Aller à…
RSS Feed

29 novembre 2021

Tunisie : Lettre de M.Ahmed Manaï au Parlement européen


Aux membres du Parlement européen
*
Il convient de rappeler, Mesdames et Messieurs, les députés européens qui ont voté le projet de résolution sur la situation en Tunisie le jeudi 21 octobre 2021, avec quelques faits historiques :
Le 23 juin 1993, feu le Président Zine El Abidine Ben Ali a effectué une visite officielle au Parlement européen à « Strasbourg », première étape sur la voie qui a conduit à la signature de l’Accord d’association entre la Tunisie et l’Union européenne. en 1995.
Le même jour, Ahmed Al-Mannai, chef de la Coordination pour la défense des libertés en Tunisie, a rendu visite à son ami Michal Bebayanakis, membre du Parlement européen, représentant le Parti communiste grec, qui lui a fait part de la réalité de la projet européen. Le projet est représenté dans la volonté de « l’empire naissant », qui s’étendait avec facilité en Europe de l’Est, de s’étendre également au sud de la Méditerranée, où il ne trouva que la Tunisie prête pour cela. Et que si l’accord de partenariat est signé entre les deux parties, l’Europe protégera le régime tunisien jusqu’à la fin de l’accord, c’est-à-dire après quinze ans, et gardera le silence sur toutes les violations des droits de l’homme et les abus dans le processus démocratique, et tout cela est garanti dans la deuxième clause de l’accord.
Mesdames et Messieurs, membres du Parlement européen
Les années 90 du siècle dernier ont été très difficiles pour les Tunisiens. Suite à la révélation du plan de la branche tunisienne des Frères musulmans, appelée Ennahda, dirigée par Rashid Ghannouchi, le président gelé de l’actuel parlement, pour tenter de renverser le régime (deuxième tentative après la tentative du 8 novembre 1987 ), ce dernier a lancé une brutale campagne de répression qui a duré des années au cours de laquelle toutes les libertés, tous les tabous et tous les honneurs ont été violés, et il a été arrêté et torturé. Des milliers de personnes sont mortes sous la torture.
Le Parlement a été fidèle à son engagement implicite de protéger le système et de garder le silence sur toutes ses dérives tout au long de cette période, et il n’a agi que dans quelques rares cas préoccupants pour certaines personnalités politiques en 1996.
Et il a maintenu cette position même lorsque d’honorables responsables ont divulgué deux documents importants intitulés « Les sept familles qui pillent la Tunisie » en 1997, la première fois que le voile a été dévoilé sur l’un des visages de la corruption financière qui sévit dans le pays.
Les observateurs de l’Union européenne étaient présents à toutes les élections législatives et présidentielles qui ont eu lieu en Tunisie de 1988 à 2009, et tous leurs rapports étaient satisfaits et favorables à ces élections dans la forme et le contenu, même en 2002 lorsque l’amendement constitutionnel a eu lieu et comprenait 39 chapitres sur 80 chapitres de la constitution et a accordé au président des pouvoirs quasi absolus et lui a accordé une immunité complète et permanente à vie Nous n’avons pas lu ni entendu une protestation ni même une simple réserve du Parlement européen sur ces mesures alors que la réalité est complètement différente .
Mesdames et Messieurs, membres du Parlement européen
Une grande partie de ce qui a été dit dans votre rapport sur la situation en Tunisie est vrai et indiscutable, mais votre lecture est incomplète, car vous lisez la page à partir du bas et a commencé à partir de la date à laquelle le président Kais Saied a pris sa décision d’activer le chapitre 80 de la Constitution et geler les travaux du Conseil, comme si les années précédentes étaient celles où la Tunisie était le paradis de la démocratie, où les électeurs se rendent aux urnes par millions, et où les élections sont libres et équitables. Il n’y a ni achat ni vente – sans dinar ou d’euros – ni faux. Les représentants et gouvernements successifs travaillent jour et nuit pour rendre le citoyen heureux……
Si vous aviez lu la page depuis le début, vous auriez découvert qu’après le 14 janvier 2011, la Tunisie a connu trois des phénomènes les plus dangereux et les plus étranges de la société tunisienne de sa longue histoire : le terrorisme, les assassinats politiques et l’exportation de terroristes. . Et je ne pense pas que vous l’ignoriez, mais vous venez de l’ignorer, étant gentil avec vos alliés et vos clients.
Saviez-vous qu’au cours de l’histoire, la Tunisie pacifique est devenue une arène d’opérations terroristes et la plus grande source de terroristes au monde en raison de sa faible population. Nous n’avons pas entendu vos protestations sur tout cela, tout comme nous n’avons pas entendu parler de vos protestations contre l’assassinat de trois hommes politiques tunisiens, ni juste le regret d’avoir vendu les dirigeants de la Tunisie (dont beaucoup étaient des réfugiés politiques dans vos pays) al -Baghdadi al-Mahmoudi, qui nous a embauchés.
Ce qui s’est passé en Tunisie le 25 juillet 2021 n’est pas un coup d’État, car il y a une quasi unanimité des experts en droit constitutionnel tunisien et la plupart d’entre eux.
Pour comprendre ce qui s’est passé et ce qui a conduit aux procédures du 25 juillet, il faut remonter aux origines. Lorsque le régime précédent est tombé, et dans une atmosphère de chaos, de conflits politiques et idéologiques et d’enchères démocratiques que le pays avait connus, le règne d’une personne s’est formé en secret… Avec des mois et des années, il est devenu le véritable dirigeant du pays. C’est M. Rashid Ghannouchi, l’éternel chef de son mouvement, comme il est le souverain par son ordre avec tous les présidents, tous les gouvernements et tous les parlements. Cependant, il n’était pas satisfait de ce rôle caché et voulait entrer dans l’histoire en tant que président, même temporaire. Présent aux législatives de 2019 et élu Président de la Chambre des représentants, il se met à grignoter les pouvoirs du Président de la République, à exagérer les pouvoirs du Conseil et de son Président, et à inventer ce qu’il appelle la diplomatie populaire. ..la réaction était.
J’aurais aimé que vous lui conseilliez de se retirer de la vie politique, car vous êtes capable de ce que de nombreux députés, même les amis de Ghannouchi, n’ont pu faire.
Enfin, il faut rappeler que les finances publiques tunisiennes étaient saines jusqu’en 2010, et que ce qui s’est passé en Tunisie après cela est une dédicace à la déclaration de John Addams, le deuxième président des États-Unis, qui dit : « Il y a deux manières de détruire une nation, soit par la guerre (cas de la Libye, de l’Irak, du Yémen et de la Syrie) soit par la religion.
Ahmed Al Mannaï
26/10/21
Partager

Plus d’histoires deEUROPE