Les nazis faisaient cela dans les camps. Pendant la seconde guerre mondiale, ils testaient les vaccins sur les Tziganes et les Juifs. Et le monde était si horrifié après la guerre, que nous avons signé la Charte de Nuremberg. Et nous avons tous juré en faisant cela, que nous n’imposerions plus jamais la moindre intervention médicale non désirée sur êtres humains sans leur consentement éclairé.

 

Et pourtant, en deux ans, toutes ces convictions ont soudain disparu Les gens portent des masques alors qu’aucun fondement scientifique ne leur a été présenté. Ils font simplement ce qu’on leur dit de faire. Ces agences gouvernementales orchestrent l’obéissance. Et ce n’est pas démocratique. Ce n’est pas le produit d’une démocratie. C’est le produit d’un projet de biosécurité dirigé par les  «big pharma ».  Et ce projet vise à nous plonger dans une dystopie cauchemardesque.  Nous serons dehors le 29 août 2020, avec la plus grande foule de l’Histoire de l’Allemagne, et pacifiquement, tout le monde dira la même chose : Nous ne vous laisserons pas nous prendre notre santé, nous ne vous laisserons pas nous prendre nos libertés.

 

 

Plus d’histoires deeau

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,