Aller à…
RSS Feed

25 juin 2021

Raid au missile VS Raid aérien, la moitié du centre d’Israël détruit !


Plus de 1500 missiles et roquettes de type SH85 A-120, M-75, J-80 et J-90 entre autres, tirés seulement en trois jours avec un pic anti Tel-Aviv dans la soirée de mercredi à jeudi 13 mai, précédés quelques heures plus tôt d’une flopée de 13 missiles contre Dimona et les bases aériennes de Hatzerim et de Nevatim qui s’y trouvent.

Et puisque dans son bunker sous terrain où il a tenu, tremblotant, son cabinet sécuritaire, Netanyahu vient de recevoir depuis le Pentagone l’ordre de faire noyer l’entité sous les missiles, car il n’existe plus aucun autre moyen pour faire face à la puissance balistique de Gaza, la DCA “multicouche” US-Israël n’étant plus désormais qu’un simple “trou à dollar”, le quatrième jour de la bataille a commencé très très fort. 

Les Brigades Qassam, branche armée du Hamas ont tiré 15 missiles sur la ville de Dimona dans le sud de la Palestine occupée, à une dizaine de kilomètres des installations nucléaires de Dimona.

Mercredi, vers 22 heures (Heure locale), 130 missiles se sont abattus, selon Al-Mayadeen, sur Ashkelon, Tifot, et Sderot aussitôt après que l’entité eut visé la tour à 13 étages d’al-Chourouk à Gaza. Sderot n’a plus de courant, six sionistes sont blessés, enfin si on en croit les chiffres communiqués par les sources israélienne qu’on sait être bien minimaliste dans ces cas-là. Ce jeudi, vers 2 heures, ces mêmes sources minimisantes ont fait toutefois état de “terrifiantes” déflagrations au centre de Tel-Aviv, la capitale de l’occupation.

Vidéo : les rues de Tel-Aviv ce jeudi 13 mai

Les sirènes d’alarmes se sont alors mis à crier sur l’ensemble de territoires occupés; car ces missiles s’abattent désormais sur les bandes d’atterrissage de l’aéroport international dont les vols ont été déjà détournés vers les cieux du sud de l’Europe à Chypre et en Grèce. Mercredi soir un vol en provenance de Bruxelles, selon Al-Jazeera, s’est vu contraint de tournoyer dans le ciel de Ben Gourion puisque les vagues de missiles l’empêchaient d’atterrir.

Chose particulièrement significative, cet “out Number” balistique empêche de facto le Dôme de fer, déjà largement éprouvé par des ondes de suppression électroniques venus du sud de la Syrie au niveau de ses capacités radars, à pouvoir user de ses Tamir (anti missiles) par crainte de se tromper et de frapper des avions de ligne dans le ciel d’Israël. Après tout, l’entité en a fait à plus d’une reprise ce genre de sale coup en Syrie où il a fait abattre un IL-20 russe en 2018 et a tenté de faire abattre plusieurs avions de ligne dont un, iranien au dessus d’al-Tanf. 

La vrai guerre “multifront” est là; conseil de guerre à Damas en présence du Hezbollah, de l

Or ce jeudi matin, la situation semble encore plus critique à Tel-Aviv à en juger la fréquence avec les sirènes d’alarme retentissent au centre et surtout à l’aéroport de Ben Gourion.  Al-Mayadeen dit que ce J+4 après du début de l’implosion de l’entité sioniste, la tactique de la Résistance palestinienne consiste à étendre le périmètre de frappe balistique de façon à faire bien saigner les Sionistes.

La raison? Incapable d’inverser le rapport de force, frappe aérienne VS frappe balistique, le régime terroriste d’Israël s’est livré depuis mercredi soir à l’usage de bombes à fragmentation ou munitions spéciales à usage spécifique. Quelque 67 Palestiniens ont déjà péri dont des commandants de Qassam, ce qui a débouché sur une mesure immédiate: l’intensification de la bataille. 

Vidéo: l’impact du missile de précision à Beer Sheva

Ce jeudi donc, Yafa, Ben Brak, Bat Bam, Nephtaem, Herzilia,, Bita Takfa, Houlmoun, Ramat Hacharon, Houd Hacjharon, Shamoel, Kiruat Unon, Ber Jaco, Lod, Yehid Monoson, Ashkelon, Kadia Tessouran, Yefni y ont déjà passé et les cercles de frappes balistiques s’étendront dans les heures à venir, l’objectif étant de cibler “les colonies les plus peuplées” à Tel-Aviv suivant l’adage “œil pour œil”, “dent pour dent”.

Dans certaines colonies, les missiles traquent les colons comme Richon Letzion où les pseudo journalistes et à vrai dire les militaires-journalistes ont été visés. En effet, les missiles nouveaux de la Résistance comptent dans leurs rangs d’engin de haute précision comme l’a déjà prouvé le ciblage des pipelines Ashkelon-Eilat, ou celui d’un immeuble à 15 étages toujours à Ashkelon le 11 mai. Ce jeudi à Tel-Aviv, cette performance tend à se reproduire partout. Ainsi un immeuble là encore de plusieurs étages vient d’être ciblé à “Patkh Tikva” et Israël dit que cinq Sionistes y ont été blessés. Or rien n’est moins sûr; puis l’incendie qui s’en est dégagé et qui a provoqué la coupure de électricité prouve que pertes et dégâts sont particulièrement importants. En termes de bilan officiel l’entité sioniste reconnaiît la mort de 5 Sionistes et un bilan de 100 blessés. 

L’impact des missiles à précision contre un immeuble à Ashkelon, 12 mai/Fars

Ce jeudi matin, l’armée israélienne a fini par reconnaître que le Dôme de fer n’a réussi qu’à “intercepter et à détruire une partie des missiles” sans oser avancer un quelconque chiffre. Selon les sources russes qui suivent de très près la bataille de Gaza surtout depuis que la Résistance joue royalement de ses Kornet et en a été mercredi à sa troisième opération anti-Merkava, rien que pour faire oublier au gourou Netanyahu et Cie, l’idée d’une invasion terrestre de Gaza, le Dôme de fer n’a réussi qu’à intercepter entre 20 à 30 pourcent des missiles tirés depuis Gaza, “ce qui signifie l’effondrement total de la DCA israélienne”.

« L’armée israélienne l’a très bien compris, elle qui semble n’avoir plus aucune solution que d’intensifier les raids contre les zones civiles de Gaza pour que les stocks de missiles du camp d’en face soient épuisés. Mais est-ce une bonne méthode? Au fait, au premier jour de la bataille, les palestiniens ont réussi à tirer 360 engins en 20 minutes contre Ashkelon, Ashdod et Qods…Or la partie qui est capable de lancer autant d’engin en si peu de temps, ou appliquer un volume de feu si important devrait avoir un arsenal bien rempli qui durerait au moins deux mois », ajoutent des sources russes. 

L’armée du régime sioniste a fait état du tir d’un missile antichar Kornet sur des véhicules militaires israéliens près de Netiv HaAsara dans le sud de la Palestine occupée.

Et ces mêmes sources d’ajouter : « Au 4ème jour du conflit, le bilan des dégâts en Israël s’élève déjà à un milliard de dollars. Israël peut-il tenir à deux mois de tirs de missiles aussi extensibles? À ce rythme, Gaza devra avoir au moins 10 000 missiles et on ne sait pas si ce qu’on en a vu, c’est tout ce que possède Gaza ou non. D’autres engins plus destructifs risquent-ils de faire leur apparition? Chaque raid israélien est suivi d’une riposte avec en toile de fond des dégâts infligés aux infrastructures israéliens. Le nouveau Shekel, la monnaie israélienne, continue de dégringoler tandis que des missiles tirés de Gaza ont atteint Haïfa dans l’extrême Nord, les Palestiniens cherchant visiblement à aller plus au nord là où le Hezbollah avec ses 160 000 missiles les attend, un Hezbollah qui a mis l’ensemble de ses unités en état d’alerte maximale et affirme attendre le signal des factions palestiniennes pour ouvrir le front Nord et engager des opérations militaires en Galilée.

Vidéo: missiles en direction de Tel-Aviv

Vidéo : missiles tirés contre Dimona, le 12 mai

Un Hezbollah dont la force de frappe balistique est sans commune mesure avec Gaza et pourrait infliger des dommages inestimables aux infrastructures et aux sites industriels israéliens et ce sur fond d’une guerre ouverte et inédite dans les autres villes palestiniennes où les forces de sécurité israéliennes commencent à tirer à balles réelles sur les manifestants comme à al-Khalil et ou en Cisjordanie sans pouvoir réellement rien contrôler. Un premier retrait celui de la cour israélienne qui a suspendu la colonisation de Cheikh Jarah n’ayant pas suffit à calmer le jeu. La guerre s’est étendue à l’intérieur d’Israël à Lod, à Haifa et à Qods et elle est sur le point de se généraliser en Palestine historique d’Acre jusqu’au désert du Néguev… Les missiles de Gaza s’y sont déjà abattus à quelque kilomètres de Dimona.

Vidéo: Tel-Aviv en feu, 12 mai.

La cadence et la puissance des frappes des engins palestiniens sont pour le reste attentivement suivies au Liban, en Syrie voire en Iran, les trois parties ayant une importante rencontre ces jours-ci.  Au fait, les Israéliens ont été pris de court à double titre:  ils n’ont pris pas au sérieux Gaza,  misant trop sur la médiation égyptienne; ils n’auraient jamais cru non plus que Gaza puisse avoir autant de missiles tactiques”. En 3 jours de conflit, Israël laisse apparaitre un nombre infiniment plus grandes de failles qu’il n’apparait : si plus de 300 missiles “palestiniens” sont tirés en 20 minutes sur Israël, l’Iran, lui, à qui Gaza se réfère sans cesse, saura en tirer 20000 en 2 minutes.  Aucun des systèmes de défense aérienne / de défense antimissile existants dans le monde ne peut faire face au lancement simultané de 20 000 missiles. C’est probablement pour cette raison qu’Israël préfère se taire”

Source : Raid au missile VS Raid aérien, la moitié du centre d’Israël détruite!

Partager

Plus d’histoires deAnalyses