Aller à…
RSS Feed

29 novembre 2021

kaboul est-elle la fin de l’ère américaine ?


KABOUL EST-ELLE LA «FIN DE L’ÈRE AMÉRICAINE»?

par Robert Bibeau

Traduction et commentaires : 

 

Les États-Unis ont conclu l’exfiltration de ses mercenaires de Kaboul au milieu d’un chœur apocalyptique de leurs propres alliés. La presse européenne et américaine apparaît chaque jour truffée d’articles et d’éditoriaux sur la « fin de l’ère américaine » alimentés par des déclarations rimbombantes sur « la débâcle ». Mais que signifie la « fin de l’ère américaine »: la fin des États-Unis en tant que puissance impérialiste mondiale capable d’agir seule partout dans le monde? La fin de l’hégémonie économique, militaire et idéologique américaine? (L’Afghanistan sur le chemin du déclin de l’Empire américain – les 7 du quebec : https://les7duquebec.net/archives/266524 NDÉ)

Table des matières

Vous pouvez lire «Kaboul est-elle la « fin de l’ère américaine » en anglais?

La fin de l’ère américaine ?

Biden a choisi de faire des déclarations sur l’Afghanistan placé sous un portrait épique de Teddy Roosevelt, le président de l’expansion impériale américaine en 1898. Rien ne pouvait être plus symbolique de « la fin de l’ère américaine ». Mais les États-Unis vont-ils vraiment passer au second plan dans le conflit impérialiste? Il ne pourrait pas même si ses dirigeants politiques le voulaient. L’impérialisme n’est pas une politique, mais une phase de la vie du capital mondial.
Biden a choisi de faire des déclarations sur l’Afghanistan placé sous un portrait épique de Teddy Roosevelt, le président de l’expansion impériale américaine en 1898. Rien ne pouvait être plus symbolique de « la fin de l’ère américaine ». Mais les États-Unis vont-ils vraiment passer au second plan dans le conflit impérialiste? Il ne pourrait pas même si ses dirigeants politiques le voulaient. L’impérialisme n’est pas une politique, mais une phase de la vie du capital mondial.

 

Les dirigeants européens ne sont pas particulièrement obligés de reconnaître les erreurs ou les défaites. C’est pourquoi Borrell a attiré l’attention en qualifiant le retrait de l’Afghanistan de « catastrophe ». Mais jour après jour, le ton s’élevait. Laschet, candidat à la chancellerie de la CDU et aujourd’hui successeur le plus probable d’Angela Merkel, est allé encore plus loin: « C’est la plus grande débâcle que l’OTAN ait connue depuis sa fondation, nous sommes confrontés à un changement d’époque ».

 

Changement d’époque ? La même presse américaine le mettait sur un plateau. New Yorker se demandait si c’était «la fin de l’ère américaine», Salon parlait de « l’effondrement de l’empire» reprenant la crainte, exprimée par Bloomberg dans les jours précédant le retrait afghan d’hypothéquer la défense de Taïwan et l’offensive impérialiste contre la Chine.

 

De manière significative, la presse de Hong Kong était claire sur le fait que cette brèche ne se comblerait pas. Même si les médias officiels de Pékin n’ont pas été à court d’épithètes lorsqu’il s’agit de qualifier « l’humiliation » américaine, en Extrême-Orient, personne ne doute que la sortie de l’Afghanistan est le préambule d’une politique impérialiste encore plus agressive dans l’Indo-Pacifique avec Taïwan comme point chaud. (Retrait des troupes américaines et de l’OTAN d’Afghanistan et menaces restantes – les 7 du quebec : https://les7duquebec.net/archives/266722 NDÉ).

 

Mais pour comprendre ce qui se passe dans le paysage impérialiste, le débat au Parlement britannique a été encore plus éclairant. Les travaillistes et les conservateurs ont reproché à Johnson l’incapacité de l’armée britannique à tenir une seule journée sans les Américains.

 

Theresa May a demandé rhétoriquement où se trouvait aujourd’hui la célèbre Grande-Bretagne mondiale promise pour l’après-Brexit. Johnson a répondu avec l’évidence: les Américains n’ont pas consulté leurs alliés de l’OTAN sur le retrait ou leurs dates et les Britanniques – et les Européens en général – n’ont pas la capacité de remplacer la force militaire américaine dans une destination comme l’Afghanistan. La « fin de l’ère américaine » ne sera pas la fin de la « relation spéciale », mais signifiera la perte définitive d’une des illusions les plus chères des classes dirigeantes britanniques: leur capacité d’influence à Washington en vertu d’une alliance globale à deux.

 

La « fin de l’ère américaine » et le rôle de l’UE

laschet afghanistan
Laschet sur le retrait de l’Afghanistan et la soi-disant « fin de l’ère américaine »: «C’est la plus grande débandade que l’OTAN ait vue depuis sa fondation, c’est un changement d’époque que nous vivons»

 

Le fiasco afghan inquiète en Europe non pas parce qu’il va signifier la « fin de l’ère américaine », mais parce qu’il est revenu pour montrer que les États-Unis de Biden n’ont pas plus de considération pour l’UE que Trump avait. En effet, cette semaine même, M. Biden a rompu l’accord conclu avec Mme Merkel en juin et imposé de nouvelles sanctions aux entreprises liées à NordStream2, le nouveau gazoduc qui reliera la Russie et l’Allemagne dans quelques semaines.

 

Avec l’atmosphère raréfiée par les tensions de l’évacuation et les responsables de l’UE accusant l’armée américaine d’entraver le départ des Européens et de leurs collaborateurs, les médias et les think tanks européens ont commencé à commander des analyses d’un côté et de l’autre de l’Atlantique se demandant s’ils peuvent vraiment mettre fin à une période d’unilatéralisme américain et reprendre la souveraineté dans la conception de leurs propres politiques impérialistes ou ce qui s’était passé, simplement, c’est que le virage vers la Chine du capital américain les avait laissés encore plus hors jeu.

 

En France, Le Monde se félicitait que l’armée française ait quitté l’Afghanistan en 2014…

Lorsque les responsables américains ont informé leurs partenaires européens de l’OTAN de l’organisation et du moment du retrait, les tentatives de quelques-uns (Britanniques, Allemands, Turcs) d’influencer le cours des choses ont été balayées. « L’Amérique d’abord », avec Biden et Trump.

 

La France et la Grande-Bretagne ont demandé aux États-Unis de prolonger leurs opérations d’évacuation au-delà du 31 août. De manière significative, ils ne l’ont pas fait par les voies internes de l’OTAN ou lors d’appels téléphoniques entre présidents, mais lors de la réunion du G7. Ils sont conscients que l’allongement de l’évacuation met Biden sur la brèche et pourrait se terminer par une bataille acharnée avec les talibans. C’est pourquoi ils le font, pour forcer Biden à mettre en scène la ruée vers les difficultés. Biden a simplement gardé la date inchangée.

 

Mais le premier coup de la fin de l’ère américaine semble être reçu par la France et non par les États-Unis. Le soutien économique et militaire des principaux pays de l’UE à leur guerre au Sahel est en train d’être mis ko.

 

L’été est particulièrement sanglant pour les Français et les casques bleus au Mali. Après l’auto-coup d’État parrainé par la Russie au gouvernement malien, la France clôture l’opération Barkhane. Mais cela ne veut pas dire que ses troupes quittent le pays. Au contraire, ils sont doublés en nombre sous un nouveau nom, ils agiront de leur propre chef en dehors du gouvernement local. Quelle leçon les militaires et les hauts fonctionnaires allemands et même espagnols tirent-ils de l’Afghanistan? Qu’ils ne peuvent pas répéter la formule américaine avec moins de moyens au Sahel et qu’elle touche à «ranger» les gouvernements de la région et la France.

 

Non pas que le scandale et les discours sur la « fin de l’ère américaine » avancent un retrait allemand, bien sûr. A l’inverse, ils voient la porte ouverte – et la nécessité les exhorte – d’intensifier les actions militaires pour défendre leurs intérêts impérialistes. Christoph Heusgen, un haut fonctionnaire qui était ambassadeur d’Allemagne à l’ONU et conseiller personnel d’Angela Merkel, l’a dit clairement dans un article pour le Conseil européen des relations étrangères, l’un des principaux groupes de réflexion atlantistes.

 

Après tout ce qui s’est mal passé à la fin, il peut sembler logique de vouloir mettre fin à tout engagement à l’étranger. Mais ce n’est pas réaliste : l’Allemagne doit continuer à assumer la responsabilité de la gestion des crises. Si nous ne le faisons pas, qui d’autre le fera? Les intérêts allemands sont en jeu: l’avenir de millions d’emplois; de l’économie allemande, qui dépend fortement du commerce et de l’ouverture des marchés.

« La fin de l’ère américaine » et la transformation des États-Unis en guerre avec la Chine

 

Destroyer USS McCampbell, armé de missiles guidés, dans le détroit de Taiwan.
Destroyer USS McCampbell, armé de missiles téléguidés, dans le détroit de Taiwan. La «fin de l’ère américaine» marque aux États-Unis le passage à une époque marquée par la perspective de la guerre avec la Chine.

 

Bien que la presse anglophone aime s’interroger en gros titres sur « la fin de l’ère américaine », la bourgeoisie américaine ne cesse de s’inquiéter en arrière-plan de tout cela: que la concentration des forces dans la bataille contre la Chine soit interprétée par les différentes puissances régionales comme une occasion d’affirmer leurs propres intérêts et qu’il y ait une véritable généralisation de la guerre.

 

Lorsque la vice-présidente américaine Kamala Harris  sort en Indonésie pour s’assurer que «les États-Unis sont toujours un leader mondial» – ce qu’un leader mondial incontesté n’a pas besoin de respecter ses alliés – elle appelle en fait ses rivaux à la prudence. Mais à Washington et ses think tanks associés en Europe, ils ne se trompent pas:

 

La fin de l’intervention américaine en Afghanistan confirme en quelque sorte la désoccidentalisation de l’interventionnisme, qui opère déjà en Libye et en Syrie […] Les États-Unis doivent accepter qu’avec leur retrait militaire d’Afghanistan, ils perdent de l’influence et sous-traitent de facto l’avenir du pays à des puissances régionales.

 

Dans une chronique spéciale dans The Economist intitulée de manière significative «Pourquoi la fin de l’empire américain ne sera pas pacifique», Niall Ferguson donnait la perspective britannique de la fin de l’ère américaine: les États-Unis vivent aujourd’hui ce que l’empire britannique a vécu il y a un siècle. Selon Ferguson, la perspective est une guerre mondiale et les États-Unis ne peuvent pas limiter leur développement militaire, comme l’a fait la Grande-Bretagne de Chamberlain, par prudence budgétaire, crainte inflationniste ou considérations d’opinion publique. (sic) (L’Afghanistan sera-t-il le « dernier soubresaut » de l’impérialisme américain? – les 7 du quebec : https://les7duquebec.net/archives/266700. NDÉ)

 

Pour Ferguson, Taiwan a tous les bulletins de vote pour être la nouvelle Tchécoslovaquie. Soumise à une réunification forcée par la Chine rendrait inévitable l’escalade vers une nouvelle guerre mondiale pour laquelle elle voit les États-Unis moins préparés que ce qui était autrefois la Grande-Bretagne impériale… à moins qu’il ne renationalise les actifs et la production à toute vitesse. Précisément la stratégie que Trump a commencé et que Biden continue. (Nous croyons que c’est dans ce contexte de préparation d’un nouvel affrontement, d’une 3em Guerre mondiale, qu’il faut voir l’exercice militaire de pandémie virale-COVID-19, amorcé en Chine, puis s’étendant à l’ensemble de la planète. L’Alliance de Shanghai en est sortie rapidement alors que l’Alliance Atlantique sous la botte américaine reste empêtrée dans cet exercice militaire qui a mal tourné. Résultats de recherche pour « nous sommes en guerre » – les 7 du quebec : https://les7duquebec.net/?s=nous+sommes+en+guerre NDÉ).

 

Une autre différence, à bien des égards plus profonde que le déficit budgétaire, est la position négative des États-Unis en matière d’investissement international net (PIIN), qui est d’un peu moins de -70 % du PIB. Un PIIN négatif signifie essentiellement que la propriété étrangère des actifs américains dépasse la propriété américaine d’actifs étrangers.

En revanche, la Grande-Bretagne avait encore un PIIN extrêmement positif entre les guerres, malgré les montants d’actifs à l’étranger qui avaient été liquidés pour financer la première guerre mondiale. De 1922 à 1936, il a été constamment supérieur à 100% du PIB. En 1947, il était tombé à 3 p. 100.

Vendre l’argent impérial restant (pour être précis, forcer les investisseurs britanniques à vendre des actifs à l’étranger et à remettre les dollars) était l’une des façons dont la Grande-Bretagne a payé la Seconde Guerre mondiale. L’Amérique, le grand empire débiteur, n’a pas d’épargne équivalente. Elle peut se permettre de payer le coût du maintien de sa position dominante dans le monde en vendant à elle seule une plus grande partie de sa dette publique à des étrangers. C’est une base précaire pour le statut de superpuissance (surtout quand ces capitalistes étrangers ne font plus confiance au dollar et refusent d’acheter les obligations américaines ce qui force la FED à acheter ces obligations qui ne trouvent pas preneurs.  Actualite économique – les 7 du quebec : https://les7duquebec.net/archives/category/actualite-economique NDÉ).

 

Fait significatif, il n’oublie pas de rappeler que les Américains d’aujourd’hui comme les Britanniques dans la trentaine «succombent à la haine d’eux-mêmes», c’est-à-dire que le jeu idéologique et les révoltes de la petite bourgeoisie ont atteint un point qui est en contradiction avec les intérêts impérialistes centraux du capital américain. La fin de l’ère américaine se manifesterait comme la fin de l’hégémonie idéologique américaine.

 

Une source cruciale de la faiblesse britannique entre les guerres a été la révolte de l’intellectualité contre l’Empire et, plus généralement, contre les valeurs britanniques traditionnelles. Churchill se souvint avec dégoût du débat de l’Oxford Union en 1933 qui avait adopté la motion, «Cette Assemblée refuse de se battre pour le roi et le pays».

Comme il l’a fait remarquer : « Il était facile de rire d’un tel épisode en Angleterre, mais en Allemagne, en Russie, en Italie, au Japon, l’idée d’une Grande-Bretagne décadente et dégénérée a pris racine profondément et influencé de nombreux calculs.» C’est bien sûr précisément ainsi que la nouvelle génération de diplomates «guerriers-loups» et d’intellectuels nationalistes chinois considère aujourd’hui les États-Unis.

 

Cette dernière idée est reprise pas plus que par Francis Fukuyama:

Le défi beaucoup plus grand pour la position mondiale de l’Amérique est interne: la société américaine est profondément polarisée et a eu du mal à trouver un consensus sur pratiquement n’importe quoi. Cette polarisation a commencé sur des questions de politiques conventionnelles telles que la fiscalité et l’avortement, mais est depuis devenue une lutte acharnée pour l’identité culturelle. [….] Aujourd’hui, environ la moitié des républicains estiment que les démocrates constituent une plus grande menace pour le mode de vie américain que la Russie.

Il y a plus de consensus concernant la Chine : les républicains et les démocrates conviennent qu’elle est une menace pour les valeurs démocratiques. Mais cela ne fait que soumettre les États-Unis à un test beaucoup plus grand pour la politique étrangère américaine que l’Afghanistan: Taiwan.

Si elle est directement attaquée par la Chine. Les États-Unis seront-ils prêts à sacrifier leurs fils et leurs filles au nom de l’indépendance de cette île? Ou, en effet, les États-Unis risqueraient-ils un conflit militaire avec la Russie si cette dernière envahissait l’Ukraine? Ce sont des questions sérieuses sans réponses faciles, mais si un débat raisonné sur l’intérêt national américain a lieu, c’est probablement à travers le prisme de la façon dont il affecte la lutte partisane.

 

( La citation de Fukuyama qui précède dévoile le mystère de l’empressement des américains de quitter l’Afghanistan, la Syrie et l’Irak et de laisser la Russie s’embourber au Moyen-Orient et dans le Nord de l’Afrique et même en Ukraine. Nous assistons au redéploiement des troupes américaines sur le front de l’Asie du Sud-Est pour affronter la Chine, la principale rivale de l’impérialisme Étatsunien. Résultats de recherche pour « Chine » – les 7 du quebec : https://les7duquebec.net/?s=Chine NDÉ).

 

Comme Ferguson, Fukuyama souligne que l’explosion idéologique identitaire qui s’est produite dans les universités américaines au cours des vingt dernières années et menée en première ligne politique par les démocrates contre Trump est dysfonctionnelle pour les intérêts impérialistes des États-Unis et affaiblit leur «soft power». La révolte intellectuelle de la petite bourgeoisie racialiste et féministe aurait limité la capacité de son impérialisme culturel… et de recrutement interne.

Ils viennent dire que lorsque le monde voit « The White Lotus » sur HBO,« La Réalisatrice »  sur Netflix ou la dernière saison de «The Good Fight» à la Paramount, ils ne voient pas un modèle à envier, copier et soutenir, mais un jeu de pouvoir antisocial entre les alliances politiques, le sexisme féministe et le racisme noir, une forme particulière de «haine de soi» au sein de la puissance américaine. Les États-Unis auraient besoin d’un changement dans les idéologies qui exportent leurs plateformes de télévision et leurs think tanks s’ils veulent pouvoir maintenir leur hégémonie idéologique mondiale et «sacrifier leurs fils et leurs filles» avec des chances de succès dans la guerre à venir.

 

Que signifie en réalité « la fin de l’ère américaine »?

Flotte américaine en mer de Chine.
Flotte américaine en mer de Chine. La soi-disant « fin de l’ère américaine » est en réalité le début d’une étape où la guerre avec la Chine – qui sera mondiale – est déjà directement reconnue comme l’horizon du conflit impérialiste mondial.

 

La soi-disant « fin de l’ère américaine » est en réalité le nom journalistique d’un processus que nous avons raconté ces dernières années:

 

1. Les États-Unis se dirigent vers une guerre par procuration mondiale avec la Chine, mais n’ont aucune capacité économique à défendre militairement leurs intérêts impérialistes dans tous les coins du globe pendant qu’ils la préparent.

Garder son armée en dehors des batailles dans la région que les Anglo-Saxons appellent le « Moyen-Orient » est devenu une priorité et une nécessité stratégique.

2.   Il veut concentrer sa pression militaire sur les frontières de la Chine et quitter les zones où la rentabilité de la présence militaire américaine est moindre du point de vue de la guerre à venir. Il tente inévitablement de discipliner des alliés réticents pour former un bloc et répartir entre ses membres le contrôle des régions les plus conflictuelles sans perdre l’hégémonie mondiale.

3.  Mais ce n’est pas facile. La dominante à ce jour, comme nous l’avons vu, ce sont les forces centrifuges. Ce n’est pas un hasard si les plus pro-américains ont été les premiers à sortir de procession la peur de « la fin de l’ère américaine ».

4. Ce qui est prévisible, c’est cette « désoccidalisation » des conflits régionaux que, par l’exemple peu édifiant de la Syrie et de la Libye, les think tanks américains citent. Conflits contenus jusqu’à présent comme celui du Maroc et l’Algérie au Maghreb ont tous les bulletins de vote pour se réactiver. Hier encore, Alger a rompu ses relations diplomatiques avec Rabat. Et l’Amérique du Sud va de plus en plus refléter les tensions sur les ressources minérales et la lutte pour le contrôle des canaux.

5.  Sous ce mouvement général, les chefs pensants de la bourgeoisie américaine et britannique mettent l’accent sur ce qu’il faudrait « changer chez eux ». Loin de considérer la « fin de l’ère américaine » comme une étape de transformations sociales, il s’agit de distiller une idéologie utile à la guerre impérialiste. Quelque chose d’aussi puissant qu’à l’époque était l’anti-fascisme,  qui permet de «sacrifier ses fils et ses filles» et d’exercer une attirance sur la population des alliés potentiels.

6.  Tous les analystes anglophones et chinois pointent vers Taïwan comme le déclencheur possible à court terme d’une guerre frontale entre les États-Unis et la Chine. Les anglophones attendent une invasion chinoise et y voient le moment où les États-Unis pourraient jouer le tout avec plus de chances de victoire que ceux qui lui sont attribués en cinq ou dix ans. Les Chinois répètent le script du nationalisme furbutant du parti-État chinois.

Mais en réalité Taiwan est loin d’être le cadre idéal pour les Américains et le moment est loin d’être acceptable pour Pékin. Washington n’a même pas réussi à aligner efficacement la Corée du Sud et le Japon contre la Chine… et est encore loin de parvenir à dicter sa stratégie en Europe. Et surtout, elle ne compte pas sur le fait que la stratégie chinoise ne passe pas par le début d’une guerre mondiale à quelques kilomètres de ses côtes, mais par l’enracinement préalable de sa stratégie impérialiste mondiale en multipliant les foyers de conflit loin de son continent.

7.  Ce qui ouvre définitivement Kaboul n’est pas « la fin de l’ère américaine », mais une étape où la guerre mondiale est déjà directement reconnue comme l’horizon et où nous verrons un nouveau chapelet de guerres régionales très internationalisées, une aggravation des tendances à la guerre commerciale et au protectionnisme – largement développées par le biais du « Pactevert» – s’accompagneront d’un renouveau idéologique de plus en plus ouvertement lié à la perspective de l’encadrement des travailleurs pour l’effort de guerre.

Partager

Plus d’histoires deAfghanistan