Aller à…
RSS Feed

17 septembre 2021

L’homme qui tua Mouammar Kadhafi : un scandale d’Etat vu par un ancien espion


11. Avignon

Par Youness Bousenna

Superamas

 Il est rare de rencontrer un espion. Encore plus sur scène, dans un festival de théâtre. On ne connaîtra d’ailleurs pas son nom : de ce quadragénaire brun, on saura qu’il était « officier traitant » de la DGSE, les services d’espionnage français, et qu’il a été en poste à Vienne puis en Libye.

De 2007 à 2011, il a évolué dans ce pays comme directeur adjoint de l’institut culturel français de Tripoli, la capitale. C’est sous cette couverture qu’il vivra les années Sarkozy en Libye, et les troublants événements qui relient la France à ce pays : le financement occulte de la campagne du candidat de la droite en 2007 par  Kadhafi, la venue en grande pompe de ce dernier à Paris, puis la guerre de 2011 où celui-ci trouvera la mort après un lynchage public.

Cet espion entend nous donner sa propre version des faits dans une représentation qui prend l’allure d’une interview télévisée. Mené par l’éditorialiste Alexis Poulin, l’entretien est entrecoupé par une séance bienvenue de questions posées par les spectateurs. Original, le dispositif monté par Superamas, un collectif qui articule réflexion critique et représentation théâtrale, offre un cadre qui permet de saisir les dessous d’un scandale d’Etat en même temps que d’un jeu géopolitique complexe – mais qui nous concerne directement, avec la crise des migrants.

Cet homme, qui a démissionné de la DGSE après cet épisode, ne nous livre pas tout : il garde pour lui les détails qui permettraient d’étayer son intime conviction. Mais celle-ci, qu’il nous livre à la fin de la représentation, ne jette pas moins un opprobre de plus sur cette guerre dont il reste encore beaucoup à révéler.

Théâtre 11. Avignon, jusqu’au 29 juillet (relâche le 26), à 17h05 (durée : 1h15), 8 à 20 euros, réservations au 04 84 51 20 10

www.11avignon.com.

Partager

Plus d’histoires deLibye