Aller à…
RSS Feed

8 décembre 2021

Le président du parlement libyen basé dans l’est approuve le plan électoral


 

Le président du parlement libyen basé dans l’est a signé jeudi une loi autorisant la tenue d’une élection présidentielle en décembre, bien qu’un autre organe de l’État ait rejeté cette décision, affirmant que la législation était viciée.

Le président du Parlement Aguila Saleh a envoyé la loi qui permettrait l’élection présidentielle du 24 décembre à d’autres organes politiques et aux Nations Unies, a déclaré le porte-parole de la chambre.

Le Haut Conseil d’État, un organe habilité par un accord politique en 2015, a déclaré que Saleh avait unilatéralement poussé la loi en utilisant des pouvoirs qu’il ne possédait pas afin « d’entraver les prochaines élections en promulguant délibérément une loi viciée ».

Les élections présidentielles et parlementaires ont été mandatées par le biais d’un forum politique soutenu par l’ONU l’année dernière dans un processus qui a également conduit à l’installation d’un gouvernement d’unité en mars.

Le parlement de l’Est, élu en 2014, n’a pas encore adopté de loi pour qu’une élection se remplace.

Sa loi sur l’élection présidentielle permettrait aux fonctionnaires en exercice de se présenter aux élections tant qu’ils ont temporairement démissionné de leurs fonctions trois mois avant le vote.

Le Parlement a approuvé le projet de loi le mois dernier et l’a envoyé au comité juridique, mais n’a pas ensuite procédé à un autre vote avant que Saleh ne le promulgue.

Le processus de paix en Libye a bégayé depuis l’installation du gouvernement d’union, au milieu de retards dans l’accord sur la manière dont les élections devraient se tenir et sur un budget unifié, et il y a des doutes quant à la tenue des élections.

« C’est de plus en plus improbable de jour en jour. Il n’y a tout simplement pas assez de temps », a déclaré Tarek Megerisi du Conseil européen des relations étrangères.

Les candidats probables à la présidentielle incluent le commandant putschiste basé dans l’Est, le général Khalifa Haftar, chef de l’Armée nationale libyenne (ANL) autoproclamée, et Saif al-Islam Kadhafi, fils de l’ancien dirigeant qui a été évincé et tué lors d’une campagne soutenue par l’OTAN en 2011. soulèvement.

Fathi Bashagha, qui était ministre de l’Intérieur dans le gouvernement d’union nationale (GNA) internationalement reconnu à Tripoli et remplacé par la nouvelle administration d’unité, a déclaré dans un tweet qu’il soutenait la nouvelle loi.

« Nous appelons tous les organismes locaux et internationaux à soutenir la loi et à achever les procédures restantes qui facilitent le processus électoral », a déclaré Bashagha, qui est également considéré comme un candidat potentiel.

Partager

Plus d’histoires deLibye