Aller à…
RSS Feed

29 novembre 2020

La politlque du désespoir culturel


Actualité

La politique du désespoir culturel :
C’est ça qui nous tue, pas Donald Trump
Chris Hedges

 

Mercredi 4 novembre 2020

Les États-Unis sont devenus une ombre grotesque d’eux-mêmes. L’absurde régime Trump est un symptôme, pas une cause

La déchéance physique et morale des États-Unis et le malaise qu’elle a engendré ont des résultats prévisibles. Nous avons vu sous diverses formes les conséquences de l’effondrement social et politique au crépuscule des empires grecs et romains, des empires ottomans et des Habsbourg, de la Russie tsariste, de l’Allemagne de Weimar et de l’ex-Yougoslavie. Des voix du passé, Aristote, Cicéron, Fyodor Dostoïevski, Joseph Roth et Milovan Djilas, nous ont mis en garde. Mais aveuglés par l’illusion et l’orgueil, comme si nous étions d’une certaine manière exemptés de l’expérience et de la nature humaine, nous refusons d’écouter.

Les États-Unis sont l’ombre d’eux-mêmes. Ils dilapident leurs ressources dans un aventurisme militaire futile, symptôme de tous les empires en déclin qui tentent de restaurer par la force une hégémonie perdue. Le Vietnam. L’Afghanistan. L’Irak. Syrie. La Libye. Des dizaines de millions de vies brisées. Des États en faillite. Des fanatiques enragés. Il y a 1,8 milliard de musulmans dans le monde, soit 24 % de la population mondiale, et nous les avons pratiquement tous transformés en ennemis.

Nous accumulons des déficits massifs et négligeons nos infrastructures de base, notamment les réseaux électriques, les routes, les ponts et les transports publics, pour dépenser plus pour notre armée que toutes les autres grandes puissances sur Terre réunies. Nous sommes le plus grand producteur et exportateur d’armes et de munitions au monde. Les vertus que nous prétendons avoir le droit d’imposer par la force aux autres – droits de l’homme, démocratie, libre marché, État de droit et libertés individuelles – sont bafouées chez nous, où des niveaux grotesques d’inégalité sociale et des programmes d’austérité ont appauvri la plupart des citoyens, détruit les institutions démocratiques, y compris le Congrès, les tribunaux et la presse, et créé des forces militarisées d’occupation interne qui exercent une surveillance générale du public, gèrent le plus grand système carcéral du monde et abattent impunément des citoyens désarmés dans les rues.

Le burlesque américain, sombrement humoristique avec ses absurdités de Donald Trump, les fausses urnes, les théoriciens du complot qui croient que l’État profond et Hollywood dirigent un vaste réseau de trafic sexuel d’enfants, les fascistes chrétiens qui placent leur foi en un Jésus magique et enseignent le créationnisme comme science dans nos écoles, les files d’attente de dix heures pour voter dans des États comme la Géorgie, les miliciens qui projettent d’enlever les gouverneurs du Michigan et de la Virginie et de déclencher une guerre civile, est également de mauvais augure, d’autant plus que nous ignorons l’accélération de l’écocide.

Tout notre activisme, nos protestations, notre lobbying, nos pétitions, nos appels aux Nations unies, le travail des ONG et notre confiance malavisée dans les politiciens libéraux tels que Barack Obama ont été accompagnés d’une augmentation de 60 % des émissions mondiales de carbone depuis 1990. Les estimations prévoient une nouvelle augmentation de 40 % des émissions mondiales au cours de la prochaine décennie. Nous sommes à moins de dix ans d’un niveau de dioxyde de carbone atteignant 450 parties par million, soit l’équivalent d’une augmentation moyenne de la température de 2 degrés Celsius, une catastrophe mondiale qui rendra certaines parties de la terre inhabitables, inondera les villes côtières, réduira considérablement le rendement des cultures et entraînera des souffrances et la mort de milliards de personnes. C’est ce qui s’en vient, et nous ne pouvons pas le souhaiter.

Je vous parle depuis Troy, New York, autrefois le deuxième plus grand producteur de fer du pays après Pittsburgh. C’était un centre industriel pour l’industrie de l’habillement, un centre de production de chemises, de cols et de manchettes, et il abritait autrefois des fonderies qui fabriquaient des cloches pour des entreprises qui fabriquaient des instruments de précision. Tout cela a disparu, bien sûr, laissant derrière lui le déclin post-industriel, le fléau urbain et les vies brisées et le désespoir qui sont tristement familiers dans la plupart des villes des États-Unis.

C’est ce désespoir qui nous tue. Il ronge le tissu social, brise les liens sociaux et se manifeste par un ensemble de pathologies autodestructrices et agressives. Il favorise ce que l’anthropologue Roger Lancaster appelle ’la solidarité empoisonnée’, l’ivresse communautaire forgée à partir des énergies négatives de la peur, de la suspicion, de l’envie et de la soif de vengeance et de violence. Les nations en phase terminale de déclin embrassent, comme l’a compris Sigmund Freud, l’instinct de mort. N’étant plus soutenues par l’illusion réconfortante d’un progrès humain inévitable, elles perdent le seul antidote au nihilisme. Ne pouvant plus construire, elles confondent la destruction avec la création. Ils sombrent dans une sauvagerie atavique, ce que non seulement Freud mais aussi Joseph Conrad et Primo Levi savaient se cachait sous le mince vernis de la société civilisée. La raison ne guide pas nos vies. La raison, comme le dit Schopenhauer, en écho à Hume, est le serviteur de la volonté.

’Les hommes ne sont pas des créatures douces qui veulent être aimées, et qui peuvent tout au plus se défendre si on les attaque’, a écrit Freud. ’Ce sont au contraire des créatures parmi lesquelles il faut compter une forte part d’agressivité. Ainsi, leur voisin est pour eux non seulement une aide ou un objet sexuel potentiel, mais aussi quelqu’un qui les tente pour satisfaire leur agressivité à son égard, pour exploiter sa capacité de travail sans compensation, pour l’utiliser sexuellement sans son consentement, pour saisir ses biens, pour l’humilier, pour lui causer de la douleur, pour le torturer et pour le tuer. Homo homini lupus. Qui, face à toute son expérience de la vie et de l’histoire, aura le courage de contester cette affirmation ? En règle générale, cette cruelle agressivité attend une provocation ou se met au service d’un autre but, dont le but aurait pu être atteint par des mesures plus douces. Dans les circonstances qui lui sont favorables, lorsque les contre-forces mentales qui l’inhibent habituellement sont hors d’action, elle se manifeste aussi spontanément et révèle l’homme comme une bête sauvage à qui la considération envers son propre genre est étrangère’.

Freud, comme Primo Levi, a compris. La vie morale est une question de circonstances. La considération morale, comme je l’ai vu dans les guerres que j’ai couvertes, disparaît en grande partie dans les moments extrêmes. C’est le luxe des privilégiés. ’Dix pour cent de toute population est cruelle, quoi qu’il arrive, et dix pour cent est miséricordieuse, quoi qu’il arrive, et les 80 % restants peuvent être déplacés dans l’une ou l’autre direction’, a déclaré Susan Sontag.

Pour survivre, il fallait, écrivait Levi à propos de la vie dans les camps de la mort, ’étrangler toute dignité et tuer toute conscience, descendre dans l’arène comme une bête contre d’autres bêtes, se laisser guider par ces forces souterraines insoupçonnées qui soutiennent les familles et les individus en des temps cruels. ’C’était, écrit-il, ’une vie hobbesienne’, ’une guerre continue de chacun contre tous’. Varlam Shalamov, emprisonné pendant 25 ans dans les goulags de Staline, était tout aussi pessimiste : ’Toutes les émotions humaines – amour, amitié, envie, souci du prochain, compassion, désir de gloire, honnêteté – nous ont laissé la chair qui avait fondu de nos corps pendant nos longs jeûnes. Le camp a été un grand test de notre force morale, de notre moralité quotidienne, et 99% d’entre nous l’ont échoué… Les conditions dans les camps ne permettent pas aux hommes de rester des hommes ; ce n’est pas pour cela que les camps ont été créés’.

L’effondrement social fera remonter ces pathologies latentes à la surface.

Mais le fait que les circonstances puissent nous réduire à la sauvagerie n’enlève rien à la vie morale. Alors que notre empire implose, et avec lui la cohésion sociale, alors que la terre nous punit de plus en plus pour notre refus d’honorer et de protéger les systèmes qui nous donnent la vie, déclenchant une ruée vers des ressources naturelles en diminution et d’énormes migrations climatiques, nous devons faire face à cette obscurité, non seulement autour de nous, mais en nous.

La danse macabre est déjà en cours. Des centaines de milliers d’Américains meurent chaque année d’abus d’opiacés, d’alcoolisme et de suicide, ce que les sociologues appellent des morts de désespoir. Ce désespoir alimente des taux élevés d’obésité morbide, environ 40 % de la population, des addictions au jeu, la « pornofication » de la société avec l’omniprésence d’images de sadisme sexuel ainsi que la prolifération de milices armées de droite et des fusillades de masse nihilistes. Plus le désespoir augmente, plus ces actes d’auto-immolation se multiplient.

Ceux qui sont accablés par le désespoir recherchent un salut magique, qu’il s’agisse de sectes en crise, comme la droite chrétienne, ou de démagogues comme Trump, ou de milices enragées qui voient la violence comme un agent de nettoyage. Tant qu’on laissera ces sombres pathologies s’envenimer et se développer – et le Parti démocrate a clairement indiqué qu’il ne promulguera pas le genre de réformes sociales radicales qui permettront de freiner ces pathologies – les États-Unis poursuivront leur marche vers la désintégration et le bouleversement social. La défaite de Trump de n’arrêtera ni ne ralentira la chute.

On estime à 300 000 le nombre d’Américains qui seront morts de la pandémie en décembre, chiffre qui devrait passer à 400 000 en janvier. Le sous-emploi et le chômage chroniques, proches de 20 % lorsque ceux qui ont cessé de chercher du travail, ceux qui sont mis à pied sans perspective d’être réembauchés et ceux qui travaillent à temps partiel mais restent en dessous du seuil de pauvreté, sont inclus dans les statistiques officielles au lieu d’être magiquement effacés des listes de chômeurs. Notre système de soins de santé privatisé, qui réalise des bénéfices records pendant la pandémie, n’est pas conçu pour faire face à une urgence de santé publique. Il est conçu pour maximiser les profits de ses propriétaires. Il y a moins d’un million de lits d’hôpitaux dans le pays, résultat de la tendance à la fusion et à la fermeture d’hôpitaux qui dure depuis des décennies et qui a réduit l’accès aux soins dans les communautés à travers le pays. Des villes comme Milwaukee ont été contraintes d’ériger des hôpitaux de campagne. Dans des États comme le Mississippi, il n’y a plus de lits en soins d’urgence disponibles. Le service de santé à but lucratif n’a pas stocké les respirateurs, les masques, les tests ou les médicaments pour faire face à la COVID-19. Pourquoi devrait-il le faire ? Ce n’est pas une façon d’augmenter les recettes. Et il n’y a pas de différence substantielle entre la réponse de Trump et celle de Biden à la crise sanitaire, où 1 000 personnes meurent chaque jour.

Quarante-huit pour cent des travailleurs de première ligne n’ont toujours pas droit aux indemnités de maladie. Quelque 43 millions d’Américains ont perdu leur assurance maladie financée par leur employeur. Il y a dix mille faillites par jour, dont peut-être deux tiers sont liées à des coûts médicaux exorbitants. Les banques alimentaires sont submergées par des dizaines de milliers de familles désespérées. Environ 10 à 14 millions de ménages locataires, soit 23 à 34 millions de personnes, étaient en retard sur leur loyer en septembre. Cela représente entre 12 et 17 milliards de dollars de loyers impayés. Et ce chiffre devrait passer à 34 milliards de dollars de loyers impayés en janvier. La levée du moratoire sur les expulsions et les saisies signifie que des millions de familles, dont beaucoup sont sans ressources, seront jetées à la rue. La faim dans les ménages américains a presque triplé entre 2019 et août de cette année, selon le Bureau du recensement et le ministère de l’agriculture. La proportion d’enfants américains qui n’ont pas assez à manger, selon l’étude, est 14 fois plus élevée que l’année dernière. Une étude de l’Université de Columbia a révélé que depuis le mois de mai, huit millions d’Américains supplémentaires peuvent être considérés comme pauvres. Entre-temps, les 50 Américains les plus riches détiennent autant de richesses que la moitié des États-Unis. Les Millenniaux, soit quelque 72 millions de personnes, détiennent 4,6 % de la richesse américaine.

Une seule chose compte pour l’État corporatif. Ce n’est pas la démocratie. Ce n’est pas la vérité. Ce n’est pas le consentement des gouvernés. Ce n’est pas l’inégalité des revenus. Ce n’est pas l’État de surveillance. Ce n’est pas une guerre sans fin. Ce n’est pas l’emploi. Ce n’est pas la crise climatique. C’est la primauté du pouvoir des entreprises – qui a tué notre démocratie, nous a enlevé nos libertés civiles les plus fondamentales et a laissé la plus grande partie de la classe ouvrière dans la misère – et l’augmentation et la consolidation de sa richesse et de son pouvoir.

Trump et Biden sont des personnages répugnants, qui sombrent dans la vieillesse avec des défaillances cognitives et sans noyau moral. Trump est-il plus dangereux que Biden ? Oui. Trump est-il inepte et plus malhonnête ? Oui. Trump est-il une menace pour la société ouverte ? Oui. Biden est-il la solution ? Non.

Biden ne peut pas proposer de changement de manière plausible. Il ne peut qu’offrir davantage de la même chose. Et la plupart des Américains ne veulent pas plus de la même chose. Le plus grand bloc en âge de voter du pays, les plus de 100 millions de citoyens qui, par apathie ou par dégoût, ne votent pas, resteront une fois de plus chez eux. Cette démoralisation de l’électorat est voulue.

En Amérique, nous n’avons le droit de voter que contre ce que nous détestons. Les médias partisans dressent un groupe contre un autre, une version grand public de ce que George Orwell a appelé dans son roman 1984 les ’Deux minutes de la haine’. Nos opinions et nos préjugés sont habilement pris en compte et renforcés, à l’aide d’une analyse numérique détaillée de nos tendances et de nos habitudes, puis nous sont revendus. Le résultat, comme l’écrit Matt Taibbi, est ’une colère emballée et faite sur mesure pour vous’. Le public est incapable de s’exprimer au-delà de la fracture fabriquée. La politique, sous cet assaut, s’est atrophiée en une vulgaire émission de téléréalité centrée sur des personnalités politiques fabriquées. Le discours civique a été empoisonné par les invectives et les mensonges. Le pouvoir, pendant ce temps, n’est pas scruté et n’est pas contesté.

La couverture politique est calquée, comme le souligne Taibbi, sur la couverture sportive. Les décors ressemblent à ceux du compte à rebours d’un matche de foot le dimanche. Le présentateur est sur le côté. Il y a quatre commentateurs, deux pour chaque équipe. Des graphiques nous tiennent au courant du score. Les identités politiques sont réduites à des stéréotypes facilement digestibles. Les tactiques, la stratégie, l’image, les décomptes mensuels des contributions aux campagnes et les sondages sont examinés à l’infini, tandis que les véritables questions politiques sont ignorées. C’est le langage et l’imagerie de la guerre.

Cette couverture masque le fait que sur presque toutes les questions majeures, les deux principaux partis politiques sont en parfait accord. La déréglementation de l’industrie financière, les accords commerciaux, la militarisation de la police – le Pentagone a transféré plus de 7 milliards de dollars de matériel et d’équipement militaires excédentaires à près de 8 000 agences de maintien de l’ordre fédérales et étatiques depuis 1990 – l’explosion de la population carcérale, la désindustrialisation, l’austérité, le soutien à la fracturation hydraulique et à l’industrie des combustibles fossiles, les guerres sans fin au Moyen-Orient, le budget militaire gonflé, le contrôle des élections et des médias par les entreprises et la surveillance gouvernementale globale de la population – et lorsque le gouvernement vous surveille 24 heures sur 24, vous ne pouvez pas utiliser le mot liberté, c’est la relation d’un maître et d’un esclave – tout cela bénéficie du soutien des deux partis. Et c’est pour cette raison que ces questions ne sont presque jamais abordées.

L’objectif est de mettre en balance les données démographiques et la population. Ce renforcement de l’antagonisme n’est pas nouveau. C’est un divertissement, qui n’est pas motivé par le journalisme mais par des stratégies de marketing visant à augmenter l’audience et les entreprises sponsors. Les divisions au sein de l’industrie de l’information ne sont que des sources de revenus en concurrence les uns avec les autres. Comme l’écrit Taibbi dans son livre Hate Inc, dont la couverture représente Sean Hannity d’un côté et de Rachel Maddow de l’autre [deux commentateurs de chaque « camp » – NdT], le modèle de l’information est un jeu de moralité simplifié calqué sur le catch professionnel. Il n’y a que deux véritables positions politiques aux États-Unis. Vous aimez Trump ou vous le détestez.

En votant pour Biden et le Parti démocrate, vous votez pour quelque chose.

Vous votez pour soutenir l’humiliation de femmes courageuses comme Anita Hill qui ont affronté leurs agresseurs. Vous votez pour les architectes des guerres sans fin au Moyen-Orient. Vous votez pour l’État d’apartheid en Israël. Vous votez pour la surveillance massive du public par les agences gouvernementales de renseignement et pour l’abolition des procédures régulières et de l’habeas corpus. Vous votez pour les programmes d’austérité, y compris la destruction de l’aide sociale et la réduction de la sécurité sociale. Vous votez pour l’ALENA, les accords de libre-échange, la désindustrialisation, une baisse réelle des salaires, la perte de centaines de milliers d’emplois dans le secteur manufacturier et la délocalisation des emplois au profit de travailleurs sous-payés qui travaillent dans des ateliers clandestins au Mexique, en Chine ou au Vietnam. Vous votez pour l’attaque contre les enseignants et l’enseignement public et le transfert de fonds fédéraux vers des écoles à but lucratif et des écoles à charte chrétienne. Vous votez pour le doublement de notre population carcérale, le triplement et le quadruplement des peines et l’expansion considérable des crimes méritant la peine de mort. Vous votez pour une police militarisée qui tue impunément les pauvres gens de couleur. Vous votez contre le Green New Deal et la réforme de l’immigration. Vous votez pour l’industrie de la fracturation hydraulique. Vous votez pour la limitation du droit des femmes à l’avortement et des droits génésiques. Vous votez pour un système d’enseignement public ségrégatif dans lequel les riches ont accès à l’éducation et les pauvres de couleur n’ont aucune chance. Vous votez pour des niveaux punitifs de dettes d’études et l’incapacité à se libérer de ces dettes même en cas de faillite. Vous votez pour la déréglementation du secteur bancaire et l’abolition du système Glass-Steagall. Vous votez pour les compagnies d’assurance et les sociétés pharmaceutiques à but lucratif et contre le système de santé universel. Vous votez pour les budgets de la défense qui consomment plus de la moitié des dépenses discrétionnaires. Vous votez pour l’utilisation de l’argent illimité des oligarchies et des entreprises pour acheter nos élections. Vous votez pour un homme politique qui, pendant son mandat au Sénat, a servi de façon abjecte les intérêts de MBNA, la plus grande société indépendante de cartes de crédit dont le siège se trouve dans le Delaware, qui employait également le fils de Biden, Hunter.

Biden a été l’un des principaux architectes des guerres au Moyen-Orient, où nous avons dilapidé plus de 7 mille milliards de dollars et détruit ou mis fin à la vie de millions de personnes. Il est responsable de bien plus de souffrances et de morts, dans son pays et à l’étranger, que Trump. Si nous avions un système judiciaire et législatif qui fonctionne, Biden, ainsi que les autres architectes de nos guerres impériales désastreuses, du pillage du pays par les entreprises et de la trahison de la classe ouvrière américaine, seraient traduits en justice, et non proposés comme solution à notre débâcle politique et économique.

Les démocrates et leurs apologistes libéraux adoptent des positions tolérantes sur les questions de race, de religion, d’immigration, de droits des femmes et d’identité sexuelle et prétendent que c’est de la politique. Ces questions sont des questions de société ou d’éthique. Elles sont importantes. Mais ce ne sont pas des questions sociales ou politiques. La prise de contrôle de l’économie par une classe de spéculateurs et de sociétés mondiales a ruiné la vie des groupes que les démocrates prétendent défendre. Lorsque Bill Clinton et le Parti démocrate, par exemple, ont détruit l’ancien système d’aide sociale, 70 % des bénéficiaires étaient des enfants. Les personnes de droite – et nous ne devons jamais oublier que les positions du Parti démocrate en feraient un parti d’extrême droite en Europe – diabolisent les personnes en marge de la société en tant que boucs émissaires. Les guerres culturelles masquent la réalité. Les deux partis sont des partenaires à part entière dans la destruction de nos institutions démocratiques. Les deux partis ont reconfiguré la société américaine en un État mafieux. Cela dépend seulement de la façon dont vous voulez qu’elle soit habillée.

Le pouvoir de politiciens tels que Nancy Pelosi, Chuck Schumer ou Mitch McConnell vient de leur capacité à canaliser l’argent des entreprises vers les candidats oints. Dans un système politique qui fonctionne, qui n’est pas saturé par l’argent des entreprises, ils ne détiendraient pas le pouvoir. Ils ont transformé ce que le philosophe romain Cicéron appelait un commonwealth, une res publica, une ’chose publique’ ou la ’propriété d’un peuple’, en un instrument de pillage et de répression au nom d’une oligarchie corporative mondiale. Nous sommes des serfs dirigés par des maîtres obscènement riches et omnipotents qui pillent le Trésor américain, ne paient pas ou peu d’impôts et ont perverti le système judiciaire, les médias et les pouvoirs législatifs du gouvernement pour nous priver de nos libertés civiles et leur donner la liberté de s’engager dans des boycotts fiscaux, des fraudes financières et des vols.

Au milieu de la crise pandémique, qu’ont fait nos dirigeants kleptocrates au pouvoir ?

Ils ont pillé 4 000 milliards de dollars à une échelle jamais vue depuis le renflouement de 2008 supervisé par Barack Obama et Biden. Ils se sont gavés et enrichis à nos dépens, tout en jetant des miettes par les fenêtres de leurs jets privés, de leurs yachts, de leurs lofts et de leurs palais aux masses souffrantes et méprisées.

La loi CARES a donné des milliards de dollars en fonds ou en réductions d’impôts aux compagnies pétrolières, à l’industrie aérienne, qui à elle seule a reçu 50 milliards de dollars en fonds de relance, à l’industrie des bateaux de croisière, une manne de 170 milliards de dollars pour l’industrie immobilière. Elle a accordé des subventions aux sociétés de capital-investissement, aux groupes de pression, dont les comités d’action politique ont versé 191 millions de dollars en contributions de campagne aux politiciens au cours des deux dernières décennies, à l’industrie de la viande et aux sociétés qui ont déménagé à l’étranger pour éviter les impôts américains. La loi a permis aux plus grandes entreprises d’engloutir l’argent qui était censé maintenir la solvabilité des petites entreprises pour payer les travailleurs. Elle a accordé aux millionnaires 80 % des réductions d’impôts prévues par le plan de relance et a permis aux plus riches de recevoir des chèques de relance d’une valeur moyenne de 1,7 million de dollars. La loi CARES a également autorisé 454 milliards de dollars pour le Fonds de stabilisation des changes du Département du Trésor, une énorme caisse noire distribuée par les copains de Trump aux entreprises qui, renégociées à 10 fois sa valeur, peut être utilisée pour créer des actifs d’un montant stupéfiant de 4,5 mille milliards de dollars. La loi a autorisé la Fed à accorder 1,5 mille milliards de dollars de prêts à Wall Street, que personne ne s’attend à voir remboursés. Les milliardaires américains se sont enrichis de 434 milliards de dollars depuis la pandémie. Jeff Bezos, l’homme le plus riche du monde, dont la société Amazon n’a payé aucun impôt fédéral l’année dernière, a ajouté à lui seul près de 72 milliards de dollars à sa fortune personnelle depuis le début de la pandémie. Au cours de cette même période, 55 millions d’Américains ont perdu leur emploi.

La transformation du public en factions belligérantes fonctionne sur le plan commercial. Il fonctionne politiquement. Il détruit, comme il est conçu pour le faire, la solidarité de classe. Mais c’est une recette pour la désintégration sociale. Elle nous propulse vers le type de monde hobbesien dont Primo Levi et Sigmund Freud nous ont mis en garde. J’ai vu des groupes ethniques concurrents en ex-Yougoslavie se replier en tribus antagonistes. Ils se sont emparés des médias rivaux et les ont utilisés pour répandre des mensonges, des récits mythologiques qui s’exaltent, ainsi que du vitriol et de la haine contre les ethnies qu’ils diabolisent. Cette solidarité empoisonnée, que nous reproduisons, pompée mois après mois en Yougoslavie, a détruit la capacité d’empathie, peut-être la meilleure définition du mal, et a conduit à un fratricide sauvage.

Les États-Unis, inondés d’armes de qualité militaire, sont déjà en proie à une épidémie de fusillades de masse. Des menaces de mort ont été proférées à l’encontre de ceux qui critiquent Trump, dont le député Ilhan Omar. Il y a eu un complot avorté de 13 membres d’une milice de droite pour kidnapper et peut-être assassiner les gouverneurs du Michigan et de la Virginie et déclencher une guerre civile. Un partisan de Trump a envoyé des bombes artisanales à d’éminents démocrates et à CNN, dans le but de décapiter la hiérarchie du Parti démocrate et de terroriser les médias qui constituent la principale plate-forme de propagande du parti.

L’étincelle qui met généralement le feu au poudre est le martyre. Aaron ’Jay’ Danielson, un partisan du groupe de droite Patriot Prayer, portait un pistolet Glock chargé dans un étui et avait un vaporisateur pour ours et une matraque en métal quand il a été abattu le 29 août, prétendument par Michael Forest Reinoehl, un partisan de l’antifa, dans les rues de Portland. On peut entendre une femme dans la foule crier après la fusillade : ’Je ne suis pas triste qu’un putain de fasciste soit mort ce soir.’ Reinoehl a été pris en embuscade et tué par des agents fédéraux dans l’État de Washington dans ce qui semble être un acte de meurtre extrajudiciaire. Une fois que les gens commencent à être sacrifiés pour la cause, il suffit de peu de choses pour que les démagogues insistent sur le fait que l’auto-préservation appelle la violence.

La stagnation politique et la corruption, ainsi que la misère économique et sociale, engendrent ce que les anthropologues appellent des sectes de crise – des mouvements dirigés par des démagogues qui s’attaquent à une détresse psychologique et financière insupportable et qui prônent la violence comme forme de purification morale. Ces sectes de crise, déjà bien établies parmi les adeptes de la droite chrétienne, les milices de droite et de nombreux disciples de Donald Trump, qui le considèrent non pas comme un politicien mais comme un chef de secte, véhiculent une pensée magique et un infantilisme qui promet – si vous abandonnez tout esprit critique – la prospérité, la restauration de la gloire nationale, le retour à un passé mythique, l’ordre et la sécurité. Trump est un symptôme. Il n’est pas la maladie. Et s’il quitte ses fonctions, des démagogues bien plus compétents et dangereux se lèveront, si les conditions sociales ne sont pas radicalement améliorées, pour prendre sa place.

Je crains que nous nous dirigions vers un fascisme christianisé.

Le plus grand échec moral de l’église chrétienne libérale a été son refus, justifié au nom de la tolérance et du dialogue, de dénoncer les adeptes de la droite chrétienne comme des hérétiques. En tolérant l’intolérance, elle a cédé la légitimité religieuse à un ensemble d’escrocs, de charlatans et de démagogues et à leurs partisans cultuels. Elle s’est contentée d’observer le message essentiel de l’Évangile – le souci des pauvres et des opprimés – être perverti en un monde magique où Dieu et Jésus ont inondé les croyants de richesses matérielles et de pouvoir. La race blanche est devenue l’agent choisi par Dieu. L’impérialisme et la guerre sont devenus des instruments divins pour purger le monde des infidèles et des barbares, du mal lui-même. Le capitalisme, parce que Dieu a béni les justes avec la richesse et le pouvoir et a condamné les immoraux à la pauvreté et à la souffrance, s’est vu exempter de sa cruauté et exploitation inhérentes. L’iconographie et les symboles du nationalisme américain se sont mêlés à l’iconographie et aux symboles de la foi chrétienne.

Les méga-pasteurs, narcissiques qui dirigent des fiefs despotiques et cultuels, gagnent des millions de dollars en utilisant ce système de croyance hérétique pour s’attaquer au désespoir et à la détresse de leurs congrégations, victimes du néolibéralisme et de la désindustrialisation. Ces croyants trouvent en Trump, qui s’est nourri de ce désespoir dans ses casinos et par le biais de sa fausse université, et ces méga-pasteurs, champions de la cupidité sans frein, le culte de la masculinité, de la soif de violence, de la suprématie blanche, du sectarisme, du chauvinisme américain, de l’intolérance religieuse, de la colère, du racisme et des théories du complot qui sont les croyances fondamentales de la droite chrétienne.

Quand j’ai écrit « American Fascists : La droite chrétienne et la guerre contre l’Amérique », j’étais très sérieux sur le terme ’fascistes’.

Des dizaines de millions d’Américains vivent hermétiquement enfermés dans le vaste édifice médiatique et éducatif érigé par la droite chrétienne. Dans ce monde, les miracles sont réels, Satan, allié aux humanistes laïques libéraux et à l’État profond, ainsi qu’aux musulmans, aux immigrants, aux féministes, aux intellectuels, aux artistes et à une foule d’autres ennemis internes, cherche à détruire l’Amérique. Trump est le vaisseau oint de Dieu pour construire la nation chrétienne et cimenter un gouvernement qui inculque les ’valeurs bibliques’. Ces ’valeurs bibliques’ comprennent l’interdiction de l’avortement, la protection de la famille traditionnelle, la transformation des dix commandements en loi laïque, l’écrasement des ’infidèles’, en particulier des musulmans, l’endoctrinement des enfants dans les écoles avec des enseignements ’bibliques’ et le rejet de la licence sexuelle, qui comprend toute relation sexuelle autre que dans le mariage entre un homme et une femme. Trump est régulièrement comparé par les dirigeants évangéliques au roi biblique Cyrus, qui a reconstruit le temple de Jérusalem et a rendu aux Juifs leur place dans la cité

Trump a rempli son vide idéologique avec le fascisme chrétien. Il a élevé des membres de la droite chrétienne à des postes importants, notamment Mike Pence à la vice-présidence, Mike Pompeo au poste de secrétaire d’État, Betsy DeVos au poste de secrétaire à l’éducation, Ben Carson au poste de secrétaire au logement et au développement urbain, William Barr au poste de procureur général, Neil Gorsuch et Brett Kavanaugh à la Cour suprême et la télévangéliste Paula White à son initiative ’Foi et opportunités’. Plus important encore, M. Trump a donné à la droite chrétienne le droit de veto et le pouvoir de nomination sur les postes clés du gouvernement, en particulier dans les tribunaux fédéraux. Il a installé 133 juges de cour de district sur un total de 677, 50 juges de cour d’appel sur un total de 179, et deux juges de la Cour suprême des États-Unis, et avec la nomination d’Amy Coney Barrett, probablement trois, sur neuf. Cela représente dix-neuf pour cent des juges fédéraux de première instance actuellement en fonction. La quasi-totalité des extrémistes qui composent les juges nommés ont été jugés « non qualifiés » par l’American Bar Association, la plus grande coalition non partisane d’avocats du pays.

Trump a adopté l’islamophobie des fascistes chrétiens. Il a interdit l’immigration musulmane et réduit la législation sur les droits civils. Il a fait la guerre aux droits reproductifs en limitant l’avortement et en défiscalisant le Planned Parenthood [Planning Familial]. Il a supprimé les droits des LGBTQ. Il a abattu le mur de séparation entre l’Église et l’État en révoquant l’amendement Johnson, qui interdit aux églises, qui sont exonérées d’impôts, de soutenir des candidats politiques. Les personnes qu’il a nommées, dont Pence, Pompeo et DeVos, dans l’ensemble du gouvernement, utilisent couramment des références bibliques pour justifier toute une série de décisions politiques, notamment la déréglementation environnementale, la guerre, les réductions d’impôts et le remplacement des écoles publiques par des écoles à charte, une mesure qui permet le transfert de fonds fédéraux pour l’éducation vers des écoles privées ’chrétiennes’. Dans le même temps, ils mettent sur pied des organisations paramilitaires, non seulement par le biais de milices ad hoc mais aussi de groupes mercenaires d’entrepreneurs privés contrôlés par des personnalités telles qu’Erik Prince, le frère de Betsy DeVos et l’ancien PDG de Blackwater, aujourd’hui appelé Xe.

J’ai étudié l’éthique à la Harvard Divinity School avec James Luther Adams qui avait été en Allemagne en 1935 et 1936. Adams y a assisté à la montée de la soi-disant Église chrétienne allemande, qui était pro-nazie. Il nous a mis en garde contre les parallèles inquiétants entre l’Église chrétienne allemande et la droite chrétienne. Adolf Hitler était aux yeux de l’Église chrétienne allemande un messie du volk et un instrument de Dieu – un point de vue similaire à celui que beaucoup de ses partisans évangéliques blancs ont aujourd’hui sur Trump. Ceux qui ont été diabolisés pour l’effondrement économique de l’Allemagne, en particulier les Juifs et les communistes, étaient des agents de Satan. Le fascisme, nous a dit Adams, s’est toujours dissimulé sous les symboles et la rhétorique les plus chers à une nation. Le fascisme arrivait en Amérique non pas sous la forme de chemises brunes aux bras raides et de croix gammées nazies, mais sous la forme de récitations massives du Serment d’allégeance, de la sanctification biblique de l’État et de la sacralisation du militarisme américain. Adams a été la première personne que j’ai entendue qualifier de fascistes les extrémistes de la droite chrétienne. Les libéraux, avertissait-il, comme dans l’Allemagne nazie, étaient aveugles à la dimension tragique de l’histoire et du mal radical. Ils ne réagiraient que lorsqu’il serait trop tard.

L’héritage de Trump sera, je le crains, la montée des fascistes chrétiens. Ce sont eux qui viennent ensuite. Noam Chomsky, pour cette raison, a raison lorsqu’il avertit que Pence est plus dangereux que Trump. Depuis des décennies, les fascistes chrétiens s’organisent pour prendre le pouvoir. Ils ont construit des infrastructures et des organisations, y compris des groupes de pression, des écoles, des collèges et des facultés de droit ainsi que des plateformes médiatiques, pour se préparer. Ils ont semé leurs cadres dans des positions de pouvoir. Nous, à gauche, avons vu nos institutions et nos organisations détruites ou corrompues par le pouvoir des entreprises et avons été séduits par l’activisme de façade des politiques identitaires. FRC Action, l’organe législatif affilié au Family Research Council, donne déjà à 245 membres du Congrès un taux d’approbation de 100 % pour avoir soutenu une législation qui est soutenue par la droite chrétienne.

Le fascisme chrétien est un radeau de vie émotionnel pour des dizaines de millions d’Américains. Il est imperméable à la science et aux faits vérifiables. Les fascistes chrétiens, par choix, se sont coupés de la pensée rationnelle et de la société laïque qui les ont presque détruits, eux et leurs familles, et les ont plongés dans un profond désespoir. Nous n’allons pas apaiser ou désarmer ce mouvement, déterminé à nous détruire, en essayant de prétendre que nous aussi, nous avons des ’valeurs’ chrétiennes. Cet appel ne fait que renforcer la légitimité des fascistes chrétiens et affaiblir les nôtres. Ces personnes dépossédées seront soit réintégrées dans l’économie et la société et leurs liens sociaux brisés seront rétablis, soit le mouvement deviendra plus virulent et plus puissant.

La droite chrétienne est déterminée à maintenir l’attention du public sur les questions sociétales ou éthiques par opposition aux questions économiques. Les médias commerciaux, qu’ils soutiennent ou s’opposent à la nomination d’Amy Coney Barrett à la Cour suprême, parlent presque exclusivement de son opposition à l’avortement et de son appartenance à People of Praise, une secte catholique d’extrême droite qui pratique le ’parler en langues’. Ce que nos maîtres, ainsi que les fascistes chrétiens, ne veulent pas voir examiné, c’est la soumission de Barrett au pouvoir des entreprises, son hostilité envers les travailleurs, les libertés civiles, les syndicats et les réglementations environnementales. Puisque le parti démocrate est redevable à la même classe de donateurs que le parti républicain, et puisque les médias ont depuis longtemps remplacé la politique par la guerre des cultures, la menace la plus inquiétante posée par Barrett et la droite chrétienne est ignorée.

La voie du despotisme est toujours pavée de droiture.

Tous les mouvements fascistes recouvrent leurs sordides systèmes de croyance avec le vernis de la moralité. Ils parlent de restauration de l’ordre public, du bien et du mal, du caractère sacré de la vie, des vertus civiques et familiales, du patriotisme et de la tradition pour masquer leur démantèlement de la société ouverte et leur volonté de réduire au silence et de persécuter ceux qui sont en désaccord. La droite chrétienne, inondée par l’argent des entreprises qui comprennent leurs intentions politiques, utilisera n’importe quel outil, aussi sournois soit-il, des milices armées de droite à l’invalidation des bulletins de vote, pour empêcher les candidats de Biden et des démocrates de prendre le pouvoir.

Le capitalisme, poussé par l’obsession de maximiser le profit et de réduire les coûts de production en sabrant dans les droits et les salaires des travailleurs, est contraire à l’Evangile chrétien, ainsi qu’à l’éthique des Lumières d’Emmanuel Kant. Mais le capitalisme, aux mains des fascistes chrétiens, s’est sacralisé sous la forme de l’Évangile de la prospérité, la croyance que Jésus est venu pour répondre à nos besoins matériels, bénissant les croyants avec la richesse et le pouvoir. L’Évangile de la prospérité est une couverture idéologique pour le coup d’État des corporations au ralenti. C’est pourquoi de grandes entreprises telles que Tyson Foods, qui place des aumôniers de la droite chrétienne dans ses usines, Purdue, Wal-Mart et Sam’s Warehouse, ainsi que de nombreuses autres sociétés, versent de l’argent dans le mouvement et ses institutions telles que Liberty University et Patrick Henry Law School. C’est pourquoi les entreprises ont donné des millions à des groupes tels que le Réseau de crise judiciaire et la Chambre de commerce américaine pour faire campagne en faveur de la nomination de Barrett au tribunal. Barrett a décidé d’escroquer les travailleurs de l’industrie du spectacle en les privant d’heures supplémentaires, en donnant le feu vert à l’extraction et à la pollution des combustibles fossiles, en vidant Obamacare de son contenu et en privant les consommateurs de toute protection contre la fraude des entreprises. Barrett, en tant que juge de la cour de circuit, a entendu au moins 55 affaires dans lesquelles des citoyens ont contesté les abus et les fraudes des entreprises. Elle s’est prononcée en faveur des entreprises dans 76 % des cas.

Nos maîtres d’entreprise ne se soucient pas de l’avortement, du droit des armes à feu ou du caractère sacré du mariage entre un homme et une femme. Mais comme les industriels allemands qui ont soutenu le parti nazi, ils savent que la droite chrétienne donnera un vernis idéologique à la tyrannie impitoyable des entreprises. Ces oligarques considèrent les fascistes chrétiens de la même manière que les industriels allemands considéraient les nazis, comme des bouffons. Ils sont conscients que les fascistes chrétiens vont détruire ce qui reste de notre démocratie anémique et de l’écosystème naturel. Mais ils savent aussi qu’ils feront d’énormes profits dans le processus et que les droits des travailleurs et des citoyens seront impitoyablement éliminés.

Si vous êtes pauvre, si vous ne bénéficiez pas de soins médicaux appropriés, si vous recevez des salaires inférieurs à la norme, si vous êtes pris au piège de la classe inférieure, si vous êtes victime de violences policières, c’est parce que, selon l’Évangile de la prospérité, vous n’êtes pas un bon chrétien. Dans ce système de croyance, vous méritez ce que vous obtenez. Il n’y a rien de mal, prêchent ces fascistes originelles, avec les structures ou les systèmes de pouvoir. Comme tous les mouvements totalitaires, les adeptes sont séduits et appellent à leur propre asservissement.

Comme l’a compris le propagandiste nazi Joseph Goebbels : ’La meilleure propagande est celle qui, pour ainsi dire, fonctionne de manière invisible, pénètre toute la vie sans que le public n’ait connaissance de l’initiative propagandiste’.

L’amadou qui pourrait déclencher de violentes conflagrations est sinistrement empilé autour de nous. Elle pourrait être déclenchée par la défaite électorale de Trump. Des millions d’Américains blancs privés de leurs droits, qui ne voient aucune issue à leur misère économique et sociale, aux prises avec un vide affectif, sont enragés contre une classe dirigeante corrompue et une élite libérale en faillite qui les a trahis. Ils sont fatigués de la stagnation politique, du grotesque, de l’inégalité sociale croissante et des retombées punitives de la pandémie. Des millions d’autres jeunes hommes et femmes aliénés, également exclus de l’économie et sans perspective réaliste d’avancement ou d’intégration, saisis par le même vide affectif, ont exploité leur fureur au nom de la démolition des structures gouvernementales et de l’antifascisme. Ces extrêmes polarisés s’approchent de plus en plus de la violence.

Il y a trois options : la réforme, qui, étant donné la décadence du corps politique américain, est impossible, la révolution ou la tyrannie.

Si l’État corporatif n’est pas renversé, l’Amérique deviendra bientôt un État ouvertement policier où toute opposition, aussi tiède soit-elle, sera réduite au silence par une censure ou une force draconienne. La police dans les villes du pays a déjà contrecarré les reportages de dizaines de journalistes couvrant les manifestations par la force physique, les arrestations, les gaz lacrymogènes, les balles en caoutchouc et le gaz poivré. Cette situation va se normaliser. Les énormes divisions sociales, souvent fondées sur la race, seront utilisées par les fascistes chrétiens pour dresser les voisins les uns contre les autres. Des patriotes chrétiens armés s’attaqueront aux groupes accusés d’être responsables de l’effondrement de la société. La dissidence, même non violente, deviendra une trahison.

Peter Drucker a observé que le nazisme a réussi non pas parce que les gens croyaient en ses promesses fantastiques, mais en dépit d’elles. Les absurdités nazies, a-t-il souligné, ont été ’constatées par une presse hostile, une radio hostile, un cinéma hostile, une église hostile, et un gouvernement hostile qui a inlassablement souligné les mensonges nazis, l’incohérence nazie, l’impossibilité d’atteindre leurs promesses, et les dangers et la folie de leur parcours’. Personne, a-t-il noté, ’n’aurait été un nazi si la croyance rationnelle dans les promesses nazies avait été une condition préalable’. Le poète, dramaturge et révolutionnaire socialiste Ernst Toller, qui a été contraint à l’exil et dépouillé de sa citoyenneté lorsque les nazis ont pris le pouvoir en 1933, a écrit dans son autobiographie ’Le peuple est fatigué de la raison, fatigué de la pensée et de la réflexion. Ils se demandent ce que la raison a fait ces dernières années, ce que les idées et les connaissances nous ont apporté de bon’. Après le suicide de Toller en 1939, W.H. Auden a écrit dans son poème ’In Memory of Ernst Toller’ :

Nous sommes habités par des pouvoirs que nous prétendons comprendre :
Ils arrangent nos amours ; ce sont eux qui dirigent à la fin
La balle ennemie, la maladie, ou même notre main.

Une fois les ennemis internes purgés de la nation, on nous promet que l’Amérique retrouvera sa gloire perdue, sauf qu’une fois qu’un ennemi est effacé, un autre prend sa place. Les sectes de crise nécessitent une escalade constante des conflits et un flux constant de victimes. Chaque nouvelle crise devient plus urgente et plus extrême que la précédente. C’est ce qui a rendu la guerre en ex-Yougoslavie inévitable. Lorsqu’une étape du conflit atteint un crescendo, elle perd de son efficacité. Elle doit être remplacée par des affrontements toujours plus brutaux et meurtriers. C’est ce qu’Ernst Jünger appelait une ’fête de la mort’.

Ces sectes de crise sont, comme l’a compris Drucker, irrationnelles et schizophrènes. Elles n’ont pas d’idéologie cohérente. Elles bouleversent la morale. Ils font appel exclusivement aux émotions. Le burlesque et le spectacle deviennent politiques. La dépravation devient la moralité. Les atrocités et les meurtres, comme l’ont illustré les maréchaux fédéraux qui ont abattu sans raison le militant anti-fia Michael Forest Reinoehl dans l’État de Washington, deviennent de l’héroïsme. Le crime et la fraude deviennent la justice. La cupidité et le népotisme deviennent des vertus civiques.

Ce que ces sectes de crise défendent aujourd’hui, elles le condamneront demain. Il n’y a pas de cohérence idéologique. Il n’y a qu’une cohérence émotionnelle. Au plus fort du règne de la terreur, le 6 mai 1794, pendant la Révolution française, Maximilien Robespierre annonce que le Comité de la sécurité publique reconnaît désormais l’existence de Dieu. Les révolutionnaires français, athées fanatiques qui avaient profané des églises et confisqué des biens ecclésiastiques, assassiné des centaines de prêtres et forcé 30 000 autres à s’exiler, se sont instantanément retournés pour envoyer à la guillotine ceux qui dénigraient la religion. Finalement, épuisés par la confusion morale et les contradictions internes, ces cultes de crise aspirent à l’auto-anéantissement.

Les élites dirigeantes ne rétabliront pas plus ces liens sociaux rompus et ne s’attaqueront pas au profond désespoir qui accable l’Amérique qu’elles ne répondront à l’urgence climatique. Au fur et à mesure que le pays s’effiloche, elles se tourneront vers les outils familiers de la répression d’État et le soutien idéologique fourni par le fascisme chrétien.

C’est à nous de mener des actions soutenues de résistance de masse non violente. Si nous nous mobilisons par tous les moyens pour lutter pour une société ouverte, pour créer des communautés qui, comme l’a écrit Vaclav Havel, ’vivent dans la vérité’, nous offrons la possibilité de repousser ces sectes de crise, de tenir à distance la brutalité qui accompagne les bouleversements sociaux, ainsi que de ralentir et de perturber la marche vers l’écocide. Cela nous oblige à reconnaître que nos systèmes de gouvernance sont incapables d’être réformés. Personne au pouvoir ne nous sauvera. Personne d’autre que nous ne défendra les vulnérables, les diabolisés et la terre elle-même. Tout ce que nous faisons doit avoir pour seul objectif de paralyser le pouvoir des élites dirigeantes dans l’espoir de nouveaux systèmes de gouvernance capables de mettre en œuvre les réformes radicales qui nous sauveront, nous et notre monde.

Le dilemme existentiel le plus difficile auquel nous sommes confrontés est de reconnaître à la fois la morosité qui nous attend et d’agir, de refuser de succomber au cynisme et au désespoir. Et nous ne le ferons que par la foi, la foi que le bien attire le bien, que tous les actes qui nourrissent et protègent la vie ont un pouvoir intrinsèque, même si les preuves empiriques montrent que les choses empirent. Nous trouverons notre liberté, notre autonomie, notre sens et nos liens sociaux parmi ceux qui résistent également, et cela nous permettra de durer, et peut-être même de triompher.

Chris Hedges

Chris Hedges est un journaliste lauréat du prix Pulitzer qui a été pendant quinze ans correspondant à l’étranger pour le New York Times, où il a occupé les fonctions de chef du bureau du Moyen-Orient et de chef du bureau des Balkans pour le journal. Auparavant, il a travaillé à l’étranger pour le Dallas Morning News, le Christian Science Monitor et NPR. Il est l’animateur de l’émission On Contact de RT America, nominée pour un Emmy Award.

Traduction « y’a prendre et à laisser, mais ça décoiffe » par Viktor Dedaj pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

Source : »» https://scheerpost.com/2020/10/19/chris-hedges-the-politics-of-cultural-despair/

© Copy Left Le Grand Soir – Diffusion autorisée et même encouragée.
Merci de mentionner les sources.

 

Tweet
Les dernières mises à jour

 

 

Source : Le Grand Soir
https://www.legrandsoir.info/…

Plus d’histoires deCulture

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,