Aller à…
RSS Feed

18 septembre 2021

L’APPORT DE L’IMMIGRATION AUX LUTTES DE CLASSE EN FRANCE


Lire ou télécharger notre brochure complète

La Commube de Paris

Chronique de la semaine sanglante 23 mai 1871 – JOUR 5

 

Depuis la révolution française de 1789, le 19ème siècle a été marqué par au moins trois épisodes révolutionnaires impliquant avec de plus en plus de force la classe ouvrière naissante dont les immigrés. Si le premier drapeau rouge fut brandi à Paris en 1871, il ne faut pas oublier que cette révolution fut aussi celle de très nombreux immigrés, combattants, élus, artisans de la Commune de Paris. Léo Fränkel était hongrois, le célèbre général Dombrovski était polonais et on trouvait sur les barricades des belges, des russes, des italiens, des slaves… et même ces « turkos » issus des colonies nord-africaines et désertant l’armée versaillaise !

De fait, la Commune mis en oeuvre le décret révolutionnaire de 1793, jamais appliqué alors, déclarant « français » tout résident en France sans aucune condition de nationalité ! Le véritable internationalisme, c’est sans doute celui-là, qui, dans le cadre d’une « défense nationale », ouvre ses portes à toutes les forces révolutionnaires et anti-impériales de l’étranger, contre sa propre bourgeoisie. « Toute cité a le droit de donner le titre de citoyen aux étrangers qui la servent » déclare la Commune dès le 30 mars 1871.

Qu’il s’agisse des communards immigrés en 1871 ou des résistants de la FTP-MOI (Main d’oeuvre immigrée) sous l’occupation, la gloire nationale fut souvent aussi celle de l’immigration et des victimes de l’oppression impérialiste au même titre que les frères de lutte français. La Commune représente la première apparition historique politique de la classe internationale qu’est le prolétariat.

 

 

Zone contenant les pièces jointes

Partager

Plus d’histoires deDroit de l'Homme