Aller à…
RSS Feed

22 septembre 2021

La guerre contre le terrorisme: 20 ans de massacres et d’illusions


Publié par Gilles Munier sur 12 Septembre 2021, 07:49am

Par Tariq Ali (revue de presse : Acta Zone – 10/9/21)*

20 ans jour pour jour après les attentats du 11 septembre 2001, qui ont servi de prétexte à l’administration Bush pour envahir l’Afghanistan, les Talibans sont de nouveau au pouvoir à Kaboul. Partant de cette dramatique ironie de l’histoire, Tariq Ali dresse le bilan désastreux de deux décennies de « guerre contre le terrorisme » : des millions de pertes humaines et des milliards de dollars gaspillés tandis que les attentats djihadistes continuent d’ensanglanter la planète, que les libertés civiles ne cessent de reculer et l’islamophobie de s’approfondir au sein des sociétés occidentales.

Les Talibans ont célébré le 20ème anniversaire du 11 septembre d’une manière surprenante. Dans la semaine ayant suivi l’annonce par les États-Unis qu’ils retireraient leurs forces d’Afghanistan le 11 septembre, les talibans ont pris le contrôle de vastes régions du pays et, le 15 août, la capitale Kaboul est tombée. La vitesse était étonnante, la perspicacité stratégique remarquable : une occupation de 20 ans s’est terminée en une semaine, tandis que les armées fantoches se désintégraient. Le président fantoche a sauté dans un hélicoptère pour l’Ouzbékistan, puis dans un jet pour les Émirats arabes unis. C’était un coup dur pour l’empire américain et ses États subordonnés. Aucun artifice ne peut dissimuler cette débâcle.

Un peu plus d’un an avant les attentats du 11 septembre, Chalmers Johnson, historien de la côte ouest, ancien partisan des guerres de Corée et du Vietnam et consultant de la CIA, a publié un livre prémonitoire intitulé Blowback : The Costs and Consequences of American Empire. Ce livre, qui a été pratiquement ignoré lors de sa parution mais qui est devenu un best-seller, constitue à la fois un prologue inquiétant et une épitaphe brûlante des vingt dernières années. « Blowback« , comme Johnson l’a écrit, « est un raccourci pour dire qu’une nation récolte ce qu’elle a semé, même si elle ne sait pas ou ne comprend pas entièrement ce qu’elle a semé. Compte tenu de leur richesse et de leur puissance, les États-Unis seront, dans un avenir prévisible, les premiers destinataires de toutes les formes les plus prévisibles de retour de flamme, en particulier les attaques terroristes contre les Américains, qu’ils soient ou non membres des forces armées, partout dans le monde, y compris aux États-Unis. »

Vingt-quatre heures après que ce blowback ait stupéfié la planète le 11 septembre, avec des messages de sympathie affluant de toutes les capitales – y compris La Havane – le criminel de guerre Donald Rumsfeld, récemment décédé, a déclaré lors d’une réunion du Conseil national de sécurité que les États récalcitrants, quelle que soit leur implication dans le 11 septembre, devraient en payer le prix. En conséquence, il a suggéré : « Pourquoi ne devrions-nous pas nous attaquer à l’Irak, et pas seulement à Al-Qaïda ? »

Le lendemain, Paul Wolfowitz, numéro 2 du ministère de la Défense, a amplifié ce message en préconisant une « campagne large et soutenue » qui inclurait « l’élimination des États parrainant le terrorisme ». En une semaine, le Grand Décideur lui-même, George W. Bush, a donné le feu vert à une guerre totale : « Frappons-les durement. Nous voulons signaler qu’il s’agit d’un changement par rapport au passé. Nous voulons amener d’autres pays comme la Syrie et l’Iran à changer de point de vue. »

Puis les larbins habituels sont intervenus. Interviewé par David Remnick pour le New Yorker, Dennis Ross, directeur US du « processus de paix » israélo-palestinien, a insisté : « Nous ne pouvons pas nous contenter de faire la chose habituelle – bombarder quelques cibles, s’il s’avère que c’est Oussama Ben Laden. Si nous réagissons de la même manière qu’avant, rien ne changera ». Pour ne pas être en reste, le néoconservateur Charles Krauthammer a défendu l’invasion de l’Afghanistan deux semaines plus tard dans sa chronique du Washington Post : « Nous nous battons parce que ces salauds ont tué 5 000 [sic] des nôtres, et si nous ne les tuons pas, ils vont encore nous tuer. C’est une guerre de vengeance et de dissuasion….. Le discours libérationniste doit donc être destiné à la consommation étrangère. »

Il est à noter que ces « salauds » et ces « ennemis » n’incluent pas l’Arabie saoudite et l’Égypte, les deux pays dont étaient originaires la plupart des terroristes du 11 septembre. Pendant des années, les riches Saoudiens ont fourni un « terrain fertile pour la collecte de fonds » à destination d’Al-Qaïda, selon nul autre que le rapport de la Commission du 11 septembre. Ils avaient, dans certains cas, grandi avec Ben Laden, dont le père était un habitué de leurs palais et avait fondé l’entreprise de construction qui avait bâti certains d’entre eux. Lors d’une première discussion au sein du NSC, une attaque contre l’Irak a été envisagée, mais Bush, Rumsfeld et Dick Cheney ont finalement opté pour une grossière guerre de vengeance contre l’Afghanistan, où Ben Laden et d’autres membres de la direction d’Al-Qaïda étaient logés grâce au gouvernement taliban, qui avait lui-même été mis en place par l’armée pakistanaise avec l’approbation des États-Unis en 1994, plusieurs années après le retrait des troupes soviétiques.

Les Talibans étaient tout à fait disposés à livrer leurs invités aux États-Unis, mais ils avaient besoin d’un prétexte et demandaient poliment des preuves, des preuves de l’implication d’Al-Qaïda. La Maison-Blanche n’était pas d’humeur pour les subtilités juridiques. Un court délai a été accordé pour permettre au Pakistan de retirer son personnel militaire d’Afghanistan. L’opération Enduring Freedom a débuté en octobre 2001. Les Talibans, sur les conseils de l’armée pakistanaise, ont opposé une résistance dérisoire. Leur chef borgne, le mollah Omar, a été signalé pour la dernière fois comme fuyant un village du centre de l’Afghanistan sur une moto, tel Steve McQueen dans La Grande évasion. Lorsque les troupes américaines ont finalement atteint la cachette d’Al-Qaïda dans les grottes de Tora Bora, les dirigeants avaient fui. Omar et Ben Laden, ainsi que leurs équipages, ont trouvé refuge au Pakistan, où les chefs militaires du pays ont conseillé aux Talibans de patienter.

Les États-Unis et tous leurs alliés de l’OTAN, ainsi que la Russie et la Chine (de bons amis à l’époque), ont soutenu la guerre et l’occupation de l’Afghanistan – les Russes, sans doute, avec un élément de schadenfreude.

Vingt ans plus tard, le bilan dramatique et sanglant de la décision de ne pas répondre « à l’ancienne » parle de lui-même. Six guerres, des millions de morts, des milliards de dollars gaspillés, et un fléau de souffrances et de traumatismes infligés au monde musulman, accélérant un raz-de-marée de réfugiés qui a semé la panique dans l’Union européenne et entraîné une énorme augmentation des votes pour les partis d’extrême droite – ce qui, à son tour, a poussé un centre politique déjà extrême plus à droite. L’islamophobie, promue par des politiciens de tous bords en Occident, est désormais ancrée dans la culture occidentale.

« Oh may no more a foreign master’s rage / With wrongs yet legal, curse a future age ! » écrivait Alexander Pope à l’aube du 18ème siècle. Trois cents ans plus tard, le maître étranger a retiré ses forces, reconnaissant sa défaite, tout en sachant pertinemment que les Talibans reviendraient bientôt au pouvoir. La guerre a été une énorme catastrophe politique et militaire pour les États-Unis et leurs partisans de l’OTAN. La « liberté » n’a pas duré [jeu de mots sur le nom de l’opération Enduring Freedom]. Les Talibans, qui contrôlaient les trois quarts du pays à la veille de l’invasion américaine, en contrôlent désormais la totalité.

L’histoire n’est que modestement utile pour anticiper la suite des événements. Après le retrait soviétique en 1989, un faible régime pro-Moscou a réussi à se maintenir à Kaboul pendant quelques années avant d’être renversé, avec le soutien des États-Unis, et remplacé par des factions moudjahidines belligérantes. En 1994, les États-Unis ont donné le feu vert à une intervention des Talibans dirigée par le Pakistan. Deux ans plus tard, les Talibans ont pris le contrôle de Kaboul.

La différence aujourd’hui est qu’il n’y a pas d’ennemi armé de type guerre froide en ce qui concerne les États-Unis. Les Talibans, autrefois amis de Washington, puis ennemis, sont aujourd’hui prêts à redevenir amis. Après tout, les deux parties se parlent depuis plus d’une décennie.

Entre-temps, en juillet, une délégation de haut niveau des Talibans s’est rendue en Chine pour s’engager à ce que le sol afghan ne soit plus jamais utilisé comme base pour attaquer la Chine et, sans doute, pour discuter de futurs projets de commerce et d’investissement. Ne vous y trompez pas, Pékin remplacera Washington comme principale influence étrangère en Afghanistan. Comme la Chine entretient des relations chaleureuses avec l’Iran, nous pouvons espérer qu’elle découragera les rivalités entre la minorité hazara et la majorité pachtoune qui pourraient conduire à un bain de sang. La Russie, pour sa part, usera de son influence auprès d’autres minorités pour éviter le genre de guerre civile qui a éclaté après le retrait soviétique.

Aucune puissance extérieure ne semble vouloir une répétition de cette situation aujourd’hui. Les États-Unis préfèrent exercer un contrôle direct par le biais de drones et de bombardements ciblés, comme ils l’ont fait un jour après avoir confirmé le retrait d’Afghanistan – pour permettre au gouvernement afghan de « gagner du temps », nous a-t-on dit – et comme ils l’ont fait au moins deux fois depuis les attaques meurtrières de l’aéroport revendiquées par ISIS-K.

Étant donné que les Talibans ont élu domicile dans le palais présidentiel de Kaboul, ce que les États-Unis devraient faire, avec leurs alliés de l’OTAN, c’est accorder le refuge et la citoyenneté à tous les Afghans qui veulent quitter le pays : une petite réparation pour une guerre inutile. En dehors de cela, les États-Unis devraient laisser le pays tranquille. Le véritable changement ne peut venir que de l’intérieur de l’Afghanistan. Cela prendra du temps, mais c’est toujours mieux qu’une invasion par une grande puissance. Il est trop tôt pour dire comment tout cela va se passer ; nous en saurons plus dans six mois.

Le 15 février 2003, sachant ce qui les attendait et ne se faisant guère d’illusions sur leurs dirigeants, pas moins de 14 millions de personnes ont manifesté sur les sept continents contre la guerre imminente en Irak. Les sanctions avaient déjà paralysé le pays, entraînant la mort de centaines de milliers d’enfants (jusqu’à un demi-million, selon une analyse du Lancet de 1995), un prix que Madeleine Albright, secrétaire d’État de Bill Clinton, avait déclaré « digne d’être payé ». Les plus grandes manifestations ont eu lieu à Rome (2,5 millions), Madrid (1,5 million) et Londres (1,5 million), tandis que des centaines de milliers de personnes ont défilé à New York et Los Angeles, et que d’immenses assemblées ont eu lieu dans la plupart des capitales.

Le plus grand rassemblement pour la paix jamais vu dans l’histoire mondiale a été ignoré par Bush, le Premier ministre britannique Tony Blair et leurs acolytes. L’Irak a été pulvérisé et son dirigeant a été soumis à un lynchage judiciaire. La torture par les soldats américains (hommes et femmes) a été généralisée, et les photos de viols triomphaux ont circulé. Pour beaucoup, c’était le visage de la civilisation occidentale. Au moins un demi-million d’Irakiens sont morts pendant la guerre. Les musées de Bagdad ont été pillés, et l’infrastructure sociale du pays a été dévastée par les bombardements. Il s’agissait de crimes de guerre, mais c’étaient « nos » crimes de guerre, et ils ont donc été ignorés, au mépris des jugements rendus à Nuremberg après la Seconde Guerre mondiale. Dans la guerre contre la terreur, c’est toujours la saison ouverte : tirer pour tuer, sans procès nécessaire, et emprisonnement indéfini. Les valeurs juridiques et morales (« notre mode de vie ») ont cessé d’exister. Des munitions à l’uranium appauvri ont été déployées en Irak et, plus tard, en Syrie.

Bien entendu, même avant la guerre, les États-Unis ont joué avec les normes juridiques internationales. Les sanctions contre l’Irak – imposées en 1990, juste avant la guerre du Golfe de Bush I, et maintenues jusqu’à l’invasion de Bush II – constituaient en elles-mêmes un crime de guerre. La cible était la population civile ; l’objectif était d’inciter à un soulèvement populaire spontané. Un haut fonctionnaire britannique, Carne Ross, a témoigné devant un comité parlementaire restreint en 2007 et a admis « que le poids des preuves indique clairement que les sanctions ont causé une souffrance humaine massive parmi les Irakiens ordinaires, en particulier les enfants. Nous, les gouvernements américain et britannique, avons été les principaux responsables des sanctions et étions bien conscients de ces preuves à l’époque, mais nous les avons largement ignorées et avons rejeté la faute sur le gouvernement de Saddam… »

L’histoire réelle est profondément ancrée dans la mémoire d’un peuple mais constitue toujours un obstacle pour les fantaisistes impériaux. Tout le monde s’accorde aujourd’hui à dire que l’occupation occidentale de l’Irak a été un désastre total – d’abord pour le peuple irakien, ensuite pour les soldats envoyés par des politiciens crapuleux mourir en terre étrangère. La grammaire de la tromperie utilisée par Bush, Blair et divers apologistes néoconservateurs/néolibéraux pour justifier la guerre a perdu toute crédibilité. Malgré les journalistes embarqués et la propagande incessante, les images sanglantes refusent de disparaître ; le retrait immédiat de toutes les troupes étrangères était la seule solution valable. Alors que les États-Unis sont censés s’être retirés, leurs avions sont utilisés occasionnellement pour bombarder le pays. Un rappel macabre que si le gouvernement irakien se comporte mal, il sera puni.

La Libye, malgré ses vastes richesses pétrolières, était une autre histoire, mais avec sa propre fin sinistre. Contrairement aux dirigeants des partis Baas irakien et syrien, Moammar Kadhafi avait rechigné à construire une véritable infrastructure sociale, ce qui aurait largement contribué à dissoudre les loyautés tribales. Il avait renoncé à son programme nucléaire en échange de la reconnaissance occidentale et était fêté dans les capitales occidentales. Son fils a obtenu un doctorat à la London School of Economics – malgré les allégations de plagiat – après quoi un don généreux a été rapidement accordé à l’école. Il aurait également financé la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en France.

Les vices, les excentricités et les faiblesses les plus graves de Kadhafi se sont révélés en février 2011, lors d’un soulèvement lié au printemps arabe. Il pensait que ses nouveaux amis occidentaux le soutiendraient. C’est le contraire qui s’est produit : ils avaient décidé de se débarrasser de lui, et l’occasion s’est présentée. Mais l’histoire racontée pour justifier l’intervention américaine – à savoir que Kadhafi était déterminé à massacrer son peuple – reposait en grande partie sur un reportage d’Al Jazeera selon lequel l’armée de l’air libyenne mitraillait les manifestants. Il s’est avéré qu’il s’agissait d’une fiction, selon le témoignage au Congrès du secrétaire à la défense Robert Gates et de l’amiral Michael Mullen. Il n’y a pas eu non plus de massacres aveugles à grande échelle dans les villes de Misrata, Zawiya et Ajdabiya lorsque les forces gouvernementales les ont reprises. L’avertissement lancé par Kadhafi le 17 mars, selon lequel ses forces ne feraient preuve « d’aucune pitié », faisait explicitement référence aux rebelles armés de Benghazi, mais il a offert une amnistie et une voie d’évacuation vers l’Égypte à ceux qui déposaient les armes.

Aussi brutal qu’ait été le régime de Kadhafi, rien ne prouve que les bombardements de l’OTAN aient empêché un « génocide », un « autre Rwanda » ou, comme l’a dit le président Obama, « un massacre qui aurait eu des répercussions dans toute la région et souillé la conscience du monde ».

Sans surprise, il n’y a jamais eu de comptabilité fiable des civils tués pendant les six mois de la campagne de bombardement. Selon les estimations les plus prudentes, le bilan collectif – civils, rebelles, combattants de Kadhafi – s’élève à environ 8 000 morts. Mais un universitaire de l’université SOAS de Londres, qui a conseillé le Foreign Office, estime que le bilan est plus proche de 20 000 à 30 000 personnes. Les avions de l’OTAN n’ont pas protégé les civils lorsqu’ils ont pris pour cible les forces de Kadhafi. Le dictateur a été capturé, torturé et exécuté par la foule. Toujours aussi sensible, Hillary Clinton a déclaré : « Nous sommes venus. Nous avons vu. Il est mort. » Dommage. En d’autres circonstances, Kadhafi aurait bien pu financer la Fondation Clinton.

Après l’effondrement d’un absurde gouvernement néolibéral pro-business – dirigé initialement par un Libyen exilé en Alabama – la Libye post-Kadhafi a été reprise par une coalition hétérogène de milices islamistes, y compris celles liées à Al-Qaïda. Comme en Irak, l’État s’est effondré et une guerre civile a commencé. Les Africains noirs ont été expulsés en grand nombre et sont retournés dans leur pays. La capitale du Mali, Tombouctou, et une grande partie du Sahel ont été conquis par les « milices de réfugiés ». Les Français ont envoyé des troupes.

Pendant ce temps, les attentats terroristes se multipliaient : à Londres, à Paris, à Mumbai, à Islamabad. La guerre contre le terrorisme a échoué à tous les niveaux, tant au niveau national qu’international. Pendant que l’armée américaine et ses alliés bombardaient et dronaient à travers les pays étrangers, leurs gouvernements étaient occupés à faire la guerre aux libertés civiles sur le sol national. De Guantánamo aux unités de gestion des communications à sécurité maximale des prisons américaines, des programmes de surveillance secrets au Muslim Ban de Donald Trump, les États-Unis ont traqué et ciblé leurs résidents musulmans. De l’autre côté de l’océan, la Grande-Bretagne a lancé son propre régime « antiterroriste » tentaculaire, y compris un programme de détention indéfinie au sein de sa prison de sécurité d’État, Belmarsh, où au moins un prisonnier a été rendu fou et transféré à Broadmoor, un hôpital psychiatrique de haute sécurité.

Les lanceurs d’alerte qui ont révélé les crimes commis en Irak et ailleurs ont été sévèrement punis. Chelsea Manning a été graciée, mais Edward Snowden, qui a révélé l’ampleur de la surveillance exercée par la National Security Agency, a dû fuir le pays. Et Julian Assange demeure à la prison de Belmarsh, se demandant si le système judiciaire britannique l’enverra se faire enterrer dans une prison de sécurité américaine sur la base d’une dangereuse accusation, qui fera jurisprudence, de violation de l’Espionage Act.

Trois mois après la chute de Bagdad en 2003, le Premier ministre israélien Ariel Sharon a prononcé un discours à la Maison Blanche pour féliciter Bush de cette « victoire impressionnante », mais l’a exhorté à ne pas s’arrêter. En avant vers Damas et Téhéran : « Il faut qu’il soit clair […] que leurs actes maléfiques ne peuvent pas continuer ».

Ces deux capitales restent épargnées, mais la Syrie est brisée et l’Iran sous sanctions. Où la liberté et la démocratie frapperont-elles ensuite ?

Tariq Ali est membre du comité de rédaction de la New Left Review. Il est également directeur éditorial de la maison d’éditions Verso, où son prochain livre, The Forty-Year War in Afghanistan : A Chronicle Foretold, sera publié en novembre 2021. Cet article a été initialement été publié en anglais sur le site de la revue The Nation.

*Source : Acta Zone

Par Tariq Ali  – sur « France-Irak Actualité », lire aussi :

Arabie saoudite : le prince, l’assassin et le vendeur d’armes

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
Partager

S’abonner
Notifier de
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Plus d’histoires deAfghanistan

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x