Aller à…
RSS Feed

1 mars 2021

Un plan pour faire disparaître l’UNRWA et les réfugiés de Palestine


Catégories : #Palestine, #UNRWA, #Gaza, #Sionisme

Par Jonathan Cook (revue de presse : PAJU – 19/2/21)*

Un rapport selon lequel les Émirats arabes unis collaborent secrètement avec Israël sur un plan visant à éradiquer l’Agence des Nations Unies qui s’occupe des réfugiés palestiniens de manière à empêcher ces réfugiés de jamais rentrer chez eux, doit être pris au sérieux.

Selon le rapport de fin décembre du quotidien français Le Monde, les responsables émiratis entrevoient « un plan d’action visant à faire disparaître progressivement l’UNRWA, sans le conditionner à une quelconque résolution du problème des réfugiés [palestiniens]». Le ministre des Affaires étrangères des EAU n’a pas répondu à la demande de commentaires du quotidien sur la question.

L’UNRWA a été créé à la fin de 1949 pour soutenir les réfugiés palestiniens en leur offrant des emplois, de la nourriture de base, des soins de santé et une éducation dans les camps spéciaux de déplacés de la région. Un an plus tôt, quelque 750 000 Palestiniens avaient été ethniquement nettoyés de leurs maisons et dispersés à travers la région pour faire place à l’État juif autoproclamé d’Israël.

Le premier ministre israélien Benyamin Netanyahou considère l’Agence des Nations Unies comme une menace, proclamant qu’une résolution diplomatique de la question des réfugiés pourrait les voir être renvoyés sur des terres qui se trouvent maintenant en Israël. Netanyahou a fait valoir que « l’UNRWA doit disparaître », l’accusant de perpétuer « le récit du soi-disant « droit au retour » dans le but d’éliminer l’État d’Israël ».

Ayant contrecarré tout espoir de négociations, Israël est de plus en plus convaincu qu’il peut obtenir un large soutien pour dissoudre l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Cela priverait effectivement plus de cinq millions de réfugiés palestiniens qui languissent dans des dizaines de camps à travers le Liban, la Syrie, la Jordanie, la Cisjordanie et Gaza du droit inscrit dans la résolution 194 des Nations Unies de retourner sur leurs terres historiques.

Israël semble également avoir rejeté les compromis des dirigeants palestiniens qui limiteraient le droit des réfugiés de vivre uniquement dans un futur État palestinien établi dans ce qui est maintenant les territoires occupés (plutôt que dans tout le territoire d’où les Palestiniens ont été expulsés en 1948). C’est en grande partie, semble-t-il, parce qu’Israël n’a pas l’intention de permettre la création d’un tel État.

De hauts responsables israéliens ont demandé à plusieurs reprises que l’UNRWA soit aboli et que les réfugiés palestiniens soient remis à l’organisme mondial des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR. Cela ferait rapidement disparaître les réfugiés palestiniens dans la marée sans cesse croissante de personnes déplacées engendrée par les conflits mondiaux, en particulier au Moyen-Orient.

Le résultat probable de l’éradication de l’UNRWA est que, plutôt que de pouvoir rentrer chez eux, les réfugiés seraient finalement forcés de se naturaliser dans leurs pays arabes d’accueil.

Du point de vue d’Israël, les réfugiés constituent la dernière question palestinienne en suspens d’importance qui n’a pas encore été résolue en sa faveur.

Israël a utilisé ses colonies illégales pour étendre ses frontières en toute impunité, dévorant les restes du territoire palestinien et empêchant ainsi toute négociation avec les Palestiniens sur la création d’un État. Les États occidentaux semblent n’avoir aucune envie de contester ce vol de terres.

Le plan de « paix » de la précédente administration Trump, dévoilé il y a près d’un an, indiquait même une volonté à Washington DC, de permettre à Israël d’annexer ces territoires. Et, avec la relocalisation de l’ambassade des États-Unis en 2018, Washington a effectivement qualifié tout Jérusalem de capitale d’Israël.

Gagner les EAU et le reste du Golfe à la destruction de l’UNRWA, à faire échouer de façon permanente la plupart des réfugiés dans une poignée des États arabes les plus faibles et les plus instables, serait crucial pour qu’Israël réalise ses plans pour le Grand Israël.

Il existe de nombreuses preuves circonstancielles pour étayer le rapport dans Le Monde sur la complicité des Émirats arabes unis. L’assaut contre l’avenir de l’UNRWA a véritablement commencé en 2018 lorsque les États-Unis ont mis fin à l’intégralité de leur financement annuel de 360 millions de dollars à l’organisme des Nations Unies, le privant d’un tiers de son budget.

C’était le moment, semble-t-il, où les efforts se sont intensifiés pour recruter des États arabes, en particulier ceux du Golfe, pour soutenir le soi-disant « accord du siècle » de l’administration Trump. Ce plan de « paix » est fondé sur le fait qu’Israël annexait des pans de la Cisjordanie, rendant impossible un État palestinien viable. À son tour, il laisse les réfugiés dans l’incapacité de revendiquer un quelconque droit au retour.

Notamment, cette même période a marqué un changement radical dans le financement de l’UNRWA provenant des Émirats arabes unis et d’autres États du Golfe, alors que l’Agence des Nations Unies avait plus que jamais besoin d’une aide financière. L’aide généreuse de 52 millions de dollars des Emirats à l’UNRWA en 2019 a été réduite à un dérisoire million de dollars en 2020. L’Arabie saoudite a réduit son propre financement de quelque 20 millions de dollars entre 2018 et 2020, tandis que le Qatar a réduit sa contribution de plus de 30 millions de dollars.

Mais il y a de plus des raisons de soupçonner que les EAU complotent avec Israël pour éteindre l’UNRWA et la cause nationale palestinienne au sens large.

Il serait naïf d’imaginer que la décision des Émirats arabes unis, avec Bahreïn, de signer les soi-disant accords d’Abraham en septembre, de normaliser leurs relations avec Israël, n’a pas été considérée en termes entièrement transactionnels. Comme pour la plupart des accords entre États, le principe directeur est « vous me grattez le dos et je gratterai le vôtre ». Les deux parties veulent gagner pour elles-mêmes autant qu’elles en donnent.

Ce que gagnent les Emirats est clair. Principalement, ils auront accès aux armes et aux renseignements des États-Unis et d’Israël qui leur ont longtemps été refusés en vertu d’une doctrine garantissant à Israël un « avantage militaire qualitatif » régional.

Pour avoir aidé un allié précieux des États-Unis, les responsables émiratis peuvent s’attendre à une audience encore plus sympathique à Washington. Les futures administrations américaines seront sans aucun doute encore plus disposées à fermer les yeux sur les violations des droits humains des Émirats arabes unis, faisant tourner leurs monarchies autocratiques comme des phares de la réforme et du progrès arabes.

Mais si les avantages sont évidents, quel prix exactement a été extrait des EAU en échange de la normalisation? Que va gagner Israël? La plupart des avantages mentionnés jusqu’à présent ont été relativement modestes. À huis clos, Israël et les États du Golfe coopèrent depuis longtemps contre l’Iran, il n’y a donc pas de dividende stratégique significatif pour Israël à cet égard.

Les EAU contribueront à blanchir de l’argent, par l’intermédiaire du Fonds Abraham, pour payer l’architecture d’oppression israélienne contre les Palestiniens sous occupation, y compris la modernisation des points de contrôle.

Cela accroitra davantage le fardeau financier de l’occupation des épaules d’Israël. Mais encore, c’est une dépense mineure, et elle est convenue, du moins à court terme, au prix pour Israël de renoncer à l’annexion formelle de certaines parties de la Cisjordanie.

Les accords devraient également ouvrir de nouveaux marchés dans le monde arabe. Mais encore une fois, cela semble être une avancée relativement insignifiante alors qu’il existe des marchés beaucoup plus importants pour Israël en Europe, en Inde et en Chine. Plus important encore, l’accord avec les Émirats arabes unis pourrait ouvrir la voie à l’Arabie saoudite pour rendre publique et normaliser ses relations avec Israël, le prix ultime.

Mais impliquer les États du Golfe n’est d’un avantage significatif pour Israël que si leur recrutement conduit finalement à l’éradication de la cause palestinienne dans les capitales arabes. Sinon, les accords ne représentent guère plus qu’un exercice de relations publiques pour Israël. C’est là que l’attention doit être principalement concentrée.

L’objectif immédiat d’Israël est de saper formellement l’engagement des États arabes à l’égard de l’Initiative de paix arabe dirigée par l’Arabie saoudite en 2002, qui promettait une normalisation avec Israël uniquement en échange de son acceptation de créer un État palestinien viable.

La normalisation selon les conditions convenues par les EAU, c’est-à-dire sans aucun engagement israélien envers l’État palestinien, fait de ceux qui s’engagent des collaborateurs explicites de l’occupation. En fait, il fait au monde arabe ce qu’Israël a fait auparavant aux dirigeants palestiniens via les accords d’Oslo.

Aujourd’hui, l’Autorité palestinienne (AP), le gouvernement d’attente permanent des Palestiniens dirigé par Mahmoud Abbas, sert principalement d’entrepreneur de sécurité pour Israël. Le devoir « sacré » des forces de sécurité palestiniennes est de garantir la sécurité d’Israël, d’assurer leur respect par les Palestiniens ordinaires et de les empêcher de résister à l’occupation.

Désormais, tout État arabe signataire des Accords d’Abraham devra agir de la même manière – en tant qu’entrepreneur régional pour Israël. Ils utiliseront leur influence pour maintenir l’Autorité palestinienne en conformité et l’empêcher de monter toute résistance diplomatique qui menace le pacte de normalisation, laissant à Israël les mains libres.

Et comme les réfugiés représentent un problème régional, les États du Golfe sont bien placés pour aider à résoudre le problème à la faveur d’Israël, mettant fin à tout droit au retour.

Ce ne sera pas forcément simple. À l’heure actuelle, la Jordanie, le Liban et la Syrie ne sont pas incités à naturaliser le grand nombre de réfugiés palestiniens qu’ils accueillent. Beyrouth et Damas en particulier craignent depuis longtemps d’alimenter davantage les tensions ethniques et sectaires en absorbant des centaines de milliers de réfugiés palestiniens.

Faisant écho à ces préoccupations, la Ligue arabe a publié une déclaration à la fin du mois de décembre pour avertir que la crise des finances de l’UNRWA avait pris « une tournure dangereuse » et a appelé les donateurs à honorer leurs promesses de contributions.

Selon des chiffres récents, environ 90% des ménages de réfugiés palestiniens en Syrie vivent dans une pauvreté absolue, et une proportion similaire au Liban a désespérément besoin d’une aide humanitaire soutenue.

L’UNRWA a félicité la Jordanie pour ses efforts intenses récents en aidant à collecter des fonds pour l’agence. Mais de plus en plus, les États arabes semblent divisés sur l’avenir de l’UNRWA, les coupes féroces du financement des États du Golfe suggérant qu’ils souhaiteraient peut-être tracer une voie différente, celle souhaitée par Israël.

En janvier, le personnel de l’UNRWA à Gaza a menacé de manifester, l’agence prévenant qu’elle ne serait pas en mesure de payer intégralement les salaires déjà fin novembre à ses 28 000 employés palestiniens. Abdul Aziz Abu Sweireh, un dirigeant syndical de Gaza, a accusé des pays anonymes de chercher à « liquider » l’UNRWA.

À la différence des trois États arabes qui accueillent de nombreux réfugiés, le Golfe bénéficie d’une immense richesse pétrolière qui, Israël peut l’espérer, peut être utilisée pour renforcer un nouveau consensus régional et international concernant l’avenir des réfugiés.

Cela pourrait conduire l’UNRWA à être progressivement étranglé par un refus continu de financement, alors que les donateurs du Golfe resserrent les rangs et que les États-Unis et l’Europe, sous les coups économiques de la pandémie, deviennent de plus en plus hésitants à assumer le fardeau apparemment sans fin du financement de l’agence .

Si Israël réussit, le renouvellement du mandat de l’UNRWA en 2023 pourrait devenir un tournant. Ou la crise pourrait arriver plus tôt, les donateurs devant se réunir dans les semaines à venir pour discuter de la prochaine conséquence de contributions.

Dans un nouvel article du Middle East Quarterly, le journal interne de la droite pro-israélienne aux États-Unis alliée à Netanyahu, deux universitaires affirment qu’un tel « moment de vérité » est arrivé pour l’UNRWA. Ils exhortent les donateurs de l’agence à examiner de près, par le biais d’audits, comment leur argent est utilisé pour « renforcer la réforme » du système de réfugiés, notant que les États arabes « semblent moins enclins que jamais à rendre leurs intérêts nationaux captifs des caprices des dirigeants palestiniens. »

Ils concluent: « L’UNRWA doit prendre des mesures concrètes en vue de la réinstallation ultime des réfugiés dans les États d’accueil … afin de les transformer de bénéficiaires passifs de l’aide sociale en citoyens productifs et entreprenants de leurs sociétés respectives. »

De même, écrivant en janvier dans le quotidien Israel Hayom, largement considéré comme le porte-parole de Netanyahou, David Weinberg de l’Institut de Jérusalem pour la stratégie et la sécurité, a exhorté les dirigeants du Golfe à user de leur influence pour pousser les dirigeants palestiniens vers « la modération et la maturité ». À cet égard, il a signalé « le remplacement de l’UNRWA par d’autres voies de financement humanitaire».

La question de savoir si cela peut fonctionner dépendra en grande partie de la capacité d’Israël à faire pression sur la nouvelle administration Biden pour qu’elle continue sur la voie tracée par le président Donald Trump. Fin novembre, Ron Prosor, ancien ambassadeur israélien auprès de l’ONU et diplomate chevronné, a appelé Joe Biden à poursuivre la politique hostile à l’UNRWA initiée par Trump.

Comme l’indique le rapport du Monde, le soutien des États du Golfe sera essentiel pour déterminer si Israël réussira à abolir l’UNRWA et les droits des réfugiés palestiniens.

Netanyahu n’a laissé aucun doute sur son approche des relations internationales. Dans un tweet de 2018, il a observé sa philosophie directrice: « Les faibles s’effondrent, sont massacrés et effacés de l’histoire tandis que les forts, pour le meilleur ou pour le pire, survivent. Les forts sont respectés et des alliances sont nouées avec les forts, et à la fin la paix se fait avec les forts.

La seule force des réfugiés palestiniens est l’agence des Nations Unies qui a préservé leurs droits pendant plus de sept décennies. Balayez-le, et la voie sera claire pour effacer les réfugiés de l’histoire.

Jonathan Cook est un journaliste basé à Nazareth et lauréat du prix spécial Martha Gellhorn de journalisme. Il est l’auteur de Blood and Religion and Israel and the Clash of Civilizations (disponible sur AET Middle East Books et plus).

Adapté de : https://www.wrmea.org/israel-palestine/the-plan-to-make-unrwa-and-the-palestine-refugee-disappear.html

*Source : PAJU (Palestiniens et Juifs Unis) no. 1045 le 19 février 2021

Articles de Jonathan Cook sur France-Irak Actualité : ICI

Laisser un commentaire

Plus d’histoires deDroit de l'Homme

About : Ginette Hess Skandrani

Écologiste, membre co-fondatrice des Verts, présidente de "La Pierre et l'Olivier" réseau de solidarité avec le peuple de Palestine, Co-fondatrice de la commission d'enquête non gouvernementale sur la vérité en Libye,