Aller à…
RSS Feed

2 octobre 2022

L’ancien directeur de la CIA appelle à un coup d’Etat contre le Président Trump afin de mettre fin à sa déclassification de documents


Publié par Gilles Munier sur 17 Novembre 2020, 09:16am
Catégories : #trump, #CIA, #Biden

John Brennan, ancien directeur de la CIA

Par James Tweedie (revue de presse : Information Clearing House – 10/11/20)*

John Brennan, l’ancien chef des services secrets et ennemi de longue date de Donald Trump, a déclaré à CNN qu’il craignait que le président ne déclassifie des informations sensibles ou donne des ordres qui pourraient saper « les intérêts de sécurité nationale » et a exhorté le vice-président à prendre le pouvoir.

Il a appelé à un coup d’état contre le Président Trump avant l’investiture en janvier du président élu Joe Biden.

L’ex-chef de la Central Intelligence Agency (CIA) a déclaré au présentateur de CNN News Chris Cuomo – le propre frère du Gouverneur d’Etat démocrate de New York, Andrew Cuomo – que le vice-président Mike Pence et l’ensemble du cabinet se devraient d’invoquer l’article 25 de la Constitution afin d’évincer Trump car il constitue un risque pour le « sécurité nationale ».

 

« Je suis inquiet de ce qu’il fera pendant les soixante-dix jours qui lui restent au pouvoir » a déclaré Brennan lundi pendant le Prime Time de Cuomo. « Va-t-il ordonner une action miliaire ? Va-t-il rendre public des informations qui pourraient en fait menacer notre sécurité nationale ? »

Trump a mis dans l’embarras Brennan et le parti Démocrate en octobre lorsqu’il a déclassifié un mémo écrit par l’ancien directeur de la CIA dans lequel on apprend que la candidate à la présidentielle de 2016, Hillary Clinton, avait planifié les révélations de la « Russiagate » contre Trump.

« Si le Vice-président Pence et le cabinet avaient une once de courage et de patriotisme ainsi qu’une épine dorsale, je pense qu’ils considèreraient sérieusement la possibilité d’invoquer l’article 25 et évinceraient Donald Trump simplement parce qu’il est totalement imprévisible maintenant », a ajouté Brennan.

Et l’ancien directeur des services secrets d’expliquer que Trump a viré son Secrétaire de la défense Mark Esper lundi parce qu’il refusait d’obéir à ses ordres.

« Si Mark Esper a été évincé parce qu’il n’a pas voulu écouter Donald Trump, ni obéir à ses ordres, qui sait ce que son successeur, le secrétaire par intérim Chris Miller fera si Donald Trump lui donne un ordre qui va véritablement à l’encontre de ce que je crois devraient être nos intérêts de sécurité nationale » dit Brennan.

Le prédécesseur d’Esper, le general Jim Mattis avait dissuadé Trump de mettre fin à une guerre longue de 19 ans en Afghanistan, en y envoyant plus de troupes. Mais c’est sous Esper que l’ordre de Trump de retirer les troupes stationnées illégalement dans le nord de la Syrie a été renversé.

Brennan a repris la théorie de Cuomo selon laquelle Trump pourrait poursuivre une « vendetta » contre les directeurs actuels de la FBI, Christopher Wray, et de la CIA, Gina Haspel – qui a supervisé la torture de prisonniers dans un « lieu secret » en Thaïlande en 2002 – sans expliquer pourquoi.

Nommé Directeur de la CIA par le Président Barack Obama, Brennan a occupé ce poste de mars 2013 à janvier 2017, lorsque Trump est arrivé au pouvoir. Les tentatives de changement de régime soutenus par les Etats-Unis sous sa direction incluent la révolte de la place Maidan en 2014, la révolution en Ukraine, le soulèvement des Guarimba au Venezuela contre le président socialiste Nicolas Maduro la même année, et les programmes de la CIA à long terme d’entrainement et d’approvisionnement des milices anti-gouvernementales en Syrie.

En 2016, il a collaboré avec le directeur de la FBI de l’époque James Comey sur l’opération « Crossfire Hurricane » qui visait à investiguer les allégations sans fondements des Démocrates au sujet d’une collusion russe dans la campagne électorale de Trump – une enquête qui a requis la mise sous surveillance de l’aide de Trump Carter Paige.

Depuis son départ de l’agence après avoir été remercié par Trump, Brennan s’est montré excessivement critique de ce dernier, appelant son gouvernement une « cacocratie ». Au final, Trump lui retirera son habilitation sécurité en aout 2018.

Brennan s’est opposé à la loi 2016 Justice Against Sponsors of Terrorism ( n.d.t. justice contre les sponsors du terrorisme), adoptée par le Congrès, passant outre le veto d’Obama, qui permettait à tout citoyen américain d’intenter une action en justice contre le Royaume d’Arabie Saoudite pour son supposé rôle dans les attaques du World Trade Centre en 2001.

*Source : Information Clearing House

Traduction et Synthèse : Z.E

Partager

Plus d’histoires deCIA