Aller à…
RSS Feed

26 novembre 2020

Une nouvelle tactique pour « sauvegarder la démocratie »


Moon of Alabama

Mercredi 16 septembre 2020

Déclarer des élections illégitimes après avoir refusé d’y envoyer des observateurs

Par Moon of Alabama – Le 13 septembre 2020

Les missions internationales d’observation des élections sont censées veiller à ce que les règles électorales spécifiques d’un pays soient respectées. Elles sont censées signaler toute irrégularité qu’elles détectent. Malheureusement, on observe actuellement des tentatives de perversion de leur objectif. Le refus d’envoyer des missions d’observation est maintenant utilisé pour délégitimer des élections, même si celles-ci sont équitables et respectent toutes les règles en place. Les exemples récents sont l’élection présidentielle en Biélorussie et la prochaine élection du Congrès au Venezuela.

En juin dernier, nous avons détecté une révolution de couleurs planifiée en Biélorussie en reliant les différents rapports des médias qui faisaient l’apologie des faibles forces d’opposition.

L’absence délibérée d’observateurs électoraux de l’OSCE est une indication supplémentaire que l’élection en Biélorussie serait utilisée à des fins malveillantes.

Le Belarus s’attendait, comme d’habitude, à ce que le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH) de l’OSCE envoie des observateurs pour les élections du 9 août. Mais l’OSCE a annoncé qu’elle ne le ferait pas parce que l’invitation était arrivée trop tard :

« L’absence d’invitation en temps voulu, plus de deux mois après l’annonce de l’élection, a empêché le BIDDH d’observer des aspects clés du processus électoral », a déclaré le directeur du BIDDH, Ingibjörg Sólrún Gísladóttir. « Il s’agit notamment de domaines que nous avions déjà indiqués dans les précédents rapports d’observation comme nécessitant des améliorations au Belarus, tels que la formation des commissions électorales et l’enregistrement des candidats. Il ressort clairement des résultats de ces processus que les autorités n’ont pris aucune mesure pour améliorer leur caractère inclusif ».Le gouvernement du Bélarus a été surpris par cette mesure unilatérale :

« En effet, pour être honnête, la décision du BIDDH a été décevante et inattendue. Nous espérons vraiment que cette décision sera révisée. Après tout, aujourd’hui, un jour après l’enregistrement des candidats à la présidence, conformément aux déclarations publiques précédentes, le ministère des affaires étrangères a envoyé des invitations au Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme de l’OSCE, à la Communauté des États indépendants et à l’Organisation de coopération de Shanghai. Ce sont nos partenaires traditionnels en matière d’observation des élections. Nous restons fermement attachés à nos promesses et obligations, y compris dans le cadre de l’OSCE », a déclaré Anatoly Glaz.Il a souligné que le Belarus n’a jamais organisé d’élections sans observation. « Cette fois-ci, nous étions également déterminés à inviter des observateurs de l’OSCE/BIDDH après l’enregistrement des candidats. Cela a été annoncé publiquement à de nombreuses reprises, nous en avons informé nos partenaires occidentaux, les hauts fonctionnaires du Bureau et personnellement Ingibjorg Gisladottir. Nous sommes absolument transparents dans ce contexte et cela peut être vérifié deux fois », a déclaré le porte-parole.

L’absence délibérée d’observateurs électoraux de l’OSCE a ensuite permis aux médias et aux politiciens « occidentaux » de prétendre que l’élection, remportée par le président biélorusse Loukachenko, avait été inéquitable.

Dans une interview du 18 août, le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a souligné que l’argument de l’OSCE était faux :

Il existe des cadres juridiques internationaux qui doivent servir de guide lorsqu’il s’agit de déterminer l’attitude à adopter face aux événements qui se produisent dans un pays donné. L’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) dispose d’un Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (BIDDH).L’une de ses responsabilités est de surveiller les élections nationales dans les États membres de l’OSCE. Cette responsabilité fait partie des obligations signées par tous les membres de cette organisation très respectée, sans exception. On nous dit que les violations pendant la campagne électorale ont été évidentes et documentées par des observateurs volontaires, sur les médias sociaux, à la caméra, etc. Le BIDDH lui-même, qui était censé surveiller les élections, affirme que ses représentants ne se sont pas rendus au Belarus parce que l’invitation a été envoyée trop tard. Ce n’est pas vrai, c’est le moins qu’on puisse dire, car, comme tout autre État membre de l’OSCE, le seul engagement du Belarus est « d’inviter des observateurs internationaux aux élections nationales ».

Il n’y a pas de calendrier pour l’invitation des observateurs électoraux de l’OSCE. L’OSCE aurait dû se préparer à la mission avant que l’invitation officielle n’ait lieu.

La tactique consistant à ne pas envoyer d’observateurs électoraux lorsqu’un candidat indésirable est susceptible de gagner se répète maintenant pour le Venezuela.

Le 2 septembre, le président du Venezuela Nicolas Maduro a invité l’Union européenne à envoyer des observateurs électoraux pour surveiller l’élection du Congrès qui aura lieu le 6 décembre :

Le ministre des affaires étrangères, Jorge Arreaza, a déclaré sur Twitter qu’une lettre avait été envoyée au chef de l’ONU, Antonio Guterres, et au diplomate européen Josep Borrell, soulignant « les garanties électorales générales convenues pour les prochaines élections législatives » et les invitant à envoyer des observateurs.Cette décision a été prise le lendemain du jour où Maduro a gracié plus de 100 législateurs et associés du leader de l’opposition Juan Guaido « dans le but de promouvoir la réconciliation nationale » avant les élections.

Une semaine plus tard, l’UE a déclaré que le délai de préparation de trois mois était trop court pour qu’elle puisse envoyer des observateurs :

L’Union européenne a reçu une invitation à observer les élections parlementaires au Venezuela en décembre, mais le gouvernement autoritaire du président Nicolas Maduro n’a pas encore rempli les « conditions minimales » pour lui permettre de le faire, a déclaré vendredi une porte-parole de l’UE.La porte-parole, dans une déclaration à Reuters, a déclaré que « le temps est déjà trop limité » pour déployer une mission d’observation électorale complète de l’UE si l’administration de Maduro ne repousse pas le vote au-delà de la date actuelle du 6 décembre.

L’argument « le temps est trop limité » est évidemment absurde. L’ONU et l’UE sont invitées depuis janvier et ont eu tout le temps de se préparer :

MOSCOU, 24 janvier. /TASS/. Le président vénézuélien Nicolas Maduro a invité des observateurs des Nations unies, de l’Union européenne et de plusieurs pays d’Amérique latine aux élections législatives qui se tiendront en République bolivarienne plus tard dans l’année, a déclaré vendredi le service de presse du ministère vénézuélien des affaires étrangères.Mais ce que l’UE veut vraiment, c’est empêcher que les élections se déroulent de manière ordonnée :

L’opposition vénézuélienne est divisée sur la question de savoir si elle doit participer aux élections, qui verront les électeurs élire des délégués à l’Assemblée nationale. Le chef actuel de l’Assemblée, Juan Guaido, est reconnu par l’UE comme le chef d’État légitime du Venezuela, bien que Maduro conserve le contrôle du gouvernement et de l’armée.La coalition des partis de Guaido a juré de boycotter l’élection pour éviter de légitimer un processus électoral qu’ils prétendent truqué. Mais ces dernières semaines, un autre bloc d’opposition a émergé, sous la direction du double candidat à la présidence, Henrique Capriles. Selon lui, la position du Guaido risque de rendre l’opposition inutile et la stratégie de persuader des nations étrangères d’imposer des sanctions au gouvernement de Maduro a échoué.

Jeudi, Staline Gonzalez, un législateur de l’opposition qui soutient Capriles, a déclaré à Bloomberg que la faction de Capriles boycotterait également l’élection à moins que des observateurs internationaux n’acceptent d’y assister.

L’opposition refuse de participer à l’élection si des observateurs européens ne sont pas déployés. L’UE refuse alors d’envoyer des observateurs. Elle sabote ainsi une élection dont le résultat pourrait ne pas plaire à l’UE.

Si l’élection a lieu et si le parti de Maduro, faute de participation de l’opposition, remporte une solide majorité, l’UE prétendra que l’élection était inéquitable, même si chaque vote a été correctement compté.

Ce projet de ne pas envoyer d’observateurs électoraux ne favorise pas la démocratie et les élections légitimes. Il s’agit d’un sabotage délibéré d’élections dont le résultat le plus probable est contraire aux préférences de ces organisations d’observateurs. Cela discrédite leur objectif initial.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

 

 

Le sommaire Le Saker
Le dossier Monde
Les dernières mises à jour

Source : Le Saker Francophone
https://lesakerfrancophone.fr/…

Plus d’histoires deBielorussie

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,