Aller à…
RSS Feed

8 décembre 2021

Des responsables du renseignement israélien ont rencontré le candidat libyen à la présidence


Publié par Gilles Munier sur 5 Septembre 2021, 08:09am

Catégories : #Libye

Khalifa Haftar

Par Ayyoub (revue de presse : Al Nas – 3/9/21)*

Des responsables du renseignement israélien ont rencontré en privé ce mois-ci le fils du plus haut chef de guerre libyen pour discuter de sa candidature à la présidence de 2021, signe qu’Israël soutient sa candidature, a déclaré une source proche de la réunion au Washington Free Beacon.

Saddam Haftar recherche discrètement le soutien de l’Occident pour sa campagne, qui devrait l’opposer à Saif al-Islam Kadhafi, le fils de l’ancien homme fort Mouammar Kadhafi. Haftar est considéré comme un mandataire de son père Khalifa Haftar, un double citoyen américano-libyen et commandant de l’armée nationale libyenne.

Une victoire de Haftar pourrait conduire à des relations plus étroites entre Israël et la Libye, qui ne reconnaît pas l’Etat juif. L’année dernière, le Maroc, le Soudan, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont tous accepté de normaliser leurs relations avec Israël.

Lors de la rencontre avec des responsables du renseignement israélien, qui a eu lieu au début du mois, le jeune Haftar a discuté de « la situation dans la région » et de « son aspiration à la stabilité de son pays », ainsi que de son soutien déclaré à « la démocratie dans son pays, l’ordre public », selon la source proche de la rencontre. « Les Israéliens le soutiennent. »

L’ambassade d’Israël n’a pas répondu à une demande de commentaire. On pense depuis longtemps que les agences de renseignement israéliennes soutiennent le père de Haftar, mais le gouvernement israélien ne l’a pas déclaré publiquement.

Les élections générales libyennes sont prévues pour le 24 décembre 2021, les premières depuis 2014. Les tentatives de programmation des élections en 2018 et 2019 ont été retardées en raison de la guerre civile dans le pays. Plus tôt ce mois-ci, le parlement libyen a confirmé un gouvernement intérimaire avec un Premier ministre temporaire et un conseil présidentiel.

Des sources du renseignement israélien s’attendent à ce que l’élection soit une bataille entre Haftar et Saif Al-Islam Kadhafi, selon un rapport d’Israël Hayom. La candidature de Kadhafi serait soutenue par l’administration de Vladimir Poutine, qui aurait rencontré le candidat à Moscou en septembre, selon le journal italien Corriere della Sera. Kadhafi, qui a servi comme « Premier ministre de facto » à la fin du régime de son père, est en cavale de la Cour pénale internationale pour crimes contre l’humanité.

Un porte-parole du département d’État a déclaré au Free Beacon que les États-Unis ne prenaient pas position sur les candidats libyens potentiels, mais a ajouté que Kadhafi restait toujours sur la liste des sanctions américaines.

« Bien que nous ne prenons aucune position sur les candidats, nous voudrions noter que Saif al-Islam Kadhafi est désigné sous les sanctions de l’ONU et des États-Unis, et reste également soumis à un mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale », a déclaré le porte-parole.

Haftar, capitaine de l’armée nationale libyenne, affirme avoir une vision laïque et pro-démocratique de la Libye, dans la lignée de son père. Mais il s’est également attiré les critiques des Nations Unies et de militants libyens pour avoir dirigé un bataillon qui aurait effectué une descente de près d’un demi-milliard de dollars auprès de la Banque centrale de Libye en 2017.

Le père de Haftar, Khalifa Haftar, était un ancien chef militaire de confiance sous Mouammar Kadhafi avant de faire défection et de devenir un atout de la CIA dans les années 1990. Il a passé près de 20 ans à vivre dans le nord de la Virginie et est retourné en Libye en 2011.

En tant que chef de l’armée nationale libyenne, l’aîné Haftar bénéficie du soutien occidental depuis des années. Mais ces alliances ont été compromises après qu’il a lancé un siège militaire en 2019 contre le gouvernement intérimaire soutenu par les Nations Unies à Tripoli.

Le président français Emmanuel Macron a publiquement réprimandé le chef de guerre libyen – que la France soutenait depuis des années – pour la sanglante campagne militaire, et des groupes de défense des droits humains l’ont accusé de crimes de guerre aveugles.

Le siège, cependant, n’a pas semblé endommager les relations de Haftar avec le président Donald Trump, qui a parlé au chef de guerre par téléphone à l’époque et « a reconnu le rôle important du maréchal Haftar dans la lutte contre le terrorisme et la sécurisation des ressources pétrolières de la Libye », selon une déclaration communiqué de la Maison-Blanche.

*Source : Al Nas

Sur le même sujet, lire aussi :

Seif al-Islam, candidat à la prochaine élection présidentielle libyenne ?

Israël s’est fait un nouvel ami en Afrique, le maréchal Haftar, qu’il aide en secret

Dernier acte de la guerre en Libye + Haftar et Israël

Libye: les proches de Saïf al-Islam Kadhafi préparent son retour sur la scène politique

En intervenant en Libye, la France déstabilise le Maghreb

Partager

Plus d’histoires deEtat sioniste