Aller à…
RSS Feed

1 août 2021

Les hypocrites humanitaires du monde occidental


Ce qui suit permettra, nous l’espérons, de restituer le thème de ce titre :

YEMEN

L’Arabie saoudite massacre sans aucune pitié des civils et bombarde des infrastructures civiles au Yémen depuis sept ans et plus. Le Yémen est le pays le plus pauvre du monde arabe, mais un embargo économique est en vigueur sur le pays et les nations occidentales, principalement les états-Unis et la Grande-Bretagne, ont continuellement fourni à  l’Arabie saoudite des armes et un soutien logistique, y compris des cibles, décimant encore davantage les infrastructures et la capacité de survie du peuple yéménite. Le choléra sévit dans le pays, mais le régime de sanctions qui empêche l’accès au financement nécessaire pour le combattre est toujours en vigueur. Depuis janvier 2019, 2 500 000 cas ont été recensés. Au cours des trois dernières années, 25 % des victimes civiles ont été des enfants, selon les statistiques de Save the Children. L’UNICEF a indiqué que 20 millions de personnes sur les 30 millions que compte le pays dépendent actuellement de l’aide alimentaire.

L’hypocrisie :

Les états-Unis et la Grande-Bretagne, les deux principaux fournisseurs d’armes de haute technologie et de soutien logistique à l’Arabie saoudite dans cette guerre sans pitié contre le peuple du Yémen, prétendent être la conscience humanitaire du monde. Ils se frottent les mains et versent des larmes de crocodile sur ce qu’ils prétendent être des violations humanitaires et des droits de l’homme commises par d’autres, en particulier la Russie et la Chine, tout en aidant leur monarchie dictatoriale à mener une campagne de massacre de sept ans au Yémen.

SYRIE

Il est établi par de nombreuses sources vérifiables que les états-Unis, la Grande-Bretagne et leurs alliés ont collaboré pour livrer le peuple syrien à  un enfer quasi interminable. Ils ont entraîné, financé et armé des milices pour qu’elles entrent en Syrie et y causent un maximum de chaos, de mort et de destruction, dans le but de rendre impossible toute forme de stabilité. Le but ultime était de porter un coup fatal au président, au gouvernement, à  la stabilité militaire et administrative de la nation pour servir leurs propres intérêts. Il en a résulté des dommages dévastateurs pour le pays, qui se poursuivent à  ce jour en raison de l’incapacité à  financer la reconstruction et à  nourrir convenablement la population en raison de l’interdiction d’exploiter ses champs pétrolifères (détenus par les troupes américaines) et des sanctions draconiennes (imposées dans le cadre du récent Caeser Act).

L’hypocrisie :

Les états-Unis, la Grande-Bretagne et les autres pays impliqués dans la misère de la Syrie affirment qu’ils sont les porte-drapeaux de l’humanitaire. Leurs élites ne cessent de montrer du doigt les autres en parlant de violations des droits de l’homme et en insistant sur le fait qu’ils occupent une position morale élevée qui leur permet de déstabiliser, sanctionner et envahir d’autres nations qui ne se conforment pas à  leurs ” hauts standards “.

Dans le cas de la Syrie en particulier, le Royaume-Uni a conçu un plan destiné à  âtre utilisé en Syrie à  des fins de propagande contre les autorités syriennes et leurs alliés russes qui aident à  lutter contre les agents terroristes mandatés par l’Occident. Ce plan a abouti à  la formation d’une unité appelée “Les Casques blancs”. Largement financés et équipés par le ministère britannique des Affaires étrangères, le département d’État américain et de nombreuses ONG occidentales. Ceux-ci ont commencé, avec d’autres militants anti-gouvernementaux en Syrie, à  transmettre de la propagande et de la désinformation au soi-disant “Observatoire syrien des droits de l’homme” basé dans la banlieue de Londres. Cet outil de propagande était utile pour faire passer la guerre contre la Syrie pour une entreprise humanitaire. Le cynisme le plus cruel a rencontré l’hypocrisie dans une union joyeuse.

LIBYE

Les puissances occidentales, principalement la France, la Grande-Bretagne et les états-Unis, ont conspiré pour faire tomber le président de la Libye et toute la structure administrative de l’état libyen, l’une des nations les plus prospères d’Afrique. L’OTAN a été utilisée de manière tout à  fait illégale (comme ce fut le cas contre la Yougoslavie) pour détruire totalement l’infrastructure du gouvernement de ce pays. Une campagne de violence a été déclenchée, entraînant la mort de milliers de personnes et l’assassinat du président libyen. La Libye a été réduite à  un chaos ingouvernable de factions et de milices en guerre et, récemment, a vu la résurgence de l’esclavage pratiqué ouvertement dans le pays.

L’hypocrisie :

La raison de cette destruction gratuite et de ce meurtre de masse a été avancée comme étant une préoccupation d’ordre humanitaire à  l’égard d’un groupe de militants anti-gouvernementaux qui risquaient d’âtre tués par l’armée libyenne officielle sur leur chemin vers Benghazi. En outre, il a été dit que les troupes libyennes avaient reçu des comprimés de Viagra pour se livrer à  des viols collectifs. Il s’est avéré par la suite que ces deux affirmations étaient fausses.

IRAK

L’Irak a été choisi comme cible privilégiée par le président George W. Bush et le Premier ministre britannique Anthony Blair peu après l’attaque et l’invasion de l’Afghanistan. De nombreuses raisons ont été invoquées pour cibler l’Irak, notamment l’affirmation fallacieuse et facilement réfutable selon laquelle l’Irak était lié aux attentats du 11 septembre 2001. D’autres raisons de nature humanitaire ont été avancées, comme le fait que l’Irak avait de fâcheux antécédents en matière de mauvais traitements infligés à  sa population civile. Pourtant, à  cette époque, l’Irak avait sans doute le niveau le plus élevé d’éducation (gratuite pour tous) et de services de santé de la région, sans discrimination de genre. L’Irak était à  l’époque une nation majoritairement laïque et les deux principales factions religieuses de l’Islam, les chiites et les sunnites, vivaient dans une paix strictement appliquée. Finalement, selon Paul Wolfowitz, un éminent néoconservateur, le ” mythe vraisemblable ” selon lequel l’Irak possédait des armes de destruction massive, y compris des armes chimiques, a été choisi comme ” justification ” de l’attaque et de l’invasion du pays par la ” Coalition des volontaires “.

L’hypocrisie :

Les nations occidentales prétendent âtre les gardiens dignes de confiance de la véracité, de la moralité et de la conduite éthique dont les autres devraient s’inspirer et donner l’exemple. Pourtant, les deux nations qui affirment le plus haut et le plus fort leur intégrité sont celles qui ont menti le plus ouvertement et le plus clairement dans les mois qui ont précédé ce que Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies à  l’époque, a qualifié d’attaque et d’invasion illégale de l’Irak, qui a coûté environ un million de vies et laissé toute la région dans une anarchie de mort, de destruction et de conflits internes depuis lors. La conséquence de cette attaque a été la montée de l’état islamique et la fragmentation du Moyen-Orient qui se poursuit encore aujourd’hui et dont la résolution prendra des générations, si jamais elle a lieu.

Ce sont là  les références “humanitaires” de l’Occident, et en particulier des états-Unis et de la Grande-Bretagne. S’il est considéré comme humanitaire et favorable aux droits de l’homme de détruire des économies, d’usurper des dirigeants, de détruire des infrastructures vitales et de perpétrer des meurtres de masse, alors ces deux nations méritent pleinement leur nom de pourvoyeurs de pointe dans ce domaine.

Non qu’elles se reposent sur leurs lauriers. Elles recherchent constamment de nouvelles régions sur lesquelles intervenir. Elles cherchent constamment à  répandre la division et la peur par le biais d’agences telles que l’OTAN, elles se dispensent de l’outil vital qu’est la diplomatie afin de créer et d’élargir des différences qui pourraient potentiellement mener à  la guerre, elles pointent leurs doigts sanglants vers autrui, elles menacent et exigent des autres qu’ils changent tout en refusant d’admettre toute faute ou défaut de leur part.

Ces exemples, et bien d’autres encore, mettent en évidence les hypocrites humanitaires du monde occidental.

Source : Les hypocrites humanitaires du monde occidental

Partager

Plus d’histoires deAfghanistan