Aller à…
RSS Feed

25 février 2021

Violences policières


Le Cri des Peuples

Violences policières de Paris à St-Pétersbourg : un policier au chevet de sa victime à l’hôpital pour lui demander pardon

par lecridespeuples

Le titre entretient le « suspense », mais la scène se passe évidemment à Saint-Pétersbourg. Sans encenser la maréchaussée en Russie (pays qui peut tout de même révoquer 300 flics en moins d’une année suite à des plaintes de citoyens), en France, une telle chose est tout bonnement inconcevable. Un Didier Lallement, au contraire, apporte son soutien aux quatre policiers qui ont passé à tabac Michel Zecler en prenant en charge leurs frais de justice.

Source : RT, 24 & 25 janvier 2021 (1, 2 et 3)

Traduction : lecridespeuples.fr

Les autorités examinent une vidéo virale d’un policier russe projetant une femme au sol d’un violent coup de pied au milieu de manifestations pro-Navalny non autorisées à Saint-Pétersbourg. Un chef de la police locale s’est d’ores et déjà rendu au chevet de la victime pour lui présenter ses excuses.

« Nous étudions cette vidéo », a déclaré le porte-parole de la police de Saint-Pétersbourg, Vyacheslav Stepchenko, à la chaîne d’information russe RBC.

Une brève déclaration sur le site Web d’une autorité de police locale indique qu’une enquête a été lancée concernant « un incident impliquant une femme et un policier ».

600dd36a85f5400714188283

Des agents des forces de l’ordre montent la garde lors d’un rassemblement en faveur du chef de l’opposition russe incarcéré Alexey Navalny à Saint-Pétersbourg.

Un court clip vidéo, qui a provoqué l’indignation sur les réseaux sociaux, montre une femme s’approchant de trois policiers en tenue anti-émeute qui escortent un homme détenu. La femme demande : « Pourquoi l’arrêtez-vous ? » Un policier répond en lui donnant immédiatement un violent coup de pied dans le ventre, la projetant au sol.

 

На площади Восстания в Петербурге сотрудник ОМОН ударил женщину ногой в живот

Видео: «Фонтанка» pic.twitter.com/3KNHn3uWCs

— Дождь (@tvrain) January 23, 2021

La personne qui a filmé l’altercation a déclaré à un site d’information local, Fontanka.ru, que la femme était pacifique et n’avait fait que condamner verbalement les agents qui procédaient à des arrestations pendant les manifestations. Le témoin a déclaré que la femme s’était cogné la tête au sol après avoir reçu le coup de pied. La victime a 54 ans.

Voir Cinq raisons pour lesquelles les gens justifient les violences policières

Le chef de la police locale, le colonel Sergey Muzyka, a rendu visite à la femme à l’hôpital dimanche, a déclaré le porte-parole de la police de la ville aux médias. Il lui a « présenté des excuses » au nom de la police et a souligné que les actions illégales des policiers sont « inacceptables ».

Il y a des rapports contradictoires sur les blessures de la femme. L’agence de presse RIA Novosti a cité l’hôpital en disant que son état était « grave ». D’autres médias ont déclaré qu’elle avait perdu connaissance après avoir subi un traumatisme crânien.

Le directeur de l’hôpital, Vadim Manukovsky, a cependant déclaré au site d’information Podyom que la femme n’avait que des blessures « légères », était réveillée et « se sentait bien ».

 

#EnMarche dont le régime éborgne, estropie, condamne, sanctionne économiquement des #giletsjaunes serait « choqué » des images en Russie ….

L’hopital qui se fout de la charité …https://t.co/PQGuy6j9Lt https://t.co/F7sdUHq7Lm

— Alexandre Latsa (@alexandrelatsa) January 24, 2021

Les deux protagonistes principaux du clip viral qui a provoqué tant d’indignation sur les réseaux sociaux se sont à nouveau rencontrés lorsque le policier anti-émeute s’est rendu à son tour à l’hôpital pour s’excuser auprès de la femme qu’il avait frappée. Identifiée plus tard comme Margarita Yudina, cette femme de 54 ans avait été transportée d’urgence à l’hôpital.

Le lendemain de l’incident, Margarita se sentait déjà assez bien pour accepter les visiteurs, l’un d’entre eux étant le policier même qui lui avait porté le coup. Il est venu dans l’unité d’hospitalisation des femmes avec un bouquet de fleurs et a présenté « ses excuses les plus profondes et les plus sincères ».

 

Полицейский, который ударил в живот петербурженку, пришёл к ней в больницу с цветами. Он извинился, рассказал, как за пять минут до случившегося его «залили газом» и запотело забрало. «Наложение факторов. Я не видел, что произошло. Для меня эта ситуация шоковая» pic.twitter.com/SwYqtCUSZx

— NEWS.ru (@nws_ru) January 24, 2021

L’officier a expliqué que plusieurs minutes avant l’incident, quelqu’un dans la foule lui avait aspergé le visage de gaz et qu’il ne pouvait pas voir correctement ce qui se passait car la visière de son casque était complètement embuée.

« Je vous jure que c’est une situation choquante pour moi. Quand j’ai appris ce qui s’était passé, c’est devenu une tragédie personnelle », a-t-il expliqué.

Voir Gilets Jaunes: la police, bras armé ou partie intégrante de l’oligarchie ? & De Zyed et Bouna aux Gilets Jaunes : la police française reste au-dessus des lois

Les excuses ont été acceptées. La femme a dit à l’officier qu’il ne devait pas s’inquiéter et que des choses pouvaient parfois arriver sous l’influence de « l’adrénaline ».

« Il n’y a pas mort d’homme. Les fleurs sont si jolies… Ce n’est pas grave. Bonne chance », a-t-elle dit dans une vidéo postée sur internet.

Cependant, elle a changé d’avis après sa sortie de l’hôpital.

« J’étais dans un état de confusion. Je suis aussi une personne de caractère doux, alors je lui ai pardonné », a-t-elle déclaré.

 

Déclaration hystérique et hyperbolique des USA dénonçant la « répression » en Russie, de la part du pays où l’investiture présidentielle a été protégée par 30 000 soldats, et qui s’apprête à introduire une législation anti-terrorisme intérieur liberticide. https://t.co/XxRbQ4A9PB

— Le Cri des Peuples (@lecridespeuples) January 24, 2021

Néanmoins, la femme croit maintenant qu’elle aurait dû réagir différemment. « J’aurais dû dire : vous aurez mon pardon lorsque vous relâcherez tous les prisonniers politiques, y compris Alexey Navalny. »

« Il ne s’agit pas de mon pardon après tout, car n’importe qui aurait pu être à ma place », a-t-elle ajouté.

Voir Que faut-il avoir fait pour ‘mériter’ d’être tué par la police ?

Après le tollé sur les réseaux sociaux, la police de Saint-Pétersbourg a ouvert une enquête sur l’incident. Le policier anti-émeute n’était pas le premier visiteur dans le quartier de Margarita ce jour-là : le chef de la police locale, le colonel Sergey Muzyka, est également venu s’excuser, affirmant que ce qui était arrivé à la femme était « inacceptable ». Les autorités ont promis de fournir toute l’aide nécessaire à la victime.

Par ailleurs, la police a déclaré avoir arrêté une personne qui avait frappé un agent de la circulation dans une autre vidéo virale filmée samedi à Saint-Pétersbourg. L’incident s’est produit près de la place où se déroulait la manifestation.

 

Man knocking police officer to the ground amid Navalny protests in St. Petersburghttps://t.co/xjf3Vwxw9P pic.twitter.com/GZWDRzTq3X

— RT (@RT_com) January 23, 2021

Un manifestant « pacifique » à Moscou. On imagine ce qui lui serait arrivé s’il avait fait le quart de la moitié du commencement de son geste face à nos placides flics français…

La police a déclaré à RIA Novosti qu’avant l’altercation, qui a été filmée, l’agresseur avait pris le contrôle d’une dépanneuse et renversé un autre officier, qui tentait de le faire descendre.

Les autorités chargées des enquêtes de la ville ont rapporté sur leur site Internet que l’assaillant a été mis en examen. Ils ont dit qu’il avait frappé deux policiers, sans mentionner les détails sur la dépanneuse.

Voir Des forces de police au service du peuple : l’exemple de Cuba & Racistes, soudards, éborgneurs, assassins : Khamenei dénonce la police occidentale

Les partisans du militant anti-corruption emprisonné Alexey Navalny se sont rassemblés samedi pour des manifestations non autorisées dans toute la Russie. Les organisateurs n’ont pas réussi à obtenir les permis pour les rassemblements en raison des restrictions dues au Covid-19. Les manifestants se sont affrontés avec la police dans certaines villes. Selon OVD-Info, une ONG d’opposition de suivi de la police qui financée par l’Occident, 3 435 personnes auraient été arrêtées en raison des manifestations illégales.

Navalny a été arrêté plus tôt ce mois-ci, en attendant son procès pour des violations présumées de ses conditions de liberté conditionnelle, qui remontent à une peine de prison avec sursis dans une affaire de fraude en 2014. Le 17 janvier, l’activiste est rentré à Moscou d’Allemagne où il se remettait d’un prétendu empoisonnement. Navalny est tombé soudainement malade à bord d’un avion en Russie l’année dernière.

Voir L’Occident encense Navalny tout en torturant Assange

Le service pénitentiaire russe a déclaré que Navalny avait manqué à plusieurs reprises son obligation de s’enregistrer à un poste de police en 2020, avant même son arrivée en Allemagne. Des responsables ont déclaré qu’il avait ensuite manqué les visites obligatoires à la police après avoir été libéré d’une clinique de Berlin. Navalny a fait valoir qu’il avait choisi de rester en Allemagne pendant plusieurs mois pour poursuivre sa rééducation.

Voir Navalny, Skripal, Nemtsov… : l’absurde et incessante propagande antirusse & Affaire Skripal : les incohérences de la version officielle, ou les ‘miracles’ de Salisbury

Les autorités allemandes ont déclaré avoir trouvé des traces de l’agent neurotoxique Novichok dans le système de Navalny. L’activiste a accusé les services secrets russes d’avoir tenté de le tuer. Le Kremlin a catégoriquement nié toute implication dans l’affaire et affirme que Navalny travaille avec des agences de renseignement étrangères dans le but de dénigrer la Russie.

Pour soutenir ce travail censuré en permanence (y compris par Mediapart) et ne manquer aucune publication, faites un don, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter. Vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter.

lecridespeuples | 31 janvier 2021 à 18 h 46 min | Catégories : LE CRI DES PEUPLES | URL : https://wp.me/pb3JpA-2Um

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,