Aller à…
RSS Feed

29 novembre 2020

Lettre ouverte aux médias corrompus par la COVID-19. Rapports, alertes et campagnes de peur sans fin


Un appel aux PDG des Géants des médias à l’échelle mondiale … cela s’adresse également à, Nous, le Peuple.

Par Peter Koenig
Mondialisation.ca, 07 novembre 2020
Thème: Désinformation médiatique
Analyses: COVID-19
print

Nous, « le peuple », sommes préoccupés par les reportages des médias du monde entier sur la COVID-19.

Vous, les magnats des médias occidentaux, réalisez-vous qu’il n’y a guère d’autre chose dans vos reportages que la COVID-19 ? – La COVID-19 est au centre de toutes les informations médiatiques. Les discussions sur la COVID-19 apparaissent toutes les heures, dans les actualités et entre les nouvelles.

Les reportages sur la COVID-19 sont toujours aussi alarmistes et provoquent la Peur chez les gens.

 

De nouveaux « cas » COVID-19, de nouvelles « infections » sont signalés presque toutes les heures dans les pays concernés. Les « cas » COVID-19 doublent ou triplent toutes les 24 heures. C’est stupéfiant, vraiment effrayant. Nous sommes entrés dans une « deuxième vague » ; les hôpitaux sont débordés ; vous devez vous soumettre à des tests, c’est la solution clé, pour que nous puissions empêcher d’autres personnes d’être infectées.

 

Vous devez porter un masque ; vous devez respecter la distance sociale – la quarantaine est obligatoire, le confinement est appliqué, autrement dit les citoyens sont assignés à leur domicile, on ordonne la fermeture des bars, des restaurants, des lieux publics, on applique le couvre-feu – marcher dans les rues, même pour faire des courses, avec un permis seulement [mesures appliquées dans plusieurs pays européens], on fait appel à la surveillance par les escadrons COVID-19 [de police]… Ceci se traduit par une véritable dictature mondiale que le monde n’a jamais connue dans l’histoire [histoire qui a été vécue par les populations actuelles].

Et vous, les magnats des médias, avec vos « serviteurs » dans tous les pays, vous êtes au cœur de cette violation massive et criminelle des droits humains.

Nous assistons à un véritable spectacle d’horreur, en écoutant, en regardant ou en lisant vos médias. En fait, les magnats anglo-saxons contrôlent les médias et l’information à l’échelle mondiale.

Il n’y a guère d’exception. Les prétendues émissions d’information deviennent de la « propagande de désinformation ». Il n’y a pas de limite à vos mensonges et à votre imagination dans le but de provoquer la peur chez le plus grand nombre de personnes possible.

*

Il n’y a jamais de véritable analyse, et une étude approfondie, sur les « nouvelles infections » (« nouveaux cas ») COVID-19. Il n’y a jamais non plus d’explication sur la manière que ces nouveaux « cas d’infection » sont collectés et traités.

1) Plus de 80% de ces cas sont asymptomatiques, et il n’y a donc pas de risque de transmission. Oui, l’OMS a changé d’avis, déjà plusieurs fois, en suivant toujours les instructions de ses maîtres (du pouvoir financier) ;

2) Les nouveaux « cas » augmentent avec l’augmentation des tests que vous, les « Magnats des Médias, » promouvez avec encore plus de campagnes de peur médiatiques. Vous connaissez très bien un vieil axiome : La PEUR est une arme très puissante. Surtout maintenant que la grippe et la saison froide arrivent, la peur-peur-peur est ce qui affaiblit le système immunitaire et les gens sont plus vulnérables pour attraper un virus, n’importe quel virus (ceci est prouvé scientifiquement, comme vous le savez probablement).

 

Les gens ont tellement peur qu’ils courent chez le médecin, ou à l’hôpital pour se faire tester, alors qu’ils ont peur de la contagion. C’est ainsi que le nombre de tests et de « cas » augmente.

3) Il n’est jamais mentionné que les tests Réaction de Polymérisation en Chaîne en Temps Réel (en abrégé RT-PCR) donnent, selon diverses associations de virologues et de médecins en Allemagne, en Belgique, en Italie, en Espagne, aux États-Unis et ailleurs, jusqu’à 90 % de « faux positifs ». Ils entrent dans les statistiques, mais le « patient » n’est pas malade, il n’a pas la COVID-19, mais il peut être condamné à la quarantaine, ou pire, à l’isolement.

Comment se fait-il que ces nombreuses associations médicales, composées de milliers de professeurs, de médecins, de virologistes, de spécialistes des maladies infectieuses et d’autres professionnels de la santé et du droit, ne soient jamais mentionnées, jamais citées par le « Mogul News » [Nouvelles des Magnats des Médias], par les grands médias ? – Peut-être, parce qu’ils pourraient divulguer la vérité à ceux qui sont morts de peur, leur feront-ils oublier leur peur. Les rendre résistants.

Saviez-vous que de nombreux gouvernements européens et étasuniens ont mis en place des « lois martiales de protection de la santé » ? – C’est la version gouvernementale, peu importe l’ampleur du mensonge, l’absurdité et l’inutilité des mesures tyranniques restrictives imposées par le gouvernement, c’est-à-dire des lois d’urgence sanitaire, qui permettent aux gouvernements d’ordonner à la police et à l’armée de venir chez vous et de vous arrêter s’ils le souhaitent ; s’ils vous considèrent comme un « risque sanitaire » pour votre société, parce que vous ne suivez pas le récit officiel.

Savez-vous que si un message contredit le récit officiel, il sera censuré par des algorithmes alors que l’information est contrôlée par les médias mainstream.

Jamais dans l’histoire de l’humanité, telle que nous la connaissons, la censure n’a été aussi répandue, en prétendant faussement être en faveur de la démocratie et la liberté d’expression. C’est ainsi qu’aujourd’hui tous les citoyens adoptent les mesures imposées [par les gouvernements]. Pensez-y.

Et jamais auparavent les gens n’ont agi comme un troupeau de moutons effrayés. Ceci se fait contre leur propre raisonnement, leur propre bon sens, par peur de la COVID-19 en ignorant la fraude qui existe derrière l’information officielle. Cette tendance commune est quotidiennement nourrie par de plus en plus de mensonges gouvernementaux / médiatiques, atteignant encore plus de gens, détruisant leur propre pensée et leur système immunitaire, parce qu’ils ne sont plus eux-mêmes. Ils sont devenus les zombies d’une « force supérieure », le précurseur de l’Intelligence artificielle et des sujets obéissants aux algorithmes. Il s’agit de Goebbels (le ministre de la propagande d’Hitler), mais mille fois pire.

« Le mouton a peur du loup mais c’est le berger qui le mange. » (proverbe africain)

4) Comme nous l’avons dit plus haut, nous entrons dans la saison de la grippe hivernale. Le test PCR ne peut pas faire une distinction claire entre une grippe commune et la COVID-19, tant la similitude est frappante. La grippe commune est connue pour contenir une partie du coronavirus virus. C’est pourquoi tous les cas de grippe commune sont désormais facilement étiquetés « COVID-19 », de sorte que les chiffres des « cas » peuvent « montés en flèche » dans les dimensions de la peur, effrayant ainsi encore plus de personnes et incitant encore plus de gens à courir vers les installations de test.

Saviez-vous – vous devez sûrement le savoir – que le « Nord global », entrant progressivement dans l’hiver, des saisons plus froides, typiques de la saison de la grippe vieille de milliers d’années – miraculeusement, l’hémisphère nord, ou le « Nord global » (riche), ne rapporte pratiquement aucun cas de grippe ? Croyez-vous que dans certains pays, il n’y en a pas. Devinez quoi ? – La grippe a disparu. Elle n’existe plus. Elle s’est apparemment évaporée derrière la COVID-19.

Ou bien est-il possible que la COVID-19 ait « volé » les statistiques sur la grippe, car la grippe est « confondue » à la COVID-19 ? – Vous, « le Peuple », serez peut-être intéressé de lire cette brève analyse dans RT : Flu away: Scientists baffled at disappearance of influenza… but is it really gone, or just masked by Covid-19? (« La grippe s’en va » : Les scientifiques sont déconcertés par la disparition de la grippe… mais est-elle vraiment disparue, ou juste masquée par la COVID-19 ? »)

Le motif de l’État profond diabolique est le suivant : laisser la COVID-19, alias spirale d’infection grippale, monter rapidement, de manière à justifier des fermetures toujours plus sélectives, des répressions civiles, des fermetures de frontières, des violations des droits humains, jusqu’à ce que les pays soient à nouveau totalement verrouillés, pour le « bien du peuple » – et que l’économie, ou du moins ce qu’il en reste, soit détruite. C’est ce que l’on appelle le « asset-grabbing » (l’accaparement des actifs) des riches. Les faillites se multiplient, et leurs actifs qui n’ont pas perdu en valeur physique réelle, mais seulement en valeur boursière, seront achetés par des multinationales ou des multimilliardaires pour quelques centimes de dollar.

C’est ce qui se passe. C’est peut-être la dernière phase, car après cela, il ne reste pratiquement plus rien à prendre. Mais les milliardaires et les magnats des médias du monde entier – vous, les décideurs, vous vous vous enrichissez de plusieurs billions de dollars, au détriment de l’ensemble des populations. Le Bureau international du travail (BIT) prévoit que d’ici la fin 2020 ou le milieu de l’année 2021, 2,9 milliards de personnes, soit la moitié de la population active mondiale, seront sans emploi, sans revenu ni nourriture, mourront de faim ou de misère ou se suicideront. Déjà en période de crise, 70 % de la main-d’œuvre mondiale, principalement dans les pays du Sud, est « informelle », c’est-à-dire qu’elle vit au jour le jour, avec des petits boulots, des emplois de survie, des contrats à court terme, sans droit du travail, sans filet de sécurité sociale, sans rien. Nada. Imaginez ce que c’est avec la COVID-19.

C’est la perspective qui pourrait se présenter si vous, les magnats des médias occidentaux, continuez cette tendance établie par des gouvernements corrompus à suivre les ordres de la petite oligarchie inhumaine, perpétuant le caractère dystopique de notre civilisation ; et si nous, « le peuple », ne captons pas l’étincelle de conscience qui nous habite, en nous unissant les uns aux autres pour arrêter notre extinction au sens propre.

5) Les personnes qui meurent de COVID-19 sont très peu nombreuses et très peu de gens en meurent. Plus de 90 % d’entre elles ont plus de 75 ans, voire plus de 80 ans, et meurent avec des comorbidités et, aussi triste que cela puisse être, elles seraient très probablement mortes de toute façon d’une de leurs autres conditions de santé.

Étant donné qu’ils sont testés positifs et qu’ils meurent avec la COVID-19 mais pas de la COVID-19, leur certificat de décès sera émis avec la mention « cause du décès : COVID-19 ». L’Italie est un exemple de pays où cela s’est produit et se produit encore – et cela a été divulgué par des médecins. Il en va de même en Allemagne, en France et, dans une une proportion très importante, aux États-Unis, pour n’en citer que quelques-uns.

6) Personne ne remet jamais en question le discours officiel du gouvernement, répété par Vous, les « Monstres des médias », qui contrôle littéralement le monde occidental, ad absurdum; et personne ne vérifie et n’enquête jamais de manière indépendante sur ces chiffres, sur la manière dont ils sont collectés. Personne. Peut-être que personne n’ose contester nos sacro-saints gouvernements, en qui nous avons mis une confiance si injustifiée. Injustifiée, parce que ces mêmes gouvernements, environ 180 des 193 gouvernements membres des Nations unies, ont apparemment été « élus » par « Nous, le peuple » et sont payés par nous, le peuple. Et pourtant ces gouvernements suivent d’autres intérêts, « plus ambitieux » que celui de défendre les droits du peuple – alors que ces gouvernements ont été choisis pour représenter le peuple et défendre les droits des citoyens.

Un jour, nous ne pouvons qu’espérer qu’il y aura un tribunal de type Nuremberg qui permettra une véritable justice à ces auteurs de crimes à caractère génocidaire. soit des crimes contre l’humanité. Et la même justice s’appliquera à vous, les magnats des médias, et surtout aux scientifiques cooptés et bien rémunérés, les soi-disant Task Forces, qui soutiennent les mensonges de ces gouvernements avec des données scientifiques délibérément fausses.

Il est clair que des autorités plus puissantes dictent ce scénario, cette peur-endoctrinement – de sorte que les gens ont chaque jour davantage peur d’un ennemi invisible. Ils réclament le vaccin à tout prix – ils ne peuvent plus attendre. Il ne fait aucun doute que vous, les médias, remplissez un rôle bien défini et bien rémunéré ; que vous, les magnats des médias, connaissez la vérité, mais que vous êtes corrompus par l’argent et le pouvoir – comme, malheureusement, une grande partie de notre monde a succombé au Pouvoir de l’argent, laissant l’éthique et l’intégrité de côté.

Il est également clair qu’il y a un autre objectif, plus important, derrière tout cela. Dans le monde entier.

Figurez-vous que le 18 octobre 2019, la Fondation Bill Gates, le Forum économique mondial (FEM) et la Johns Hopkins School of Medicine qui parrainent l’Événement 201 à New York, ont simulé une pandémie, appelée SARS-2-Cov, rebaptisée plus tard par l’OMS sous le nom de COVID-19.

 

En janvier 2020 à Davos, le FEM décide en présence du Directeur Général de l’OMS, que cette « maladie COVID » à venir doit être déclarée « pandémie » – une décision à laquelle le Dr. Tedros, DG de l’OMS, s’est conformé, déclarant le 11 mars 2020 une « pandémie » COVID-19, alors qu’il n’y avait dans le monde entier qu’un total de 4970 cas confirmés, et 313 décès (voir le Rapport de situation de l’OMS).

A la mi-mars 2020 exactement, les 193 pays membres de l’ONU déclarent qu’il y aura un confinement de leur population (à quelques exceptions près, le Bélarus, la Suède et peut-être un ou deux autres pays [comme le Nicaragua]). Quelle coïncidence ! Un ennemi invisible frappe simultanément le monde entier, ce qui ne s’était jamais produit auparavant dans l’histoire de l’humanité. Mais nous vivons désormais dans une époque étrange, dans un monde, oui, totalement dystopique.

 

Capture d’écran : scène du film Hunger Games

Imaginez, si toutes les autorités gouvernementales cessaient les tests dès demain, d’un seul coup le virus COVID-19 disparaitrait. Il n’y aurait plus de « cas ». Nous pourrions respirer à nouveau et nous ne serions plus dérangés que par les habituels rhumes occasionnels et la grippe commune annuelle, dont le taux de mortalité est, soit dit en passant, bien plus élevé que celui de la COVID-19. Mais il n’y aurait pas de verrouillage, pas de masques, pas de distanciation sociale, pas de division entre les amis et les familles. (tout cela se fait présentement au nom de la domination du plus grand nombre de personnes par un petit nombre). Et il n’y aurait plus de peur qui affaiblit le système immunitaire !

Il n’est jamais trop tard. Vous, les magnats des médias, les scientifiques corrompus, vous pouvez décider de changer de cap à tout moment, rejoindre vos frères et sœurs de la profession scientifique et médicale en quête de vérité, tous ceux qui ont réussi, par milliers, à échapper à la Matrice en Allemagne, en Belgique, en Italie, en Espagne, aux Pays-Bas, aux États-Unis d’Amérique. Et chaque jour ils sont de plus en plus nombreux à rejoindre le peuple, lui dire la vérité, lui apporter l’espoir, éliminer la peur – autrement dit vaincre le plus grand ennemi du peuple, la PEUR.

Peter Koenig

 

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,