Aller à…
RSS Feed

16 septembre 2021

Exposition: « MENART FAIR » – l’Art contemporain du Moyen-Orient et du Maghreb en Europe


Publié par Gilles Munier sur 10 Juin 2021, 08:38am

Des artistes engagés – tableau « Les Silos de Beyrouth » par l’artiste libanais Ayman Baalbaki – photo JoelFrankArt© 

Par Joël Ranc

Contact : [email protected]

PARIS – « MENART FAIR » – La première foire dédiée à l’Art contemporain  du Moyen-Orient et du Maghreb en Europe s’est tenue à PARIS du 27 au 30  mai 2021.

Un succès qui en appelle d’autres.  

Paris, le 07 juin 2021 : Au moment où l’art du monde arabe et de l’Iran suscitent un intérêt international  croissant, comme le montre, à la fois le rôle graduel tenu par les places de Doha et de Dubaï dans les ventes aux enchères, et par les artistes arabes, quelle que soit le lieu de vente, s’est tenue à Paris du 27  au 30 mai dernier, la première foire internationale dédiée à l’Art contemporain du Moyen-Orient et du  Maghreb, dénommée « MENART FAIR » (Middle East & North Africa Art Fair), au sein de  l’accueillant hôtel particulier de la Maison de ventes aux enchères Cornette de Saint Cyr au 6, avenue Hoche 75008, organisé en un lieu d’exposition des œuvres d’art à tous les étages pour l’occasion.

Des artistes de talent – au premier plan à droite, un tableau de l’artiste algérien Mahjoub Ben Bella – Photo JoelFrankArt©

Ainsi, après un long confinement dû à la pandémie de coronavirus et un arrêt des manifestations  culturelles un peu partout dans le monde, c’est à Paris que les organisateurs, dont sa directrice, Laure  d’Hauteville, et sa « complice » et directrice artistique Joanna Chevalier, associées pour l’occasion à  Paul de Rosen, chef d’entreprise spécialisé dans l’accompagnement de start-up et grand amateur d’art  de ces régions, en partenariat avec leurs amis dirigeants de la Maison de ventes aux enchères Cornette de Saint Cyr, ont choisi de créer ce nouvel évènement, afin de soutenir en Europe, la créativité et la visibilité des artistes de ces deux régions du monde.

Laure d’Hauteville, française tombée amoureuse du Liban, est aussi et entre autres, la fondatrice et  directrice de la « Beirut Art Fair », qui existe depuis 2010 à Beyrouth, qu’elle a su pérenniser jusqu’en  2019 malgré les difficultés économiques du pays, tout en acquérant une reconnaissance institutionnelle avec l’obtention du soutien du Ministère de la culture du Liban. L’édition 2020, n’a pu avoir lieu en  raison d’une situation toujours plus compliquée, dans un pays qui cumule les crises économique,  sanitaire liée au coronavirus, et plus récemment, celles liées à l’explosion du port de Beyrouth le 4 août  2020, à une situation politique interne figée qui s’enlise et s’éternise, à un contrôle des changes très  strict, à une forte dévaluation de la monnaie locale rendant difficile toute transaction avec l’international.  Elle a été remplacée par un autre évènement organisé via les réseaux sociaux : le concept “Un  Artiste/Une Oeuvre/Un Jour”, “Open Call #1 for Lebanese Artists”, pour encourager et accompagner de  nouveaux talents.

En créant ce nouvel évènement à Paris, les organisateurs français font donc un retour en France, leur  permettant de promouvoir la richesse culturelle contemporaine de ces deux régions du monde que sont  le Moyen Orient et le Maghreb, dont les acteurs sont souvent des artistes engagés en lien avec l’actualité  de leur pays et de permettre à tous, que ce soient les galeristes, les artistes, les collectionneurs et les  amateurs d’art de ces régions vivant ou séjournant en France, d’entrer en contact, de dialoguer ensemble,  de présenter leur travail, dans une ville comme Paris, qui reste encore la première destination touristique  et culturelle du monde.

Cette foire en accès gratuit sur réservation, a accueilli pendant quatre jours, 22 galeries spécialistes dans  l’art arabe et iranien, dont certaines situées en France et d’autres au MENA, représentant 13 pays allant du Maroc à l’Iran et 70 artistes, dont certains vivent en dehors de leur pays d’origine, et présentant une  grande diversité de création.

Parler de cette partie du monde, c’est souvent parler de zones où existent des tensions géopolitiques  entre pays voisins, et au sein de certains pays, des révolutions, des conflits ethniques et confessionnels,  mais plus rarement de l’art. Or ces deux régions du monde abondent aussi d’une nouvelle génération  d’artistes de talent qui cherchent à être connu et entendu.

Jusqu’à présent, c’est principalement par l’entremise de l’Institut du Monde Arabe et donc dans un cadre  plus institutionnel, que la promotion des artistes modernes et contemporains arabes se faisaient en  France. Aujourd’hui, ce musée est le plus important en Occident à presenter la production artistique des  pays arabes. Il nous faut donc saluer cette initiative privée dans un contexte sanitaire toujours difficile.

Parmi les autres « pionniers » qui soutiennent les artistes arabes, on trouve Claude, d’origine libanaise,  et France Lemand, ce couple de collectionneurs et galeristes parisiens, qui font connaître l’art  contemporain et moderne du Moyen-Orient dans leur galerie du 6e arrondissement depuis plusieurs  décennies, qui ont réalisé en 2018, une donation de 1300 œuvres d’artistes au musée de l’Institut du  Monde Arabe, et plus récemment en juin 2020, une vente aux enchères publiques d’une partie de leurs  œuvres dans le noble dessein de soutenir des artistes arabes en difficulté en cette période de pandémie.

Car si les artistes et les collectionneurs ont toujours existé dans ces pays, ils en étaient réduits à une  diffusion plutôt confidentielle et peu reconnue. Aujourd’hui, il faut se rendre à l’évidence ; la nouvelle  géographie des pays riches depuis les quatre dernières décennies, a eu un impact direct sur le marché de  l’art avec un développement croissant du monde de l’art que ce soit en Asie ou au Moyen-Orient et au  Maghreb.

L’arrivée de ces nouveaux artistes arabes est donc liée à l’élargissement géographique du marché de  l’art.

Des artistes de talent – Tableaux de l’artiste libanaise Hiba ALACHE – Photo JoelFrankArt© 

Il nous faut saluer cette première édition à l’organisation sans faille, de l’accueil à la présentation des  œuvres, comme un premier succès, en espérant que la place de Paris conserve sa prochaine édition et  une position importante dans la reconnaissance de ces nouveaux artistes du Moyen-Orient et du  Maghreb.

Site officiel : Menart-fair.com

Les galeries participantes : 

193 GALLERY (Paris) ATELIER RELIEF (Bruxelles) ATHR (Djeddah) AYN GALLERY (Paris) BY  LARA SEDBON x DURAZZO PROJECTS (Paris) EIWAN AL GASSAR GALLERY (Doha, Qatar)  ELMARSA GALLERY (La Marsa / Dubaï) GALERIE 127 (Marrakech, Montreuil) GALERIE  BESSIERES (Chatou, France) GALERIE CHERIFF TABET (Beyrouth) ESTHER WOERDEHOFF  (Paris / Genève) GALERIE LA LA LANDE (Paris) GALERIE NATHALIE OBADIA (Paris /  Bruxelles) GALERIE TANIT (Beyrouth / Munich) GALLERIA CONTINUA (San Giminiano / Beijing  / Les Moulins / Habana / Roma / Sao Paulo / Paris) LA GALERIE 38 (Casablanca) LEILA HELLER  GALLERY (New York / Dubaï) MARK HACHEM (Beyrouth / Paris / New York) SALEH BARAKAT  GALLERY (Beyrouth) SHIRIN ART GALLERY (Téhéran / New York) STUDIO NADA DEBS  (Beyrouth) WADI FINAN ART GALLERY (Amman)

Partager

Plus d’histoires deArts