Aller à…
RSS Feed

3 décembre 2021

Perou : l’élection de Castillo


Pérou : L’élection de Castillo – un séisme politique majeur pour le grand capital mondialisé

par Robert Bibeau

  Par  Jorge Martin.

La victoire de Pedro Castillo à l’élection présidentielle péruvienne est un séisme politique majeur, qui reflète l’énorme polarisation sociale et politique de ce pays andin.

 

La classe dirigeante a subi une défaite massive de la part des masses, qui se sont ralliées à un enseignant syndicaliste militant à la tête d’un parti, « Perú Libre », qui se dit marxiste, léniniste et mariatéguiste (d’après Mariátegui, le fondateur du mouvement ouvrier et socialiste péruvien).

 

Le dépouillement a été un processus lent et douloureux, et le résultat final n’est apparu clairement qu’à la toute fin, trois jours après la fermeture des bureaux de vote le 6 juin. À l’heure où nous écrivons ces lignes, avec 99,795 % des voix, Pedro Castillo a 8 735 448 voix (50,206 %), ce qui lui donne un avantage minime mais irréversible sur sa rivale, la populiste de droite Keiko Fujimori, qui a obtenu 8 663 684 voix (49,794 %).

 

Même à ce stade, les résultats officiels n’ont pas été proclamés, l’équipe de Fujimori alléguant des fraudes et déposant des dizaines de recours. Les masses sont prêtes à défendre le vote dans les rues. Selon certaines informations, 20 000 ronderos (membres des milices d’autodéfense paysannes créées pendant la guerre civile des années 1990, dont Castillo fait partie) se rendraient dans la capitale pour défendre la volonté du peuple.

 

Une manifestation de masse a été convoquée aujourd’hui, 9 juin, à Lima, où les gens se sont rassemblés pendant trois nuits consécutives devant le siège électoral de Castillo.

 

C’est l’extrême fragmentation du vote au premier tour qui a permis à Castillo de se présenter au second tour avec seulement moins de 19 %. Cependant, son succès électoral n’est pas le fruit du hasard. Il est l’expression de la crise profonde du régime péruvien. Des décennies de politiques anti-ouvrières de privatisation et de libéralisation dans un pays extrêmement riche en ressources minérales ont laissé en héritage une démocratie bourgeoise fondée sur une extrême disparité des richesses et une corruption généralisée.

 

Cinq anciens présidents sont soit en prison, soit inculpés pour corruption. Toutes les institutions de la démocratie bourgeoise sont extrêmement discréditées. Les manifestations de masse de novembre 2020 ont été l’expression de la profonde colère accumulée dans la société péruvienne.

 

Il faut ajouter à cela l’impact de la pandémie de COVID-19 et de la crise capitaliste. Le pays a subi l’une des pires contractions économiques d’Amérique latine (11 %) et a enregistré le pire pourcentage de surmortalité et le pire taux de mortalité au monde, tandis que les riches et les politiciens du gouvernement ont fait la queue pour se faire vacciner.

 

Un vote pour un changement radical

 

Les masses ouvrières et paysannes voulaient un changement radical et c’est précisément ce que représente Pedro Castillo à leurs yeux. Sa campagne comportait deux axes politiques principaux : la renégociation des termes des contrats avec les multinationales minières (et en cas de refus, elles seraient nationalisées), et la convocation d’une Assemblée constituante pour en finir avec la constitution de 1993 écrite sous la dictature de Fujimori (le père de Keiko).

Les masses ouvrières et paysannes voulaient un changement radical et c’est précisément ce que représente Pedro Castillo à leurs yeux.  Ses principaux slogans électoraux : « plus de pauvres dans un pays riche » et « parole de maître » ont trouvé un écho auprès des opprimés, des travailleurs, des pauvres, des paysans, des opprimés, des indigènes Quechua et Aymara, en particulier dans les zones ouvrières et pauvres éloignées des cercles de la classe supérieure à la peau claire de Lima.

 

L’autorité de Castillo vient du fait qu’il a défié la bureaucratie syndicale pour diriger la grève des enseignants de 2017. Pour les ouvriers et les paysans, il est l’un des leurs. Un humble enseignant rural aux racines paysannes qui a promis de vivre de son salaire d’enseignant lorsqu’il deviendra président. Son attrait est précisément celui d’être un outsider de la gauche anti-establishment. Sa popularité révèle un profond discrédit de la démocratie bourgeoise et de tous les partis politiques.

 

Même si Keiko Fujimori n’était pas leur candidate favorite, l’ensemble de la classe dirigeante péruvienne a serré les rangs derrière elle au second tour. Leur campagne a été vicieuse. Les panneaux d’affichage de Lima proclament « Le communisme, c’est la pauvreté », et le peuple est menacé des sept fléaux si Castillo remporte les élections. Il serait le candidat du violent Sendero Luminoso (groupe terroriste et guérillero des années 1990), leur disait-on. Le prix Nobel Vargas Llosa, qui s’était opposé par le passé au pouvoir d’Alberto Fujimori d’un point de vue libéral bourgeois, a écrit des articles d’opinion furieux affirmant qu’une victoire de Castillo sonnerait la fin de la démocratie.

 

Malgré tout cela, ou peut-être précisément à cause de la haine qu’il a provoquée au sein de la classe dirigeante, M. Castillo a commencé la campagne du second tour avec 20 points d’avance sur son rival. Cette avance s’est réduite à mesure que le jour de l’élection approchait. En partie parce que la campagne de haine a poussé les électeurs hésitants vers Keiko Fujimori, mais aussi parce que Castillo a tenté d’atténuer son message et de modérer ses promesses.

 

Alors qu’au premier tour, il avait promis de convoquer une Assemblée constituante quoi qu’il arrive, il a maintenant déclaré qu’il respecterait la Constitution de 1993 et demanderait au Congrès (où il n’a pas de majorité) de convoquer un référendum sur la convocation d’une Assemblée constituante. Alors qu’au premier tour, il a déclaré qu’il nationaliserait les mines, il souligne maintenant qu’il tenterait d’abord de renégocier les contrats. Plus il le faisait, plus son avance se réduisait, au point que le jour de l’élection, sa victoire n’était plus qu’une peau de chagrin.

 

Contradictions de classe

 

Cette victoire étroite masque toutefois la forte polarisation de classe du pays. Fujimori a gagné à Lima (65-34) et même là, ses meilleurs résultats se situent dans les districts les plus riches : San Isidro (88 %), Miraflores (84 %) et Surco (82 %). Castillo a gagné dans 17 des 25 districts du pays, avec des victoires massives dans les régions andines et du sud, plus pauvres : Ayacucho 82 %, Huancavelica 85 %, Puno 89 %, Cusco 83 %. Il a également gagné dans sa région natale de Cajamarca (71 %), une région qui a connu des manifestations massives contre l’exploitation minière.

 

Dans les derniers jours de la campagne, Keiko Fujimori, dans un style populiste classique, a promis de distribuer directement l’argent des paiements des compagnies minières à la population des villes où se trouvent les mines.

 

Il s’agissait d’une tentative pour détourner les électeurs de la proposition de Castillo de modifier les contrats au profit de l’ensemble de la population. Les électeurs ont choisi massivement Castillo dans toutes les villes minières : à Chumbivilcas (Cusco), 96%, Cotabambas (Apurímac), la base de la MMG chinoise Las Bambas, plus de 91%, Espinar (Cusco), où Glencore opère, plus de 92% ; Huari (Áncash) où il y a une mine commune BHP Billiton – Glencore, plus de 80%.

 

Les masses de travailleurs et de paysans qui soutiennent Castillo étaient prêtes à descendre dans la rue pour défendre sa victoire, alors que Fujimori criait à la fraude et faisait appel des résultats. Dans les jours précédant l’élection et immédiatement après, des rumeurs de coup d’État militaire ont circulé. D’éminents partisans de Fujimori ont appelé l’armée à intervenir pour empêcher une prise de pouvoir de Castillo.

 

Il ne fait aucun doute qu’une partie de la classe dirigeante péruvienne est en panique et a joué tous les tours pour empêcher Castillo de gagner les élections. Ils le considèrent comme une menace pour leur pouvoir et leurs privilèges, ainsi que pour la façon dont ils ont dirigé le pays depuis son indépendance il y a 200 ans.

 

Jusqu’à présent, il semble que les éléments les plus prudents de la classe dirigeante l’aient emporté. Un éditorial du principal journal bourgeois, La Republica, a qualifié Fujimori d’irresponsable pour avoir crié à la fraude. « Nous en appelons à la direction raisonnable et réfléchie des dirigeants politiques et des autorités. Nous avons besoin de calmer les rues de l’intérieur du pays, qui s’agitent entre méfiance et ras-le-bol. » Voilà ce qui les inquiète. Toute tentative de voler l’élection à Castillo ferait descendre les masses ouvrières et paysannes dans la rue, ce qui les radicaliserait davantage.

 

Cela vous donne une idée de ce à quoi Castillo devra faire face une fois qu’il aura prêté serment. La classe dirigeante et l’impérialisme auront recours à tous les moyens nécessaires pour l’empêcher de gouverner. Nous avons vu le même scénario se dérouler dans le passé contre Chavez au Venezuela. Des membres éminents de l’opposition vénézuélienne, qui préparent le coup d’État, étaient à Lima pour soutenir Fujimori. Ils utiliseront le Congrès et d’autres institutions bourgeoises, les médias, l’appareil d’État (jusqu’à et y compris l’armée), le sabotage économique, pour limiter sa capacité à mettre en œuvre ses politiques.

 

Défendre la victoire : se préparer à la bataille

 

Le programme de Castillo, malgré les références à Marx, Lénine et Mariategui dans les documents du Pérou Libre, est un programme de développement capitaliste national. Il veut utiliser la richesse minérale du pays pour des programmes sociaux (principalement l’éducation) et travailler avec des « hommes d’affaires nationaux productifs » pour « développer l’économie ». Son modèle est Correa en Equateur et Morales en Bolivie.

 

Le problème est que de tels capitalistes « productifs nationaux » responsables n’existent pas. La classe dirigeante péruvienne, les banquiers, les propriétaires fonciers, les capitalistes, sont étroitement liés aux intérêts des multinationales et de l’impérialisme. Ils ne sont pas intéressés par un quelconque « développement national » mais par leur propre enrichissement.

 

Castillo va maintenant être confronté à un dilemme. D’une part, il peut gouverner pour les masses de travailleurs et de paysans qui l’ont élu, ce qui signifierait une rupture radicale avec les capitalistes et les multinationales. Cela ne peut se faire qu’en s’appuyant sur une mobilisation de masse extra-parlementaire. Ou bien il peut céder, édulcorer son programme et s’accommoder des intérêts de la classe dirigeante, ce qui signifie qu’il sera discrédité parmi ceux qui ont voté pour lui, préparant ainsi sa propre chute. S’il tente de servir deux maîtres (les travailleurs et les capitalistes) en même temps, il ne satisfera ni les uns ni les autres.

 

Pour l’instant, les masses péruviennes célèbrent et restent en garde pour défendre leur victoire. La lutte ne fait que commencer. Chaque pas en avant que Castillo fait doit être soutenu. Ses hésitations ou ses reculs doivent être critiqués. Les ouvriers et les paysans ne peuvent avoir confiance qu’en leurs propres forces et celles-ci doivent être mobilisées pour porter des coups à l’oligarchie.

 

Mariategui, dans la conclusion de son « Point de vue anti-impérialiste« , un document qu’il a présenté à la Conférence latino-américaine des partis communistes en 1929, a dit :

 

« En conclusion, nous sommes anti-impérialistes parce que nous sommes marxistes, parce que nous sommes révolutionnaires, parce qu’au capitalisme, nous opposons le socialisme comme système antagoniste, appelé à lui succéder. »

 

Son point de vue est aujourd’hui plus que jamais d’actualité.

Robert Bibeau | 10 juin 2021 à 18 h 33 min | Catégories : Asie/Afrique | Adresse URL : https://les7duquebec.net/?p=264528

 

Partager

Plus d’histoires deAmérique Latine